C'est encore pire que la plage! ft Dalila

le 5/1/2018, 07:14

Une dune de sable blanc, le ciel ardent, et puis encore une autre dune et une autre dune, et la soif, puis encore une dune, suivie par... une dune et davantage de dunes. Voici le calvaire auquel Leo avait été condamné depuis... combien d'heures déjà? Plus qu'en contenait une journée, c'était certain! La position du soleil, ce traître malfaisant et impitoyable, semblait suggérer qu'à peine une ou deux heures l'avaient vu déambuler dans cet enfer sans fin. Mais pouvait-on réellement se fier à ce cruel bourreau incandescent, dans ce nouveau monde?

Le prince nohrien étouffait dans son armure noire. L'ancien Oghma (ou s'agissait-il plutôt du Diable en personne? On se le demande...) ne lui avait pas signifié qu'il le précipiterais ainsi dans ce purgatoire, sans accueil ni la moindre ressource à sa disposition. Pire encore, même s'il n'avait pas la moindre notion de survie dans le désert, le jeune érudit savait néanmoins qu'il risquait facilement que de tourner en rond, sans espoir de s'échapper. À cette seule pensée, la tête lui tournait déjà... Malheureusement, il n'avait guère d'options; si ses chances étaient minces ainsi, elles étaient carrément nulles s'il restait au même endroit.

Le souffle court, Leo continua ainsi à franchir les dunes, toutes aussi grandes et identiques les unes que les autres. Combien de temps s'écoulait encore? Il ne croyait plus pouvoir tenir plus longtemps... Fatalement, le voyageur égaré trébucha, et s'effondra dans le sable. Au prix d'un grand effort, il se retourna sur le dos. C'était la fin. Confusément, il s'empara de son tome Brynhildr, et dans un dernier geste conscient, conjura un grand arbre, pour obtenir désespérément un peu d'ombre et signaler un éventuel voyageur. Dans un état second, le visage rouge vif, le pauvre délirait, à propos d'Oghma, d'un vieil homme, de Nohr et du soleil, toujours le soleil...
Leo
Messages : 14
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 5/1/2018, 20:42

Le désert… Terrible lieu… Endroit de mort et de traitrise… Il n’y avait pas de lieu plus mortel, quelques soit le monde, que les terribles déserts. Aride et sec le jour… Glacial la nuit… Non préparé, un désert était symbole de mort, était le lieu où la vie pouvait être brisé, détruite, brulé comme les corps qui finissaient déshydratés… Tous faisaient attention aux déserts et bien souvent, les personnes préféraient éviter les déserts, et parfois, se ralonger énormément la route, passant par des mers éloignées, des chemins plus aisément accessible… Bref, des tas et des tas de possibilités, tant qu’on pouvait esquiver la mort… Mais parfois, et bien… L’unique façon d’avancer, de continuer, et bien… Et bien, c’est de traverser cette épreuve. Une épreuve, c’était toujours possible… Non ?

Avançons, avançons… On pouvait voir ainsi, avançant lentement, une carriole… Et un âne. Bien sur, l’âne n’était pas l’animal parfait pour le désert… Mais il faisait bien partie de ces animaux qui pouvaient vivre dans un désert. De nombreux ânes venaient des déserts, d’ailleurs, la domestication de l’âne, à l’origine, vient du désert ! Il pouvait perdre jusqu’à 30 % de son poids, juste par l’eau qui partait, peu à peu, et sans boire une goutte. Bref, bien sur, les châmaux et les dromadaires étaient bien mieux, mieux valait avoir un chameau qu’un âne dans un désert… Mais bon, on faisait avec ce qu’on avait, et faute de mieux, et bien… Et bien, l’âne pouvait être un fidèle compagnon. Stupide surtout ! Quoi ? Un stupide compagnon ? Non, Stupide, le compagnon ! Ou plutôt, le compagnon de Dalila, marchande d’Oghma, fille du marchand Richard, habitant à Sonis… Une personnalité de la région.

Ainsi, Dalila était bien sur la route. Elle traversait le désert… Dalila n’aimait pas trop les déserts, mais il fallait bien vivre avec, et ne pas prendre le désert serait suicidaire pour ses affaires. Déjà, car auprès des Baudouin qui vivaient dans le désert, elle pouvait faire commerce, auprès des caravanes également, qui traversaient sans répit, etc. Deuxièmement, car il fallait parfois faire des sacrifices de conforts, au prix de la vitesse. Malheureusement, un désert, c’était comme une roulette Russe. Parfois, on pouvait faire des efforts, car ils y avaient des caravanes, et des nombreux marchands… Mais parfois, il n’y avait rien. Et là, c’était le cas. Le désert était exactement comme son nom indiquait : un désert. Il n’y avait personne, et Dalila avait l’impression d’avancer dans un ensemble entièrement vide… Cependant… Quelques chose arriva à attirer le regard de la fameuse marchande… Quelque chose de pas normal.

