Même pas mal! (PV Genny)

le 19/12/2017, 09:57

Boire pour engourdir légèrement ses sombres pensées était finalement un échec: Celina était bourré, tellement soûle qu'elle ne distinguait plus sa droite de sa gauche. Au moins dans un certain sens, en mettant pieds hors de la taverne, elle se sentait bien, même très bien. Certes, ce n'était qu'illusion, car le lendemain risquait d'être des plus atroces... Mais elle n'était même pas en état de penser à tout cela et encore moins de s'inquiéter pour demain. Pour le moment, sa seule préoccupation était de retrouver l'auberge qu'elle avait louée la veille... Pas facile, pas facile.

Après avoir tourné en rond pendant de longue minute, Celina poussa un excessivement long soupir, se demandant presque s'il n'était pas plus simple de s'étendre là et maintenant en pleine rue pour faire un somme, plutôt que de retrouver son chemin. Hésitante pour la suite des choses... Non, en vrai, il serait mieux de dire que son cerveau a gelé quelques secondes. Quand on essaye d'engourdir ses pensées, parfois, ça fonctionne un peu trop bien... Donc, alors que la femme reprenait légèrement le contrôle de son esprit, elle remarqua qu'elle tenait quelque chose. Rapidement, elle grimaça en reconnaissant l'objet: mais que faisait-elle donc encore avec ça? Elle aurait dû s'en débarrasser depuis longtemps déjà! Une idée germa doucement dans sa tête. Vous devez vous douter de la suite j'imagine... Il est connu qu'une idée en état d'ébriété avancé était rarement une bonne idée; Celina ne fait pas exempte à ce cas, elle l'honore même très bien...

La cavalière s'empara de l'épée à sa ceinture. Oui oui, vous avez bien lu, une arme blanche dans les mains d'une personne ivre était déjà une mauvaise idée en soit, alors dans les mains de la pire épéiste de tout Gaia... Enfin, on ne sait jamais, peut-être que l'ivresse pouvait l'améliorer? Après tout, cela ne pouvait être pire... N'est-ce pas? Et pourtant... Son but était bien simple pourtant: se débarrasser une bonne fois pour toute de cette hideuse toile, en plus de lui permettre de laisser libre cours à sa colère. C'est dans cette optique qu'elle tendit la peinture devant elle de la main gauche, se préparant à frapper de la pointe de son épée. Au moins, ce coup fut une réussite... Si l'on veut. La lame fendit la toile avec une facilité déconcertante et l'élan de la femme était beaucoup trop grand. Sous le choc de la surprise, Celina en échappa son arme, mais le pire était déjà fait. N'arrivant pas à arrêter son impulsion dans les temps, elle s'étala de tout son long sur le sol, le visage écrasé contre la représentation d'Ephraim. Sur le coup, elle ne ressentit rien, aucune douleur. C'était bon signe, n'est-ce pas? Pourtant, le froid commençait à se faire sentir le long de sa jambe droite et un liquide semblait s'écouler doucement... Bizarre tout ça, vraiment bizarre... Le déclic ne semblait pas vouloir se faire dans le cerveau de la femme, l'épée lui avait bel et bien entaillée la jambe, et même plutôt profondément, mais la brume qui recouvrait ses pensées l'empêchait de ressentir toute douleur dans l'immédiat. Si elle ne souhaitait pas mourir une seconde fois, elle allait tout de même devoir se bouger rapidement...
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 79
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 21/12/2017, 16:53

Genny avait de très rares occasions de sortir tard la nuit, non pas parce qu'elle n'avait pas le temps, mais soit c'était l'envie qui n'était jamais présente, soit c'était juste la fatigue. Le travail de soigneuse n'est pas de tout repos, même en n'étant pas en temps de guerre : nombreux sont les accidents qui sont arrivés lors d'entraînement, mais il y a un peu moins de malades. Les gens ici sont plutôt propres et soigneux, ce qui laisse très peu de maladie se propager, mais Istus ayant une grande puissance militaire, beaucoup souhaitent rejoindre les soldats parmi les Istois, parmi eux des hommes peu entraîner au port des armes, et les entraînements peuvent parfois se montrer très rude pour eux. Heureusement, Genny et ses confrères et consœurs istois sont là pour les aider, même si Genny n'aime pas trop tout ce qui est guerre et compagnie.

Enfin, elle avait vu des guerriers peu expérimenté en action, mais c'est la première fois qu'elle assiste à ce curieux spectacle : une guerrière peu talentueuse et bourrée en train de trancher violemment un tableau représentant un homme à la chevelure bleuté et au gabarit imposant. Genny passait par là par pur hasard, elle vagabondait un peu les rues, à la recherche de l'inspiration et du calme, ainsi qu'un peu de vent frais. Elle appréciait sentir le vent froid de la lune fouetté sa tunique d’ecclésiastique, cela lui donnait l'impression de voler un peu ... mais elle n'avait pas pris son bâton, chose assez ... inutile pour elle, l'une des grandes spécialités de Valentia étant que ses mages pouvaient se servir de la magie sans avoir besoin de tomes, mais offrant un peu d'énergie vitale en contre-partie, ce qui était tout de même utile, surtout dans des situations comme celui-là.

La femme qui tenait l'arme blanche avec une chevelure blonde et une cape sur elle, à vrai dire, Genny pourrait avouer que cette tenue ressemble un peu à celle de Boey, sans doute est-ce une mage ? Mais que fait-elle avec une épée dans ce cas ? Dans tout les cas, Genny avait compris qu'elle était envoûter par l'ivresse de la boisson maudite au vu de sa démarche hasardeuse qu'elle avait avant. La soeur voulait l'aider, mais une femme ivre avec une épée en main ne fais jamais bon ménage pour ceux qui veulent venir l'aider, et malheureusement, Genny ne pouvait pas retenir cette femme de commettre un crime artistique en découpant ce tableau, crime réparé lorsque l'épée échappe des mains de la femme pour faire une plaie profonde au niveau de la cuisse de l'ivrogne. Cette dernière ne semblait pas souffrir, mais l'élan la fait chuter contre le tableau aussi blessé qu'elle, et elle ne semble pas bouger.

