"Dans ce désert... Torride enfer..." [PV : ODIN DARK]

le 4/2/2018, 22:30

« Le chemin sera un peu long... Ce n’est pas trop inconfortable ? Désolé c’est pas grand ! »

Dalila déclara cela, alors que Stupide, son fidèle âne, continuait de marcher inlassablement à travers les dunes... En effet, la distance allait être quelques peu longue, c’était souvent le soucis avec ce genre de distances dans le désert. Ce qui pouvait sembler proche... Etait parfois à des mètres et des mètres ! C’était cela qui pouvait ainsi amener la mort à tant de voyageurs... Mais pourquoi Dalila, marchande d’Oghma, se trouvait ici... ? Après tout, nous étions loin des routes commerciales, que cela soit entre Volaris, Sonis, ou n’importe quoi... Que voulait-elle faire ? Et bien, sans doute avait-elle un objectif... Mais autre question... Pourquoi se baladait-elle avec quelqu’un dans sa carriole ? Qui était cet homme ? Quels étaient les objectifs des deux compagnons pour cette quête... Et bien... C’étaient des très bonnes questions...

***

Retournons une journée en arrière, à Volaris, glorieuse capital d’Oghma ! Comme toujours, il y faisait chauds, et il était que peu agréable... Mais cela n’empêchait pas les affaires de continuer ! N’est-ce pas ?

Un trésor attendait Dalila, un endroit avec des pierres précieuses qui étaient très demandés par les différents mages de la Ville. Un lieu juteux... Mais il y avait bien entendu un... Bémol à tout cela... Quoi donc me diriez-vous ? Et bien, tout simplement, la zone était souvent entourés de brigands mal attentionés qui savaient tout intérêt d’attendre justement les marchands attirés par ses bijoux de valeurs... Ses brigands ne profitaient pas des pierres en elle-même, car leur valeur marchande, quand on ne s’y connaissait pas, était faible... Et puis, tant que des marchands tenteraient... Et bien, ils auraient de l’argent, au contraire que l’exploitation des dites pierres. Bref, Dalila était bien embêtée. Toute seule, malgré quelques talents à l’arc, elle n’aurait jamais le talent pour se débrouiller... Elle devait faire appel à quelqu’un... Mais...

Mais il fallait bien se rendre à l’évidence... Sans dépenser une belle somme... Et bien, impossible d’engager des mercenaires. Les mercenaires d’Oghma profitait souvent, comme partout, des règles de l’offre et de la demande. Et le désert d’Oghma était désagréable, et dangereux... Donc, les marchands, les voyageurs... Tout le monde demandait des mercenaires pour les accompagner dans ses lieux dangereux et risqués... Une bonne chose ? Pas du tout ! Si les mercenaires en profitaient, c’était les honnêtes marchands qui trinquaient ! Cela ne servait à rien de se lancer dans cette expédition. Elle payerait sans doute plus cher pour les frais de mercenariat que ce qu’elle allait gagner... Elle n’avait plus rien à faire. Voilà le soucis d’être à son compte, cela, il y avait pas de doutes...

« Bon sang... Il n’y a plus de héros de nos jours... personne ne veut aider une pauvre marchande... »

Elle s’installa sur un tonneau, et bouda presque, les mains sur les joues, les coudes sur les genoux. Rien à faire, elle allait devoir abandonner. Pfff... Pour une fois qu’elle avait une bonne aubaine. Mais elle ne s’étonnait pas. C’était lié à la magie. A chaque fois qu’elle trouvait quelques choses liés à la magie... Et bien bam ! Cela marchait pas, et elle se retrouvait comme une nulle. Pff... Elle déprimait quelques peu, ce qui fit qu’elle ne remarqua pas qu’un... Un héros s’approchait d’elle. Quelqu’un qui justement, allait peut-être avoir la solution à ses problèmes... Bref, une rencontre qui risquait d’être fortement intéressante, si vous voulez mon avis. Quoiqu’il en soit, ceci expliquant cela, voilà ce qui s’était donc passé, il y a environ 24 heures...

