Castiel • Blood & Wrath

le 4/10/2017, 21:07

Castiel



Surnom / Titre le Prince Sanglant.
Âge 21 ans.
Sexe
Orientation sexuelle Hétérosexuel.
Corpulence Musclé, carrure athlétique.
Signe(s) distinctif(s) Son regard rouge vif.
Royaume & monde d'origine Pallas — Gaïa.
Fonction Prince de Pallas.
Classe Lord
Source de l'avatar Gilgamesh (fates)
Compétences

Prince de Pallas depuis son plus jeune âge, il aurait été impensable que Castiel n’excelle pas dans l’art de la guerre. Dès sa plus tendre enfance, il a été confronté à la réalité de son Royaume : en ces terres, ce n’était pas le sang qui assurerait sa légitimité, mais bien son talent. Pour cette raison, Castiel a travaillé sans relâche, affirmant ainsi sa légitimité. Considéré comme un jeune prodige, ce Prince sans couronne est reconnu pour son talent au combat. Si son peuple l’imagine comme un génie au talent inné, Castiel cache habilement que ses compétences sont le seul fruit de son acharnement. Concrètement, le Prince sanglant brille pour son talent au corps à corps : jeune virtuose de l’épée, il a encore un long chemin à faire, mais exhibe ouvertement ses talents dans l’arène de Thalarius. Conformément à son éducation militaire, le Prince sait aussi se battre à l’aide d’une lance et d’une hache. S’il tire à l’arc, ce n’est clairement pas son arme de prédilection. Enfin, Castiel n’a jamais démontré la moindre affinité avec la magie, préférant de loin les armes blanches.

Son arme en main, Castiel est un combattant discipliné et rationnel. Il doit à son éducation martiale une véritable maîtrise de lui-même, et une vision stratégique des champs de bataille. Toutefois, cela n’entache en rien son naturel orgueilleux : il adore se battre, apprécie la sensation de l’adrénaline qui court dans ses veines, et aime être reconnu pour son talent. À sa façon, Castiel est à l’image même de son Royaume.


Caractère & anecdotes

Conforme à son éducation, Castiel est un homme qui prône des valeurs de force, de bravoure et de discipline. Sanguin, franc, il est un homme d’action qui règle ses problèmes avec ses poings. S’il admet la légitimité de la connaissance et de la stratégie en tant que valeurs militaires, il éprouve un certain dédain à l’égard de ceux qui ne vivent que d’érudition seule, le nez plongé dans les livres.

Pour le reste du monde, Castiel est un homme droit, intègre, fort : fidèle aux valeurs de sa nation. Très estimé par son peuple, il est vu comme un être censé, rigoureux et à l’écoute. Depuis toujours, le Prince souhaite plaire à son peuple, et répondre aux exigences qui incombent à l’héritier de Pallas. Dans son intimité, Castiel est d’une nature plus violente : orgueilleux, envieux, il est un jeune homme fougueux et doué pour la manipulation. Il est prétentieux, et pas sans raison : Castiel est un homme doué. Et pour cette même raison, il déteste l’échec sous toutes ses formes. S’il affiche parfois de faux airs indolents, c’est précisément car il exigent, inflexible sur ses entraînement. Malgré un certain goût pour la richesse, le luxe et l’opulence, Castiel s’impose un mode de vie spartiate, cela dans le seul but de poursuivre sa quête effrénée de réussite.

Son obsession pour la réussite, la perfection et la reconnaissance trouve sa source dans sa relation avec son père : confronté aux exigences trop hautes du Roi à son égard, Castiel s’évertue à poursuivre une chimère de perfection. Pour cette raison, il souffre des de l’échec : toujours victime du regard insatisfait de son père, Castiel éprouve une jalousie maladive, une colère sourde à l’encontre de tous ceux qui obtiennent ce que lui cherche désespérément : la réussite, la renommée, l’approbation des puissants. Constamment accablé par la culpabilité et l’impression d’échec, il éprouve une rancœur virulente nouée au plus profond de lui. Éprouvant le besoin de se prouver au reste du monde, il déteste être impuissant, ou n’avoir aucune prise sur quelqu’un. Une attitude qui s’est accentuée au fil des ans, quand le temps filait sans que Castiel ne reçoive la bénédiction du dieu de son Dieu. Toute cette colère accumulée le pousse vers une forme vicieuse de méchanceté : cruel, cassant, méprisant, vexant, détestable, Castiel est intelligent, et très doué pour faire du mal à autrui. Il prend un malin plaisir être exécrable, et à faire perdre patience à ceux qui lui inspirent cette jalousie. Celle-là même qui alimente sa colère, et qui se transforme inexorablement en mépris.