Genny s'approche doucement, elle voyait la confusion sur le visage de la jeune femme, elle semble être à deux points de s'évanouir. L'arme étant loin de sa main, la soeur pouvait s'approcher d'avantage pour s'occuper de la plaie de la demoiselle, incantant un sort pompant son énergie pour faire un sort de soin, la plaie se renferme petit à petit, jusqu'à ce qu'elle soit assez peu profonde pour que le sang arrête de coaguler comme ici. Elle ne devait pas refermer cette plaie tout de suite, il fallait d'abord vérifier que celle-ci ne soit pas contaminée, de plus, il fallait l'emmener dans un lit afin de s'occuper de plus en détaille sur cette plaie. Difficile de demander de l'aide, personne est dans les environs et cette femme ne semble pas être en état de marcher, Genny tente de la soulever. Elle est moins lourde que ce qu'elle pensait, mais la soeur n'a pas la force de l'emmener dans le temple, étant déjà fatigué par le sort de soin lancé sans "catalyseur". Heureusement, la taverne est bien plus proche, et Genny parvient à la déposer contre le mur de l'entrée. Elle entre dans le bâtiment afin de demander de l'aide.

- S'il vous plaît, j'ai une blessée dans les bras et je n'arrive pas à la porter. Pouvez-vous me donner un coup de main de la portée et un lit sur laquelle la poser ?

Si beaucoup de personnes ne l'entendent pas, étant aussi saoul que la jeune épéiste maladroite, le tavernier arrive tout de même avec deux trois serveurs encore disponible pour transporter la jeune femme jusqu'à la chambre de celle-ci, le sort a fait que cette taverne était celle dans laquelle elle avait réserver une chambre, qu'elle chance elle pouvait avoir ! Genny repart juste reprendre le tableau et l'arme de la jeune demoiselle, arme remplit de sang, sang qui a recouvert sa tunique rose. Elle espère que les autres soeurs ne vont pas prendre peur en la voyant comme cela, elle pourrait faire croire qu'elle était blessé.

Elle entre dans la chambre, les hommes ont réussi à déposer la jeune femme confortablement dans le lit et quitte la pièce pour laisser la clerc s'occuper de celle-ci. Genny retrousse ses manches, voyant déjà une bassine d'eau déjà prêtre, cet homme doit avoir l'habitude d'avoir des clients blessés sûrement. Genny vers de l'alcool fort dans la bassine avant d'humidifié un torchon avec ce mélange, torchon qu'elle utilise pour laver la plaie mise en évidence par la position de la demoiselle.

- Cela va faire mal, mais ne vous inquiétez pas, cela ne va pas durer longtemps ... j'espère ...
Genny
Métier : Clerc/Ecrivain
Messages : 55
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 23/12/2017, 06:33

Un ange; la divine créature qui se trouvait devant les yeux embrumés de Celina ne pouvait être autre chose. Venait-il cueillir la vie de la jeune femme? Non, c'était impossible... Cette jeune demoiselle respirait la bonté. Après tant de crimes, tant de sang sur les mains, la logique optait plutôt vers l'être cornu et malveillant. Et surtout... N'était-elle pas déjà dans ce que l'on pouvait considérer comme la vie après la mort? Le froid intense qui précède le sommeil éternel, elle y avait déjà goûté et ce n'était pas ce qu'elle ressentait actuellement, bien au contraire. Sa conscience s'effaçait certes petit à petit, ses forces déclinaient et elle était fatiguée, épuisée, mais sans trop arriver à dire pourquoi, elle savait que sa dernière heure ne l'attendait pas au tournant... Pour le moment. Même sans bien en ressentir la douleur, en tant que combattante aguerrie, Celina savait pertinemment que cette blessure ne guérirait pas toute seule, sans complication. Si elle n'était pas prise en charge rapidement, elle risquait de perdre, totalement ou partiellement, usage de cette jambe. Le hic? Elle n'avait plus la force de bouger et sa conscience semblait à un doigt de lâcher prise... Celina sourit doucement à sa sauveuse, alors que celle-ci se penchait pour amorcer sa dure besogne, avant de sombrer dans l'inconscience.

Le rideau de noirceur se releva rapidement, révélant une chambre et... des hommes. Où était passé la jeune demoiselle? Celina avait-elle simplement rêvée? Essayant de se redresser, elle grimaça et retomba presque immédiatement dans les abîmes, pendant quelques secondes. Un léger bruit de liquide, celui d'un fluide quelconque tombant dans une bassine, ramena la cavalière à la réalité. Celina entendit plus qu'elle ne remarqua la présence de la demoiselle dans la pièce. Qu'est-ce qui allait bien pouvoir faire mal? S’efforçant d'ouvrir les yeux, elle aperçût finalement l'inconnue tremper son torchon dans un liquide transparent, avant de l'approcher de la blessure. Pourquoi cette personne essayait-elle donc d'aider Celina? Surtout, SURTOUT, avait-elle réellement envie d'être aidée? Si sa survie n'offrait que souffrances supplémentaires, autant abandonner toute suite. De toute façon, elle était déjà morte depuis un moment déjà... Sa voix n'était qu'un souffle pratiquement imperceptible, jusqu'à ce que le tissu frôle la plaie.

