"Évitons les quiproquos, vous le voulez bien ?" [PV : Siegbert]

le 16/2/2018, 22:15

La bijouterie « Les trésors d’Istus »… Une bijouterie sans histoire, ni la plus riche, ni la plus pauvre de Cerulis… Elle avait deux orfèvres de grands talents, mais aux talents mercantiles sans doute assez pauvres. Maniant l’or, l’argent, mais aussi les pierres précieuses, ils faisaient des véritables œuvres d’orfévrerie, admirées et vendues par la haute bourgeoisie de la ville. Tous ne venaient acheter chez eux, mais cela participait à leur petit succès, justement. Ils n’étaient pas les plus connus, ses deux associés, faisant de leur boutique une sorte de petite découverte, de merveilles cachées d’autres endroits… Et puis, l’autre avantage, sans aucun doute, c’est que c’était assez peu cher ! Cela restait des coups d’orfévrerie, cela coûtait cher, mais moins que d’autres orfèvres étant reconnus et admirés… Donc, évidemment pour beaucoup, c’était bien plus accessible, et donc, plus pratique !

Ainsi, cette boutique ferma tranquillement, et fut abandonnée… Les hommes partaient, ne pouvant loger véritablement par la suite dans ce genre d’appartement qui surplombait leur boutique… Les loyers étaient trop cher, et il était plus économique de marcher jusqu’à chez eux. Parfois, un peu dangereux néanmoins… Donc, mieux vaut laisser l’argent dans la boutique. Elle est fermée, et puis… Leurs maisons étaient moins sécurisés que leur boutique… Donc, mieux valait prendre le risque, et de s’éloigner de son précieux argents… Tant pis, comme on dit tant pis… Ainsi, la nuit tombait, tranquillement, sur l’orgueilleuse capitale d’Istus, dont la bénédiction de la déesse leur permettait une nuit paisible… Bien sûr, pas littéralement, licence poétique, bien entendue. Mais bon, vous avez compris…

La nuit… Royaume des dangers. Royaume des changements. Royaume du calme et de la fureur. C’était quand le soleil s’était couché, après tout, qu’il y avait à la fois les moments les plus calmes, où dormaient les enfants, mais c’était aussi les moments les plus fougueux pour les amants… N’est-ce pas ? Un moment qui était double, à la fois calme et fureur, à la fois royaume des noctambules et des dormeurs, des amants et des meurtres… Tant d’heure où la luminosité bienveillante de la vie, commençait à disparaître sous la noirceur inquiétante seulement éclairée par de faibles rayons de lune… Bref, un moment dont certains trouvaient qu’il y a une certaine poésie, et que donc, on peux en profiter pour vivre une vie différente bien moins horrible et bien plus agréable que la vie du jour… Mais pour d’autres…

En effet, ne disait-on pas « Minuit heure du crime » ? Si, on le dit. Car c’est en effet lors de la nuit que la plupart des crimes avaient lieu… Logique, après tout, c’était dans ce genre de moment où les surveillances étaient moins présentes… Ne pouvait-on pas profiter que la nuit soit noir pour tuer le rival qui nous a fait tant de tord ? Et oui, c’est quand les seuls témoins sont les rayons de lune que certains vont voler, tuer, violer voir massacrer ! Beaucoup préfèrent profiter du sommeil de certains pour leur offrir le sommeil éternel… Ne disait-on pas « L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt » ? Et bien, là, nous sommes autour du royaume de ceux qui expliquent que oui, mais que « l’avenir peut-être voler par ceux qui se couche tard »… Et oui, ainsi, la nuit était aussi le royaume des voleurs et autres cambrioleurs…

Et bien ainsi, un groupe de trois hommes faisaient partis de ceux qui en profiter… Et là, voilà le lien entre les derniers paragraphes et le premier… Maëva, Nathan, et Yorth, une voleuse et deux voleurs, avaient décidés de viser la boutique des « Trésors d’Istus ». qu’importe le blasphème de s’attaquer à une enseigne dédicacé à la précieuse Déesse… Ce qui leur important ? L’argent ! Ils étaient trois ainsi. Maëva, une très belle femme, mais maniant sa hache à la perfection. Yorth, un doux géant abruti, qui obéissant aux ordres de Maëva et Nathan, qui s’occupaient de lui, et qui l’avaient recueilli malgré son handicap mental… Et enfin, Nathan, une espèce de fouine, doté d’un sabre très aiguisé, presque aussi aiguisé que ses sens… Une équipe qui vivait de malfrat, car leur nature faisaient d’eux des… Paria dans Istus. De plus, l’ordre, pour eux… Etaient avant tout une contrainte.