***

Retour au présent... Ainsi, Dalila et son compagnon mercenaire était maintenant dans sa carriole. C’est vrai que l’ensemble était un peu exigue, mais Dalila fit un sourire à Odin, pour lui montrer qu’il était bien dans son équipe. Elle l’avait autorisé à regarder tout ce qu’elle avait, et s’il était intéressé par quoique ce soit, et bien, pas de soucis, qu’il prévienne, et ils allaient pouvoir s’arranger, pour qu’il puisse l’avoir... A un prix abordable, bien entendu, après tout, elle ne faisait pas dans la charitée, et si elle commençait à offrir ces précieux artefacts, et bien, elle coulerait son commerce, et cela gênerait tout le monde dans l’histoire ! Donc, quoiqu’il en soit, elle formait une équipe avec ce fameux jeune homme, et sans aucun doute qu’à eux deux, ils allaient pouvoir récupérer ses fameuses pierres.

Ils avançaient ainsi dans le désert, la carriole roulant doucement, parfois un peu difficilement, à travers l’ensemble du désert. Le soir commençait à arriver, le soleil à se coucher, et bientôt, elle allait proposer une halte pour la nuit. Sans aucun doute, ils repartiraient de bon matin, et arriverait peu après le Zénith dans le lieu concerné... S’ils n’avaient pas d’attaques entre temps... Donc, elle restait quand même sur ses gardes. De toute façon, Stupide, lui, marchait tranquillement. L’âne était solide et robuste, et ne craignait que peu le désert. Il avait déjà affronté plus d’une fois l’ensemble, et Dalila était une fille archi préparée, par du genre à se lancer à l’assault d’un désert sans prendre ce qu’il fallait. D’ailleurs, si Odin avait soif, il pouvait prendre de l’eau ! Pour lui, aussi bien l’eau et le repas allaient être offert. Elle était du genre à tout monnayer, mais peut-être pas jusqu’au point de monnayer la nourriture.
Dalila
Métier : Marchande
Messages : 71
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 5/2/2018, 19:01

Dans ce désert... Torride enfer...
Roulant dans une carriole parmi les dunes qui composaient le désert, Odin se perdait parmi les articles que vendait sa compagne de voyage, qui se trouvait être une marchande. On pouvait dire qu’il y avait là des objets bien intéressant et très utile selon certain ; il ne se retint pas de « fantasmer » sur des articles plus étranges les uns que les autres d’une manière assez… Bruyante. En même temps, il était assez facile d’assimilier le blondinet au fait de parler beaucoup, parfois fort, et pour dire des choses peu intéressante. Du moins, pour les autres. Pauvre Dalila qui devait supporter ce ténébreux mage. Mais, après tout, c’était elle qui avait accepter son aide.

D’ailleurs, parlons donc de comment la situation avait évolué pour qu’ils se retrouvent à voyager ensemble. Il l’avait trouvé là, seule, assise sur un tonneau, ayant l’air terriblement seule, triste et désespéré -ou bien était-elle simplement énervé ?-. Comment aurait-il pu ignorer cette jeune fille adorable et passer à côté d’elle sans y prêter attention ? C’était tout bonnement impossible. Et ainsi, après discussion, s’en suivi une quête pour la protéger de brigands à la recherche de voyageur comme elle à dépouillé -ou quelque chose comme ça-. En tout cas, le puissant Odin le Sombre était plus que qualifié pour accomplir ce genre de mission.

Alors qu’ils continuaient à avancer, le ciel commençait petit à petit à échanger ses douces couleurs pour des teintes plus sombre, annonçant ainsi la venue du soir. Ils feraient probablement une halte, la jeune fille qui l'accompagnait ne semblait pas presser au point de ne faire aucune pause, pas même la nuit. Mais le mage noir, dans son coin, ne lui parlait pas énormément directement, faisant autre chose. De toute manière, il était presque certain qu'elle savait ce qu'elle faisait.
Avec Dalila
Odin
Métier : Voyageur
Messages : 47
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 6/2/2018, 15:03

*Il parle tout seul... Tout les mercenaires sont ainsi ?*

Dalila se demanda cette question en écoutant un peu le fameux Odin. Elle ne le connaissait pas, donc, elle ne pouvait pas le juger bien entendu... Mais quand même ! C’était surprenant, il parlait de choses et d’autres... Alors, bien entendu, Dalila n’écoutait que d’une oreille, étant donné qu’elle cherchait avant tout à se concentrer sur la route et ce qui se passait devant, elle n’avait pas envie de se faire surprendre assez tôt par des brigands, mais quand même. De ce qu’elle entendait, et bien, elle percevait que visiblement, ce mercenaire s’interrogeaient grandement sur les origines de ses différents artefacts qu’elle avait dans sa carriole. C’est vrai qu’il y avait de quoi faire, mais bon... En général, les origines n’étaient pas très... Glorieuses, disons, c’était juste qu’elle avait récupéré, acheté, ou échangé...

