Zelreus - prodige au service de la vengeance

le 31/1/2018, 00:28

Zelreus



Surnom / Titre "Le prodige" de manière révérencieux. Et "le petit sénateur" de manière amusée par certains de ses confrères
Âge d'apparence la trentaine mais en vérité plus du double de cela.
Sexe Masculin
Orientation sexuelle Hétérosexuel
Corpulence Particulièrement grand pour un corps fin mais athlétique
Signe(s) distinctif(s) Son aspect androgyne et ses cheveux particulièrement long jurent souvent avec son style vestimentaire plus guerrier que la plupart des autres sénateurs
Royaume & monde d'origine Gaïa, Oghma
Fonction Sénateur, espion de Veluta
Classe Baladin
Source de l'avatar Sephiroth, Final Fantasy VII
Compétences

• Maniement du sabre. Manipuler les armes est une chose que Zelreus a dû apprendre en même temps que de savoir marcher si il ne voulait pas se faire rosser par son abominable père. Loin d'un entraînement classique à base d'épée de bois et de règles de sécurité les plus élémentaires, il était là plus question de survie, ce qui a rendu l'usage d'une arme presque quotidienne entre les mains du jeune garçon qu'il était.
Dans le futur, cette capacité devint bien plus académique en rejoignant sous sa nouvelle identité, et grâce à l'intervention de Veluta, les rangs de l'armée d'Oghma pour y faire ses classes. Son style resta néanmoins vif, implacable, frappant rarement dans un autre but que de mettre hors d'état de nuire son adversaire. Discipline autant que violence, Zelreus ne sort sa lame que pour vaincre, parfois en un seul coup. Il est conscient ne pas être le meilleur. De ne pas être le plus fort physiquement. Mais en une fraction de seconde, en une simple attaque, il peut contrer cette vérité, là ou les autres s'économisent la plupart du temps pour faire durer un combat.

• Maîtrise de la magie. Ses aptitudes à la magie sont elles véritablement naturelles et furent heureusement décelées par Veluta lors de leur première et décisive rencontre qui scella le destin du jeune marqué qu'il était. Après avoir contenu son potentiel pour ne pas provoquer l'ire de son paternel, Zelreus pu apprendre à maîtriser ce pouvoir bien supérieur à ses capacités de combattant. Son apparence jeune le fait passer pour un prodige, ce qu'il est en soit. Mais il lui fallut néanmoins le double du temps qu'il laisse croire avoir eu pour arriver à un tel niveau de contrôle, et ce sous l'enseignement d'une des plus grandes érudites qu'ait connu Oghma, Veluta. Maîtriser le sabre, contrôler la magie, il est impossible d'atteindre les deux sommets à la fois. Néanmoins, Zelreus a réussi à trouver un équilibre certain, palliant les faiblesses de l'un, par les forces de l'autre.

• Connaissance secrète en magie noire. Dans les mystères qui entoure Zelreus, le plus ténébreux reste ses savoirs occultes dont Veluta a percé elle-même les sombres secrets par le passé et bien voulu enseigner à son disciple. Il ne lui est apparut prêt à posséder de telles connaissances que depuis peu. Et encore aujourd'hui, il ne dispose que d'une infime portion du pouvoir que sa préceptrice maîtrise avec aisance. Ce pouvoir se doit de rester cacher aux yeux de ceux qui le prennent pour tout autre. Le voir user de sortilèges si noirs et inconnus les amènerait forcément à se questionner sur leur provenance. Veluta ne lui accorda donx principalement que les plus insidieux. Les plus silencieux. Et surtout les plus utiles dans son travail d'espion et de manipulateur au sein du sénat..

• Chapardage et espionnage. Un enfant des bas-fonds se doit de survivre par bien des manières. Et quand bien même Zelreus possédait un père, ce dernier n'était pas vraiment des plus regardant quant au bien être de son rejeton. Zel' a donc appris bien vite à voler aux étales, faire les poches et parfois même entrer cambrioler un voisin tout aussi mal fortuné que lui. Il n'était pas le meilleur, s'est déjà pris des rossées dont il porte encore les marques. Mais malgré le temps et l'inutilité de la chose quand Veluta l'a prise sous son aile, il a gardé les mains agiles. La compétence était déjà fort utile pour les desseins de sa protectrice. Mais savoir amener à la confidence, surveiller un confrère ou encore déchiffrer les vérités cachés au milieu de ce théâtre de mensonges qu'est le sénat, voilà quelques talents qu'elle lui inculqua en prime pour le bien de sa mission.


Caractère & anecdotes

Dans ses jeunes années, Zel' fut un enfant aussi craintif sous le joug de son père qu'il était turbulent dès que ce dernier lui lâchait la bride. Formé pour se battre, presque né pour cela à en croire son géniteur, Zelreus s'était faite à cette sordide vérité et n'était donc que défis agressivités envers tout ceux qui pouvaient bien se dresser sur sa route. Grand bien lui en fasse alors si il revenait victorieux, mais gare à lui si il revenait perdant et démontrait la moindre faiblesse. Par ce triste départ dans la vie, Zel' restera évidement marqué à jamais, refusant pour toujours de se montrer désarmé, de laisser apercevoir une quelconque faille en lui. Apparaissant toujours sûr, il ne baissera jamais les yeux malgré une bien mauvaise position. Beaucoup peuvent y voir là une fierté démesurée, d'autres un courage proche de la folie. Seule une personne au monde y perçoit là tout simplement la peur d'un enfant prostré derrière les hauts murs qu'il a érigé autour de son cœur.

