Katsue - Mais le matou revient le jour suivant...

le 5/11/2017, 13:51

Katsue



Surnom / Titre The Huntress
Âge 47 ans
Sexe Féminin  
Orientation sexuelle Bisexuelle
Corpulence Athlétique et musclée
Signe(s) distinctif(s) Des yeux d'or qui brillent selon son humeur, une peau dorée par le soleil et une tendance à étouffer les gens avec deux arguments... frappants. Oh et évidemment d'étranges signes incrustés dans sa peau, signe qu'elle est une marquée.
Royaume & monde d'origine Trithereon - Gaïa
Fonction Tenancière de la taverne de la guilde des aventuriers / chasseuse de primes et de trésors
Classe Ranger
Source de l'avatar Bleach : Yoruichi
Compétences

Agile et rapide, Katsue compte avant tout sur ces deux qualités pour mettre ses ennemis au tapis. Son sens de l'équilibre est remarquable et il n'est pas rare de la voir grimper dans des endroits a priori inaccessibles... et de s'endormir dans des lieux improbables. A cheval, elle se montre redoutable, usant allègrement de ses talents à l'arc pour mettre à mal ses ennemis. Paradoxalement, elle est beaucoup plus à l'aise pour utiliser cette arme en mouvement que posée à un endroit en prenant son temps. Alors elle devient nerveuse, pensant encore et encore aux conséquences d'un échec ou d'une réussite. Dans le feu de l'action elle n'est plus que réflexe, son corps se fond à celui de sa monture et alors les flèches s'échappent de ses doigts sans qu'elle réfléchisse. Mais lorsqu'elle tire son épée, c'est généralement pour se battre seule, sans dépendre de son cheval. Préférant ne pas l'exposer, elle est en effet plus à l'aise lorsqu'elle peut bondir d'un ennemi à l'autre. De fait, elle est une redoutable combattante avec une lame et alterne aussi bien coups à l'épée qu'avec ses membres, n'hésitant à faire preuve de fantaisie : quelques anciens adversaires peuvent témoigner qu'elle fait parfois usage de son arme de façon déconcertante, ils ne s'attendaient pas à se prendre un pommeau en plein dans le nez.

Si cela s'avère nécessaire, Katsue peut se passer d'arme et attaquer avec ce qui lui tombe sous la main. Sa capacité d'improvisation est assez étonnante, mais il ne faut pas se leurrer, au coeur de la bataille, si elle se trouve désarmée et sait qu'elle n'aura pas le dessus avec ses poings, elle prendra prudemment la fuite.

Attentive aux détails, sa capacité de déduction en fait une redoutable traqueuse. Capable de relever et interpréter les indices les plus infimes, elle se montre très douée pour relever les traces d'un fuyard ou d'un trésor. Son goût pour la chasse l'a rendue patiente et endurante, capable de poursuivre sa proie sans fatiguer pendant des heures. Cela la pousse également à étudier des cartes, des traces infimes avec patience afin de dénicher des trésors rares et oubliés. Curieuse et avide d'apprendre, sa mémoire aiguisée est certainement l'une de ses plus grandes forces et il n'est pas rare de la voir se plonger dans l'étude d'un lourd volume au lieu de servir des pintes de bière à la taverne de la guilde.

Concernant la magie, Katsue ne montre pas de grandes dispositions pour cet art. Ses capacités se réduisent à créer difficilement une minuscule flamme pour allumer un feu de camp, ce qui se révèle bien pratique quand on voyage mais inutile en plein combat. Néanmoins elle parvient à sentir la présence de magie dans les objets, les lieux ou chez les gens... et s'en tient éloignée en général. Aucune envie de se prendre une boule de feu en pleine figure.

Mais sa véritable faiblesse... est son tempérament impulsif et son trop grand attachement à ceux qu'elle aime. Prévisible lorsque l'on s'en prend à ses proches, elle perd alors tout sens commun et se jette dans la bataille sans réfléchir, mue par un instinct de protection quasi animal. Vous voulez la provoquer ? Prenez vous en à une personne qui compte pour elle et laissez son caractère faire le reste. Elle se jettera sans doute dans votre piège tête baissée, se mettra en danger sans hésiter pourvu qu'aucun mal ne soit fait à la personne qu'elle aime.


Caractère & anecdotes

Pleine de vie et d'entrain,
ce qui caractérise en premier lieu Katsue c'est... son énergie débordante, sauf en lendemain de beuverie. Sa force physique est à l'image de sa personnalité flamboyante et il n'est pas rare de la voir passer par toute une palette d'émotions en quelques secondes. D'abord en colère puis riant aux éclats l'instant suivant, elle est parfois difficile à suivre et oui, épuisante par moments. Cachant toujours ses pensées et états d'âme derrière un sourire brillant, elle ne se confie pas facilement et préférera prétendre que tout va bien tandis que derrière son masque rieur, des larmes couleront.