- Pou... Pourquoi.. vous- ARRGGH.

Okay, maintenant du moins, elle savait ce que contenait la bassine... Serrant les dents pour ne pas tourner de l’œil de nouveau, Celina referma les yeux et inspira le plus profondément possible. L’alcool, celui dans son organisme, commençait à devenir capricieux et n'atténuait plus très bien la douleur, comme il le devrait. Par chance ou malchance, tout dépend du point de vue, la femme n'en était pas à sa première éraflure et arriva à rester en contact avec la réalité. S'éclaircissant la gorge, elle essaya de nouveau de prendre contact avec l'apparition divine, n'essayant même pas d'être compréhensible pour son interlocutrice. Après tout, son cerveau avait encore de la difficulté à capter que cette personne était de chair et de sang, une simple humaine, ni plus ni moins. Une humaine utilisant la magie, certes, mais une humaine quand même.

- Pourquoi perdre... votre précieux temps... à sauver quelqu'un... déjà mort?

Oui bon, la réponse était plutôt simple: cette jeune fille ne devait surement pas être au courant de l'état de Celina. Pourtant, c'était la seule question qu'arrivait à formuler le cerveau endolori de la femme. De toute façon, sa voix était tellement faible qu'elle avait peu de chance d'avoir été captée par les oreilles de l'inconnue... N'est-ce pas? Un éclair de lucidité la traversa, juste le temps de lui faire regretter ces paroles. Se passant la langue sur ses lèvres sèches, elle hésita à ajouter autres choses. Finalement, elle opta pour un seul et unique mot, prononcé d'une voix rauque, du ton le plus autoritaire – c'est-à-dire bien peu – que le pouvait Celina dans l'instant présent.

- Partez.

Toute sa vie, elle avait fait attention aux apparences. Toute sa vie, elle s'était efforcée de se montrer forte et indépendante. Alors pourquoi aujourd'hui elle n'y arrivait plus? Pourquoi ces derniers jours se montrait-elle toujours si vulnérable aux autres? Celina n'avait pas besoin d'aide... Ou plutôt n'en souhaitait pas.
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 79
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 28/12/2017, 17:02

Genny avait beau avoir prévenu la demoiselle que ce qu'elle va faire va la faire souffrir, elle se sentait mal lorsque, au moment où le torchon trempée d'eau et d'alcool vient effleurer sa plaie de manière douce, elle se mette à crier de douleur. La jeune sœur aurait préféré qu'elle reste endormie le temps de désinfecter sa plaie ... mais au moins, c'est une preuve qu'elle est encore consciente malgré l'alcool et la blessure. La jeune demoiselle rose continue de désinfecter la plaie avant de la laisser respirer un peu. Elle pouvait maintenant renfermer sa plaie totalement sans risque d'infection. Elle attendait cependant qu'elle se calme totalement avant de pouvoir continuer à utiliser son sort de soin, le temps qu'elle reprenne un peu mieux ses esprits. Elle lui attrapait le bras au niveau de son poignet pour mettre son main sur son genou, non seulement pour la rassurer un peu, mais aussi pour vérifier son poux et sa conscience si jamais elle ne dit rien. Heureusement, dans un raclement de gorge, elle semble prononcer des paroles doucement, mais malgré la fatigue, la soigneuse de Valentia entend tout ce qu'elle dit ... quelqu'un de déjà mort ?

- C'est mon rôle est de soigner les personnes blessés que je rencontre madame ... Même s'ils ne souhaitent pas de mes soins.

Bien évidemment, elle n'allait pas soigner un ennemi en temps de guerre, cela allait de soi bien sûr, cependant, s'agissait-elle d'un héro mort dans son monde ressuscité par un dieu ou une déesse pour combattre un mal qui ronge celui-ci ? Elle en avait entendu parlé, et elle savait que ce n'était pas des mensonges : quelque part dans les rues on parlé de Berkut, le cousin de Alm décédé chez elle, mais en vie ici, cette personne doit avoir accomplie d'héroïques actions pour qu'elle se retrouve ici ... pourtant, elle a l'air de déprimé de sa nouvelle vie. Elle avait utilisé toute ses forces pour lui dire de partir de la manière la plus autoritaire possible en vue de son état.

- Navré, mais je reste, que vous le souhaitez ou non. Si vous mourrez alors que j'avais le pouvoir de vous soignez, je ne me le pardonnerais jamais ...


Elle savait que cette blessure pouvait être létale sur la durée, elle était profonde mais facile à soigner. Même Genny qui avait un gros manque en confiance en soit savait qu'elle pouvait la soigner facilement. Elle lâche le bras de la femme pour incanter de nouveau son sort de soin, piochant dans ses réserves pour apaiser la douleur, puis refermé petit à petit la plaie de la jeune femme. La blessure était partie, mais elle pense qu'une autre peut se cacher sous ses vêtements.

- Je dois vous déshabiller pour vérifier que vous n'aviez pas d'autres blessures, navré de devoir faire attente à votre pudeur ... mais je dois vérifier que vous n'avez rien de grave autre part.

Elle commence par retirer ce qui reste du bas de la demoiselle, en commençant par les bottes, puis son pantalon qui laissait apparaître une longue feinte causé par la lame. C'était la partie facile, mais il se pouvait qu'un violent coup de pied pourrait blesser la sœur lors de sa bonne action.
Genny
Métier : Clerc/Ecrivain
Messages : 55
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 29/12/2017, 18:17

Son... rôle? Cela sonnait un peu présomptueux, non? En tout cas, elle était collante la petite. En plus de refuser de partir, elle continuait ses soins avec la plus grande douceur. Bien sûr, dans sa vie, Celina avait vu des tonnes de soigneurs – compétents ou non – mais quelqu'un qui soignait sans bâton, c'était une première. Par contre, elle était encore bien trop imbibé d'alcool pour que l'information l'étonne à sa juste valeur. Elle haussa simplement un sourcil à cette vue, laissant échapper un simple mot, qui s'adressait beaucoup plus à elle-même qu'à la fillette bouclée.