Passant ainsi pour un être fier et sûr de lui, Zelreus apparaît avec un aplomb et une attitude que certain qualifie de « supérieur ». Il sait être gracieux et avenant et n'hésite pas à en jouer dans son attitude comme dans ses atours. Ce masque, cette personnalité, ce n'est pas entièrement lui qui se l'est constitué, mais aussi beaucoup grâce au travail de Veluta qui l'a modelé à sa convenance. Zel' est ainsi un jeune sénateur calme et certain, avec de l'ambition mais qui sait garder sa place. Il joue l'ignare, le naïf dans ce milieu de requins. Un rôle poussant ses confrères sénateur à lui faire confiance, lever leur garde ou leur laisser croire qu'ils peuvent le manipuler aisément. Il se donne ainsi l'apparence d'un pion sur le grand échiquier. Mais dès qu'il déniche une faiblesse dans le jeu, il referme le piège et laisse apparaître son vrai visage. Un visage miroir à travers lequel résonne celui de Veluta.

Il sait ainsi garder la face, faire front aux jeux de manipulation du sénat, bien loin de l'enfant des bas-fonds qui sautait à la gorge dès la première menace. La discipline de l'armée ainsi que le temps investi à son éducation par Veluta ont fait naître ce nouvel homme. Mais Zel' n'est pas sans failles pour autant. Loin d'être un surhomme, il lui arrive de se sentir désarçonner. Poussé dans ses retranchements, Zelreus perd de sa superbe pour sombrer à nouveau dans la colère excessive et les instincts primaires qui le contrôlaient par le passé. Malheur à celui qui viendrait ainsi à réveiller cette figure du passé, car le plus souvent, c'est le sang qui viendra l'apaiser. Heureusement dans ces moments, il lui suffit simplement de revenir auprès de celle qui l'a sauvé et protégé pour qu'il retrouve volonté et sérénité.

Il est tout à fait conscient d'être une pièce entre les mains de Veluta. Qu'elle se sert de lui, qu'elle a fait de lui son arme, à proprement parler en le menant à son niveau de compétence pour le combat, mais aussi tel un poignard dans le dos du sénat. Mais il s'en moque. Il souhaite être l'objet dont elle a besoin pour assouvir sa vengeance. Quel qu'il soit. Zel' a embrassé la cause de celle qui fut une mère adoptive, une préceptrice, une confidente et la seule personne en qui il a jamais eu confiance et qu'il ait véritablement porté dans son cœur. Il ne possède aucune forme de loyauté envers sa nation ou sa divinité tutélaire. Il ne songe même pas à cet autre peuple dont il possède le sang, les Laguz. Seule compte Veluta pour lui. C'est sûrement pour cela qu'est né récemment ce conflit intérieur. Cette douloureuse évidence que son cœur la désirait au delà de ce qu'elle ne lui avait encore apporté. Un sentiment nouveau mais pas si soudain qui fait s’effriter le fier et sûr homme qu'il est à présent.

Anecdotes croustillantes :
•  En connaissance de ses origines que son père lui a si souvent reproché, Zelreus a tendance à se tenir à l'écart des Laguz. Ce n'est là pas du dégoût ou de la colère, mais plus de la peur de trouver chez eux un nouvelle part de lui, une pièce d'un puzzle qu'il ne désire pas compléter.

•  Homme plaisant et charismatique, il a toujours eu un charme qui lui permettait de se jouer de la gente féminine, et pourquoi pas parfois masculine. Œillades discrètes, sourires entendus, allusions frivoles,... quelques jeux de charmes qu'il a dû apprendre pour les bien de son rôle. Néanmoins, ne vous attendez pas à ce que celui puisse aller plus loin. Pas uniquement car son cœur est déjà trop pris, mais tout simplement parce que en vérité... Zelreus est un brin timide et tétanisé tel un adolescent à l'idée de se rapprocher d'une fille.

•  Veluta a dû prendre la peine de ne plus faire d'expérience sur de petits cobayes ou autres animaux, ou du moins plus en la présence de Zelreus, car ce dernier à tendance à leur donner des noms et s'attacher à eux.


Histoire


Une solitude...

   - Nulle idée d’où il a bien pu naître au départ. Difficile de croire que ses premiers cris résonnèrent dans les bas fonds de Sonis, en Oghma. Mais c'est bien là tout ce qu'il connut pourtant. Ce dédale de poussières. Ce labyrinthe de cruautés. Cette prison sans gardiens pour veiller, ou les bons côtoient les mauvais, obligés eux aussi de sombrer pour ne pas disparaître. On y avait enfermé Zelreus, dans ce tombeau ou bien peu arrivent à se sortir. Il n'était alors qu'un nourrisson. Un braillard qui apprit bien vite à devoir se taire quand il fut remis à la seule forme de famille de sang qu'il connaîtra. Son père...