Mais qu’importe. Après tout, elle n’était pas là pour juger le mercenaire, mais pour aller vers sa destination, c’est à dire... L’endroit des pierres précieuses. Une fois que celles-ci seront en sa possession, et bien, elle allait pouvoir les vendre à des prix très intéressant ! Mais... Bah, il fallait déjà y arriver. On était plus très loin... Mais le désert était une zone dangereuse, et cela, Dalila le savait bien, donc... Il était temps de faire une pause, et de se poser justement pour la nuit. Faire du chemin le jour était dangereux à cause du temps, la nuit était dangereuse à cause des températures, et bien d’autres choses. Donc, mieux valait être un minimum prudent, justement, et attendre avant de reprendre la route. Ainsi, elle déclara à Odin.

« On va s’arrêter ici pour la nuit, monsieur le mercenaire. Nous reprendrons demain, et arriveront peu après l’aube, je pense. Nous sommes vraiment plus très loin. »

Stupide s’arrêta alors. Il était en effet le temps de faire une pause, étant donné que le Soleil avait pratiquement disparu de notre vision, chose qui signifiait en général que mieux valait commencer à se préparer pour la nuit. Elle descendit en première, atterissant maladroitement dans le sable, et manqua de tomber. Elle arriva à se rattraper, puis alla jusqu’à son fidèle âne. Première chose à faire : elle lui donna de l’eau. Après tout, après un tel voyage, il avait bien besoin de se désaltérer un peu... Et puis, il l’avait bien mérité, il s’était vraiment fatigué le pauvre dans cette longue marche. Il méritait bien un peu d’eau. Une fois cela fait, elle se reconcentra sur son camarade de traversé, et déclara :

« J’allume un feu. Faites attention à vous, si vous n’avez pas l’habitude du désert... Ca peut vite devenir un piège. »

Elle commença alors son feu. En effet, elle supposait qu’Odin allait peut-être vouloir marcher un peu, après cette trop longue partie où... Et bien... Il était rester dans la carriole qui était quand même pas l’espace le plus confortable du monde, il fallait bien l’avouer. Bref, quoiqu’il en soit, peut-être était-il un enfant du désert lui aussi, et qu’il savait bien cela ? Elle n’en savait rien. Quoiqu’il en soit, elle alluma son feu, et commença à préparer un thé. Le thé était non seulement une boisson qu’affectionnait beaucoup la fameuse marchande, mais en plus, comme toutes les boissons chaudes, c’était ce qui était le plus désaltérant. D’où justement le fait qu’elle appréciait particulièrement cela. Laissant l’ensemble infuser, elle déclara :

« Un thé ? Un peu de pain ? De la viande séché ? »

Les mets des marchands n’étaient pas bien... Attirant, il fallait bien l’avouer. Mais Dalila n’avait pas grand chose que de la viande séché, et quelques fruits secs, bien souvent. Les aliments, c’était bien bon, mais le soucis, c’est que cela ne se conserve pas éternellement, donc... Il faut espérer qu’ils ne pourrissent pas. Donc, elle avait en général des choses qui se conservaient longuement, genre de la viande séché ou salé, des fruits secs, parfois même du fromage... Malheureusement, ce n’était pas le cas aujourd’hui, car elle avait pas eu le temps de faire des achats de fromages... Bref, des choses qui se conservent... Heureusement, se disait-elle, d’ailleurs, qu’elle vivait dans une région désertique, les aliments pourrisent moins vite souvent dans ce genre de milieu, car l’ensemble est sec. Ce qui est un grand avantage.