- Comment...?

En tout cas, sa technique de soin semblait fonctionner puisque Celina ne ressentait désormais plus aucune douleur. Pourtant, la jeune sœur ne semblait pas en avoir terminé, entreprenant de déshabiller la blessée, en commençant par les bottes, suivi de près par le pantalon, tout en expliquant pourquoi elle faisait cela. La femme poussa un soupir, par chance que le concept de pudeur était un peu abstrait pour elle: cela allait être la seconde fois en moins de vingt-quatre heures qu'elle se retrouverait en sous-vêtements devant une parfaite inconnue. Vraiment, l'air d'Istus – ou de Cerulis? - ne lui allait pas du tout.

Ne souhaitant absolument pas blesser sa bienfaitrice, Celina se retint de bouger avant que celle-ci n'en ai terminé. En attendant, elle promena son regard dans la pièce. Au bout d'un court instant, celui exact où l'inconnue achevait de lui enlever son pantalon, son regard croisa ses possessions au sol. Mais que... Comment son épée et le tableau s'étaient retrouvés là? La fille-mouton devait surement en être la cause... Mais pourquoi l'avoir ramassé? Sous l'effet de l'alcool, les sentiments de Celina jouaient aux montagnes russes. La seule vue de la toile suffit à réveiller de nouveau sa colère.

Profitant du léger état de faiblesse dont se trouvait la fillette suite aux soins, Celina se redressa brusquement. Sous l'effet de la colère, de l'adrénaline coulait dans ses veines, l'aidant à bouger plus ou moins normalement. Certes, sa blessure était refermée, mais le sang qu'elle avait perdu l'avait un peu affaiblie, en plus de l'énorme manque de sommeil combiné à la boisson. Se mettant debout, elle hésita une fraction de seconde sur la direction à prendre, avant de finalement se diriger vers la bassine. Vu la douleur qu'elle avait ressentie un peu plus tôt, l'objet devait renfermer de l'alcool plutôt puissant. Sans faire ni une ni deux, elle en engloutit quelques gorgées et grimaça. Avant de laisser le temps à la sœur de réagir, elle se dirigea vers son oeuvre d'art, la ramassa et la jeta par la fenêtre, manquant au passage de passer par l'ouverture, elle aussi. Reprenant son équilibre, Celina se tourna vers la jeune, sa colère disparue aussi rapidement qu'elle était venue, disparue avec la toile.

- Pourquoi l'avoir ramassé?

Elle n'attendait pas réellement de réponse à sa question, ne la posant que pour la forme. Elle entreprit, par contre, de détailler sa bienfaitrice du regard, chose qu'elle n'avait pas encore faite. Depuis quand une pièce était plus importante qu'une personne? Enfin bref. Ce qu'elle y vu lui plut énormément. Un peu plus tôt, dans les vapes, elle avait confondu la jeune sœur avec un être divin, mais en réalité, celle-ci n'en était pas si loin: elle était mignonne comme tout. Un visage angélique et des une chevelure qui semblait si douce... Elle ne devait même pas avoir la vingtaine. S'approchant en chancelant, elle tendit la main droite vers la joue de la jeune femme.

- Vous êtes si mignonne!

Oui bon, ce n'était pas ses meilleures paroles, mais Celina était encore totalement bourrée et c'était les seuls mots qui lui venaient à l'esprit. De toute façon, au niveau de se taper la honte, elle ne pouvait pas vraiment empirer son cas. Après tout, cette fillette venait de la soigner d'une blessure qu'elle s'était infligée elle-même...
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 79
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 29/12/2017, 19:48

Pendant que Genny soignait, elle ressentait que sa patiente était surprise ... pourtant, les soigneurs ne sont pas si rares que ça, est-ce le cas dans son monde d'origine ? Ça pourrait expliquer pourquoi elle semble si réticente à se faire soigner, mais Genny ne pense pas que cela vienne du fait qu'elle soigne sans bâton, pour elle, c'est naturel. A Valentia, les mages n'utilises pas des tomes, et si les sœurs ont quand même un bâton, elles savent soigner sans. Mais la magie qu'utilise les sœurs de Valentia nécessite de puiser dans leur réserve physique, ce qui fatigue le soigneur, mais la plupart comme Genny possède un anneau de soin pour pallier à cette faiblesse. Mais elle n'a pas cet anneau sur elle en ce moment, elle contait dormir juste après cette promenade ... et elle est maintenant encore plus fatiguée après ce soin.

- Qu'est-ce qui se passe madame ?

Elle voulait savoir pourquoi elle a demandé comment ... la soeur ignore les questions qu'elle se pose en ce moment. Il est déjà difficile de deviner ce que pense une personne bourrée ... donc si elle pose des questions sans les finir, il est encore plus difficile de savoir ce qui la choque. Mais Genny veut faire passer ses soins en premier, elle avait commencé à déshabiller la demoiselle au niveau du bas, lui ayant retiré le pantalon et les bottes. Elle inspectait les jambes de la demoiselle, elle y remarque quelques bleus, mais rien de bien grave nécessitant des soins. La jeune fille passe ensuite au haut du corps, ouvrant le veston de la dame après l'avoir soulagé des épaulières qui retenaient sa cape, manipulant ses bras avec douceur pour éviter de la blesser d'avantage. Là aussi, elle a quelques bleus, mais elle a aussi quelques cicatrices apparentes qui semblent dater d'un moment.