« Un… Un arbre ?! Que… ? »

Un arbre ! Un arbre, au milieu du désert… Ca… Ca ce n’était pas possible du tout. En effet, elle était dans une partie du désert, remplis de dunes et de sables… Ce n’était pas normal du tout qu’un arbre soit là. Surtout un arbre vert… Et puis, elle avait déjà prise cette route… Elle devrait savoir s’il y avait un arbre. Elle sortit alors un grand drapeau de sa carriole, et le planta dans le sable. Voilà, elle se retrouverait ainsi. Et quittant alors le drapeau lui servant de repère, elle se dirigea vers l’arbre… Elle voulait vraiment en savoir plus et surtout découvrir sur quoi elle pourrait tomber en s’approchant suffisamment. Après tout, un arbre au milieu du désert, et bien… Et bien, c’était louche ! On sentait qu’il y avait quelques chose derrière, et ça… et bien, ça, c’était cool ! En temps que marchande, elle se devait de tenter sa chance.

Sa carriole arriva alors, non sans difficulté, à l’endroit de cette arbre. Non sans difficulté, car il fallait bien comprendre que Stupide, bien que son nom puisse faire penser à l’inverse, était loin d’être bête, et n’avait pas spécialement envie de risquer de se perdre, pour des stupidités… Et bien, Stupide, tu es loin d’être dans le juste ! En effet, ce n’était pas une stupidité qui attendait au pied de l’arbre, mais un homme. Cheveux blond, les yeux fermés, portant une armure noir, et tenant sur sa poitrine un livre… Un tome visiblement. Dalila se demandait qui était cet homme… Son armure et son tome montrait bien qu’il n’avait pas été détroussé et abandonné là par des voleurs… Jamais les voleurs auraient laissés des choses de valeurs ainsi… De l’autre côté, la possibilité que ce soit un homme perdu dans le désert était tout autant stupide… Elle était sans doute au beau milieu du désert, bien, bien bien loin de Sonis, qui était sa direction… Boah ! Qu’importe, elle devait faire quelques chose :

« Un homme… Il faut qu’on le sauve Stupide. »

Elle tenta alors de le trainer… Mais ce fut trop compliquée pour elle. En effet, l’homme était un jeune adulte, qui ne semblait pas bien lourd, mais… Mais pour Dalila, qui avait des bras de crevettes… Et bien, elle ne pouvait rien faire...

« Trop lourd, je dois le déshabiller. »

QUE QUOI ?! Elle allait ?! Que je vous rassure. Elle n’allait pas mettre le prince de Nohr -bien qu’elle n’ait aucune idée que l’homme était prince, encore moins de Nohr, étant donné qu’elle ne connaissait pas du tout cette région du Multivers- dans la tenue d’Adam. Non, par contre, elle allait lui retirer son armure. En effet, sans son armure, cela serait plus facile de réussir à le mettre dans sa carriole. Elle retira alors l’armure, et le tome… Elle remarqua que le tome avait l’air très précieux, et donc, elle le plaça à l’abri dans sa carriole. Elle lui rendrait immédiatement, dès qu’il se réveillera. Enfin, s’il ne se montrait pas agressif. Elle fit de même pour l’armure, la rangeant bien à l’abri dans sa carriole. Une fois l’homme en tenue normal -ouf, il n’était pas nu dans son armure- elle le tira dans sa carriole, toujours avec quelques difficultés… Sans son armure, il était moins lourd, mais il le restait, quand même !

Elle remonta dans sa carriole, et se dirigea vers son point de repère, le drapeau, qui, merci Oghma, était toujours là. Dalila pouvait souffler. Elle regarda le pauvre homme. Enfin à l’abri, certes… Mais il délirait. Il parlait d’Oghma, d’un vieil homme, du désert, du soleil, et enfin, de quelques chose dont Dalila ne comprenait rien… « Nohr ». Qu’est-ce que c’était ? Elle en avait aucune idée… Quoiqu’il en soit, elle se disait qu’elle devait continuer sa route. Peut-être allait-il délirer jusqu’à la nuit ? Si l’insolation était grave, c’était possible. Là, il était à l’abri, sur sa couchette… Elle allait continuer sa route, jusqu’à la nuit… Sonis était encore à trois jours de carriole, donc… Elle allait rester un moment avec cet homme… Car elle comptait bien le ramener jusqu’à Sonis. S’il y avait des séquelles graves, elle se devait de l’amener jusqu’à Sonis. Là bas, il pourrait se faire soigner… Enfin, elle espérait. Si ça se trouve, il était trop tard, et il allait mourir, là, dans sa carriole…
Dalila
Métier : Marchande
Messages : 71
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 4/2/2018, 03:46

Note: Oui, les paroles de Leo sont bel et bien audibles dans le monde réel. Sinon, ce ne serait pas drôle...