« Je me demande bien d’où vous venez, monsieur le mercenaire. Vous venez de Volaris, ou bien vous êtes étranger ? J’ai entendu dire que les mercenaires pouvaient énormément voyager. »

Elle servit alors un thé à Odin. Elle n’avait même pas attendu enfaite qu’il réponde oui ou non s’il voulait un thé... Après tout, le thé, c’était super important. Là, elle cherchait aussi à en savoir plus. Dans l’euphorie d’avoir trouvé un pigeon, je veux dire, un mercenaire pour l’accompagner, et bien... Elle avait quasi rien demandée sur lui ! Qui était-il ? Oh, elle ne s’inquiétait pas, elle doutait fortement qu’elle tombe par hasard, sans faire exprès, sur un tueur en cavale, ou quelqu’un de méchant... Enfaite, il avait l’air de tout sauf d’un mec méchant. Il était un peu bizarre, certes, mais il avait l’air sympathique. Donc, ainsi, elle espérait en savoir un peu plus sur lui, ses origines, ce qu’il savait faire et d’où il venait... Bref, nouer une relation professionnel enrichissante ! Allait-il jouer le jeu et répondre ? Wait’n see !
Dalila
Métier : Marchande
Messages : 71
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 10/2/2018, 18:25

Dans ce désert... Torride enfer...
Tandis qu'Odin, assis dans la carriole, observait le lointain soleil disparaître petit à petit du ciel, il attendait une quelconque activité ou réaction de sa compagne de voyage. L'obscurité ne lui faisait aucunement peur, mais il n'était jamais bon de voyager quand les ténèbres de la nuit prenaient possession de notre monde, laissant alors sortir des dangers plus inquiétant les uns que les autres.

▬ « On va s’arrêter ici pour la nuit, monsieur le mercenaire. Nous reprendrons demain, et arriveront peu après l’aube, je pense. Nous sommes vraiment plus très loin. »

Aussitôt que Dalila eût fini de parler, le mage noir senti qu'ils cessèrent d'avancer. Il se leva alors, et à la suite de la jeune fille, descendit rejoindre le sol. En la voyant perdre l'équilibre tandis qu'elle sortait, il tenta de la rattraper, mais elle n'eût pas besoin de son aide, qui avait été plus un réflexe qu'autre chose.

▬ « Faites attention. »

Après cela, il s'avança hasardeusement de quelques pas tandis qu'elle partait elle-même de son côté. Il sentait que la température avait déjà commencé à baisser. La tenue qu'il portait possédait de nombreuses ouvertures, et il savait qu'il aurait particulièrement froid durant cette nuit s'il restait comme ça. Mais, d'un autre côté, Dalila ne se serait pas aventurée ici en sa compagnie si elle n'avait rien pour le couvrir. Normalement.

▬ « J’allume un feu. Faites attention à vous, si vous n’avez pas l’habitude du désert... Ça peut vite devenir un piège. »

En réponse à cela, Odin se contenta simplement de hocher la tête, bien qu'il ne fût pas certain qu'elle l'ait vu. De toute manière, ça n'avait pas réellement d'importance. Il ne pouvait décemment pas lui dire qu'il avait traversé seul ce désert -non sans certaines difficultés assez importante qu'il ne jugeait pas nécessaire de mentionner- alors qu'elle lui disait de faire attention à lui.

Il observa Dalila allumer le feu, et s'assit autour de celui-ci. Il aurait très bien pu proposer de s'en charger comme pour la remercier, mais elle n'avait pas vraiment tarder et il n'en eut pas besoin. En plus de cela, elle s'occupa également de faire du thé. En même temps, qui n'aimait pas le thé ?

▬ « Un thé ? Un peu de pain ? De la viande séché ? »

Sentant son ventre -ou le monstre s'étant établi dans son ventre comme il aurait pu le dire- crier famine, il ne fallut pas longtemps au blondinet pour répondre à sa question.

▬ « Comment pourrais-je refuser ? »

Ayant pris l'habitude des voyages depuis fort longtemps, les mets qu'elle lui avait proposé lui suffirait amplement pour ce soir. Aussi peu ragoûtant sont-ils, Odin savait combien ils étaient pratique voir nécessaire dans une situation comme celle de la jeune fille voir de lui-même, et il s'en satisferait parfaitement. Au moins, la viande séchée ne serait peut-être pas de la viande d'ours.