Pourquoi la vie lui avait souhaité un tel sort ? Pourquoi sa mère avait-elle décidé que son enfant tout juste né méritait de souffrir auprès d'un tel homme ? Trop de questions. Aucune réponse. Un soufflet pour oser les poser. Cela peut paraître gentillet, avant que l'on ne sache qu'il était asséné d'une main gantée de fer... Interdiction de le nommer « papa », ni même « père ». C'était un homme d'armes, pas de ceux qui brandissent l'épée pour protéger les faibles. Mais qui le font pour les dépouiller. Meneur d'une bande de scélérats tous aussi avides que indisciplinés. Seul le butin faisait tenir ce groupe un tant soit peu soudé. Et au centre de cela un enfant. Apeuré. Haïs pour ce qu'il était. Sans jamais comprendre pourquoi. La vie semblait tout simplement ainsi. Grandissant dans cette triste idée que tout n'était que injustice, violence et survie.

Comment un homme tel que son père avait bien pu conquérir une Laguz ? Encore une autre question qui ne trouvera jamais de réponse. En faite, Zelreus ne connu les origines de sa mère que bien des années après qu'elle l'ait abandonné. Quand il compris le véritable sens de sa marque, malgré l'éternelle interdiction de la dévoiler à qui que ce soit. Sa simple vue aux yeux de son père lui valait une rouste, sans autre raison que son existence.

Loin de considérer la cahute qu'ils partageaient comme son foyer. Le jeune garçon fuyait le plus souvent dans les ruelles malfamées des bas-fonds, courant au plus loin, jusqu'à en perdre souffle, cherchant à se perdre pour ne jamais revenir. Mais la faim et la survie le ramenant toujours à son point de départ. Il pouvait vivre de menus larcins, de vols à l'étalage, dans les poches troués d'autres pauvres hères sans se soucier du malheurs qui retombera sur eux. C'était chacun pour soi. Et que le meilleur gagne. Ou plutôt, survive. Même les vagues amis qu'il a pu se faire dans sa prime jeunesse étaient des rivaux potentiels. Les jeux d'enfants pouvaient faire place à une rixe en un claquement de doigts pour être celui qui récupérera la piécette voler plus tôt dans la journée. Pour savoir tout simplement qui mangera ce soir là.

Zelreus n'était pas le plus fort. Il n'était pas non plus le plus rapide, le plus adroit, le plus malin. Le jeune marqué gagnait parfois, se faisait battre souvent. Au cœur d'une ruelle boueuse, il se faisait marteler de coup par un autre gredin pour un morceau de pain. Son père et sa bande passant par là regardèrent le spectacle, sans intervenir, jurant et s'amusant du spectacle. Seul son géniteur gardait le silence, les bras croisé sur sa poitrine gonflée, ses narines froncés et ses yeux perçant rivé sur le crotteux au sol osant être son fils. Ramené à leur chaumière par la peau du cou, il allait devoir payer la honte qu'il était. À partir d’aujourd’hui, l'enfant allait devoir mériter sa place, mériter sa vie. Entraîné comme un homme aux armes, il dût intégrer la troupe de brigands, ou périr dans sa solitude. Mais Zel' n'était peut-être pas le meilleur combattant. Le plus vif ni le plus intelligent. Mais sa volonté elle, surpassait tout...


Une rencontre...

   - Le temps défilait. Les années firent de Zelreus un jeune homme plus fort, plus sûr de sa survie, mais aussi encore moins scrupuleux à force de côtoyer les coupes-gorges de son paternel. Ce dernier le regardait avec toujours plus de mépris. Sûrement car une vingtaine d'année passée, Zel' ressemblait encore à une adolescent, là ou lui voyait sa vigueur de plus en plus le quitter sous les innombrables blessures que sa vie de danger l'avait fait récolter.

Le jeune mercenaire n'était pas des plus doués, et la vieillesse enlaçant de plus en plus son paternel, la crise d'un nouveau meneur se faisait ressentir au sein de leur groupe de brigands. Quand bien même il ne s'était jamais imaginé à leur tête, ne désirant aucunement garder un quelconque héritage de son père, il restait à savoir ce qu'il allait bien pouvoir devenir ensuite, n'ayant rien connu d'autre que les bas-fonds et la rapine. Cela faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas questionné sur son avenir. Vivant depuis tant d'années au jour le jour, il ne savait que faire, quoi décider. Mais le destin allait prendre les devants et trancher pour lui...