Même délivré de la réalité, Leo était toujours prisonnier des sables du désert. Il avait beau courir et courir, les dunes s'étendaient à perte de vues. Et soudain, il se heurta à un objet solide. (À son insu, des bras de crevettes l'avaient balancés tant bien que mal dans le fond d'une carriole.) Pourtant il ne voyait rien: c'était la vitre d'un sablier géant dans lequel il était captif! Et comme tout bon sablier, il s'écoulait par le fond, les dunes reculant vers le centre du verre en emportant le Nohrien! Non... pas le sablier... Mais en fait, ce n'était pas vers un sablier que Leo tombait, mais vers un abîme encore plus profond et redoutable. Ce n'était plus des dunes qui l'entourait, mais la poitrine de sa grande sœur Camilla, soudainement géante, mais qui tenait tout de même à le serrer contre elle, quitte à l'écraser dans ses bras immenses.  Grande sœur, non... Tu vas m'étouffer... Il était trop tard cependant, et Leo chutait, et chutait encore... Il finit par atterrir sur une surface blanche et brûlante, baignée de lumière. Et au loin se trouvait Xander qui s'éloignait sur son cheval, au loin. Reviens grand frère... Il faut sauver Nohr... Et voilà que son frère avait disparu et qu'il se trouvait face au vieux fou qui l'avait envoyé ici. Oghma... Le dieu regardait Leo d'un air amusé. Alors, je t'envoie ici pour m'aider, et la première chose que tu fais est de t'évanouir dans mon sable. Je me suis peut-être trompé à ton sujet. Vieil homme... vous m'avez menti... Ais-je vraiment? Voici mon royaume, et oui, il est couvert de sables. Mais il contient d'autres merveilles qui te plairont sûrement plus aussi. Mais ce soleil... le soleil... le soleil... Mais déjà, les traits de l'ancien Oghma se changeaient. Il prenait un visage usé, mais qui ne donnait pas la même impression d'être aussi vieux que le monde. Sa barbe plus courte était traversée d'une mèche noire et les yeux du roi Garon étaient aussi cruels que la dernière fois que Leo l'avait vu. Il voulut se défendre, mais se rendit compte qu'il n'avait ni son armure, ni son tome. ...où est Brynhildr? Secoué d'un rire à glacer le sang, l'ancien tyran s'approcha de Leo et leva sa grosse main ganté sur lui et tout devint noir...

Leo se réveilla soudain en sueur dans l'obscurité, malgré l'air qui avait commencé à redevenir plus frais. Où était-il? Encore à moitié dans les brumes de son songe, il se rendit compte que quelque chose clochait.

-Où est Brynhildr? ...Où sont passés mes choses?

Il avait la voix râpeuse et la gorge sèche, et mal à la tête, et son visage et sa peau exposée le faisait souffrir étrangement. Il ne voyait pas très bien autour de lui, et n'arrivait encore à décider rapidement que faire, dans l'état où il était.
Leo
Messages : 14
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 4/2/2018, 11:35

Dans ce désert… Torride enfer… Une poussière… Dans nos silences, le vide immense, quelqu’un s’avance, sur sa carriole… Dalila continuait d’avaler les mètres, à l’aide de Stupide, qui continuait son chemin de croix. Dalila était couverte pour éviter l’insolation… Et dieu qu’elle détestait ce genre de moment. Bientôt, la nuit allait tomber, et donc… Elle allait pouvoir se reposer. Mais elle devait continuer. S’arrêter dans le désert serait signe d’une mort particulièrement atroce et douloureuse, mort qu’elle n’avait pas spécialement envie d’expérimenter… Elle regardait, parfois, en jetant un œil derrière son épaule, le pauvre homme. Il avait souffert… Quel expérience. Que s’était-il passé pour qu’il se retrouve ainsi ? Un voleur ayant volé son tome, avant de fuir ? Un condamné à mort ? Si ça se trouve, elle avait dans sa carriole un assassin, et elle allait le sauver… Qui sait. Paisible, hostile ? Elle n’en savait rien, mais elle savait qu’elle ne pouvait laisser un homme mourir seul dans cet océan de sable.

Il parlait. Ce jeune homme aux cheveux d’or délirait dans son sommeil. D’abord, il parlait de sablier, puis de sa famille… Famille qui visiblement l’avait laissé tomber. Elle sentit son coeur se serrer. Elle ne pouvait que trop bien comprendre, le fait de se sentir délaisser par sa famille… La suite alors continua, et visiblement, l’homme en délirant priait Oghma, leur Dieu. Il parlait de mensonge et de sable… Elle plaignait ce pauvre homme… Qu’avait-il subi comme souffrance ? Sans doute beaucoup trop… Elle espérait qu’il allait survivre, et pouvoir s’en remettre de ce qui lui était arrivé… Elle réfléchissait… Le mieux serait qu’elle arrive à compresser le temps d’attente pour le ramener jusqu’à Sonis… Mais malheureusement, elle ne pouvait pas demander à Stupide de faire trop d’effort. Voyager dans un désert était déjà très fatiguant, et elle avait beaucoup dans sa carriole…

