Un signe du destin? (PV Ephraim)

le 18/12/2017, 05:19

Depuis sa rencontre avec un certain Franz, Celina n'était pas au top de sa forme. Avant, elle se satisfaisait de sa modeste demeure et de son troupeau, mais ces derniers temps, l'idée de vacances l'obnubilait, prendre l'air, voir du pays. Seulement, avec le temps, elle avait déjà plus ou moins fait le tour de Terra, elle devait donc aller plus loin. Par chance, ce chevaucheur de griffon était arrivé au bon moment pour la remplacer dans ses obligations – elle pouvait lui en être grandement reconnaissante. Certes, elle était tout de même limitée dans le temps, elle ne se lançait pas dans un voyage du monde entier en plusieurs mois, voir années. Par brides entendue par-ci par-là au village, elle apprit que Istus était un endroit qui se faisait plutôt bien, il suffisait de prendre un bateau. Bon, ce n'est pas non plus la porte d'à côté, mais grâce à Seigi, c'était possible: c'était donc sa destination. Après plusieurs longues heures de voyage, qui se compte même en jours pour le coup, Celina mit donc pied sur les terres du dieu Istus.

La capitale étant Cerulis, c'est par-là que la femme dirigea ses pas. Pourquoi la capitale? Parce que why not. Après tout, elle souhaitait seulement visiter et prendre du bon temps, n'importe où ferait l'affaire. En arrivant finalement à destination, sa première action fut de se trouver un endroit pour la nuit. Par la même occasion, elle arpenta les rues un moment, repérant un commerce qu'elle se jura de passer voir le lendemain. Trouvant finalement une auberge qui semblait plus qu'acceptable, Celina se prit une chambre pour la nuit. Comme toujours, le sommeil tarda à faire son apparition, pour finalement avoir une nuit mouvementée. Depuis toujours, elle avait une tendance à l'insomnie et aux cauchemars. Autant lorsque l'on meurt de faim à longueur de journée, que l'on se demande si nous verrons le lendemain se lever, que lorsque nous sommes en guerre et que les cadavres s'empile, le sommeil est dur à trouver. Même si désormais elle ne se trouvait dans aucun des deux cas de figure, ayant vécue les deux, des résidus tenaces restait. Cela s'était grandement atténué, mais était revenu en force avec les nouvelles de Magvel.

Au petit matin, Celina décida d'aller s'acheter du stock pour peinturer, question de se vider un peu la tête et se reposer de sa mauvaise nuit. Choisissant un endroit en extérieur, elle s'installa et amorça son oeuvre. Enfin, essaya. L'inspiration ne semblait pas lui venir, jusqu'à temps que sa main se mette en mouvement d'elle-même. Étonnant ou pas, les traits qui commençaient à apparaître sur la toile étaient ceux d'Ephraim, prince de Renais. Pourquoi peinturait-elle son assassin? Pour la même raison qu'elle continuait de faire des cauchemars: son passé la hantait.

La peinture offrait un visage plutôt ressemblant à la réalité, tellement qu'une vague de colère submergea la jeune femme. Pas contre la personne représentée, pas contre sa peinture en elle-même, mais bien contre sa faiblesse. Cela commençait à la frustrer au plus haut point de ne pas pouvoir se pardonner à elle-même pour ses actes passés, de continuer de vivre comme un rat en cage alors que l'avenir lui ouvrait toute grande ses portes, lui offrant même une seconde chance. Pourquoi... Pourquoi avait-il fallu que cet homme se pointe?

- Raah!

Elle envoya valser la toile dans la rue. Le hasard, faisait bien ou mal les choses, au choix, envoya justement l'objet au pied d'un homme qui devait s'attendre à tout, sauf à cela. Et bien sûr, coïncidence ou pas, il tomba la face vers le haut, obligeant ce dernier à au moins jeter un rapide coup d’œil dessus...
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 81
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 23/12/2017, 06:14

Istus. Cette ville que je ne connaissais pas encore très bien… et je devais dire aussi que je n’étais pas capable de m’y habituer. C’était beaucoup trop différents de ce que je connaissais. À Renais et même l’empire, tout n’était pas superficiel comme cette ville. Chez moi c’était à 100% différents et même à Pallas, on ne ressentait pas la même chose dans cette ville. Je le disais, je ne me sentais pas du tout à ma place. Pour moi, les affaires de nobles n’avaient rien à voir. J’aimais quand nous étions vrais… ou du moins, pas superficiel comme j’ai l’impression ici. À vrai dire, je suis heureux d’être arrivé à Pallas car ça me correspond beaucoup plus. Je peux monter par moi-même et vivre de ce qui a toujours été ma vie. Le combat. Je m’illustre le plus sur un champ de bataille en tant que stratège et que combattant… Non en tant que roi assis sur son trône. Non.

J’étais très content d’être venu, en réalité. Je n’aimais pas cette place mais cela m’avait permis de voir un peu plus de ce monde ; de comprendre ce qu’était les gens. C’était tout de même difficile de rester dans un seul pays sans rien visiter d’autre. En plus, Istus était juste à côté et j’en avais beaucoup entendu parler. Avec mon argent, j’avais payé un voyage et j’étais en mesure de bien vivre ici. Je ne resterai pas longtemps ; Pallas me manquait déjà. J’avais fait quelques rencontres agréables, des belles discussions et même une personne qui m’avait montré la ville.