Un soir de « travail », une nuit à déambuler dans les rues à la recherche de quelques pauvres commerçants repliant boutique un peu trop tard ou travailleur revenant de Sonis avec le peu de sous en poche qu'il a pu s'y faire pour faire vivre sa famille, la troupe remarqua une silhouette différente, encapuchonnée et aux déplacements fort curieux. Le paternel et meneur n'étant pas là, trop souffreteux pour les rejoindre, Zel' tenta bien de leur commander de ne rien faire, comme sentant le danger qui en émanait. Mais autant parler à des sourds, bien que c'est plutôt là l'idiote et l'avidité qui étaient leurs tares, les hommes montèrent une vague embuscade dans une des innombrables ruelles sombres des bas-fonds. Ils commandèrent à leur cible de remettre tout ce qu'elle possédait avec un sourire carnassier et des rires de vainqueur imaginant déjà les excès qu'ils pourraient s'offrir de leur butin. Zelreus préféra se tenir à l'écart, quitte à se voir refuser sa part, bien trop soucieux à sa survie plutôt que de se remplir la panse cette nuit. Un instinct animal peut-être, vague rappel de ses origines maternelles, qui en ce soir, lui offrirent sa porte de sortie.

Le combat ne fut en aucun cas féroce. Un éclat de lumière tout au plus, dans un silence assourdissant alors que les hommes s'approchaient de la silhouette qui semblait refuser de leur obéir sans montrer une once de méfiance. En un éclair, Zel' fut souffler tandis que la troupe se retrouva au sol, vaincue, décimée. Leur adversaire n'avait quasiment pas bronché pendant ce temps, et s'avançait lentement vers lui, le seul encore conscient, un genou à terre, reprenant difficilement sous souffle sous le choc invisible qu'il avait reçu. Le jeune marqué se voyait déjà mourir mais n'en saisi pas moins son arme d'une main assuré, prêt jusqu'au bout à se battre pour sa vie. Une main quitta le dessous de la cape, des doigts fins, doux, qui lui saisirent le menton pour relever son visage tandis qu'un regard de feu le sonda jusqu'au plus profond de son âme. Zelreus ne pouvait alors s'en détourner. Soutenant ces yeux, envoûtés par cette chaleur qu'il n'avait jamais déceler chez quelqu'un jusqu’alors. Un brasier brûlant, qui peut vous consumer, comme elle venait de le lui prouver, mais qui pouvait aussi vous envelopper, vous réchauffer, vous compléter. Elle le releva avec douceur, semblant satisfaite, il s'échoua dans ses bras, épuisé. Non pas de l'instant, non pas du combat, mais de toute ce début de vie pendant laquelle il n'a jamais pu se reposer, toujours sur le qui-vive. Le temps et la vie l'avait forcé à vieillir, à mûrir en accélérer. Mais au creux des ces bras, c'est un enfant exténué qui dormait.


Un nouveau départ...

   - Le garçon dormît pendant plusieurs jours. Dans un recoin reculé des bas-fonds, il reprit des forces, sous la bienveillance de sa sauveuse, bien que également celle qui venait de décimer les siens. Zel' voulu chercha constamment à se tenir prêt. Tel un animal sauvage, il semblait à chaque instant capable de se défendre ou de fuir. Au moindre geste brusque, il répondait par un position défensive, un regard calculateur de ses maigres chances de s'en sortir, parfois même de menaces bien vaines auxquelles elle ne répondit vraiment jamais. Elle, c''était Veluta, une magicienne exilée, au corps lui aussi marqué par ses erreurs du passé. Il avait beau vouloir le cacher, son intérêt pour cette femme était limpide. Il n'avait jamais véritablement rencontré de magicien. De cet acabit du moins. Son père les fuyait comme la peste, un choix sage pour des ignares comme eux. Mais ils n'étaient que des chiens galeux des bas-fonds, gueulards en bande mais couards au moindre danger. Zelreus était d'un tout autre animal. Tapis dans l'ombre, il s'avançait vers le feu en grondant, attiré par ce pouvoir autant qu'il l’effraie.

Veluta sembla s'amuser de ce compagnon sauvage qui faisait mine de fuir, mais finissait toujours par revenir vers elle. Zel' quant à lui était bouffi de questions sur lui-même, des choses qu'il ne s'était jamais posé. Lui qui revenait déjà vers son père par le passé là ou il aurait pu fuir, était-ce là la même erreur qu'il répétait ? Mais point de coups, de cris et de maltraitance. Veluta n'était pas non plus femme à le choyer, mais il était toujours accueilli et rassasié. Elle s’intéressait à lui, bien plus que jamais ne l'avait jamais fait. Sa vie qu'il tentait vainement de vivre, ses passions qu'il n'avait pas, ses peurs qu'il dissimulait au mieux. Il avait beau se défier dès qu'elle le questionnait, il sentait à quel point elle pouvait lire en lui avec facilité. Le jeu n'en était pas moins réciproque. Les règles tacites lui permettait de poser lui aussi des questions. Mais trop brusque, loin de la maîtrise de son interlocutrice, Zelreus avait bien plus de mal à la cerner, là ou lui se retrouva rapidement prit dans ses filets.

