Ca n'était définitivement pas une bonne idée... [Elsrath - 100 %]

le 28/2/2018, 14:49

Elsrath & Il



Surnom / Titre Zenith.
Âge 25 ans pour moi, 582 pour lui.
Sexe Masculins.
Orientation sexuelle Les femmes.
Corpulence Mince, peut-être même maigre pour certains, de taille classique, ni trop grand, ni trop petit.
Signe(s) distinctif(s) ... Une gemme rouge plantée dans le thorax ?
Royaume & monde d'origine Trithereon le libre, là où ... Là où on me laisse presque tranquille, en fait.
Fonction Mercenaire plus ou moins itinérant, à la recherche d'un certain objet. Une quête on ne peut plus banale au final.
Classe Baladin.
Source de l'avatar Karna, Fate/Apocrypha.
Compétences


Comment je me bats ? C'est une bonne question. C'est dans mon ancien foyer que j'ai appris l'art des baladins. C'était plutôt pas mal, mais comme je suis un véritable trouillard, mon maître ; paix à votre âme vieille femme ; m'a orienté vers la lance et sa maîtrise. Et à vrai dire, la lance, même si la mienne est particulièrement étrange par sa forme, c'est vachement pratique. C'est avoir un potentiel point d'appuie pour passer au dessus de l'ennemi. C'est pouvoir balayer ses adversaires, lorsqu'ils sont nombreux et un peu stupides. Vous l'aurez peut-être compris, je ne tiens pas en place sur le champs de bataille. Jamais. Le mouvement c'est la survie, surtout lorsque vous tombez sur une pléthore d'archers qui vous canardent comme un vulgaire gibier. Oui, je l'ai vécu. En fait, quoi qu'il advienne, comme je suis de constitution assez faible disons, je me concentre énormément sur l'esquive. Je n'aime pas la douleur, elle me veut du mal, si vous voyez ce que je veux dire.

Comme tous les baladins en devenir, j'ai appris la magie également. J'étais même plutôt pas mauvais avec le jeu des éléments, leur utilisation, alternée ou simultanée. C'était cool putain ! Mais à cause d'une petite erreur de jugement... Et d'une beaucoup trop grosse réceptivité aux défis ; oui, on va dire ça comme ça... Bref. Je ne peux plus utiliser que le feu. Ah ça, quand il s'agit de détruire  les êtres, de purger la terre, là je suis foutrement efficace. Mais ne me demandez pas de construire un pont de glace, d'élever la terre pour protéger une citée. Mon pouvoir ne peut que tuer, entendez-le bien. Entendez-le vraiment. Ceux qui vous diront qu'il peut aussi réchauffer et permettre la survie, s'il est bien maîtrisé naturellement ; ceux-là ne savent pas. Ceux là n'ont pas la capacité d'embraser une dizaine de personnes simultanément. M'enfin ; comme je manque de subtilité, j'utilise principalement feu en le déployant beaucoup. J'aime la lumière rouge et le regard effrayé de mes ennemis. La morsure des flammes est terrifiante parce qu'elle change le corps sans rien lui ôter. Je joue beaucoup sur ça. Néanmoins, même si grâce à lui je suis plutôt résistant aux feux, le prix à payer est une mauvaise résistance magique d'ensemble.

Du coup, petit interrogation rapide : en quoi suis-je bon ? En quoi suis-je mauvais ? Oui, la petite dame au fond ? Exactement madame ! Je suis bon en attaque, pas vilain en esquive mais, purement et simplement faible défensivement. Je suis de ceux qui ne peuvent pas trop encaisser mais qu'il vaut mieux éviter sur le champ de bataille.

Il arrive parfois que l'oeil sur ma lance devienne violet et l'un des miens rouge. Dans ce cas, c'est qu'Il prend le dessus. Qu'Il contrôle. Le cas échéant, sachez qu'il est bien plus barbare que moi. Comme c'est mon corps, il ne dispose que de ma puissance. Et c'est une chance, sincèrement ! Il était bien plus puissant avant que mon maître le tue. Ah ! Je m'égare encore ! J'en étais où ? Ah oui, merci, quand Il contrôle. Eh bien voyez ça comme un changement de style. Pour vous faire une idée, mon style est aérien, le sien terrestre. J'effraie, Il tue.

Quant à notre équipement ... Oui, je me suis dit que ce serait pas mal de le mettre ici puisque je n'aurai pas vraiment su où le placer sinon. Il faut savoir que je n'ai pas vraiment eu le choix de l'équipement : le tissu composant le plus gros de ma tenue est le seul qui ne soit pas consumé par ses flammes, les rares pièces en métal - un alliage étrange de couleur dorée - étaient ... fournis avec lui on va dire. Je n'ai finalement choisi que le type de mon arme à l'instant où Il a rejoint mon corps. Tout le reste, absolument tout, ne représente rien de plus que les "artefacts" qu'il utilisait de ses vivants.