Je marchais dans la ville, dans le but d’aller voir un marchand d’arme. Je ne savais pas s’il avait de bonnes armes ici, mais c’était à tester. Une belle lance ne serait pas de mal ; la Siegmund était toujours avec moi mais je ne l’utilisais pas en entrainement. Je marchais et j’arrêtai non loin de ce magasin. Seulement, lorsque je fus prêt à repartir. Quelqu’un chose atterrit à mes pieds. Par réflexe, bien évidemment que je regardais de ce qu’il s’agit. C’était un…. Pardon ? Mes yeux s’agrandirent et je restai à fixer cette peinture. Tout à fait ressemblante je suppose. Je ne connaissais que Forde qui tait capable de faire quelque chose comme cela, pour me l’avoir déjà proposé. Pourquoi donc je suis sur cette peinture ?! Je ne connais personne dans cette ville, alors… à moins que ce ne soit pas moi mais quelqu’un qui me ressemblait comme deux gouttes d’eau… je ne voyais pas qui cela pouvait être. Je ne comprenais pas du tout pourquoi je me retrouvais sur cette peinture mais tout ce que je savais c’est que j’étais pronfondément perturbé pour le moment.

Je me penchai pour prendre la peinture et je relevai finalement les yeux pour croiser le regard de quelqu’un que je connaissais que trop bien. C’était tout à fait impossible de la trouver ici. Elle ne pouvait pas… être vivante. Je restai de longues secondes avec le tableau dans les mains en la fixant. Qu’elle autre réaction je pouvais avoir ? Je me retrouvais en face de quelqu’un que j’avais tué dans un autre monde… Impossible. Je me souvenais très bien l’avoir tué avec ma lance. Impossible. Je m’approchai pour qu’elle m’entende.

« Générale Celina. »

Que pouvais-je dire d’autres ? Je ne pouvais pas montrer que je n’étais plus capable de me calmer. Mes mots avaient été prononcés très calmement, tout en continuant de la regarder dans les yeux. Au fond de moi, j’avoue, je ne savais pas du tout ce que je devais penser. Je ne montrais pas cet état, mais par mon regard, elle devait le comprendre. « Mais… comment ? » La peinture allait venir ensuite. Mais pour le moment, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi elle était là, en face de moi, vivante. Ma question n’étant pas bien complète, mais j’étais certain qu’elle comprenait ce que je voulais dire par cela. Comment faisait-elle pour être en vie ? Son sang avait coulé, ma lance avait été teintée de son sang.

______

« I don't pick fights I can't win. »

Ephraim s'exprime en #009999
Ephraim
Lord de la restauration
Age : 20
Métier : Soldat
Messages : 115
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 23/12/2017, 07:30

Regardant sur le sol, à l'endroit où avait atterri la toile, Celina remarqua d'abord simplement qu'une paire de jambe s'était arrêtée devant l'obstacle et semblait y rester beaucoup trop longtemps pour être naturel. Relevant les yeux alors que l'homme se penchait, elle y vit immédiatement la ressemblance avec sa peinture... Non... Impossible... Pourquoi LUI? Ayant déjà rencontrée ce dénommé Franz, la femme ne pouvait tellement s'étonner de voir quelqu'un d'autre de son propre monde... Mais en même temps... Lui? Ici et maintenant? DEVANT LA PEINTURE? Cela ne pouvait être le hasard... C'était forcément une mauvaise blague du destin, il n'y avait pas d'autres explications. Que faisait-il ici? Était-il... mort lui aussi? Leurs regards finirent par se croiser, causant comme une douche froide à la femme, sa colère disparaissant aussi abruptement qu'elle était arrivée. Alors que celui-ci ouvrait la bouche, il n'y avait plus de doutes possibles: Celina était bel et bien devant son assassin.

Prise dans un tourbillon d'émotions contradictoires, la cavalière ne savait pas du tout quelle expression adopter. Soutenant le regard du... Soutenant le regard d'Ephraim, elle crut comprendre que c'était son cas, à lui aussi. Après, comment pouvait-on se sentir à l'aise devant sa victime/son assassin? C'était une situation sans précédent... Jamais elle n'aurait pu imaginer cela et probablement était-elle de l'histoire ancienne pour le prince de Renais. L'expression 'voir un fantôme' prenait tout son sens dans la situation immédiate...

- Prince Ephraim.

Se redressant, Celina s'approcha du jeune homme, approchant la main de son visage. Elle s'arrêta juste avant de le toucher, la main droite frôlant presque la joue de son interlocuteur. Même si cet homme avait autrefois été son ennemi, elle ne ressentait aucune réelle animosité à son égard. Bien sûr, il restait celui ayant mis fin à ses jours et pour cela, elle ne pouvait le considérer comme autrement qu'une nuisance, ne serait-ce à sa santé mentale. Et pourtant... La simple pensée que celui-ci pouvait avoir perdu la vie, aussi jeune, attristait Celina. Déglutissant, elle se décida à poster la question qui lui brûlait les lèvres.

- Êtes-vous, vous aussi...?

La femme n'arriva pas à compléter sa phrase et laissa finalement retomber sa main, la tendant vers le tableau. En vrai, elle n'avait aucun doute qu'Ephraim avait très bien compris le sens de sa question, comme elle avait elle-même compris la sienne, même si elle ne souhaitait y répondre. Ironie du sort, une sorte de chimie semblait exister entres eux.

- Puis-je?

En disant ces mots, elle quitta finalement l'homme des yeux pour les poser sur la peinture. Même si sa question était des plus simples à comprendre de base, elle prit soin tout de même de pointer l'objet du doigt. Il fallait dire, elle n'était pas très à l'aise de voir Ephraim avec... un portrait de lui-même en mains. Comment devait-elle réagir face à ce coup du sort atroce? Devait-elle en rire, en pleurer? Et surtout... Comment se sentait le prince vis-à-vis Celina? Pour le moment, il semblait aussi désemparé qu'elle, mais risquait-il de reprendre les armes et d'essayer de la tuer une seconde fois? Par habitude de précaution, elle tendit une main vers son épée, prête à la dégainer à tout moment. Seulement, elle oubliait que l'homme en face d'elle était au courant qu'elle n'était pas une bretteuse aguerrie... De toute façon, comment réagir sinon? Il n'existait aucun manuel expliquant la réaction à adopter en cas de rencontre avec l'être qui vous avait vidé de votre précieux liquide vital...
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 81
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 27/12/2017, 05:29