Le jeune marqué ne vivait pas directement dans la petite masure que semblait posséder Veluta. Elle-même n'y était pas toujours à vrai dire, mais ne semblait aucunement inquiète de laisser l'endroit grand ouvert. Il pouvait y passer la nuit si il le souhaitait, s'y réfugier et ne jamais y être découvert. Ce sont ces petites choses qui faisaient de plus en plus passer cette mystérieuse femme pour une sorte d'ange gardienne du pauvre garçon des rues. Le reste du temps, il vagabondait dans les bas-fonds, les regardant avec un œil nouveau, lui qui ne se sentait plus acculé, forcé de se battre pour survivre. Il voyait évidement les silhouettes qui épiaient dans les ombres, attendant leur heure pour frapper. Il n'avait pas grand mal à les repérer, car lui même en fut une parmi tant d'autres il y avait encore peu. Mais il arrivait cette fois-ci à voir d'autres personnes. Celles qu'il avait pris pour de simples victimes, des moutons sous ses crocs de loup affamé. Des gens qui malgré les mêmes difficultés, avaient choisi des modes de vie plus paisibles, des manières de combattre leur malheur par le bien. Quant bien même le résultat sonnait tout aussi creux que celui du mal. Zel' les trouva au final bien plus forts de braver ainsi la sombre réalité par la bonté, plutôt que de se laisser eux-mêmes happés par ce monde. Et les loups affamés patientant dans l'ombre se transformèrent peu à peu en pauvres lâches ayant choisi la voie de la facilité. Plus jamais il ne fera cette même erreur...

Zelreus ne revint pas pendant plusieurs semaines chez la magicienne. Un besoin de réfléchir, de faire le point, difficile alors qu'elle semblait si facilement embrouiller ses questionnements en lui imposant ses propres réponses. Ses dérives le menèrent bien malgré lui jusqu'à son ancienne maison, celle qu'il avait partagé tant de temps avec son tortionnaire attitré. Nul cri ne l’accueillit à son retour. Nul coups, ni même un regard noir. L'endroit était déserté. Leurs vieilles affaires toujours là pour la plupart, pour ce que les cambrioleurs avaient bien voulu laisser. Mais de son père, aucunes traces. Le jeune marqué songea à un certain soulagement, faisant fi de ce poing qu'il garda serrer à s'en enfoncer les ongles dans la paume. Il se fit un vague baluchon d'objets auquel il ne portait en vrai pas beaucoup d'importance, juste dans le but de les revendre si nécessaire, et sans un mot, s'installa définitivement chez Veluta, qui l’accueillit elle aussi sans une question, sans un reproche, comme une évidence qu'elle savait déjà bien avant qu'il ne le décide...


Un enseignement...


   - Si il y a bien une chose que Zel' n'ait jamais fait dans sa vie, c'est de mendier, de quémander pour sa survie. Il devait mériter sa place ici, sous ce toit, auprès de la magicienne. De lui-même, il vint donc à faire les corvées, bien que sa vie l'ait bien plus amenée à manier l'épée que le balai. À force de ranger, de nettoyer, ses yeux se portait avec toujours plus d'intérêts sur les vieux grimoires que conservait Veluta. Grand bien lui en fasse, le jeune homme ne sachant pas lire, il ne pouvait guère en faire grand chose. Mais il gardait toujours un œil attentif à ce que la femme faisait quand elle était présente. Chacun de ses gestes semblaient receler d'un quelconque pouvoir puissant et secret à ses yeux. Mais elle était bien consciente de son état d'ignorance, et lui-même s'était faite à la triste idée qu'il n'était au final ici que pour cela. Servir de sous-fifres sans pouvoir provoquer le moindre problème car incapable d'en provoquer. Du moins, pas d'ordre magique. Mais il s'imaginait lui aussi user de sorts destructeurs, terrasser ses ennemis de quelques paroles cabalistiques, invoquer des puissances d'un temps anciens... Un jour, cela en fut trop. Après avoir jouer le serviteur sage et dévoué, il osa se planter devant une Veluta au sourcil levé devant cette attitude de défi que son protégé ne s'était plus permis depuis un certain temps, alors que ce dernier dans une grande inspiration, fini par lui demander de lui apprendre la magie. Il y eu un temps d'arrêt. Un silence lourd pendant lequel Zelreus se voyait déjà mit à la porte, ou peut-être carbonisé sur place pour son impudence. Jusqu'au moment de voir le petite sourire fier de la magicienne, qui se permit de souffler pour lui un simple « Enfin ».

Autant dire que le jeune homme se voyait déjà déchaîner des flammes infernales pour occire ses invisibles ennemis, mais la réalité allait être bien moins pyrotechnique, du moins pas avant de longues années. Avec patience, Veluta commença d'abord par lui apprendre les choses les plus basiques mais que le pauvre garçon mercenaire des bas-fonds manquait terriblement. Savoir lire, écrire, compter,... tout y passa. Autant dire que le jeune garçon fut bien réticent par instant, mais au final, revenait toujours à sa nouvelle place d'élève. Certes turbulent par instant, il n'en finissait pas moins par finir ses exercices, non avec facilité, mais toujours avec de bons résultats. Sa préceptrice n'était pas des plus faciles elle aussi. Le niveau qu'elle lui demandait été ardu, bien plus élevé que la moyenne. Mais elle avait depuis toujours senti son potentiel, et pour lui faire atteindre le niveau qu'il méritait, qu'elle désirait, Zel' devait se dépasser, ce qu'il fit.