▬ « Je me demande bien d’où vous venez, monsieur le mercenaire. Vous venez de Volaris, ou bien vous êtes étranger ? J’ai entendu dire que les mercenaires pouvaient énormément voyager. »

Avant de répondre à la question que lui avait poser Dalila, il prit un temps pour réfléchir tout en buvant le thé qu'elle venait de lui servir à l'instant. Du moins, c'est ce qu'il comptait faire avant de se rendre compte qu'il était brûlant, et étouffa un "aïe" en reposant son thé plus ou moins délicatement. Après cela, il feinta de tousser en se frottant les mains de manière plus ou moins naturelle, comme pour essayer de garder un minimum de crédibilité.

▬ « Je viens d'une contrée si lointaine que nul sur Gaïa ne connaît le nom. Je ne crois pas connaître vos origines également. »

Ça ne se voyait peut-être pas, mais il essayait de rester le plus flou possible sur ses origines. Il n'était pas certain de savoir s'il devait en parler ou non. Après tout, la première fois qu'il était passé d'un monde à un autre, il avait fallu qu'il change son nom et son apparence. Ici, ça n'avait pas été le cas, même s'il n'était pas réellement certain de savoir ce qu'il pouvait dévoiler ou non. La force de l'habitude, peut-être. Il lui avait retourné la question par réflexe, mais il se rendit compte qu'il comprendrait autant la réponse qu'il connaissait ce nouveau monde, soit pratiquement pas.

Ne voulant pas abandonner sa boisson, il attrapa cette dernière et souffla dessus pour la refroidir un peu. Ironiquement, cette situation lui rappela l'un de ses amis. N'était-il pas là à l'instant en train de boire un thé avec une jeune fille ?
Avec Dalila
Odin
Métier : Voyageur
Messages : 47
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 10/2/2018, 21:33

Faire une pause était essentielle dans le désert. On sentait que Dalila avait des habitudes dans le désert. Une fois que tout était prêt, d’ailleurs, elle alla chercher une grosse couverture, qu’elle avait toujours dans sa carriole, et qui servait à la protéger du froid. Elle était très laide, usée, rapiécée… En même temps, elle avait été déchiré par un lynx, une fois… Mais elle était très efficace pour se protéger du froid. Dalila étant une enfant du désert, elle s’y connaissait… Mais elle remarquait que son mercenaire aux cheveux d’or, comme les siens, visiblement savait aussi se retrouver et avait des habitudes pour vivre dans le désert. Tant mieux ! Elle n’avait pas envie de recruter un parfait incapable dans le désert. Il semblait quelques peu bizarre, mais il semblait quelqu’un de doué et compétant. Et cela, et bien, c’était ce dont elle avait besoin...

« Comment pourrais-je refuser ? »

En plus de tout ce qui a été dit précédemment, l’homme était poli, c’était un avantage non négligeable. Elle passa alors aussi bien le thé que la viande séchée, et les deux mangèrent un moment, tranquillement. Reprendre des forces avant de se coucher était important. Il allait faire froid pendant toute la nuit, et sans nourriture, c’était risqué de se coucher… De même, le thé était important. Pas le thé en soit, mais bien plus important, se désaltérer… et là, Dalila ne tombait pas dans le piège de la plupart des débutants dans le désert… Vouloir absolument boire des boissons fraiches. Des boissons refroidis parfois par de la glace, ou de sources fraîche… Non, boire frais est une mauvaise, car si cela étanche un petit moment la soif… Elle revient très vite… Il vaut mieux prendre des boissons chaudes, bien plus désaltérante… L’autre avantage non négligeable ? Et bien, Dalila trouvait le thé bien meilleure.

Quoiqu’il en soit, à sa fameuse question, l’homme prit du temps avant de répondre… Il semblait réfléchir… Meh ! Logique. Beaucoup de mercenaires n’aimaient pas trop aborder leur passé, étant donné qu’il était bien souvent assez sombre. Beaucoup le cachaient, ne racontait pas tout… Bref, masquaient la vérité, car ils n’osaient pas la vivre… Mais il y avait une autre raison, pourquoi il ne parla pas immédiatement de ce qu’il voulait dire… Quelle était-elle ? Et bien, déjà, elle était beaucoup plus rigolote… En effet, visiblement, monsieur n’avait pas remarqué que son thé était chaud ! Hihi ! Elle laissa échapper un petit rire, pas moqueur, plutôt un petit rire qui lui échappa de façon incontrôlé, car la situation était vraiment cocasse. Elle qui rigolait rarement, cela lui faisait plaisir… Surtout qu’elle eut finalement la réponse à sa question relativement rapidement, étant donné qu’il déclara :