Je n’étais pas capable de le réaliser. Je ne le comprenais pas… je ne voulais pas le comprendre. J’avais l’impression d’avoir une morte en face de moi et toute cette situation me faisait me demander ; mais est-ce que je suis tombé à une place de fou ? ou tous les morts reviennent ? Je ne pouvais pas dire tous les morts, car je n’en avais vu qu’une seule… Je ne savais pas quoi penser et toutes mes idées restaient là, sans se résoudre. J’avais vraiment l’une de mes victimes en avant de moi. Qui me parlait et qui savait très bien qui j’étais, car sa réaction semblait être la même que celle que j’avais. Nous ne savions pas quoi penser. J’avis ma victime en avant de moi et elle avait son assassin en avant. On ne peut pas dire qu’il s’agir d’une situation normale… pas du tout. Il fallait que je comprenne et il était hors de question que je reparte sans comprendre pourquoi Celina était là.

De son vivant, elle était une femme que je respectais énormément. Elle était grande et forte, et sa dévotion était remarquable. Je ne l’avais pas tué parce que j’en avais envie mais bien parce que je devais continuer. Pour moi-même, pour mon monde et pour ma sœur. Celina m’avait arrêté pour les mêmes raisons qui me poussais à continuer, à ce moment-là. Je ne bougeai pas, en la laissant me toucher. Elle ne devait pas comprendre. Je ne fis rien, je ne bougeai pas. Si j’étais… si j’étais mort ? Et non, je ne le suis pas. Je suis en vie et je comptais le rester pour longtemps. Ce n’était pas étrange que moi je sois en vie… mais elle. Je n’arrivais toujours pas à le réaliser. Je ne répondis rien mais je secouai négativement la tête. Non, je suis en vie et je n’étais jamais mort. L’imaginer, ça me faisait mal. Je ne pouvais même pas confirmer que je l’étais encore ; je n’avais aucune preuve et ça me faisait peur.

Je voulais lui redonner son tableau une fois qu’elle me le demanda. À vrai dire, j’avais complètement oublié que je l’avais sous le bras, j’avais autre chose à penser pour le moment. Plusieurs questions. Je la vis mettre la main sur son épée. Elle voulait m’attaquer, même ici ?! J’allais me défendre si jamais, mais peut-être que la méthode d’Eirika pourrait être utile dans cette situation. Je soupirai. « Vous voulez vraiment m’attaquer…? Dans un combat à l’épée, vous n’avez aucune chance. Je ne souhaiterai pas devoir… » Je fis une longue pause en soupirant. Ces mots faisaient du mal à prononcer, j’avoue. « Si vous m’attaquez, je vais me défendre et je voudrais éviter de devoir faire couler votre sang à nouveau. » Ces mots furent difficiles à prononcer. Mes mains ne se dirigèrent pas vers ma lance, je savais que je n’en avais pas besoin. Notre état d’esprit n’était pas du tout vers le combat. Je lui redonnai le tableau à la place. Elle venait de le faire, il était représentant je devais dire. Perturbé un peu, mais je devais dire qu’il était beau.

« Nous devons discuter. Il y a de nombreuses choses que j’aimerais savoir et que je crois que vous devez savoir aussi… »

Comme j’étais certain de l’avoir tué, je ne pouvais même pas mettre l’hypothèque qu’elle n’était pas vraiment morte. C’est fou, je savais qu’elle était morte et j’aimerais comprendre.

______

« I don't pick fights I can't win. »

Ephraim s'exprime en #009999
Ephraim
Lord de la restauration
Age : 20
Métier : Soldat
Messages : 115
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 28/12/2017, 07:21

Celina faisait son possible pour rester calme, ne rien laisser transparaître, ne rien ressentir. Pourtant, sa bouche se desséchait à vue d’œil, lui laissant un certain goût amer. La situation était beaucoup trop bizarre pour être compréhensible. Des vacances hein... Après avoir dérangée le sommeil d'une pauvre cliente innocente dans l'auberge où elle avait passée la nuit, voilà qu'un homme qu'elle peinturait apparaissait réellement devant ses yeux. Comment... Comment lui expliquer pourquoi?? Elle, autrefois si fière et qui se montrait toujours forte, elle venait de se foutre la honte deux fois dans la même journée! Vraiment, elle ne savait pas du tout quel comportement adopter.

Reprenant finalement le tableau, Celina marmonna un merci, perdue dans ses pensées et ayant peine à articuler de simples mots. Elle laissa échapper un petit rire nerveux en se disant à quel point son geste de porter la main à sa ceinture avait été stupide. Elle pouvait le ressentir jusqu'au fond de ses tripes que le jeune homme n'allait pas l'attaquer sans raison. De toute façon, il avait déjà gagné une fois... Il pourrait facilement le refaire une deuxième fois.

Vous savez, l'on dit parfois que la meilleure façon de connaitre quelqu'un est de croiser le fer avec celui-ci. En cet instant, la jeune femme y croyait intensément. Bien sûr, pour eux, c'était au sens figuré: jamais Celina n'avait affrontée Ephraim avec une arme blanche. Pourtant, jamais elle ne s'était sentie aussi près d'un inconnu. Sur le champ de bataille, ils s'étaient échangés que de brèves paroles et pourtant, elle semblait connaitre le jeune depuis toujours. Dans un sens, elle l'admirait énormément et pouvait facilement se voir en lui. Chacun, de leur côté, n'avait fait que défendre ce en quoi ils croyaient, avec une droiture exemplaire. Ce combat n'aurait pas pu finir autrement que par la mort de l'un des participants. Certes, Celina avait réellement essayée d'attenter à la vie du jeune prince, mais le sort avait tranché en la faveur de celui-ci. De toute façon, le cas de figure où elle aurait gagnée n'aurait pas été plus joyeux: la mort d'Ephraim lui aurait pesé longtemps sur la conscience, voir même éternellement.