Mais Genny manque de tomber à la renverse lorsque, d'un seul coup, la femme se lève avant qu'elle ait fini de l'inspecter, en fait elle se retrouve décaler contre son grès tandis que la femme semble s'avancer furieusement vers la bassine. Que faisait-elle ? La soeur voulait agir, mais tout se passe si vite ... elle semble totalement débordée lorsqu'elle la voit saisir une bouteille d'alcool, celle qu'elle a utilisé pour désinfecter sa plaie.

- Non, ne buvez pas ...

Trop tard, le temps qu'elle réagisse, la voilà en train d'avaler tout le liquide chaud d'un alcool très fort, de quoi rendre saoul un amateur d'alcool confirmé. La soigneuse se sentait impuissante lorsqu'elle la voit devenir plus ivre qu'elle l'était, c'est du moins l'impression qu'elle a. Genny n'a le temps de ne faire qu'un pas lorsque la dame attrape le tableau pour ensuite la lancer par la fenêtre ouverte, laissant entendre au loin un fracas en bois. La jeune fille est choquée de voir tant de violence d'un seul coup, toute une colère qui vient d'être expulsée sur ce portrait, colère apaisée, mais elle sentait la haine à son égard lorsqu'elle demande pourquoi elle a ramené ce tableau ici.

- Mais ... c'était votre tableau ... Je voulais juste vous faire plaisir ...


Sa peur grandit en la voyant arriver vers elle, mais Genny est terrorisée, clouée sur place sans savoir quoi faire. Elle ne tremble pas, mais reste recroquevillée sur elle-même, elle se serre contre soi-même comme pour essayer d'encaisser un coup. Mais la femme semble devenir plus affective, plus ... gentille ? Sa main se rapproche de sa joue droite, comme pour la caresser : elle la trouvait mignonne, et la jeune fille aux cheveux bouclés ignorent comment le prendre d'une personne ivre et sans doute ne se contrôlant plus. Cependant, sa démarche finit en catastrophe : Genny voit la femme qu'elle a soigné chuter à cause d'un équilibre incertain. Elle sentait sa poigne sur sa tunique et elle entend le tissu se déchirer et se décrocher pour suivre la femme par terre. Une grand partie de son unique vêtement a été déchiré, la jeune clerc se retrouve avec ses sous-vêtements à la vue de tout le monde, ou plutôt à la vue de l'ivrogne. Elle est choquée, elle essaie de pousser un cri de panique, d'hurler au secours ou de prendre son courage pour s'enfuir ... mais elle recule en camouflant sa lingerie, effrayée par la femme qui semble se relever encore. Elle chue contre le coin de la pièce, serrant ses jambes et camouflant son soutien-gorge, paniquant en imaginant les futures réactions de cette femme.
Genny
Métier : Clerc/Ecrivain
Messages : 55
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 5/1/2018, 05:01

Lui faire... plaisir? Mais comment avait-elle espérée lui faire plaisir? N'avait-elle rien compris à la drôle de scène qui s'était déroulée devant ses yeux, un peu plus tôt? À quel moment cette fillette avait regardé Celina et s'était dite: tiens, elle est tellement bourrée qu'elle se blesse en essayant de détruire ce tableau, je suis sûre qu'elle y tient beaucoup!... Quelque chose ne devait pas tourner rond dans la tête de la jeune femme-mouton. Voilà ce que pensait Celina en avançant maladroitement vers celle-ci. Bon d'accord, pas dans ces mots, pas aussi clairement que cela, mais c'était tout de même sensiblement ce que son cerveau embrumé essayait de lui communiquer. Par contre, en se concentrant trop sur ses pensées... Son corps ne réagit pas du tout de la bonne manière et s'écroula vers l'avant. Avant même de comprendre ce qui venait d'arriver, elle entendit un drôle de son de déchirure. Que se passait-il? Secouant la tête, elle fut surprise de se voir si près du sol. Redressant le regard vers la soigneuse, question d'essayer de comprendre la situation, elle ne fit que se poser encore plus de questions.

- Que... Je... Je... Désolé.

Vive l'alcool. Désormais, Celina n'arrivait même plus à formuler une phrase cohérente... Ou peut-être était-elle même incapable de formuler une pensée cohérente? Cela expliquerait aussi le fait de ne plus être en état de parler. En tout cas, en désespoir de cause, elle s'était rabattue sur un seul mot, des excuses. Même si elle ne comprenait pas vraiment ce qui se passait, que la réaction de la jeune femme lui semblait exagérée, elle comprenait plus ou moins que c'était de sa faute. En tout cas, elle semblait avoir déchiré la robe puisqu'un morceau se trouvait toujours dans sa main... Elle essaya de se relever mais lasse d'échouer, décida finalement de simplement s'adosser au lit, regardant toujours en direction de la sœur, essayant de comprendre son comportement.

Bon d'accord, elle venait de lui déchirer ses beaux habits... Celina pourrait aisément comprendre si jamais la fillette se mettait en colère et lui hurlait dessus. Même, cela serait tout à fait normal! Cette personne venait de la soigner et voilà comment la cavalière la remerciait... Mais pourtant, la petite ne semblait pas en colère, pas du tout. Elle semblait plutôt... Effrayée? Pourquoi? Faisait-elle si peur que cela? Elle n'avait pas fait exprès d'arracher ses vêtements, la jeune femme avait bien dû s'en rendre compte... Remarquant finalement avec quel acharnement celle-ci essayait de cacher sa peau nue, ou plutôt l'information se rendit finalement jusqu'à son cerveau, Celina rougit légèrement en détournant le regard et attrapa une couverture sur le lit avant de la lancer en direction de la pauvre fille. Son tir manqua bien sûr de force et ne fut pas très précis, mais le tissus atterrit tout de même assez près de sa destination, elle n'avait qu'à étirer un peu le bras pour l'atteindre.