Dans ces années d'études, le duo vint enfin à véritablement se rapprocher, après s'être ainsi apprivoisés l'un l'autre. Veluta s'ouvrit à son tour à son disciple. Elle lui raconta non sans mal parfois, son passé, ses épreuves, sa disgrâce... jusqu'à son désir de vengeance. Le jeune homme l'écouta toujours avec patience et respect, captivé par la vie de cette femme, partageant ses peines, sentant naître à son tour une haine viscérale pour ceux qui ont osé ainsi lui faire du mal. C'était un sentiment irrationnel en soit. Il pouvait le sentir. Il se dressait face à des personnes qu'il ne connaissait nullement, simplement sur les dires d'une mystérieuse magicienne. Mais ce n'était pas n'importe laquelle mystérieuse magicienne. C'était celle qui lui avait sauvé la vie. Qui l'avait sortie de sa vie sans saveurs, sans but. Alors il se décida à embrasser ce sentiment irrationnel, à le faire sien. Se reposant sur elle, sur le lien entre eux, pour le moindre doute qui pouvait surgir.

Zelreus ne s'en rendit pas compte, lui qui n'avait aucun autre modèle avec lequel comparé, mais il était un élève brillant. Les savoirs primaires furent un peu compliqués, lui qui avait appris la vie à la dur. Mais dès qu'il fut question de magie, sa maîtrise semblait comme naturelle. Il était alors un jeune homme à présent, mais cela ne l'empêchait la fougue et l’enivrement du pouvoir le faire défier tel un enfant les mises en garde de Veluta, ces dernières étant pourtant déjà bien moins cloisonnantes que celles d'autres précepteurs. Cette soif de pouvoir, ce mépris du danger, amenait Zel' vers une pente dangereuse, qui obligea la magicienne a une décision. Il était temps pour ses plans de passer une nouvelle étape, et son protégé était évidement au centre de ces derniers. Zelreus allait embrasser une nouvelle vie, et entrer dans l'armer d'Oghma...


Une mission...

   - Autant dire que cette annonce ne fut pas pour plaire au jeune homme emplit de désirs d'apprendre la magie et non de reprendre les armes. Ne comprenant pas ce revirement de la part de Veluta, il était déjà prêt à repartir, n'y voyant là qu'un moyen de se débarrasser de lui, pour une raison qui lui était inconnue. Évidement, la détresse de Zel' ne passa pas inaperçu aux yeux de celle qui le connaissait le mieux en ce monde. Sur un coup de dès, consciente qu'il pouvait très bien décider de partir et faire tomber à l'eau le plan qu'elle avait préparé au moment de leur rencontre, elle lui avoua tout. Ses savants calculs, ses manipulations, ses enseignements. Des années de travail pour le mener à ce qu'il était aujourd'hui, l'objet de sa vengeance, l'espion qui allait infiltrer les hautes sphères d'Oghma. La révélation fut difficile, lourde à portée, alors que l'apprenti floué perdit tout sens des réalités en cet instant. Tempêtant, se déchaînant, il fini par fuir leur foyer après l'avoir ravagé sous le regard impassible de celle dont il ne pouvait accepter de se sentir trahi. La réalité était rude, mais pas si surprenante. Zelreus l'avait au fond de lui toujours compris. L'idée qu'elle l'utilise pour arriver à ses fins n'était au final pas le plus dur. Mais le fait qu'elle ne le considère uniquement que comme un outil, une arme qu'elle a poli pendant toute ces années dans ce simple but, était insupportable.

C'est dans la ruelle même ou ils se sont rencontrés qu'elle le retrouva. Les regards étaient lourds, entre haine et attachement. Entre sentiment de trahison et appel à l'aide. Les mots prononcés cette nuit, furent sûrement les plus vrais qu'il ait prononcé. Fini le garçon fuyant la vérité. Il dévoilait enfin ses peurs, ses doutes, ses blessures, avec la mort dans l'iris, celle d'un enfant brandissant une épée qui n'était jamais vraiment ressorti de cette ruelle sombre. Son pouvoir est censé l'avoir protégé, contrairement à ses anciens compagnons malfrats. Eux n'était rien, lui était tout. C'est ce qu'elle osa lui dire, avec le visage le plus humain qu'elle lui a jamais offert. Le visage le plus humain même qu'il n'ait jamais vu, malgré les marques que la magie y a imprégné. Le soleil se levait, les premiers bruits de pas des pauvres serviteurs travaillant dans la ville haute se firent entendre quand ils finirent par ressortir une seconde fois de cette allée lugubre. Zel' prit la main de Veluta, sans un mot, et les dirigea tout deux vers leur maison... Quelques jours plus tard, il revêtait la livrée d'Oghma...


Une ascension...