Ressentant le besoin éperdu d'être aimée et appréciée pour ce qu'elle est, l'aventurière est capable du meilleur comme du pire pour protéger ceux qui lui sont proches. Souhaitant plus que tout avoir une famille, elle lutte pourtant contre sa tendance à s'attacher trop rapidement aux gens, se cachant derrière ses airs bougons d'ours mal léché.

Son statut de marquée n'est pas facile à assumer, pourtant elle ne cache pour ainsi dire jamais sa nature. Elle estime que ceux qui pourraient la discriminer à cause de cela ne sont pas dignes de sa confiance et qu'elle n'a pas de temps à perdre avec eux. Malgré tout, bien qu'elle n'en laisse rien paraître, cela la blesse profondément. Aussi, quand quelqu'un lui signifie son affection, elle n'en est que davantage touchée. De fait, la guilde des aventuriers est à ses yeux sa nouvelle famille. Bien qu'éprise de liberté, on la retrouve très souvent à tenir la taverne de la guilde, riant avec ses compagnons et buvant jusqu'au lever du soleil.
Mais, fidèle à la philosophie du dieu Trithereon, Katsue ne s'épanouit vraiment qu'en étant totalement libre de ses mouvements. Elle disparaît de temps à autres pour une mission,
ou tout simplement en balade qui durera des jours voir des semaines. Pourtant, elle revient toujours à la guilde, car c'est bel et bien l'endroit qu'elle appelle sa "maison".

Anecdotes :

• Katsue boit beaucoup et tient très bien l'alcool. Il n'est pas rare de la voir faire des concours de beuverie avec les autres aventuriers à la taverne afin de leur coller le nettoyage de la grande salle comme gage en cas de défaite.
• Pour autant, quand elle ingère des quantités suffisamment importantes, elle peut finir complètement soûle. Dans ce cas-là, il lui arrive de faire des choses totalement idiotes qu'elle regrettera une fois qu'elle sera devenue sobre.
• On dit qu'elle possède les cordes vocales les plus solides de Trithereon. Ses disputes avec le roi marchand sont devenues légendaires et il n'est pas rare de l'entendre hurler d'un bout à l'autre de la capitale lorsqu'elle se retrouve face à Constantine.
• Elle ne dit jamais non à une bonne bagarre amicale et a une fâcheuse tendance à se servir du mobilier comme arme dans ces cas-là.
• Katsue n'est pas qu'une brute avide de combats, elle se montre aussi étonnamment douée dans l'art de la danse, se montrant gracieuse et délicate.
• Elle est faible face à la nourriture, en particulier la viande, mais également les petits gâteaux aux amandes et au miel.
• Lorsqu'elle est contrariée, elle ne peut pas s'empêcher de voler des choses, en particulier à la personne qui l'a agacée. Même si elle en a honte, c'est une manie dont elle ne parvient pas à se défaire.


Histoire



« Katsueeee ! Debout ! » Un grognement en guise de réponse, la jeune femme émergea de derrière le comptoir de la taverne des aventuriers, l'air bougon et visiblement contrariée de se faire réveiller de si bon matin. Un coup d'oeil à la fenêtre lui indiqua qu'il était encore tôt et son humeur ne s'améliora pas, bien au contraire. « J'espère que tu as une excellente raison de me réveiller. » L'aventurier esquissa un sourire amusé. « Un peu que j'en ai une. La tribu du vent vient d'arriver en ville. » Se relevant d'un bond, cette fois bien réveillée et en pleine possession de ses moyens, la tavernière sauta au cou de l'homme et l'embrassa sur la joue avant de sortir en courant. "Je te revaudrais ça, promis !" Escaladant la façade de la guilde, elle bondit bientôt d'un toit à l'autre pour éviter les rues qui grouillaient de monde. Enfin ! Ils étaient enfin revenus ! Cela faisait tellement longtemps... Chaque fois que la tribu revenait à la capitale, elle sentait son coeur se gonfler de joie et d'espoir. Parce qu'elle pourrait enfin le serrer dans ses bras, comme au bon vieux temps...