« Je viens d'une contrée si lointaine que nul sur Gaïa ne connaît le nom. Je ne crois pas connaître vos origines également. »

« Je ne savais pas qu’il y avait une contrée par delà les océans entourant notre continent. Et pourtant, j’ai voyagé. »

En effet. Elle connaissait Trithereon, Pallas, Istus, Oghma… Et elle avait bien entendu, entendu parler du fameux pays de Terra, bien qu’elle n’y était jamais allé. Mais donc, elle ne savait pas qu’ils existaient d’autres nations que ses cinq nations… Et que certaines personnes ici pouvaient prevenir d’encore plus loin… Après… Ce n’était pas incohérent, de nombreux bateaux voyageaient, peut-être que certains pouvaient venir d’autres continents, encore plus éloignés… Quel aubaine, imaginait-elle, pour une marchande. Elle s’imaginait, comme ça, pouvant recevoir un contrat d’exclusivité avec ces continents lointain, dirigeant de nombreux marchands qui feraient le voyage, tout les jours, d’un continent à l’autre et ramenant des objets exotiques, des denrées rares, et plein d’autres choses… Malheureusement, elle savait que tout cela relevait plus du fantasme que de la réalité… C’était comme ça… Mais bon, elle avait aussi des questions à répondre, elle ! C’était important !

« Moi… Oh, je ne suis qu’une marchande. »

C’était tout ce qu’elle était. Une marchande. Elle se regarda rapidement, et vit son reflet, son reflet dans une vitre de sa carriole. Beaucoup serait surpris en la voyant. Elle…. ? Une marchande ? Elle n’avait l’air que d’une petite fille… Et pourtant, elle était bien une marchande, une vraie, qui commençait déjà à travailler malgré son apparence juvénile. Il faut bien vivre. Et puis, voilà… Elle ne pouvait pas être mage à Oghma. Quel honte suprême. Elle ne pouvait pas être mage dans le pays des mages, dans le Lieu où les mages étaient les plus important… Comment pouvait-elle faire ? Bref, elle n’était qu’une marchande. Elle aurait tant aimé être plus. Peut-être que ce fameux mercenaire était dans la même situation. Peut-être rêvait-il d’être plus qu’un simple mercenaire, sans histoire, ou alors avec une histoire qui l’obligeait à justement la cacher… ? Dalila était si loin du compte, et dans un sens, heureusement. Si elle connaissait la vérité…

« Je viens de Sonis. J’avais un père marchand, et une mère mage… Je suis dans le commerce depuis quelques temps, je vends et j’achète pour vivre. On est nécessaire pour la survie d’Oghma, mais beaucoup s’en fichent de nous. »

On… On pouvait sentir l’amertume dans sa voix, le fait qu’elle était sincèrement… Oui, on pouvait le dire, malheureuse du fait qu’elle n’avait jamais réussi à être appréciée par sa mère, car elle n’avait pas réussi à être une mage… Que se passerait-il, si elle savait qu’elle était donc devenue qu’une vulgaire marchande ? Après tout, c’est là qu’on voyait qu’aux yeux de beaucoup, elle n’avait même pas d’identité « propre ». Elle n’était « que » la Fille du Marchand. Et c’était tout. Elle, son identité, et bien, cela n’avait pas spécialement d’importance. Mais bon… Qui était-elle pour vraiment parler de ses problèmes familiaux avec un parfait inconnu ? Sans doute s’en fichait-il. Il était là pour la paye qu’elle allait lui donner -et ouais, quand même, elle comptait lui donner un petit dédommagement, elle n’était pas du genre à ne pas payer, après tout, c’était comme ça que fonctionnait le commerce- et c’est tout ! M’enfin, il s’était quand même intéressé à elle. Elle n’avait pas trop l’habitude de ses discussions proche du feu. Un peu gênée, elle remit alors du bois dans le feu qui continuait de crépiter…
Dalila
Métier : Marchande
Messages : 71
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-