   - Autant dire que le retour aux armes fut plutôt difficile pour Zelreus. Sous une identité créée de toute pièce, il eu bien du mal à montrer le style académique qu'il est censé avoir appris auprès d'un père anciennement chevalier du royaume. Ses assauts violents, ses prises de risques inconsidérés pour mettre son ennemis à terre, sans compter son absence d'honneur, lui valurent autant de remontrance que d'inimitié auprès de ses camarades. Mais encore une fois, Zel' se révéla un élève prêt à tout pour réussir, se transformant progressivement en élève modèle. Y voyant là une recrue patriotique désireux de servir, ils étaient loin d'imaginer que ses efforts n'étaient que pour le bien de sa mission, pour le bien de Veluta.

Il eut bien du mal à contenir son désir de magie. Stopper son enseignement dans les arts mystiques pour reprendre la lame fut plus difficile qu'il ne l'aurait cru. Mais le plan se déroulait comme prévu. Laissant apercevoir de vagues prédispositions à la magie sous les yeux des commandants, il fut vite passé au crible par un envoyé de l'académie, loin de se douter que ce que Zelreus se contenter de lui montrer, n'était là qu'une infime partie des connaissances qu'il possédait. Heureusement, en Oghma, la magie surpasse tout. Et dès qu'il eu fini ses classes avec grande réussite, le marqué âgé alors de déjà une bonne cinquante d'années se faisant passer pour un jeune humain dans sa fraîche vingtaine pu entrer à l'académie de magie, le nid de serpent même qui avait osé bannir sa protectrice.

Zelreus continua de découvrir ce nouveau monde, plein de facilité, de luxe et de sérénité. Il était bien l'un des rares à apercevoir toute ces petites mains invisibles des serviteurs et autres habitants des bas-fonds travaillant pour une misère à la réussite des hauteurs de la cité. Aussi dur qu'il fut pour lui, il dût se fondre dans la masse, se forger ce masque d'ignorant des beaux quartiers pour ne pas attirer l'attention sur des sollicitudes qui auraient été jugées bien mal placées.

Au sein de l'académie, il put également découvrir une autre magie, plus protocolaire, mais aussi plus intermédiaire, comprenant peu à peu les écarts drastique que Veluta était venu à faire dans ses propres enseignements. Ici aussi, il passait pour un prodige, loin de se douter de son réel niveau. Il avait parfois un peu de mal à encaisser l'idée qu'il n'était peut-être pas aussi doué que ce qu'on lui loué. Ses réussites étaient bien réelle, mais enrobés dans un mensonge, dans une manipulation qui lui laissait parfois un arrière goût amer. À cette période, Zelreus était aussi moins à même de retrouver sa complice, son professeur, son amie... Cette personne qui était tant de choses pour lui qu'il se révéla douloureux d'être tenu ainsi à distance d'elle. Aussi prisonnier des bas-fonds qu'il avait été, elle même s'y trouvait, et la liberté de pouvoir la voir, lui parler, apprendre à ses côtés, et tout ce dont il avait besoin alors. Mais ici, prisonnier de ce jeu de dupe, contraint de ne pas éveiller les soupçons, il se sentait plus enchaîné que jamais. Mais jamais il ne vint à faillir à son rôle. Et sans un accroc, l’ascension progressa jusqu'à son point culminant...


Une vengeance...

   - Dix années enfermé dans ce rôle. Un temps considérable qui ne permet à un magicien d'atteindre quelques paliers. Dix années qui suffit à Zelreus pour atteindre les sommets. Se faisant reconnaître, autant pour ses classes dans l'armée que pour ses connaissances magiques, le garçon des rues jouait à présent parfaitement son rôle de nobliaux oublié d'Oghm. Et grâce aux connaissances en politique de Veluta tirant les ficelles dans l'ombre, le tempétueux jeune homme aujourd'hui galant sophistiqué approcha lentement mais sûrement le sénat. Libéré du regard parfois encore soupçonneux de ses confrères, Zel' pu revenir progressivement auprès de la magicienne qui avait encore beaucoup à lui apprendre. Il quitta le savoir académique pour se plonger avec bien plus de plaisir dans les vieux grimoires de la seule qui pouvait vraiment se vanter d'être sa professeur. S'initiant à la magie noire, il avait fait assez de chemin pour oublier ses envies de destructions et embrasser des méthodes plus approprié à son rôle, quand bien même le jeune chien fou venait à refaire surface par instant.

Tout leur réussissait à présent. Et c'est après le vote acceptant son poste au sénat, faisant de lui le plus jeune membre de l'institution, du moins sur les papiers officiels, que Zel' ne pu contenir sa joie en annonçant cette nouvelle et longue étape franchie. Elle était là, partageant sa réussite, prévoyant déjà la suite des événements. Il buvait un vin qu'il avait apporté pour l'occasion. Toujours dans leur masure des bas-fonds. Juste elle et lui. Car il n'y avait jamais rien eu d'autre que elle et lui. Zelreus avoua son amour. Des mots qu'elle prit d'abord pour ceux d'un enfant exprimant son attachement à une mère adoptive. D'une jeune homme à sa préceptrice l'ayant vu grandir et l'ayant aidé à s'épanouir. Pourquoi pas même celle d'un ami marquant ainsi ce lien si fort entre eux. Mais non, c'était encore plus que cela. Et pour la première fois, Zel' avait réussi à tenir silencieuse Veluta face à cette révélation. Autant dire que la suite fut plus gênante. La révélation était plus que véridique, mais si mal placé au sein d'une relation si forte et à la fois compliqué. Bien que caparaçonné face à ce genre de revers. Elle avait le don de balayer tout cela parfois d'un simple regard. Et il en revint à se sentir simple objet de vengeance, malgré tout ce temps, face à ce mutisme. Il ne put pour autant lui en vouloir. Il le savait après tout. Depuis toujours. Avant même qu'elle lui annonce. Alors il reprit sa place, son rôle, n'évoquant plus ses sentiments...