Elle arriva le soir, et alluma un feu. Il commençait vraiment à faire froid, et elle n’avait pas envie de mourir de froid, ou de mourir dans le ventre d’une bête. Elle s’y connaissait pour vivre dans le désert, dans la vie sauvage, et elle avait des habitudes pour tenter de réussir à se débrouiller. Ainsi, un feu dans le désert pouvait sembler une mauvaise idée… Quand on ne connaissait pas la vie dans le désert. Elle servit alors de l’eau à Stupide. Stupide était de loin celui qui devait consommer le plus d’eau, et Dalila savait qu’elle allait devoir sacrifier un peu de ses rations d’eau pour le voyageur… D’ailleurs, alors qu’elle entretenait son feu, et qu’elle commençait à se préparer un thé, une boisson chaud, pour se désaltérer… Elle entendit tout d’un coup gémir, et surtout, une phrase bien mieux construite que précédemment… Visiblement, le voyageur commençait à se réveiller ! Ni une ni deux, elle se dirigea vers sa carriole.


-Où est Brynhildr? ...Où sont passés mes choses?

« Chut, calmez-vous voyageur… Tout est à l’abri. »

Elle arriva dans la carriole. Elle lui avait laissé sa couche, et avait bien compté sur un sommeil de plume dans le sable du désert. Peu agréable, mais parfois nécessaire. Quoiqu’il en soit, s’il était réveillé, il n’était pas sauvé pour autant : Cela s’entendait sans aucune difficulté dans ses difficultés pour parler. Sa voix était râpeuse. Et visiblement, il s’inquiétait fortement pour ses affaires… Et une… Compagnon ? Oui, sans aucun doute, cette Brynhildr… Elle n’en savait rien. Quoiqu’il en soit, elle se pencha sur Leo, et fit un sourire, un peu gênée. Elle était une fille solitaire, elle n’avait pas l’habitude d’avoir des gens dans sa carriole… Encore moins des hommes. Elle posa ses mains au niveau de la tête de Leo, pour vérifier qu’il n’avait pas de fièvres, et ainsi, ses cheveux blonds à elle tombait devant la vision de Leo. La jeune fille, une fois ayant vérifié cela, se redressa, et se positionna sagement à genoux à côté de l’homme, lui déclarant tranquillement.

« Je suis là, cela va aller. Calmez-vous. Vous avez été abandonné par vos compagnons dans ce désert. On voulait votre mort, je pense. »

C’était sans doute la théorie la plus probable… Mais elle ne pouvait pas le confirmer à 200 % étant donné que… Bah, elle ne connaissait pas toute l’histoire. Si elle avait tout, elle pourrait confirmer ou non cela… Elle avait un pincement au coeur… Il avait été abandonné par sa famille. Sa grande sœur avait tenté de l’étrangler… Son grand frère l’avait abandonné… Et maintenant… Visiblement, enfin, c’était sa théorie, le reste de sa famille avait tenté de le tuer en le jetant sans préparation, lui et sa fiancée, dans le désert… Sans doute une histoire d’amour non approuvé par la famille. Bon sang, qu’est-ce que c’était triste… La jeune marchande se leva, et alors, alla chercher quelques choses dans ses affaires. Elle revint alors avec une gourde d’eau tiède, vu qu’on était dans le désert, c’est assez logique… Et surtout, le fameux tome de Magie du prince Nohrien, qu’elle présenta à Leo.

« Tout est à l’abri, regardez, votre précieux tome est là. Maintenant, buvez. Lentement. Très lentement. Mais… J’ai bien peur que vous avez perdu madame Brynhildr. Vous étiez seul, au pied d’un arbre. Elle a sans doute réussi à atteindre Sonis, la prochaine ville... »

Faux espoir qu’elle donnait… Mais elle n’avait pas envie de dire que la pauvre Brynhildr était très certainement morte, dans les sables du désert. Mais bon. Elle posa le tome au côté de Leo -sans savoir que ce précieux tome était justement « Brynhildr », et commença à poser sa gourde au niveau des lèvres de Leo. Elle l’aidait à boire, en le faisant boire très lentement. S’il buvait trop vite, il risquait l’hydrocution, ce qui franchement, dans son état, pourrait inviter la Mort au niveau de la carriole… Donc, elle préférait faire attention. Ce fameux voyageur allait sans doute être faible pendant un moment, pensait-elle. Donc, histoire de le ménager… Elle préférait tenter de ne pas trop le blesser, et d’expliquer que sa compagne -oui, elle en venait à imaginer que Brynhildr était la femme de ce pauvre homme-, était très certainement morte. Quoiqu’il en soit, elle attendait éventuellement quelques réponses à ses questions, avant de sortir. Son thé devait toujours infuser, elle pensait.
Dalila
Métier : Marchande
Messages : 71
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 23/6/2018, 06:37

 -Je suis là, cela va aller. Calmez-vous. Vous avez été abandonné par vos compagnons dans ce désert. On voulait votre mort, je pense.