Caractère & anecdotes

Nous sommes deux. Nous sommes deux et, sous mes airs désinvoltes, j’ai peur. Pour une raison que vous saurez plus tard, un esprit s’est retrouvé dans mon corps et, comme je lui ai donné ce droit, certaines personnes me traquent. Ils veulent le récupérer au plus vite, de la manière la plus simple possible : me tuer et récupérer la gemme ancrée dans mon torse (ce qui me tuerait, donc autant commencer par là je suppose). Je suis habitué à ça maintenant, croyez le vraiment, j’ai accepté cette traque qui risque de ne jamais cesser… Mais j’ai un peu peur de voir ma vie s’arrêter demain, si vous voyez ce que je veux dire. Du coup, je fais un peu comme je peux pour ne pas trop le montrer – la désinvolture aide beaucoup, elle parvient même à effrayer vos ennemis parfois. Si vous souhaitez comprendre ce que signifie « être deux », imaginez que chacune de vos actions est commentable par une instance dont vous ne pouvez-vous débarrasser, une instance bien plus vieille que vous et aux valeurs très différentes. Il vit pour la guerre. De ce qu’Il m’a dit, il était un mage au départ et, après avoir acquis beaucoup de pouvoir, il a trouvé un moyen de mettre son âme dans une pierre de sang. Il s’est alors baladé de corps en corps pendant un peu plus d’un demi-millénaire. Il en tire une grande sagesse et une profonde maîtrise de la perversion. C’est assez compliqué de gérer une espèce de mauvais sage, croyez moi. Il a une aptitude à exacerber mes mauvais côté, comme la colère, ou la mélancolie, avec de bons arguments qui rendent sa logique inébranlable. C’est vraiment compliqué à gérer. Du coup je fais un comme je peux. Par chance, j’ai commencé à prendre le pli : je lui réponds dans ma tête la plupart du temps, sans quoi les passants me dévisagent, ce qu’hélas je peux comprendre. Qui ne ferait pas de même face à un homme engagé seul dans une discussion vivace et mouvementée ? Dans une autre configuration, je ferais probablement la même chose.

Mon temps en Terra, la bonne vieille époque de l’apprentissage simple, des soirées sans tracas et de l’absence de peur ; mon temps en Terra m’a permis d’acquérir une certaine droiture d’esprit dont je ne suis pas peu fier. Terra me manque, dans le fond. Pas ses habitants, eux ne me manqueront jamais je crois, mais sa nature. Tout m’a toujours paru en osmose là-bas, comme si un vent de paix y soufflait de manière permanente. Les choses sont étrangement cohérentes là-bas, le minéral, le végétal et l’animal. Ici, en Tritereon, c’est un peu différent. Le monde est en hauteur, les montagnes s’élancent pour gratter le ciel de leurs griffes gelées. C’est très beau ! Mais ça n’est pas pareil, ça n’est pas la terre de mes ancêtres, ça n’est pas la terre que je voulais pour ma descendance. M’enfin, je fais avec. Les gens sont libres ici, et c’est vraiment très plaisant. On m’y a donné le droit de vivre par la simple raison de mon existence. Un vieux papy tout rabougris m’a dit un jour, après que j’ai récupéré l’une de ses bêtes en montagne : « Ici, on vit parce qu’on vit. Ca ne va pas plus loin que ça ». Je n’ai pas compris sur le coup. Quelques années plus tard, j’ai rencontré la tombe du vieil homme et les mêmes mots y étaient gravés. Et je n’ai toujours pas compris, vu qu’Il refuse de m’aider pour cette énigme. C’est la seule chose qu’il ne commente pas, comme s’il s’agissait du secret de l’univers, de la réponse à la plus grande des questions : Pourquoi ?.

Oui, je me pose beaucoup de questions. C’est un peu de sa faute je crois. Il peut parler de tout, de l’Histoire aux arts des différents royaumes en passant par les anciennes techniques de forge ou les raisons de victoire de telle ou telle patrie lors d’une guerre. C’est un peu ma source de savoir, de questions et, parfois, de réponses. Je ne sais pas s’il le fait exprès, mais il me force à apprendre beaucoup de choses avec toutes les énigmes qu’il aime me poser. Il voit bien trop souvent de meilleures solutions que les miennes aux situations que l’on pourrait qualifier de problématiques. Je crois que, même s’Il est un peu la cause de la traque, Il est aussi la raison pour laquelle j’y survis encore. J’éprouve un sentiment controversé envers lui : d’un côté sa puissance me terrifie, et puis il essaye de prendre le contrôle absolument tout le temps … De l’autre, il est le premier être à ne pas essayer de me formater selon un moule choisi par ses soins. J’admire cela. Je l’admire lui. Vous vous rendez compte ? IL A TRANSCENDE LA MATIERE ! Il ne craint pas la corruption des corps, il lui suffit d’en changer. Il reste en sommeil pendant des dizaines d’années parfois, mais lorsqu’un abruti dans mon genre se saisi de la pierre, il revient sur scène. Je trouve vraiment ça fascinant et admirable, même si c’est un assassin meurtrier complètement fou ayant eu accès à une trop grande portion de temps pour son propre bien.