- Ton... nom...?

Elle souhaitait lui dire qu'elle allait la dédommager, qu'elle était désolée, qu'elle n'allait pas regarder, mais elle en était incapable. Déjà, malgré sa totale confusion et ses sens profondément engourdis, Celina ressentait tout de même une grande honte, qui semblait sur le point de la dévorer. Honte d'avoir autant bu, honte de s'être blessée aussi minablement et surtout, honte d'avoir fait subir cela à son bon samaritain. Tout ce qu'elle réussit finalement à dire fut ces deux mots et encore, ils étaient plus marmonnés qu'autres choses. En attendant la suite des choses, Celina ferma les yeux un instant, épuisée de voir le décor tourner autour d'elle.
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 79
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 13/1/2018, 17:53

Genny était effrayé ... l'alcool qu'elle avait bu, ce n'était pas de l'alcool ordinaire. Elle savait que les gens sous l'effet de cette boisson font parfois des actions qu'ils regrettent plus tard et qu'ils n'ont jamais voulu faire ... l'alcool que venait de boire cette femme était un alcool à usage médical, donc bien plus fort que la normale. La prêtresse pensait donc qu'elle ne voulait à la base pas détruire ce tableau, c'est pour ça qu'elle l'a ramené dans cette chambre ... elle n'avait pas l'attention de la rendre colérique à ce point. Et elle qui pensait qu'elle perdait tout ces moyens, elle avait peur lorsqu'elle lui déchire le vêtement en voulant la caresser ... la sœur n'était pas forte physiquement, mais elle n'était pas bête, elle connaissait les ravages de cette boisson maudite qui a déjà détruit plus d'une vie. Genny avait donc peur, peur de l'effet que pouvait encore avoir l'alcool sur elle, peur qu'elle passe à l'acte sans le consentement dans les deux camps.

Heureusement, la frayeur redescendis lorsqu'elle entendit la femme s'excuser, elle était encore lucide. La plus vieille du duo tente de se relever en vain, l'alcool ne lui permettait pas d'avoir une position très stable. Genny avait maintenant moins peur lorsque sa "patiente" remarque le bout de tissu rose en main et que l'état dans lequel elle était juste après soit transmis à son cerveau enivré par l'alcool. La soigneuse pouvait voir la culpabilité dans ses yeux, elle prenait conscience de ce qu'elle a fait. Elle arrivait à contrôler ces pulsions, c'est déjà ça, elle tente même de couvrir la demoiselle en lançant une couverture sur elle. Son état ne lui permettait pas d'utiliser toute sa force, et la couverture atterris un peu plus loin de là où se trouve Genny. Cette dernière a juste à tendre le bras pour attraper la couverture et s'enrouler dedans avant de se relever avec beaucoup plus de facilité que la femme qu'elle a soigné. Elle voulait son nom ... la soigneuse ne voyait pas pourquoi elle devait le cacher.

- Genny ... je m'appelle Genny.


La soigneuse se sentait un peu plus confiante désormais, elle s'approche de celle qu'elle a soigné pour tenter de la stabiliser avant qu'elle ne se mette à tomber. Ce n'est pas ce qui se passe, mais son présentement lui dit que ça ne va pas tarder. Elle a déjà chu une fois, elle peut encore chuter une autre fois. Genny a peut-être eu la peur de sa vie, regrettant même de l'avoir soigner pendant un moment, mais Milla a dû entendre ses prières au-delà de sa mort. Elle aide la femme à se remettre sur le lit, si elle tombe, ce sera sur un matelas, pas par terre.

- Restez assise ou couchée ici, et reposez-vous. Vous avez trop bu, et vous avez déjà fais beaucoup de dégâts.

Bien sûr, cela incluait la destruction de sa tunique de clerc, mais elle devait s'en douter un peu. Genny aide l'ivrogne à avoir une position confortable, elle ne connaît même pas le nom de cette femme ... mais c'est courant dans la carrière d'une soigneuse de ne pas connaître le nom d'une blessée. Enfin, Genny s'écarte pour laisser un peu d'espace pour la blesser, attrapant une chaise pour l'avancer vers le lit, à une distance assez raisonnable pour qu'elle ait un œil sur elle et pour que la femme puisse se lever sans être gêné. Elle s'y assis, et veille sur cette femme, elle peut rester toute la nuit si c'est possible ...
Genny
Métier : Clerc/Ecrivain
Messages : 55
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 21/1/2018, 09:38

Genny... C'était un bien joli prénom, qui collait plutôt bien à la jolie frimousse de la jeune fille. Rouvrant les yeux, Celina entreprit de se redresser, remarquant que le monde continuait toujours à tourner autour d'elle, peut-être même avec encore plus d'acharnement que précédemment. L'alcool qu'elle venait d'ingérer commençait réellement à démontrer ses effets, empirant son état déjà pas très au point. Par chance, avant qu'elle ne tombe de nouveau au sol, la jeune soigneuse l'empoigna et l'aida à rejoindre le lit. Se reposer... Oui, cela serait une bonne idée, n'est-ce pas? Trop bonne pour notre ivrogne national en tout cas.