C'était ce qu'il commençait à croire, lui aussi. Se retrouver soudainement ainsi dans le désert, sans eau ni vêtement appropriés, ou la moindre carte ou monture, c'était un miracle qu'il ait réussi à s'en réchapper. Le vieil Oghma lui avait-il joué un mauvais tour? Ou savait-il qu'il allait être secouru à temps? Il avait l'impression que le vieillard lui avait dit quelque chose à ce sujet, mais il n'arrivait guère à se souvenir quoi...

Le prince égaré commençait peu à peu à discerner ses environs. Il était toujours dans le désert aux innombrables dunes identiques, mais la nuit était tombée depuis un bon moment. La chaleur avait également tombé, la fraîcheur qui s'installait justifiait même la présence du feu de camps qu'il apercevait non loin. Et bien sûr, il y avait cette jeune femme qui l'observait, à qui il devait probablement de s'en être réchappé. Le nohrien devait sûrement encore avoir l'air hagard, parce que sans attendre de réponses, elle ajouta:

-Tout est à l’abri, regardez, votre précieux tome est là. Maintenant, buvez. Lentement. Très lentement. Mais… J’ai bien peur que vous avez perdu madame Brynhildr. Vous étiez seul, au pied d’un arbre. Elle a sans doute réussi à atteindre Sonis, la prochaine ville...

Il fallut un moment à Leo pour comprendre. Apparemment, sa sauveuse n'avait pas compris que Brynhildr était le titre de son grimoire! Au moins, le livre était toujours en sécurité avec lui, c'était l'important. Cela lui confirmait également qu'il était fort loin de Nohr, car si un inconnu aurait pu ne pas reconnaître le prince, la mention du nom de la célèbre arme légendaire aurait dû lui mettre la puce à l'oreille!

Néanmoins, le temps des explications allait attendre. Après toute une journée de soif dans le désert, et pire encore, sous le soleil, rien n'était plus alléchant que l'eau qu'on lui offrait. Un long silence s'installa pendant que Leo se désaltérait enfin. Après une courte éternité, le rescapé finit par déposer sa gourde. Il se sentait déjà un peu mieux, mais s'était maintenant rendu compte que son visage et ça peau souffraient atrocement. Probablement que s'il faisait plus clair, il se rendrait compte que son teint après toutes ces péripétie était devenu rouge vif!

-Merci... Merci beaucoup. Mais Brynhildr n'est pas... ici. En fait, je voyageais seul. Néanmoins, je suis reconnaissant que vous ayez retrouvé mon grimoire, il m'est fort précieux.

Pourquoi mentir? Si la personne lui avait voulu du mal, il se serait réveillé complètement détroussé -- ou alors, pas réveillé du tout. Cependant, Leo ne connaissait pas l'endroit où il se trouvait, ni le genre de gens qu'il allait rencontrer. Révéler qu'il transportait des objets légendaires et des trésors nationaux était d'une imprudence monstrueuse, surtout en tant que première paroles dans un monde nouveau. Peut-être s'avérerait-il trop méfiant, mais pour le moment, autant garder le contrôle des informations qui allaient circuler à son sujet.

-Vous disiez que Sonis est la prochaine ville? Est-ce bien loin d'ici?
Leo
Messages : 14
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 24/6/2018, 09:07

Il semblait aller mieux… Ouf. Elle avait cru qu’il était perdu, mais heureusement, l’homme montrait qu’il était bien plus solide qu’on pourrait croire. Qu’il était pas pour perdre et se faire vaincre facilement, au contraire, qu’il était quelqu’un de doué et qui pouvait se débrouiller. Les hommes, sa famille, qui l’avaient fait aussi mal, visiblement, avaient sous-estimés l’homme. Dalila appréciait ce qu’elle imaginait de l’homme, car elle s’imaginait pareil, elle-même, une fille mal aimée car elle n’était pas douée. Donc, elle imaginait que Leo avait subis la même chose… Et oui, elle transposait ses propres soucis sur le fameux jeune homme blonde. Bref, quoiqu’il en soit, celui-ci déclara :

-Merci... Merci beaucoup. Mais Brynhildr n'est pas... ici. En fait, je voyageais seul. Néanmoins, je suis reconnaissant que vous ayez retrouvé mon grimoire, il m'est fort précieux.

« OOOOOH ! Vous partiez pour la retrouver ?! C’est si adorable ! J’espère que vous allez la retrouver, et avoir beaucoup d’enfant et... »

Ouh lalalala ! Calme Dalila ! Calme ! Elle s’enflammait complètement là. Faut dire, elle adorait les histoires à l’eau de roses. Les rares livres qu’elle avait, et qu’elle ne vendait pas, c’était des romances à l’eau de rose, du genre, comment le faire tomber amoureux en quelques jours, vous voyez un peu le truc… Bref, quoiqu’il en soit, visiblement, Brynhildr était en vie, et était sauve. Tant mieux ! Elle était rassurée, elle ne voulait vraiment pas que le pauvre homme, après ce que sa famille lui avait fait subir… Perde en plus sa petite amie. Quand au grimoire, il était à l’abri en effet… Visiblement il était fort… Oh oh !!! Elle savait ! C’était enfaite un cadeau de sa petite amie ! Ou mieux, sa petite amie est enfaite une grande mage, et il a trouvé un tome pour elle !!! Oh, c’est si beau !!!