Tout commença par une idylle portée par un zéphyr doux et chaleureux. Il était une fois une assemblée d'hommes libres qui parcouraient Gaïa au gré des souffles émaillant le royaume béni des dieux. On l'appelait la tribu du vent. Messagers nonchalants, guerriers indolents, cavaliers nomades qui allaient au gré de leurs envies d'une nation à l'autre, parcourant le monde d'un pas tranquille. Il était une fois un royaume verdoyant peuplé de créatures polymorphes redoutables et redoutées. Il était une fois un homme et une laguz qui s'éprirent l'un de l'autre, faisant fi de l'interdit qui prohibait une telle union et de la tradition d'une tribu qui voulait qu'un des leur ne pouvait s'unir qu'à une femme qui les rejoindrait alors. L'un comme l'autre n'ayant cure de ces tabous, ils s'exilèrent dans un coin reculé de Terra pour y vivre en paix. Plusieurs années passèrent avant que de leur union naisse une enfant qu’ils nommèrent Katsue. Si cette naissance aurait plongé la plupart des couples dans une félicité sans égale, cela ne fut pas le cas. Le jugement des dieux s’abattit sur ceux qui avait défié l’interdit. Comme il était d’usage, la laguz perdit ses pouvoirs en mettant au monde le fruit d’un amour défendu. Et dépérit rapidement avant de trouver le repos éternel quelques jours plus tard, comme si toute sa force l’avait abandonnée. Et l’homme abandonna alors ce royaume auparavant synonyme de joie qui ne lui apportait désormais que peine, l’enfant sagement endormi dans ses bras.

Revenu auprès des siens, l’homme autrefois joyeux était devenu taciturne et sombre, son regard ne s’éclairant légèrement que lorsqu’il posait les yeux sur sa fille. Alors ses yeux se chargeaient d’amour et de tristesse et il restait silencieux. L’enfant grandit, choyée par un père attentif et aimant, mais peu expansif, sous le regard des membres de la tribu qui l’évitaient. Voilà ce qui arrivait lorsqu’on ne respectait pas les traditions, le malheur vous frappait et la tristesse s’installait dans votre coeur à jamais. Mise à l’écart, Katsue aurait connu une enfance solitaire si un petit garçon têtu et obstiné ne s’était pas mis en tête d’en faire une amie. Il s’appelait Saito et était le fils du chef. Appelé à diriger la tribu lorsque le temps serait venu, c’était un gamin joyeux et farceur, peu aisé à discipliner, prenant les reproches avec indifférence, allant là où le vent le portait. Se prenant d’amitié pour cette gosse aux grands yeux dorés, il gagna rapidement son affection et bientôt les deux mouflets furent inséparables. Toujours à l’affut d’une bêtise à faire, les plaisantins n’allaient nulle part l’un sans l’autre, chahutant joyeusement sous le regard réprobateur mais silencieux des adultes. Et ils grandirent, étant toujours là l’un pour l’autre, complices et unis contre le monde entier. Si Saito commençait une phrase, Katsue la terminait. S’ils se disputaient, ils se pardonnaient bien vite, incapable de s’en vouloir bien longtemps. Cela aurait pu durer toujours, c’était du moins ce qu’ils imaginaient. Mais à mesure qu’ils grandissaient, les regards se faisaient plus lourds de sens, plus inquisiteurs. Il était fils de chef. Elle portait sur ses épaules le poids d’une union interdite. Et si cette amitié évoluait en quelque chose de plus intime ? C’était ce que chacun pensait mais n’osait dire tout haut. Mais s’ils avaient su, eux si prompts à juger, que les deux compères se connaissaient si bien qu’aucun désir ne pourrait jamais naître, alors peut être que les choses auraient tourné autrement...

« Tu comptes vraiment partir n'est ce pas ? » La jeune fille posa son regard doré sur son ami, un sourire faussement radieux plaqué sur ses lèvres et hocha la tête. « Ça devait arriver Saito, je ne peux pas rester toute ma vie avec vous. Et puis je ne serais jamais un vrai membre de la tribu du vent, on me l'a bien fait comprendre. » Elle s'interrompit et laissa échapper un petit rire. « Et puis j'ai envie de voyager et de voir le monde par moi même et... » « Arrête. » Le souffle lui manqua alors que son meilleur ami la serrait dans ses bras. Pas à lui. Elle ne pouvait pas lui mentir, pas à celui qui l'avait toujours soutenue. Incapable de s'écarter, elle resta contre lui, luttant contre les larmes qui lui venaient aux yeux, sentant sa gorge se serrer. Elle ne voulait pas partir et elle ne voulait pas rester, c'était aussi simple que ça. Elle ne voulait plus voir les regards lourds de sens se poser sur elle, elle ne voulait plus sentir le poids accusateur d'un silence profond peser sur ses épaules. Mais elle ne voulait pas quitter son ami non plus. « Saito... ça fait un mois que père est mort. Je ne peux pas rester, ma place n’est pas ici. Tu le sais, tout le monde le sait. » Son père s’était éteint lors de leur dernier passage à Terra, comme si revenir dans ce royaume lui avait ôté ses dernières forces. Katsue l’avait bien remarqué, il se faisait plus sombre à chaque fois qu’ils passaient sur ces terres verdoyantes. Elle ne disait rien, se contentait de serrer la main de son géniteur avec un sourire compatissant. Elle avait entendu les murmures sur l’union de son père et d’une laguz. Elle avait compris qu’il ne s’était jamais remis de sa perte et qu’à chaque fois qu’il posait les yeux sur sa fille... elle lui rappelait terriblement cette femme qu’il avait aimé à la folie.