- Je vous suis, vous semblez mieux connaitre les environs que moi...

Surtout, ne rien laisser paraître de son trouble, rester forte. Elle n'était plus tout à fait la même qu'autrefois. C'était stupide, mais elle ne voulait surtout pas sembler affaiblie, pas devant lui. Ce respect qu'elle ressentait envers le jeune homme, Celina avait toujours pu ressentir qu'il était réciproque. Aussi, Ephraim n'était pas le seul à se poser des tonnes de questions, elle-même souhaiterait avoir des explications. Alors qu'ils s'apprêtaient à se mettre en mouvement, la femme n'arriva pas à attendre plus longtemps avant de laisser échapper la question qui la tourmentait depuis maintenant plusieurs jours, lorsqu'un premier fantôme de son passé avait fait son apparition.

- Pardonnez mon impatience, mais je dois vraiment le savoir... Est-ce par votre main que l'empereur est...

Encore une fois, elle n'avait pas réussi à terminer sa phrase. Tout comme avec Franz, parler du passé – ou était-ce le futur dans son cas? - lui faisait toujours bizarre. Elle avait eu plusieurs jours, plusieurs semaines, pour accepter sa propre mort, mais savoir celle de Vigarde lui laissait toujours un goût amer. Immédiatement après avoir amorcée sa question, Celina la regrettait déjà. Après tout, il y avait de très bonne chance que la réponse soit positive... Et si cela était vraiment le cas, comment réagir? Devrait-elle essayer de venger sa mort, leurs morts? Non... Mais pourrait-elle contrôler sa colère, sa tristesse? Elle en vint à se dire qu'il serait peut-être mieux que le jeune homme ne réponde pas...
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 81
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 6/1/2018, 07:08

Je devais me reprendre. Je ne pouvais pas être si perturbépar cette situation. Qu’elle soit en face de moi ou non, cela ne changeait pas que je l’avais tué. J’avais déjà fait face à la mort. J’avais tué beaucoup de monde lors de cette guerre et elle n’était qu’une personne parmi ces gens. Seulement, je n’aurais jamais cru voir une de ces personnes en vie et me parler. Elle pourrait tout à fait me poser la question : est-ce que tu t’en veux ? J’avais maintenant l’impression d’être dans un monde magique quelconque. Elle était réellement en vie et je le savais. Je savais aussi ne pas être mort. Bref, la situation était délicate et je le savais. Malgré tout, c’est comme si l’attitude de prince – même si je devrais dire roi à présent – était de retour d’un coup.

J’étais heureux de voir qu’elle avait abandonné l’idée de me combattre. Out se règle mieux par un combat, je dois dire… Seulement, cette situation ne se portait pas du tout au combat et je le savais. J’avais grandi et gagné en maturité et ici, c’est une preuve de ce gain. Je voulais simplement discuter et comprendre ce qu’il se passait. Générale Celina était une grande personne que je respectais tout à fait. Elle suivait ce qu’elle croyait être juste tout comme je suivais ce que je croyais être bon. Je souhaitais protéger ma sœur plus que tout, et je serais prêt à tout pour la protéger. J’y tenais tellement.

J’hochai simplement la tête lorsqu’elle me dit que je connaissais la ville. C’était entièrement faux, mais il était vrai que j’avais vu quelques cafés. Cela pourrait être intéressant. J’avançais donc vers l’une de ses places, où nous devrions être plus à l’aise pour discuter de ce genre de choses. Sa question m’arrêtait net. Je me retournai vers elle, les yeux vers le sol. Elle ne savait pas donc la condition de l’empereur. C’était si… triste de savoir qu’elle protégeait avec sa vie un homme qui était déjà mort.

« Je sais à quel point l’empereur Vigarde était cher pour vous. Vous méritez de connaître la vérité, que je vois que vous ignorez encore. » Je soupirai. Je n’étais pas doué avec les mots et je ne savais pas comment lui transmettre l’information. J’étais bien celui qui avait tué son corps, mais il était déjà réellement mort. Tout ça à cause du Roi Démon. Si seulement cela s’était passé autrement … j’avais encore mal lorsque je pensais à Lyon. « C’est bien moi qui ait tué son corps. Sa dépouille. C’était la seule façon de protéger Eirika et mon royaume. » Il était déjà mort et avant qu’elle ne puisse placer un mot, je continuais. « L’empereur était déjà mort lorsque je suis arrivé à la capitale. La magie noire, le roi Démon. Cela faisait plusieurs temps qu’il n’était qu’un cadavre qui restait en vie à cause d’une force obscure. Le tuer lui a permis de reposer en paix. » Je la regardais et je vis que son état pas des meilleurs. Je pouvais comprendre, mais jamais je ne reviendrai sur mes actes. J’y tenais et j’avais fait cela pour la bonne cause. Si je ne l’avais pas tué, je n’aurais pas été en mesure de sauver Eirika à temps… C’était la chose la plus importe pour moi et je l’avais réalisé. Si c’était à refaire, je le referai.

« Je ne sais pas comment le dire autrement, mais en l’ayant vu de mes yeux… il était mieux mort et au moins, il a obtenu le repos maintenant. Pour lui, pour Eirika, pour moi, si c’était à refaire, je le referai. »

______

« I don't pick fights I can't win. »

Ephraim s'exprime en #009999
Ephraim
Lord de la restauration
Age : 20
Métier : Soldat
Messages : 115
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 8/1/2018, 16:58

Trop d'informations, plus que ne pouvait en comprendre le cerveau déjà saturé de Celina. Magie noire, Roi Démon... Qu'est-ce que tout cela venait faire? Un cadavre...? Sans le contexte initial, sans l'apport de Lyon dans l'histoire, la femme avait bien des difficultés à comprendre ce que lui révélait Ephraim. Même, pour le peu qu'elle en comprenait, elle ne savait absolument pas comment réagir. Sa bouche sèche refusait de laisser échapper quelque mot que ce soit dans l'immédiat. Elle ne pleurait pas, mais ses yeux ne voyaient plus rien, errant dans le vague. Pourquoi, comment, s'était-elle retrouvée à discuter avec celui qui lui avait ôté la vie? La situation était déjà tellement irréelle en soi, il était difficile de rester sain d'esprit dans pareil cas.