-Vous disiez que Sonis est la prochaine ville? Est-ce bien loin d'ici?

« Oh, euh… Oui, alors, j’ai du faire un tout petit détour alors… Vous permettez ? »

Elle ne savait plus… Elle savait que Sonis était encore un peu loin… Mais on parlait de distance de désert, pas de distance de ville… Elle sauta alors en dehors de la carriole. Elle vérifia que le jeu était encore allumé, tout allait bien, heureusement -elle n’avait pas envie d’attaque d’animaux sauvage, cela serait le pompom ! La cerise qui ferait déborder le vase ! L’étincelle sur le gâteau ! La goutte d’eau qui met le feu au poudre ! Bref, vous avez bien compris. La jeune fille donc regarda les étoiles. Les voyageurs du désert circulaient dans cet enfer sableux depuis des centaines d’années, et les étoiles avaient été toujours pour eux, le moyen de se retrouver. C’était leur plus fidèles alliés, car en l’espace de milliers d’année, la carte céleste évoluait assez peu… Bref, ainsi, elle revint, et déclara :

« Voilà. Selon les étoiles et là où je pense que nous sommes, nous avons encore, direction ouest, deux jours de caravanes environ. J’espère que le tout ne vous dérangera pas. »

Ils allaient devoir donc poursuivre cette colloc encore un peu de temps ! En effet, Dalila ne comptait pas lacher le fameux Leo dans le désert ! C’était logique… Et elle avait envie franchement de terminer sa bonne action… POUR L’AMOUR DE LEO A BRYNHILDR ! Bon, d’accord, elle ne connaissait pas encore le nom de Leo… Mais enfaite, c’était encore plus profond. C’était une règle tacite des habitants du désert : On abandonne JAMAIS quelqu’un dans le désert. C’est une règle de base pour les voyageurs du désert, car ils pensaient tous qu’un jour… Ca pourrait être eux. Mais s’ils n’ont pas assez de ressources ? Et bien, seconde règle du désert : Si tu n’as que des ressources pour une seule personne dans le désert, prépare toi à mourir. Tout les voyageurs avaient double ration d’eau et nourriture sèche. Car le risque était toujours présent… On perdait aisément ce qu’on avait.

« La route peut-être un peu périlleuse, mais vous inquiétez pas, messire. Je traverse ce désert depuis que j’ai 12 ans ! »

Dalila était fière d’expliquer cela… Et c’était vrai ! C’est vrai qu’elle était une fille qui vivait dans le désert depuis ces 12 ans pour commercer. D’ailleurs, Leo pouvait deviner qu’elle était marchande, quand elle voyait tout ce qui était autour d’elle… Après tout, il y avait vraiment des objets en tout genre, certains purement profane et habituel, d’autres au contraire exotique et rare… Bref, un ensemble extrêmement hétéroclites, avec énormément de différences… Bref, la jeune femme était très fière d’elle. Et pourtant, Leo pouvait se dire qu’elle était encore plus jeune que lui. La différence, c’est que Dalila n’avait pas le quart de l’intelligence de son interlocuteur. Cependant, elle connaissait mieux le désert, faut dire, comme elle disait, elle y vivait. Donc, elle savait des choses importantes, et surtout, qui seraient précieuse pour le fameux Leo… Comme celle-ci…

« Maintenant, ne bougez pas. Vous avez des coups de soleil, je vais tenter de soulager la douleur. Surtout, restez immobile, ça peut piquer un peu. »

Elle passa alors un doux mouchoir imbibé de vinaigre et d’eau sur les coups de soleil de Leo. Le tout était très utile dans le cas d’une brûlure, car le PH du vinaigre permettait d’aider à rééquilibrer le PH abimé de la peau brûlé par le soleil. De plus, cela diminuait la sensasation de brûlure. L’odeur n’était pas la plus agréable… Mais ils n’étaient pas à ça prêt. Dalila était douce, faisait des gestes calmes, sans rien dire, s’appliquant juste à traiter la peau. Une fois cela fini, elle alla chercher ses rares aliments frais… Et sortit une tomate. Elle n’aimait pas gaspiller, mais c’était tout ce qu’elle avait sur les aliments frais pouvant aider dans le cas de coup de soleil. Elle coupa une tranche, et s’approcha de Leo. Et oui, la tomate est riche en Vitamine A ! Qui est utile pour la reconstruction de la peau… Elle appliqua alors un peu la fameuse tranche de tomate sur la peau de son interlocuteur, sans savoir sa passion pour le fruit utilisé comme légume.
Dalila
Métier : Marchande
Messages : 71
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 5/8/2018, 22:41