Il vient un moment, souvent celui juste avant le seuil du coma ou d'être malade en chien, où l'on passe par toute la gamme d'émotion possible, en une fraction de seconde: voilà exactement où en était Celina. Assise confortablement sur le lit grâce à l'aide de la fillette, elle se mit à rigoler nerveusement toute seule, un brin honteuse de la situation, avant d'éclater franchement de rire, se sentant totalement ridicule. Soûle comme elle l'était, sa propre situation l'amusait grandement dans l'instant, revoyant défiler les derniers événements dans sa tête. Elle était trop déconnectée de la réalité à ce moment pour bien comprendre les dits événements et continuer à ressentir cette honte qui était pourtant si tenace juste avant. Désormais, elle les voyait d'un point de vue extérieur et ne pouvait s'empêcher de trouver qu'elle offrait un spectacle incroyable.

Ce fou rire dura quelques minutes, puis se fut la chute. Lentement mais surement, les rires se transformèrent en sanglots, des vrais, tenaces. Quand avait-elle pleurée pour la dernière fois?... Ah oui, cela datait de la visite de Franz, mais c'était à l'écoute de mauvaises nouvelles et elle s'était rapidement contrôlée, alors que maintenant... Celina ne contrôlait rien du tout. Enfouissant son visage dans ses mains, elle avait bien beau essayer de l'éteindre, le robinet continuait de couler en abondance. Refouler ses sentiments de sa rencontre avec Ephraim avec de l'alcool, elle aurait dû s'y attendre... Mais non. Aujourd'hui, elle avait enchaîné bourde sur bourde de toute façon.

- Vous ne comprenez pas...

Ces mots n'étaient qu'un souffle, murmurés entre deux sanglots. En réalité, Celina avait toujours le visage caché et ne savait donc pas si la jeune femme l'écoutait, elle ne pouvait même pas affirmer avec certitude que celle-ci était toujours dans la chambre. Seulement, le surplus d'alcool lui enlevait tout filtre et elle ne contrôlait pas ses paroles. Jamais, sinon, elle aurait continué sa phrase de la façon suivante.

- Cet homme sur le tableau... Il est celui qui m'a fait cette... marque.

Appuyant ses propos du geste, elle posa sa main droite sur son cœur, ne se souciant pas de tout que la fillette voit les larmes qui continuaient de couler le long de ses joues. Bien sûr, par ce geste, elle montrait sa vilaine cicatrice, celle qui lui ôta la vie autrefois. Lors de son inspection un peu plus tôt, vu la taille de la chose, il était impossible que la soigneuse ne l'ai pas remarquée. Après la colère, ce fut l'hilarité et maintenant, la tristesse. Qu'est-ce que cela allait bien pouvoir être par la suite?
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 79
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 23/1/2018, 18:01

Genny avait souvent soigner des personnes ivres ... mais ivres à ce point, jamais. En fait, c'était bien la première fois qu'elle voyait quelqu'un boire de l'alcool médical, bien plus puissant et ravageur que de l'alcool normal. Ainsi, elle est étonnée de voir la jeune femme se mettre à rire aux éclats sans même comprendre la cause de cette hilarité ... Dans tout les cas, la soigneuse ne pense pas que ce soit par moquerie, après tout, elle l'a aidé ... mais la jeune fille s'inquiète quand même. Elle n'est pas dans son état normal, et malheureusement, la soeur de Milla ne peut pas soigner l'ivresse. D'un certain point de vue, elle se dit que ce serait tant mieux, cet état est une prévention du corps humain pour dire stop à l'alcool qui fermentait dans l'estomac. Genny n'avait jamais bu, mais les rares fois qu'elle a vu quelqu'un boire ... elle s'en souviendra encore et elle ne pense pas soigner la folie engendrer par cette boisson. Pas étonnant que certains religieux l'appelle "la boisson du diable" ou d'autres dieux perfides et fourbes.

Elle entendait ensuite sa patiente pleurer ... pourquoi donc ? Devenait-elle une personne bipolaire à cause de l'alcool ? Décidément ... Genny se dit qu'elle fait les meilleurs choix. Certes, sans doute qu'elle serait encore habillée en ce moment si elle ne l'avait pas soigner, mais elle se dit que ne pas boire d'alcool aurait été le meilleur choix qu'elle pourrait faire. La jeune fille attend cependant qu'elle se calme, l'envie de la serrer dans les bras lui tente pour pouvoir la calmer ... mais devant ce changement soudain de caractère, qui sait ce qu'elle fera après qu'elle ait fini de pleurer. Elle se lève juste de la chaise en l'écoutant, elle voulait juste faire un peu plus de place que prévu pour ne pas la gêner dans ces lamentations. Elle dit qu'elle ne comprenait pas, que l'homme qui était sur le tableau était celui qui l'avait tué ... mais dans ce cas, oui, elle ne comprenait pas du tout.

- Oui ... je ne comprend pas. Je ne comprend pas pourquoi vous aviez un tableau qui représente votre bourreau. Si vous le détestiez, pourquoi avoir ce tableau ? Et pourquoi ne l'avoir détruit qu'une fois ivre ? Pourquoi pas avant ?


La jeune soigneuse n'arrivait pas à connecter de liens logiques entre tout ça ... surtout, ce tableau ne pouvait pas traîner n'importe où. Si ce tableau était dehors de base et traînait par terre, ce serait logique ... mais qui laisserait traîner une croûte comme celle-là. Enfin ... malgré ses tentatives de rester un peu à l'écart, il semblerait que les pleurs ne cessent pas. Elle ignore comme a été fabriqué cet alcool, mais sans doute contient-il quelque chose qui ouvre le coeur des gens ... il n'y a qu'un moyen de le savoir de toute manière ... et Genny ne pouvait la laisser comme ça. Elle se dit que, tant pis, elle a déjà plus de vêtement et de toute manière, bourrée comme elle est, elle se sera assoupie avant d'avoir commis l'irréparable. La jeune fille bouclée s'approche et enlace donc la blessée dans ses bras, l'enveloppant avec la couverture qu'elle lui a donné pour caché ses sous-vêtements.