Ainsi, ils avaient réussi à forcer la porte. Cela avait nécessité de faire un peu de bruit… Mais pour le moment, visiblement, ils avaient réussi à ne pas trop se faire remarquer. Dans une lumière tamisée pour être le plus discret possible, ils cherchaient tout ce qu’il y avait de la valeur. Et surtout ce qui pouvait se revendre aisément… Des bijoux, des pierres précieuses, de l’or… Avec tout cela, ils allaient pouvoir se faire un sacré pactole. En plus, visiblement, ces idiots de propriétaires avaient tendance à laisser l’argent ! Maëva posa sa grosse hache, et rigola légèrement. L’idiot de Yorth prenait tout dans son sac, et avait sa lance posé contre un bureau. Enfin, Nathan lui surveillait, tenant son sabre bien en main. Il allait devoir se battre, si quelqu’un tentaient de les arrêter. Ils étaient des criminels, ils savaient qu’on ne rigolait pas avec eux… N’est-ce pas ? Heureusement, il ne voyait rien… Pour le moment.
Lucrèce
Métier : Chef de Police
Messages : 53
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 23/2/2018, 17:53

Évitons les quiproquos, vous le voulez bien ?
Istus se trouvait être un royaume tout simplement magnifique. Ou du moins, sa capitale l'était. Étant le premier endroit où Siegbert était allé, il n'avait pas encore eu le temps de découvrir les autres lieux de ce royaume. Mais chaque chose en son temps : se trouver en premier dans l'endroit le plus important d'Istus ne pouvait être qu'un avantage pour le jeune prince. Après tout, c'était là-bas qu'il avait le plus de chance d'apprendre de nouvelles informations sur ce nouveau monde ou au moins sur le royaume dans lequel il avait atterrit. Mais, même si Cerulis l'impressionnait, il n'était malheureusement pas ici pour faire du tourisme et sa mission première ne quittait jamais son esprit -bien qu'il n'était pas certain sur ce qu'il devait faire-.

Tandis qu'il marchait tranquillement dans les rues de la luxuriante capitale, Siegbert laissait ses pas le guider. Afin de pouvoir être efficace, il lui fallait obligatoirement trouver une carte du royaume ou de ce monde. Pour en trouver une, il avait jugé bon de chercher parmi les petites boutiques de la ville. Néanmoins, il commençait de plus en plus à faire nuit et les rues se vidaient petit à petit. Si les commerces n'étaient pas encore fermés, ils ne tarderaient pas à le faire. En sachant cela, le blond continua malgré tout sa route. Il n'avait pas exactement calculé ça mais il avait commencé depuis un moment, il n'avait qu'à faire du repérage et trouverait sans doute un endroit où passer la nuit en même temps.

Il marchait toujours lorsqu'il avait entendu un bruit étrange, suivit de petits chuchotements. Intrigué, il s'approcha discrètement et s'accroupit derrière ce qui semblait être un tonneau, pour ensuite jeter un coup d'œil furtif sur le côté. Trois individus s'étaient infiltrés dans ce qui semblait être une bijouterie, et ils n'avaient pas tout à fait l'air d'en être les propriétaires d'après les armes qu'ils portaient. Siegbert ne pouvait décemment pas les laisser faire et repartir en faisant comme s'il n'avait rien vu. Ils devaient au moins être trois. Il semblait jugé du regard le sabreur qui semblait surveiller la rue, en se demandant s'il pouvait s'occuper seul de lui. S'il faisait quoi que ce soit, il se retrouverait probablement nez à nez avec le reste de la bande, et ils ne semblaient pas rigoler. Qu'est-ce que Xander aurait fait dans une telle situation ?
Avec Lucrèce
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le 23/2/2018, 22:40

Tout était parfait. Parfait. Cette fois, leur coup était inarrêtable. Ils allaient frapper vite et fort, d’un seul coup, et réussir leur cambriolage. Après, il comptait revendre cela le plus vite possible. Bon nombres de marchands partant après aux quatre coins du monde étaient tout à fait prêt à faire du recel sans aucun remords. Après tout, eux, n’avaient rien fait. Ils ne faisaient que vendre, ils s’en fichaient bien souvent de l’origine de leurs marchandises. Alors, dans les faits, c’est faux. La plupart des marchands faisaient le plus attention possible des origines de leurs marchandises… Mais oui, il fallait bien avouer que ce n’était pas le cas de tout le monde. Certains faisaient de la marchandises parfois plus facile à avoir, parfois plus rare aussi à avoir, mais dans tout les cas, dont la légalité étaient… Parfois, hautement contestable, si vous voulez mon avis. Mais trève de blabla, ils devaient cambrioler et vite ! Se faire repéré serait pas bon… Pas bon du tout !