« OOOOOH ! Vous partiez pour la retrouver ?! C’est si adorable ! J’espère que vous allez la retrouver, et avoir beaucoup d’enfant et... »

Leo ne put s'empêcher de la dévisager un moment. Il avait beau vivre entouré d'Odins et de Niles et de Camillas ou Corrins, l'excentricité des gens qu'il croisait l'étonnait toujours autant. Heureusement, le jeune femme semblait redescendre rapidement de son nuage, pour continuer de répondre à ses questions. La jeune fille sembla consulter le ciel un moment. Regardant autour de lui durant ce temps, Léo constata qu'effectivement, il n'y avait le moindre repère nulle part sur cette terre. Il ne pourrait distinguer les dunes où il se trouvait de celles où il était d'abord atterri, ou, à un arbre près, de celles où il était tombé.

C'est à se point dans ces réflexions que la voyageuse rapporta enfin la réponse à la question de Leo. Apparemment, il restait encore deux jours à subir dans cet enfer. Deux jours! Peut-on vraiment survivre aussi longtemps dans un tel climat? Espérant que l'obscurité cachait son expression lugubre, le jeune prince en perdition répondit:

-Ça devra faire l'affaire. Ce n'est pas vraiment comme s'il y avait d'autres choix, n'est-ce pas?

« La route peut-être un peu périlleuse, mais vous inquiétez pas, messire. Je traverse ce désert depuis que j’ai 12 ans ! » 

Le jeune homme plissa un peu les yeux, tentant d'évaluer à combien d'expertise cette déclaration correspondait. L'habitante du désert semblait fort jeune, à peine une adulte, ou même en deçà. Bien sûr, Leo n'avait guère de certitudes même avec ces indices: sa propre sœur Elise avait elle-aussi un âge très difficile à estimer, avec son air et son comportement enfantin!

-Ah, je suis rassuré alors, d'avoir avec moi un guide aussi expérimenté!

Cela dit, ils n'allaient pas voyager bien loin ainsi dans le noir... Pendant qu'ils en avaient le temps, la demoiselle allait s'occuper des brûlures de son patient... avec des tomates! Leo retira son bras comme si elle venait de le piquer (alors que ce n'était pas encore le cas). Embarassé, il tenta de se justifier:

-On ne va pas se mettre à gaspiller des rations pour si peu... non?
Leo
Messages : 14
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 6/8/2018, 23:36

Visiblement, l’homme se remettait bien du désert. Elle passa sa main sur son front, elle vérifiait si tout allait bien, et il semblait avoir ni fièvre, ni hallucination… Donc, cela voulait dire qu’il avait échappé à une insolation trop violente. Bref, maintenant, elle était sûre et certaine : il allait survivre. Au départ, elle avait eu un peu de doute. Cela arrivait trop souvent qu’une personne ayant subit une insolation arrivait à reprendre conscience, mais trop faible, il ne survivait pas. Maintenant, tout semblait bien montrer que le jeune homme allait survivre à ce terrible soleil de plomb. De plus, il était à l’abri maintenant, et une fois à Sonis, elle savait qu’il arriverait à survivre. Enfin, elle savait… Elle supposait plutôt, étant donné qu’elle ne connaissait dans les fait pas grand-chose de cet homme… Quoiqu’il en soit, elle écouta alors ses déclarations à ce dernier :

-Ah, je suis rassuré alors, d'avoir avec moi un guide aussi expérimenté!

Elle gonfla sa poitrine d’orgueil. Dalila était une fille du désert, c’est vrai que cela ne faisait aucun doute. Maintenant, il fallait quand même relativiser, elle n’était pas non plus une guide aussi douée. C’est vrai qu’elle avait des connaissances dans le désert, mais sans doute qu’il y avait meilleur qu’elle. Puis, c’est vrai qu’elle n’avait que seize ans. Elle restait jeune, et donc, elle pouvait faire des erreurs. Cependant, il fallait bien dire que Léo aurait u trouver difficilement mieux. Une marchande ! Elle a donc toujours des affaires sur elle, de quoi vivre, peut-être plus que la plupart des voyageurs ! Puis, elle avait un âne. Stupide pouvait bien tracter cela, bien que l’idée d’avoir un voyageur en plus, il fallait bien avouer ne lui plaisait qu’à moitié. Quoiqu’il en soit, la jeune marchande écouta les déclarations suivantes :

-On ne va pas se mettre à gaspiller des rations pour si peu... non?