Elle avait été là quand il s’était éteint, près de l’endroit où sa mère reposait. Elle n’avait pas pleuré, rien dit. Elle avait creusé la terre de ses propres mains pour l’enterrer, seulement accompagnée de Saito. La tribu n’avait pas voulu lui accorder de cérémonie funéraire. Elle avait déposé quelques fleurs sur la tombe et avait tourné les talons, le coeur lourd et les yeux secs. Les jours qui avaient suivi, la marquée était restée silencieuse, soutenant les regards des nomades qui se détournaient bien vite sur son passage. Elle n’avait pas sa place ici. Elle devait partir. Elle avait rassemblé ses affaires pendant la nuit, sellé son cheval, abandonnant ce qui n’était pas nécessaire sur place. L’épée de son père ceinte à sa taille, elle avait aussi prit son arc ainsi que quelques provisions. Où allait-elle aller ? Elle ne savait pas et s’était tenue près de sa monture en contemplant l’horizon et Saito était arrivé. Et maintenant il la serrait dans ses bras, plus fort qu’il ne l’avait jamais fait et elle ne voulait plus partir. « Tu devrais aller à la guilde des aventuriers. Tu sais te battre et te sortir de toutes les situations. Je suis sûr que tes talents seront appréciés là-bas, après tout tu es douée pour ça. Pas autant que moi vu que je suis un génie inégalé à l’épée et... aïe ! » Elle lui avait tiré l’oreille en riant et l’avait embrassé sur le front. Oui, il lui manquerait terriblement. Leurs courses folles à cheval, leurs combats amicaux dont il ressortait souvent vainqueur, leurs explorations et leurs défis idiots. Mais il était temps de se dire au revoir. « Fort heureusement, tu ne m’arrive pas à la cheville quand il s’agit de manier un arc. » « Ou de grimper dans un arbre. » Le rire qui s’échappa de ses lèvres se mua en sanglot qu’elle ne parvint à retenir qu’à moitié. « Au revoir Saito. Ne m’oublie pas. » Et elle était partie sans se retourner. Ailleurs, là où elle ne serait plus une étrangère, là où on l’accepterait et l’aimerait autant que le faisait son meilleur et seul ami.


« En garde vieille branche ! » Katsue avait bondit du toit de la guilde des marchands et atterrit devant le chef de la tribu du vent. Un instant ils s’étaient jaugés du regard, comme deux fauves prêts à se sauter à la gorge, et l’instant d’après ils tombaient dans les bras l’un de l’autre en riant. Toutes leurs retrouvailles se passaient ainsi, toujours. Comme si les mois et les années passées loin l’un de l’autre ne parvenaient pas à entamer leur amitié. Saito et Katsue demeuraient inséparables. Même s’il était désormais le chef de la tribu du vent ; même si elle s’était trouvé une famille dans sa guilde d’adoption. Même s’il ployait sous les responsabilités ; même si elle passait son temps à vagabonder comme bon lui semblait. Même s’ils n’étaient plus perpétuellement ensemble. Quand ils se retrouvaient tout s’effaçait et ils redevenaient ces gamins insouciants qu’ils avaient été. Meilleurs amis envers et contre tous.




à propos de vous

... Oui je suis faible. Pour ma défense j'hésitais avec mes trois comptes avant l'ouverture donc booooon.



______

Beware the fox
Watasha hana ka chouchou ka oni ka
Aware mi mo yo mo araryou mono ka
Beni no kawari ni sasu no wa yaiba ja
Tanto homete kudashanse
by lizzou.
Katsue
Huguette de son Raymond
Métier : Renarde de compagnie
Messages : 27
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 5/11/2017, 13:55

Trithereon te souhaite la bienvenue !

Bienvenue dans mon royaume !

Félicitations Katsue, tu es validée !
Je n'ai pas trop le choix de toutes façons... Tu sais déjà ce que je pense de ton nouveau personnage et de son histoire, et tes écrits sont toujours aussi agréables à lire.  



Un nouveau monde s'ouvre à toi ! Tu peux dès à présent commencer votre aventure dans les zones rp ou gérer ton personnage (fiche de liens, journal et demandes de rp, etc.) ici. N'oublie pas de recenser ton avatar ici ! Si tu t'es montré timide pour le moment, c'est avec plaisir que nous t'invitons à nous rejoindre sur la chatbox ou dans le flood. Dans tous les cas, amuse-toi le plus possible en notre compagnie !


Gaïa
Compte administrateur
Métier : Dieu à plein temps
Messages : 480
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-