S’il n’accorde que rarement son amitié, il s’avère être un proche loyal, mais terriblement exigeant. Il en attend beaucoup de ceux qui obtiennent sa confiance, principalement car il a un mal fou à l’offrir. Et même au sein de ses proches, rares sont ceux qui connaissent tous ces secrets : le terrible Prince Sanglant, est à un petit côté maniaque, et éprouve toujours un certain malaise dans les cimetières.


Histoire

Né sous l’égide de la guerre, de la rigueur et de la discipline, Castiel était destiné dès sa plus tendre enfance à connaître les champs de bataille. Connu pour sa force et sa soif de combat, le Prince était autrefois un enfant au tempérament docile. À sa naissance, tout Pallas était convaincu que le Prince perdrait rapidement sa couronne : comme ses prédécesseurs, son père tomberait face à un nouveau Roi, et Castiel ne serait plus que l’un des prince déchu qui hantaient le Royaume. Et pourtant, il n’en fut rien. Son père, véritable héros pour les habitants du Royaume, fut certainement le seul souverain à garder sa couronne aussi longtemps. Premier Prince à garder aussi longtemps ce titre, la vie de Castiel se transforma en une lutte contre ses propres chimères : devenir légitime pour ce Royaume qui reconnaissait la force avant le sang.

Dès sa petite enfance, Castiel a été bercée dans la culture de Pallas. Discipline, force, talent : le Prince n’a jamais connu d’autres valeurs que celles de son Royaume. Très tôt, Castiel a embrassé son héritage en se plongeant dans l’art de la guerre. Élève docile et attentif, ses précepteurs le considérèrent comme un brillant élément. Ouvertement passionné par la stratégie militaire, le jeune Prince était considéré comme digne de son rang. Et pourtant, ce fut lors de sa onzième année que Castiel réalisa qu’il restait une personne qui ne partageait pas l’avis général. Son père, le Roi, posait sur lui un regard différent. Un regard lourd, écrasant, empreint de jugement. Pour la première fois, Castiel réalisait une chose : il n’était pas à la hauteur des attentes de son père. Il n’avait ni le talent inné de son père, ni sa force, sa fougue, sa rage, son charisme. Et lentement, le regard de son père s’imprégna en lui, se distillant en une colère pénible et douloureuse.

Personne ne s’expliqua le soudain changement de caractère du Prince. Quelques jours plus tard, le garçon doux et attentif devint un être impatient, orgueilleux et belliqueux. À treize ans, le jeune Castiel rejetait son penchant pour les ouvrages de stratégie, clamant ouvertement que seul la force et le talent à l’épée avaient de l’importance. À quatorze ans, il était brillant au combat : talentueux, vif, compétent, discipliné, aucun de ses maîtres d’arme ne trouva à redire à sa force seule. Son attitude en revanche n’était pas celle des grands épéistes : agressif, sarcastique, mépris, le Prince avait un penchant malsain pour la provocation, et un véritable don pour faire perdre la patience de ses semblables. Et quand bien même il arrivait à faire preuve de sang froid, Castiel avait toujours cette rage tacite qui dansait au fond de ses pupilles*. Insatisfait de ces entraînements, ce fut à cette période que Castiel décida de faire ses preuves au cœur même du Royaume : l’arène. Ses premières apparitions furent l’objet d’une grande controverse : premier Prince à garder aussi longtemps sa couronne, nombreux furent ceux qui attendirent sa première apparition avant de l’admettre comme légitime au trône. Conscient de ce poids, Castiel démontra à cette occasion tout son sens du spectacle : orgueilleux, doué, surprenant, il avait le charisme des puissants, et savait l’utiliser pour galvaniser les foules. Et pour cette seule raison, lui qui était encore un successeur illégitime au trône devint un objet d’admiration, et le favori pour prendre le trône de Pallas. Pourtant, ce fut précisément l’orgueil de Castiel qui causa sa perte : il était encore adolescent lors de sa première rencontre avec Mikhaïl, Prince d’Istus. Ce fut probablement la jalousie de Castiel à son égard qui le poussa à le défier dans une joute : lui qui avait déjà tout, la légitimité, la reconnaissance, l’approbation des siens. Mais ce fut cette même jalousie, cette haine qui dormait en lui qui causa sa perte ce jour-là. Pour la première fois, Castiel, le Prince Sanglant, goûta à l’humiliation d’une défaite publique.