En état semi-second, Celina avança vers le jeune homme, prêt à le suivre. Ensemble, ils se rendirent jusqu'à un café, choisit par le prince de Renais. Prince... N'était-ce pas plutôt Roi désormais? Affirmant avoir vaincu Grado, protégé SON royaume... Les indices étaient là, mais son cerveau n'arrivait pas à faire le lien, pas dans l'instant. Celina prit le temps de s'asseoir et attendit de prendre une première gorgée de café bien frais et bien chaud avant d'ouvrir de nouveau la bouche. Cela lui laissa le temps de clarifier un peu ses pensées et de voir quoi répondre à son compagnon, sans se mettre la honte. Dire que ce cavalier, Franz, l'avait vu pleurer... Elle ne devait pas se montrer aussi faible devant Ephraim. Passant sa langue sur ses lèvres sèches, elle se dit que le café avait au moins un avantage...

- Comment Lyon a-t-il pris la nouvelle...? Il était un bon ami à vous autrefois, si je ne me trompe. Est-ce que vous avez dû, lui aussi...

Sa propre faiblesse l’écœurait. Depuis quand n'arrivait-elle même plus à dire ce qu'elle pensait? Pourquoi certains mots refusaient-ils tant de sortir? Elle avait pourtant vu des tonnes de gens mourir, elle-même en avait tué des tonnes et des tonnes pour le bien de Grado! La paix dans laquelle elle vivait depuis un moment déjà, depuis son arrivée sur ces nouvelles terres, l'avait-elle tant changée? Non... C'était sa propre mort qui changeait la donne. Elle ne s'était jamais attendue à revivre, le soulagement qu'elle avait ressenti au moment où la lance la transperçait, tout cela n'avait été que mirage. Inconsciemment, Celina agrippa son chandail de la main droite, au niveau du cœur, comme si sa cicatrice la faisait souffrir. Cette marque était la preuve que tout avait été réel, qu'elle s'était bel et bien vidée de son sang. Alors pourquoi, quel dieu cruel pouvait bien l'avoir sauvée, dans le seul but de la remettre sur le chemin d'Ephraim par la suite? C'était... Immonde, vraiment.

Finalement, Celina réussit à se reprendre en main, braquant un regard des plus vif sur son interlocuteur. Les larmes, la colère, tout cela pouvait bien attendre. Pour l'instant, rester forte, ne pas se laisser déstabiliser par cette rencontre et rafler le plus d'informations possibles. Ils n'allaient pas se battre, elle allait donc avoir une foison de temps devant elle pour bien analyser les faits plus tard, rien de pressait. La priorité? Rester naturelle et le faire parler le plus possible.
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 81
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 25/1/2018, 04:32

Évidemment que la nouvelle était dure à prendre. Que ce soit pour elle ou pour lui ; il était difficile d’accepter que la personne que nous aimions le plus n’existait plus. Après… cela venait à penser.. est-ce qu’il pouvait revenir, l’empereur ? près tout, Celina était morte et se trouvait ici, cela signifiait-il qu’il pouvait revenir… peut-être. Après pour Magvel et non Gaia, le mieux était que l’empereur meurt et qu’il reste mort. Le mieux était même de tuer. Tout simplement et peu importe comment cela pouvait faire mal à Celina et même à certain autre qu’il connaissait. Même à lui, ça lui faisait mal. Son fils était son meilleur ami après tout, il l’avait connu et il avait été à Grado souvent durant sa vie.

Ils ne parlèrent pas tellement en marchant. Ils arrivèrent à un café où ils prirent place, l’un face à l’autre. Le silence était lourd, mais Ephraim ne savait pas comment le briser. Il s’attendait à ce qu’elle lui pose de nombreuses questions sur ce qu’il était devenu, ce qu’il s’était produit avec Grado. Bref, des questions simples concernant l’avenir – à partir du moment où elle était morte – du royaume et de la guerre opposant tous les royaumes à Grado. Mais… la question posée, Ephraim ne voulait pas y penser. Cette douleur était encore présente dans sa poitrine.

Il figea complètement. Il avait sa tasse dans les mains. Un long silence, un malaise même. Il porta la tasse de café à ses lèvres sans rien dire. Puis il la posa. Complètement changé, il releva les yeux vers elle. C’était tellement souffrant encore. Il avait perdu son meilleur ami comme cela. Lors d’un combat… D’un ton très froid, qu’il n’avait pas encore montré dans cette conversation. Il dit simplement trois petits mots qui montraient son état d’esprit. « Lyon est mort. » Eirika avait souffert, il avait souffert. Elle s’était sentie encore plus trahie que lui-même… Ce moment de leur vie fut très difficile. Voir le corps de Lyon, c’était… difficile. Il ne voulait plus revoir cela et encore moins sa sœur dans cet état. Elle était souffrante. Ce moment de sa vie… si seulement il pouvait l’oublier, il aimerait. Ce n’est pas quelque chose qui s’oublie. Il devait reprendre sur lui. Son ton restait plus froid qu’il ne l’était.

« C’est vrai que vous ne savez pas ce qu’il s’est passé. Lyon a été possédé par le Roi Démon. Celui des légendes. Nous l’avons combattu et c’est pour cela que le royaume a envahi Renais. C’est difficile à accepter, mais vous avez seulement connu Lyon qui avait encore la maîtrise de lui-même. » Il prit une légère pause avant de continuer son explication. « Le roi Vigarde a été gardé en vie de cette façon… » Une force qu'il ne comprenait pas. Qu'il ne voulait pas comprendre.