Aujourd'hui, Zelreus est membre du sénat d'Ogham, et ce depuis quelques mois. Membre à la fois décrié par sa jeunesse, une certaine envie de changement et une constante remise en question de pratiques pourtant séculaires du royaume, il agace autant qu'il peut amuser ses confrères n'y voyant là que jeunesse idiote qui ne possède en vérité aucun véritable pouvoir. Loin de s'imaginer que dans l'ombre, le jeune mage place ses pions, se fait des alliés et cherche à dénicher les moindres failles lui permettant par la suite de transformer quelques réfractaires en bon petits pantins, prêt à lancer la phases finales, prêt à renverser l'ordre en place et provoquer l'acte le plus proscrit en Oghma, changer les choses... !



à propos de vous

On me surnomme Igor pour mon imitation de ce dernier dans « Frankenstein Junior » mais vous pouvez rester sur Zelreus, Zel', Z'aile de poulet, ou toute autre variante qui risquera sûrement d’apparaître sur cb ou flood un de ces quatre.
Je connais Fire Emblem depuis un certain temps mais pas forcément de très prêt. J'ai joué à Path of Radiance et Radiant Dawn il y a longtemps et je ne m'en souviens plus des masses. Aujourd'hui je me suis lancé dans Fire Emblem Fates : Conquête et je pense continuer sur ma lancé pour les autres.

Je pratique le rp depuis fort longtemps, avant tout en jeu de rôle papier (16ans environs), et le rp sur forum depuis sûrement une dizaine d'années je dirais. J'ai eu récemment une longue pause de ce côté là donc j'espère que vous m'excuserez si j'ai un peu de mal à me remettre dans le bain.

Pour ce qui est d'un retour sur le forum je ne peux en dire que du bien (pour le moment ?:p). Son design est simple mais très jolie et c'est ce qui me convient parfaitement. Il semble très bien construit autant pour un fan de la saga qu'un néophyte et l’accueil y est très sympa et ouvert. De quoi me donner vraiment envie de reprendre les forums rp.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le 31/1/2018, 06:42

Bienvenue chez nous. ♫
Ca fait plaisir de voir qu'un autre prédéfini de Gaia a été pris ! (C'est Ofelia qui va être contente. )

Bon courage pour la suite de ta fiche et au plaisir de te rencontrer (ça m'étonnerait *tousse*) en RP !

Edit : Quoiqu'on sait jamais, les Marqués se sentent, hihi.

______

loyalty isn't earned
it's bought.


Shalendra ment en #F08080.
Music theme :
Shalendra
Voice of the Goddess
Messages : 140
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 31/1/2018, 14:32

Bienvenue à toi et bon courage pour le reste de ta fiche! ^^
Victorica
Messages : 42
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 31/1/2018, 23:37

Tout d'abord merci à vous pour vos messages de bienvenue.

J'espère que mon histoire conviendra au personnage prédéfini, et que mes changements apportés ne seront donc pas trop gênants. Si besoin est, je modifierai évidement.

Désolé aussi pour les moult fautes qu'il risque d'y avoir. J'ai écris le tout d'une traite, et j'ai eu un peu la flemme de relire de manière vraiment concise.
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le 1/2/2018, 08:05

Bienvenue sur le forum !
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le 4/2/2018, 17:36

Oghma te souhaite la bienvenue !

Bienvenue dans mon royaume !

Félicitations Zelreus, tu es validé !
Nous avons adoré ta fiche (surtout les petites anecdotes qui nous ont beaucoup fait rire !) et ta façon d'interpréter le personnage en lui donnant une touche plus humaine Les portes de Gaïa s'ouvrent à toi ainsi que de multiples possibilités ! Peut être que tu découvriras qu'il n'y a pas que ta redoutable protectrice qui en vaut la peine ...



Un nouveau monde s'ouvre à toi ! Tu peux dès à présent commencer votre aventure dans les zones rp ou gérer ton personnage (fiche de liens, journal et demandes de rp, etc.) ici. N'oublie pas de recenser ton avatar ici ! Si tu t'es montré timide pour le moment, c'est avec plaisir que nous t'invitons à nous rejoindre sur la chatbox ou dans le flood. Dans tous les cas, amuse-toi le plus possible en notre compagnie !



Gaïa
Compte administrateur
Métier : Dieu à plein temps
Messages : 517
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-