Celui qui était déjà un adolescent teinté de haine devint un adulte gorgé de rancœur. Sa défaite contre Mikhaïl ne fut pas la première, causant une incompréhension, une frustration toujours plus grande chez le Prince. Seuls ses vassaux canalisèrent sa colère : seuls véritables proches, Floriana et Abel furent ceux qui le poussèrent vers l’avant, quand bien même il avait l’impression que ses efforts se soldaient en échecs. Et tandis que son temps s’écoulait, que le Prince luttait pour être reconnu par son peuple, Castiel constata avec amertume que son Dieu lui refusait sa bénédiction. Malgré ses combats, alors même que Castiel se battait dans le seul but d’être reconnu par son Dieu, jamais Pallas ne le posséda. Et bientôt, on parla dans tout le Royaume d’une femme qui avait connu la bénédiction de Pallas : Ofelia. Pourtant, toutes les provocations en duel de Castiel à son encontre restèrent caduques, cela avec la bénédiction du Roi. Dès lors, Castiel se montra odieux à l’égard de cette femme, et de tous ceux qui auraient déjà été possédé par Pallas.

Depuis lors, l’attitude du Prince reste inchangée. Installé dans le château, il regarde le monde d’en haut, tout en nourrissant ses propres objectifs. S’il cherche avant tout à vaincre ceux qui sont devenus l’objet de sa colère dans son regard déformé — Mikhaïl et Ofelia — Castiel cherche aussi à se prouver au reste du monde. Et pour cela, le Prince souhaite vaincre tous ces adversaires, et prétendre au trône de Pallas. Quitte pour cela à vaincre celui qui ne l’a jamais reconnu : son propre père. Et dans ce chaos bouillonnant d’émotions, de violence et haine, le Prince cherche sa place, cherchant en vain l’approbation dans le regard d’autrui, et fuyant désespérément ce qui le terrifie : l’échec, l’oublie, la faiblesse et la solitude.



à propos de vous

Salut tout le monde !
J’ai 23 ans, et je termine mes (longues) études cette année. Je connais la saga des FE depuis les épisodes GBA (toute ma jeunesse x3), et j’ai touché à la majorité des opus. J’avoue que j’ai craqué pour le forum : le design est vraiment sympa, très agréable  à l’œil (bravo :3). Sinon, que dire… J’ai un petit background au niveau du RP (j’ose pas compter le nombre d'années D:), et puisque j’incarne le (terrible) petit prince sur ce forum, j’espère que vous apprécierez le personnage. Voilà pour moi o/


Castiel
Métier : Prince
Messages : 31
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 10/10/2017, 21:25

Hello les gens

Je viens faire mon petit UP : je signale que ma fiche est fraîchement (et officiellement) terminée, prête à passer à la moulinette. J'espère que ça vous plaira
Castiel
Métier : Prince
Messages : 31
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 11/10/2017, 18:27

Pallas te souhaite la bienvenue !

Bienvenue dans mon royaume !

Félicitations Castiel, tu es validé !
Ta fiche nous a littéralement enchantés ! Tu as parfaitement cerné le personnage et dépassé nos espérances ! Les autres royaumes n'ont qu'à bien se tenir, Pallas compte désormais dans ses rangs un farouche guerrier ! Ah, on me dit dans l'oreillette qu'une certaine Ofelia est partie en balade à Terra dès qu'elle a entendu ton nom, bizarre non ? (Concernant ton pseudo, tu peux dès maintenant enlever ta petite étoile, le nom Castiel est désormais disponible !)



Un nouveau monde s'ouvre à toi ! Tu peux dès à présent commencer votre aventure dans les zones rp ou gérer ton personnage (fiche de liens, journal et demandes de rp, etc.) ici. N'oublie pas de recenser ton avatar ici ! Si tu t'es montré timide pour le moment, c'est avec plaisir que nous t'invitons à nous rejoindre sur la chatbox ou dans le flood. Dans tous les cas, amuse-toi le plus possible en notre compagnie !


Gaïa
Compte administrateur
Métier : Dieu à plein temps
Messages : 428
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-