L’expérience la plus difficile de sa vie. Il soupira légèrement et prit une gorgée de son café. Cela faisait du bien. Il détestait cette situation. Mais, en y pensant… Il se mordit la lèvre lorsqu’une pensée vint à son esprit. « Si…  vous êtes morte et que vous êtes ici. Vous croyez que ça pourrait… » Il soupira un moment, et sans la laisser répondre, il reprit. « Non. C’est mieux comme cela. Oubliez. Je préfère rester avec ce que je sais pour le moment. » Après tout, Ephraim ne cherchait pas à comprendre. Il avait vu ce qu’il avait vu. Il savait juste ce qu’il s’était passé et il ne cherchait pas d’explications. La magie et les forces n’avaient jamais été son truc. Il constatait seulement. Il porta le café à ses lèvres et cela le détendit. Il n’aimait pas discuter assis comme ça… mais c’est ce qu’il fallait des fois et il allait le faire.

« Je suis conscient que c'est difficile pour voous, je le vois même. »

______

« I don't pick fights I can't win. »

Ephraim s'exprime en #009999
Ephraim
Lord de la restauration
Age : 20
Métier : Soldat
Messages : 115
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 20/2/2018, 11:07

Ephraim n'eut même pas à répondre à la question pour que Celina comprenne la situation, la réaction du jeune homme étant des plus évidentes. Un instant, elle regretta même d'avoir posée cette question. Celui-ci laissa finalement échapper les mots qui confirmaient le tout. Lyon était donc bel et bien, lui aussi. Se pouvait-il que ceux-ci, le prince de Grado et son paternel, se trouve en ce moment même à Gaïa? Si elle-même était ici aujourd'hui, vivante, il y avait des chances... Bien infimes, mais des chances tout de même. Le jeune homme se mit ensuite à raconter les événements, avec plus de détails que précédemment, de façon à ce que la femme puisse comprendre. Même si elle était une mage, elle avait un peu de mal à accepter l'existence du Démon dont parlait son ancien adversaire, mais celui-ci n'avait aucune raison de mentir, n'est-ce pas? Et puis, il fallait avouer, dans un certain sens, cela la soulageait. Elle avait effectivement remarquée des changements chez son souverain, celui-ci ne sortait plus de ses appartements et ne laissait pratiquement personne y entrer... Et ses ordres étaient tous pour le moins bizarres. Elle avait choisi de rester fidèle malgré tout et même si elle se sentait soudainement extrêmement mal d'avoir été le pion de ce Démon, d'avoir réellement combattu du mauvais côté de la balance, elle était soulagée de savoir que Vigarde n'était pas devenu fou, que ce n'était pas lui qui s'était abaissé à tuer des innocents.

La voix de Ephraim qui résonna de nouveau la tira de sa rêverie. Prenant une longue de son café, elle écouta les paroles de celui-ci, paroles qui faisaient échos avec ses pensées. Lui aussi se posait donc la même question... Malheureusement, elle n'allait pas pouvoir l'éclairer là-dessus. Déposant sa tasse, elle poussa un soupir. Cela semblait désormais être à son tour de parler, de fournir quelques pistes d'explications... Explications qu'elle ne possédait malheureusement pas. Elle tout de même faire son possible pour expliquer ce qu'elle savait. Qui sait, peut-être qu'à deux, ils trouveraient des réponses? Reprenant rapidement une gorgée du divin breuvage, Celina se racla ensuite la gorge avant de prendre la parole.

- Pour vous aussi, cela va sans dire. Je suis à peu près certaine que cette rencontre vous faits aussi bizarre qu'à moi et qu'elle ne vous rappelle pas les meilleurs souvenirs. D'ailleurs, je vous dois des félicitations pour m'avoir vaincu.

La jeune femme essayait de garder un ton léger, propice à la discussion. Après tout, c'était du passé... À quoi bon en vouloir au jeune roi? C'était elle ou lui, cela avait toujours été très clair. Et puis, elle n'avait pas tellement à se plaindre, sa vie à Gaïa était paisible et agréable... Du moins jusqu'à l'apparition d'un cavalier de Renais en sa demeure. Celina reprit la parole, en tirant légèrement son veston vers le bas, afin de laisser entrevoir sa cicatrice à son interlocuteur.

- Je n'ai aucune idée du pourquoi je suis ici, Terra ne semble pas avoir cru bon de m'en informer. Je me suis réveillée en ce monde, tout simplement. Cette cicatrice est la seule chose qui me rattache encore à Magvel, qui me permet de dire que toute ma vie n'a pas été qu'un mensonge, un simple rêve. J'ignorais tout de ce qui avait pu se produire après ma mort avant l'arriver d'un certain Franz dans mon jardin, n'ayant point trouvé de moyen pour retourner dans mon monde... Non, il serait plus juste de dire que Gaïa est mon monde aujourd'hui et que je ne souhaite pas en partir, je ne suis que souvenirs en Magvel, même si j'en ressens certes toujours un certain attachement. Cela peut vous sembler étrange, mais j'ai fait la paix avec mon passé. La seule chose que je regrette toujours est ma faiblesse, autant psychologique que physique. Je m'en veux d'avoir perdu contre vous, mais en même temps, c'était la meilleure chose qui pouvait arriver, j'en suis bien consciente. Surtout avec les explications que vous venez de me fournir, j'ai été bien idiote de rester fidèle à une couronne qui n'existait déjà plus. J'aurais dû écouter Glen, Cormag et surtout, Duessel, au lieu de le confronter. J'ai préféré me voiler la face, actes qui étaient des plus indignes pour mon rang. J'aurais pu faire en sorte d'épargner des tonnes de vies, mais j'ai opté pour la voie facile, la fidélité aveugle. En continuant le combat, j'ai autant causé la perte de plusieurs de mes subordonnées que des vôtres... Jamais je ne pourrai m'amender pour ces crimes, j'ai beaucoup trop de sang sur les mains pour espérer un quelconque pardon... Mais même si c'est inutile... Je tiens tout de même sincèrement à m'excuser pour tout le mal que j'ai pu vous faire, à vous et votre peuple. Ce ne sont que de simples mots, mais je ne peux malheureusement vous offrir plus que cela...