Nathan -mais si vous vous rappelez, c’est le mec qui ressemble vaguement à une fouine- prenait son job très au sérieux. C’était de lui dont reposait le succès ou l’échec de la mission. Alors, évidemment, ses deux collègues n’étaient pas non plus à pouvoir se tourner les pouces, ils devaient quand même faire leur part du job, mais lui devait surveiller… Et on pouvait dire qu’il ne faisait pas forcément très bien son boulot. En même temps, il s’était jamais fais remarquer pour être un bon sentinelle. Il n’était qu’une petite frappe, qui avait passé les 3/4 de sa vie à terrorisé plus faible que lui… Grandement car il ne savait pas faire grand-chose d’autres. Non, ce qu’il faisait dans sa vie, c’était faire peur et montrer qu’il était soit disant le plus fort, car il était capable de faire peur… Bref, pas grand-chose… Pourquoi disais-je qu’il faisait mal son taf… Car il y avait déjà une personne qui les avait repéré… Mais pire...

Mais pire, en effet, car elle marchait dans l’ombre. Elle les avait repéré… Elle s’approchait ainsi. Une petite ombre, menue, qui se détachait. Des yeux d’or, un chapeau noir visé sur la tête, un katana accroché sur son flanc… Bref, une ombre qui s’approchait de la bijouterie, prêt à agir. Une ombre que les habitants de la capitale connaissait bien, une ombre qui était largement capable d’agir dans cette situation. Car c’était son job, sa mission… Elle était là pour maintenir l’ordre en Istus. Et ainsi, elle comptait bien faire son travail. Oh, elle aurait pu attaquer par surprise son adversaire, profitant qu’elle était encore non repérée pour le moment… Mais non, car ce n’était pas comme ça que fonctionnait la police. Ce n’était pas comme ça que fonctionnait les hommes de confiance. Bref, ainsi, l’ombre déclara :

« Rendez-vous. »

Le guerrier au sabre frissonna, quand il entendit cela. De suite, il l’appela ses deux collègues, qui arrivèrent, abandonnant le fait qu’ils avaient commencé à fouillé. S’ils étaient repérés, ils devaient absolument vaincre la personne qui les avait repéré. Célèbre principe qui régit les Assassin’s Creed… S’il y a pas de témoin, alors, tu n’as pas été repéré ! Et ouais, c’est comme ça ! Bref, quoiqu’il en soit, ils devaient maintenant savoir qui les avait repéré… Était-ce un homme de justice ? Ou plus rassurant, juste une personne qui se croyait digne d’amener la justice, un petit optimiste qui croyait qu’il pouvait faire quelques choses ? Bref, ils étaient assez inquiet, et attendait que l’ombre qui avait déclaré cela… Et cette ombre venait de finir par suffisamment approcher pour ne plus être, justement, une ombre… Mais bien pire que ça…

Lucrèce. Chef de la Police d’Istus. De tout ce qui pouvait arriver, c’était sans doute le pire. Lucrèce était connue des habitants de Cerulis, et tous savaient que si elle était une femme de loyauté et d’honneur, une femme qui savait aider les gens… Elle était aussi froide et impitoyable que l’acier qui composait sa lame. Prête à faire arrêter des orphelins affamés, si ceux-ci ne respectaient pas la loi… bref, une femme qui imposait autant qu’elle respectait… Et pour les criminels, ceux qui ne respectaient pas l’ordre d’Istus, et bien… Elle était quasi la représentante absolue de ce qu’ils voyaient comme le despotisme de l’ordre. Et c’était ce qu’elle était. Une despote de l’ordre, une femme qui pensait avant tout aux règles et règlements, plutôt que quoique ce soit d’ordre… Bref, une femme qui était la pire chose qui pouvait arriver à trois cambrioleurs, qui cependant, devaient quand même garder leur calme. Après tout, elle était toute seule… Ainsi, quand Lucrèce déclara quelques choses, elle eut sa parole coupée par celle qui était sans aucune hésitation, la chef du groupe, c’est à dire Maëva :

« Rendez-vous, et...
-Tu es seule ma chérie, et on est trois… Tu ferais mieux de nous laisser tranquille…
-Je considère donc cela comme un refus d’obéir. »

Lucrèce dégaina son katana. Elle regardait la situation. Le plus dangereux était sans doute l’épéiste. Les deux autres, la femme avec sa hache, et l’homme aux poings, semblaient plutôt lent… Elle, elle jouait sur sa vitesse, donc, elle avait tout intérêt à que quelqu’un de lent l’affronte, étant donné qu’elle pourrait esquiver rapidement ses coups… Mais celui qui avait son sabre… Ce n’était pas bon, elle devait bien l’avouer. Avec un peu de chance, une patrouille allait passer dans ce coin… Tout en regardant ses adversaires, prêt à s’approcher pour l’attaquer, et bien… Elle commençait à réfléchir aux hommes dans le quartier. C’était une petite escouade qui surveillait cette endroit… Donc, en théorie, elle devait juste chercher à gagner du temps. Après, elle ne connaissait pas le niveau de ses adversaires… De base, elle n’allait pas les sous-estimer… Mais si ça se trouve, elle pourrait les vaincre aisément. Quoiqu’il en soit, elle était prête. Elle était seule après tout… Ou peut-être pas.
Lucrèce
Métier : Chef de Police
Messages : 53
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-