« Qu’on soit clair, messire. »


Dalila s’arrêta. Elle avait affaire à quelqu’un qui visiblement n’y connaissait rien dans le danger du désert. Cela arrivait, et ce n’était pas tant étonnant. Après tout, quand on avait jamais affronté un désert, on pouvait croire que c’est une chose facile à vivre, mais non. Un désert, c’est la mort. C’est un endroit où Dalila savait qu’énormément mourrait. Des collègues marchands, des voyageurs, des brigands… Dalila elle-même avait bien failli perdre la vie à cause d’une mauvaise préparation, ou le pire qui pouvait arriver : Des imprévus. Bref, ainsi, au bout d’un petit moment de blanc, où elle avait arrêté de faire ce qu’elle faisait, elle reprit en déclarant d’une voix clair et assuré, tentant de montrer que c’était elle qui s’y connaissait..

« Si je traite pas vos coups de soleil, vu leur gravité, vous pourriez perdre vos bras... »

Le cancer de la peau. Ni Dalila ni Leo ne connaissaient le nom de cette maladie, mais ces effets étaient connu de tous, enfin, de tout les habitants du désert. Une peau brûlée pouvait être une peau qui condamnait définitivement quelqu’un. Généralement du à un trop grand rayonnement d’UV, qu’il soit naturelle ou artificielle, il pouvait être très dangereux. Formant des kystes, il pouvait détruire la vie d’une personne. Surtout que souvenez vous… Nous ne sommes pas ici en Europe du XXIe siècle, où tout est bon, on peut faire des greffes de la peau. Même si on survivait, on pouvait être difforme à vie, voir perdre un membre. Bref, Dalila termina son office, puis retourna dans sa carriole, pour ramener finalement un sac de nourriture. Elle déclara en souriant.

« Vous avez faim ? J’ai de la viande séché. Ne vous inquiétez pas pour nos rations. Je suis marchande, j’ai de quoi me nourrir pour deux semaines. Et nous n’avons que deux jours de voyages... »

Elle s’installa alors tranquillement, assise en tailleur, et tandis un bâton de viande séché à son interlocuteur. Elle commença elle-même à manger. Elle posa un bol remplis de fruit sec, qui était aussi ce qu’elle avait. Des noix de cajou, des cacahuètes, des noisettes… Bref, tout un tas de nourritures qui se conservaient dans le désert. Car bien entendu, pour une marchande du désert, c’était ça le plus important. Les fruits frais, les légumes, tout cela, c’était bien beau, mais ça ne se conserve pas. Donc, elle se nourrissait rarement de cela. Cela allait entrainer des carences, mais je vous rassure, en ville, elle consommait beaucoup de légumes et de fruits, comme par exemple des oranges, etc. Et ouais, elle n’avait pas envie d’avoir le scorbut ! Mais voilà, il fallait bien se nourrir dans les situations… Si elle avait eu le temps, elle aurait fait des lentilles. C’était bien ça, aussi, cela se conservait bien en général. Bref, de toute façon, elle regarda son interlocuteur… Et brisa alors le silence en déclarant :

« Dites, je veux pas être indiscrète… Mais qu’est-ce que vous est bien arrivé, messire ? Votre frère et votre sœur vous ont abandonnés, ont tenté de vous tuer… Votre relation avec dame Brynhildr était… Si refusé ? »

Dalila n’allait pas le lâcher là dessus. Mais faut la comprendre ! Pour elle, c’était ce qui était arrivé. Et franchement… Ouais, elle se posait la question. Faut dire, trouver un homme en armure dans le désert, vivant, cela ne se faisait pas tout les jours. Donc, oui, le fameuse interlocutrice du mage n’avait donc aucun point de repère, aucun moyen de savoir véritablement pourquoi son interlocuteur était dans le désert, mis à part ses propres théories. Peut-être qu’avec des explications, cela deviendrait plus clair… Enfin, avec des mensonges bien entendu, car la véritable explication de la raison de Leo en Oghma serait incompréhensible pour Dalila, qui aurait du mal à croire à l’existence d’autres mondes. Je rappelle qu’on parle d’une jeune marchande, absolument pas d’une théoriste importante. Bref, quoiqu’il en soit, Dalila rajouta de l’huile sur le feu, en déclarant vis à vis de la situation :

« Je vous comprends hein, ma famille et moi, c’est compliqué... »

Oh oui. Dalila ne pouvait pas s’empêcher avec la situation, de rapporter à sa situation… Qui était connu pour être… Difficile avec ses parents. En effet, notre chère Dalila avait en effet de nombreux soucis avec ses parents, surtout sa mère… Donc, elle pouvait comprendre que cela se passait mal pour Leo. Après, elle exagérait. Aussi inadaptée socialement qu’elle était, jamais Saba, la mère de notre chère Dalila aurait fait la moindre tentative pour attenter à la vie de la jeune demoiselle aux cheveux blond. Non, jamais, il ne faut pas exagérer non plus… Mais voilà, la jeune fille disait cela, car elle estimait qu’elle pourrait comprendre le cas de Leo, et sa famille… Ahaha… Tu n’es pas sortie de l’auberge, Dalila, si tu tentes de comprendre la complexe famille royale de Nohr. Mais chut ! C’est une autre histoire !
Dalila
Métier : Marchande
Messages : 71
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-