Des larmes avaient commencé à couler depuis un petit moment déjà, avant qu'elle ne se taise finalement. Les mots étaient sortis tout seul, elle avait bien conscience d'avoir beaucoup trop parlé, mais elle n'avait pu s'arrêter avant d'avoir entièrement terminé. Elle devait offrir un bien piètre spectacle au jeune homme. Lors de leur dernière rencontre, elle était si forte, si fière, tout l'inverse de maintenant. Elle ne savait pas du tout comment allait bien pouvoir réagir le jeune roi... Elle espérait presque qu'il n'ajoute rien et s'en aille, qu'il disparaisse à tout jamais de sa vie. Cette rencontre lui avait permis d'être honnête envers elle-même, mais elle aurait préféré continuer de se voiler la face, continuer sa nouvelle petite vie tranquille avec ses bêtes adorées. Désormais, cela lui semblait impossible.
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 81
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 5/3/2018, 07:59

Son seul souhait était de pouvoir passer du temps avec Lyon. Comme si de rien n'était... mpeme si cela se produisait et il revenait à la vie par il-ne-savait-pas quelle magie noire, rien ne serait pareil. Ils avaient tellement souffert et la confiance avait été touchée. Si cea tout cela ne s'était pas produit... ce serait tellement plus simple. Il aimerait tellement être avec lui à nouveau. Évidemment que ce souvenir était douloureux ; il était seulement présent et il n'avait aucune raison de le retirer. Il espérait seulement. Bref, il acceptait ce qu'il avait été fait ; c'était seulement difficile pour n'importe qui de perdre un ami de cette façon aussi difficile. Si seulement il ne l'avait pas connu, peut-être qu'il aurait seulement profiter du combat et apprécié cela, même.

La rencontre était si bizarre pour lui et c'est à ce moment qu'il sentait qu'il n'était pas vraiment plus mature qu'il ne l'était à la fin... il ne savait pas comment réagir, il avait du mal à trouver des mots pour ce qu'il voulait dire. Elle avait visé juste au sujet d'ephraim ; bien évidemment que cela faisait bizarre et que cette guerre n'était pas le meilleur souvenir moral qu'il sooit. Les félicitations lui tirèrent un léger sourire tout de même. Autant que cette guerre avait été atrocement difficile qu'elle lui avait permi de se donner à fond et de combattre. Non pas qu'il voulait une nouvelle guerre, mais elle était suffisante pour satisfaire son envie.

Il écouta la jeune femme. Elle en avait beaucoup à dire. Son seul lien qui lui restait avec Magvel était celui qu'il lui avait créé de orce. Elle avait encore la cicatrice qui montrait qu'elle était morte... Une blessure comme cela. Ses yeux s'ouvrirent lorsqu'il entendit le nom de Franz. Il était ici ?!  ils n'étaient donc pas les seuls... Il hocha la tête... ce n'était pas facile pour elle mais elle commençait à comprendre que ce qui l'attachait était mort il y a un temps. Elle ne pouvait pas agir de la même façon et elle semblait être mesure de tourner la page. C'était important et il garda un sourire. Certes, son peuple avait souffert mais, cette guerre lui avait permi de vivre un temps. Vivre à sa place, où il devait être. Le royaume de Pallas semblait êtr eun pays fait pour lui, dans les grandes lignes de sa vie.  En l'écoutant complètement, il ne dit rien, il continua de la regarder, elle et ses larmes. Cela devait être difficile, bien plus qu'il ne l'imaginait. Après évidemment... Ephraim n'aurait pas pu faire mieux si Eirika avait été dans le cas de Vigarde. Il serait resté avec elle.

Il la laissa vivre ces émotions. Ça devait simplement être difficile. « Vous êtes passez au travers... cela a été horrible pour vous, pour nous tous, seulement... Ici, vous avez quelque chose, non ? Je suppose que cela fonctionne alors. » Il avait appris qu'il devait vivre avec ce qu'il avait. Si seulement Lyon pouvait être présent actuellement. « La guerre amène des pertes et ce n'est jamais joyeux. Maintenant que vous savez, j'espère juste que vous êtes en mesure de comprendre. C'est douloureux pour moi aussi de voir quelqu'un que j'ai tué de mes mains. » Il prit un gorgée avant de regarder ses deux mains. Un léger soupir. « J'ai tué plusieurs fois et j'ai continué... je me suis même satisfait dans cette guerre en combattant. Seulement... je n'ai jamais eu à affronter une de mes victimes par la suite. Ça fait un choc, c'est très... inhabituel. Ça s'est mieux passé que ce que je pensais initialement. » Ce n'était clairement pas facile, mais au moins... il semblait mieux et Celina avait vidé son sac. Il est loin d'être la personne la plus réconfortante du monde... mais si juste être là et faire en sorte qu'elle fasse face à son passé.

______

« I don't pick fights I can't win. »

Ephraim s'exprime en #009999
Ephraim
Lord de la restauration
Age : 20
Métier : Soldat
Messages : 115
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 25/3/2018, 23:34

Étonnamment ou pas, le jeune homme sembla l'écouter jusqu'au bout. Quand ils s'étaient affrontés, Celina avait plus ou moins remarqué que le jeune prince, en tant que combattant aguerri, prenait plaisir à faire la guerre. Et pourtant, malgré le peu de paroles échangées, ils s'étaient compris: le fait d'apprécier la bagarre le tourmentait. Cet homme ne prenait aucun plaisir dans la mort d'autrui, mais il n'était pas taillé pour vivre dans un monde en paix. En ce point, ils étaient semblables, elle-même continuait à s’entraîner chaque jour, question de ne pas perdre la forme et ce même avant de savoir qu'un danger se profilait à l'horizon. Même en se disant qu'elle n'allait plus se battre, rester tranquille dans sa campagne, elle avait dressé Quartz en destrier. L'adrénaline des combats était quelque chose de dur à oublier, une fois qu'on y avait goûté.