- Libérez-vous, faîtes un peu de place dans votre cœur et relâcher toute la pression que vous avez. Je suis là pour prêter mon épaule pour pleurer et mes bras pour vous consoler.

Il le fallait, pour le bien de cette dame ... il fallait qu'elle se lâche.
Genny
Métier : Clerc/Ecrivain
Messages : 55
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 19/2/2018, 22:06

Visiblement, la jeune soeur ne savait pas comment réagir face à la débauche de Celina. Qui pouvait l'en blâmer? Pas elle en tout cas, elle avait déjà bien du mal à comprendre la situation. Pourquoi n'arrivait-elle pas à tarir ces larmes? Ce n'était pourtant ni le moment, ni l'endroit pour pleurer... Et pas du tout son genre aussi. La fatigue commençait grandement à l'engourdir, mais elle luttait contre le sommeil. Oui, elle avait une dernière chose au minimum à faire avant de pouvoir se reposer un tant soit peu... Ou plutôt deux, puisqu'elle devait avant tout reprendre le contrôle sur elle-même. Elle n'entendit que très vaguement la réponse de Genny et les questionnements de celle-ci. Finalement, la fillette sembla oublier sa frayeur première et vint même s'asseoir sur le lit, aux côtés de sa patiente, allant jusqu'à l'enlacer pour la réconforter. Vraiment, quel spectacle pitoyable Celina devait offrir, la grande et fière générale, réduite à pleurnicher dans les bras d'une enfant. Il allait falloir repasser pour le fait de montrer le bon exemple aux générations futures hein...

Après quelques minutes, la jeune femme arriva finalement à reprendre le contrôle de ses émotions - ou peut-être était-ce simplement que son corps avait épuisé toutes les larmes disponibles? - et elle se sentit soudain mal à l'aise de la proximité avec sa sauveuse. Il était un peu tard pour l'excès de fierté, mais plus les effets de l'alcool se dissipait, plus la honte l'assaillait. Bon, elle était encore bien loin d'avoir dessoûler, au moins elle se trouvait dans un état d'ivresse avancé, mais cela était déjà un tantinet mieux. Au moins, elle arrivait à réfléchir... Même si ses réflexions se révélaient totalement stupide, c'était mieux que rien, non?... Comme l'idée d'essayer de se lever, oui oui, vraiment. Essayant de redonner la couverture à la fille mouton tout en se redressant, Celina ne réussit finalement qu'à s'empêtrer et s'étaler, pour la seconde fois, face contre le plancher. Bien sûr, ce fut plutôt sa fierté que son corps qui accusa le choc. Se tenant contre le lit, elle entreprit de remettre son veston, évitant soigneusement de regarder en direction de sa compagne. Déjà, elle voulait éviter de gêner encore plus celle-ci, qui semblait plutôt pudique... Et de toute manière, elle-même avait bien trop honte de son comportement, de ce qu'elle avait fait, pour soutenir le regard de la pauvre fille.

Après avoir péniblement remis son pantalon et son veston, elle fit un premier pas vers ses autres possessions, au sol, mais se mit rapidement à voir des étoiles et chancela légèrement. Accrochant au passage la table avec la bassine pour garder son équilibre, la rudesse de son geste renversa la bouteille, qui alla s'écraser au sol, déversant le restant de son contenu. Celina bafouilla des excuses et arriva finalement jusqu'à ses bagages, farfouilla à l'intérieur et en sortit une petite bourse. L'ouvrant, elle se mit à regarder les piécettes et du se rendre rapidement à l'évidence: ses capacités cérébrales, dans l'immédiat, étaient insuffisantes pour compter convenablement. En soupirant, elle referma la bourse et la lança en direction de Genny... 'Fin, il serait plus juste de dire qu'elle la lança de manière totalement aléatoire, vers ce qu'elle supposait être la position de la jeune femme.

- Prenez... C'qu'il vous faut... Pour... R'payer vot' robe...

Parler de cette façon ne lui ressemblait pas, mais elle avait encore un peu de mal à bien prononcer, sa bouche étant extrêmement pâteuse. De plus, son cerveau avait de la difficulté à aligner les mots, alors nécessairement, ce n'était pas très fluide... Mais bon, tant qu'elle pouvait être comprise, ce n'était pas bien important. Utilisant le mur comme appui pour se diriger vers la sortie, avançant à petit pas, elle devait focaliser son entière attention pour ne pas tomber, ignorant du même coup les agissements de la jeune sœur. Avait-elle récupéré la bourse? Y avait-elle prit un peu d'argent? Celina espérait que oui. Tout en continuant d'avancer, elle essaya de répondre du mieux possible aux questions qui lui avaient été posées précédemment.

- Ce tableau... C'moi qui l'ai peint. Pourquoi?... Je serais moi-même bien en mal... de répondre à cette question. Mais cet homme... Je l'ai croisé, dans la rue... Il y a quelques heures à peine...

Bien sûr, à aucun moment Celina n'avait essayé de regarder en direction de son interlocutrice. Pour le moment, elle n'avait qu'une seule idée, sois atteindre la sortie de la chambre pour aller voir le tavernier et lui demander des vêtements temporaires pour la pauvre fillette, en attendant que celle-ci puisse aller s'acheter une nouvelle robe. Elle ne pouvait tout de même pas laisser la jeune sœur sortir de la chambre en sous-vêtement... Et lui demander si elle avait des vêtements de rechange ne lui vint même pas à l'esprit. Comme la jeune ne s'était pas vêtue depuis l'accident, Celina en avait déduit que c'était sa seule robe.

- Je reviens...
Celina
Age : 23
Métier : Éleveuse de chevaux
Messages : 79
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-