Ce fut ensuite au tour d'Ephraim de parler et celui de Celina de sourire doucement. Celui-ci ne fit que confirmer tout ce qu'elle avait déjà entraperçu à son sujet, ce qui n'était pas plus mal. Ils étaient réellement semblable et, en même temps, si différent. Elle prit une gorgée de café, puis une autre, avant de se résoudre à parler. Ses larmes avaient séchées, elle avait dit ce qu'elle pensait et connaissait désormais la vérité sur toute l'histoire, il était temps de passer à autre chose. Certes, les révélations du jeune roi allait la hanter encore un moment, disons que ce n'était pas le genre de choses qu'on entend chaque jour... Mais elle allait s'en remettre. Au moins, tout était clair désormais et elle appréciait le fait ne pas s'être trompée, qu'accorder sa confiance, sa vie, à Vigarde n'était pas une erreur.

- Vous savez, je n'aimerais pas être à votre place. Revoir l'une de mes victimes, je ne crois pas que je le supporterais.

Elle disait ça sur le ton de la plaisanterie, dans l'espoir d'alléger un peu l'atmosphère. Par contre, c'était entièrement vrai. Voir celui qui avait mis fin à tes jours était une chose, revoir une victime une toute autre. Dans leurs cas, en plus, c'était clair et net depuis le début, un duel à mort entre deux pièces importantes. Pas de sous-entendu, pas de coup-bas, il avait gagné à la loyale et aucune animosité n'était présente. Seulement, qu'en serait-il avec un simple soldat, voir même un villageois, qui ne se battait pas ses idéaux, mais qui espérait simplement voir le jour se lever une nouvelle fois? À la guerre, bien peu se battent réellement avec leurs convictions, la majorité n'ont d'autres choix que d'obéir ou le font comme gagne-pain. Peu sont prêts à mourir. Non, il valait mieux ne pas penser à tout cela...

- J'ai entendu parler de menaces qui planaient sur Magvel... Vous êtes ici pour cette raison, comme ce jeune cavalier de Renais?

Le jeune cavalier en question lui avait vaguement décrit la situation, assurant que Grado se portait bien dans l'immédiat, mais sans plus. Elle espérait donc pouvoir en savoir un peu plus, question de choisir sa propre position. Elle ne se sentait pas la force de combattre de nouveau, la crainte de l'échec la hantait... Mais pouvait-elle réellement rester les bras croisées alors que son monde était en danger? Enfin... Son ancien monde du moins, elle ne savait pas si Gaïa risquait quelque chose ou non dans cette histoire.
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 81
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 15/4/2018, 07:42

Il n'était pas la personne la plus consolante possible... et il avait du mal à vivre de l'empathie pour les autres comme cela. Cependant, il ne fallait pas oublier quelque chose : il n'est pas complètement insensible. Il pouvait ressentir la douleur des autres et à ce moment... c'est ce qu'il voyait chez Celina. C'est bien pour cela qu'il avait dit à quel point elle pouvait aimerr Vigarde... ce n'était pas une erreur de suivre cette voie, c'est certain... et pour cela il se devait de le dire, si au moins elle pouvait le voir.

Ils revinrent à lui. Revoir une de ses victimes. C'était clairement l'une des expériences les plus chocantes qu'il avait pues vivre. Il avait encore l'image de sa lance tâchée du sang de Celina. Elle était une personne qu'il connaissait, et maintenant, ils étaient prêts et discutant simplement. « En... effet. Je ne m'y étais pas préparé, c'est certain. » Comment pouvait-il prévoir quelque chose comment ça ?! Mais bon, il avait pris le même ton qu'elle, en souriant à son tour. Il fallait dédramatiser la situation et finalement, l'accepter.

« Mais oui, c'est ce qu'il faut...et nous sommes ici maintenant. »

Il fallait seulement attendre d'être de retour... ce n'était pas facile, et même pour lui, c'était quelque chose qui était assez difficile. Mais bon, Ephraim avait fini par l'accepter et malgré tout, il devait dire qu'il s'en  sortait bien et qu'il appréciait cette place en vrai. Il était quand même hreux d'être ici... il vivait ce qu'il avait toujours voulu tester. Il voulait absolument le vivre... et c'est ce qu'il faisait. Vivre une vivre ordinaire, en tant qu'humain et non en tems que prince héritier d'un royaume. Ça lui faisait du bien, il devait le dire. Même si il voulait quand même sauver son royaume... et que Magvel passait avant tout. Sauf Eirika bien sûr.

« Je suis là pour la même raison... mon royaume est important, plus que tout maintenant... et je ne voulais pas que le montre revive une catastrophe comme ça. Et... je suppose que maintenat vous savez, Franz vous en a parlé si je comprends bien. »

Voir que Franz est là... Ephraim est surpris, mais il voulait savoir s'il pouvait y avoir d'autres personnes qu'il connaissait. « Franz... il allait bien ? Je dois dire malgré tout... Renais me manque et savoir que Franz va bien, ça me ferait quand même plaisir. Forde serait heureux de l'apprendre surtout. » Il était bien satisfait que la discussion change un peu. C'était... plus calme peut-être ? Il avait passé le fait qu'il était maintenant dans une rencontre avec sa victime. Après tout, il la conaissait. « Et vous Celina... ? Que comptez-vous faire ? Rester ici ? Après tout... vous avez quitté Magvel. »

______

« I don't pick fights I can't win. »

Ephraim s'exprime en #009999
Ephraim
Lord de la restauration
Age : 20
Métier : Soldat
Messages : 115
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-