Ne me regardez pas comme ça, mon honnêteté, avec l’aide de mon trop grand esprit de compétition, m’ont amené à prendre la pierre. A vrai dire, c’est surtout mon esprit de compétition. Tout le monde me l’avait pourtant dit au village « Ne sois pas stupide Elsrath, personne ne peut prendre la relique et échapper aux conséquences » … Je les ai tous regardés en souriant, disant que je le savais bien. Et puis un soir, je suis sorti de chez moi en disant « Je vais prendre la relique. » et personne ne m’a cru. Ils faisaient moins les malins quand je suis ressortit en hurlant de la crypte avec la pierre dans la main ! Non, je ne devrai vraiment pas le présenter comme ça… M’enfin, tout ça pour dire que je ne l’ai fait que parce que c’était soit disant impossible. Et ça l’était. Voilà. Vous en voulez plus ? Il faudra que nous prenions un entretien complémentaire dans ce cas, dans un cadre plus tranquille.


Histoire

Mon histoire ne m’a jamais appartenu, on se l’est passé de main en main, jusqu’à ce que la mienne se porte sur lui. A cet instant, sans le savoir, j’ai tout changé et, de moi-même, j’ai déposé mon destin dans le sien…

Elle a d’abord était celle de mes parents. Eux m’ont amené en ce monde par les joies de la copulation, donc c’était à eux de décider. Ce qui est somme toute assez normal, me direz-vous. Je suis né en Terra, la terre de la terre, de la vie, du beau cohérant. J’y ai passé une longue période de ma vie. Vingt ans pour être exact. Contrairement à beaucoup d’entre vous, ou peut-être pas, j’ai eu une enfance banale à en vomir. Je n’ai jamais vraiment rien fait de transcendant, je n’ai pas chassé d’ours à main nue, je n’ai jamais déclenché un cataclysme en clignant des yeux, j’étais juste un enfant normal. Comme mon père était étranger, le village de ma mère avait un peu de mal à l’accepter, nous vivions à l’écart. Ne croyez pas qu’ils me l’ont fait vivre à moi aussi. C’était un village un peu bourru mais plein de cœur. Ils m’ont pris comme leur fils à tous. D’autant plus après la mort de ma mère. Je tiens d’elle ma constitution fragile, mais à un degré bien moindre. Le papier tranchait ses lèvres, les poids lourds ne tenaient pas en ses bras plus de dix minutes sans qu’elle ne soit prise de spasmes. Elle est morte d’une maladie bégnine, mais étrangère. Les médecins ne surent pas quoi faire. « Adieu maman », j’avais huit ans environ. J'ai passé peut-être deux ans de plus avec mon père. Militaire dans son ancienne nation, il participait à la protection du village. J’ai passé beaucoup de temps seul, vraiment énormément, à lire – ma mère m’avait appris – ou à imaginer de grandes aventures dont je n’étais pas sûr de vouloir faire partie. Il fallait que quelqu’un garde la maison en l’absence de l’homme. N’ayant plus de femme pour cela – ne croyez pas que telle est ma logique, il s’agit de celle de mon père – c’était au fils, moi, de le faire. Je l’ai donc fait. Ca a été long, je commençais à dépérir ainsi cloitrer dans le kilomètre environnant notre petite bâtisse de pierre et de bois. Le jour de mes dix ans, il a décidé que l’on devait trouver quoi faire de moi. Comme il était guerrier dans l’âme, il confia mon éducation à une chasseuse du village, ancienne amie de feu ma mère. Ce jour-là, sans pour autant passer par moi, mon histoire a changé de sens, sans que je n’en sois la source pour autant.

La vie avec le Maître ; je ne l’ai jamais appelée que Maître, cela nous convenait très bien ; fut assez plaisante je dois dire. Cette femme n’était pas normale, c’est avec elle que les choses ont commencé à devenir intéressante. C’était une baladin, une maîtresse de l’arme physique et magique. Lorsqu’elle m’a vu, elle a dit que, d’une manière ou d’une autre, j’apprendrai moi aussi la magie car l’œil ne trompe pas, jamais . J’ai souri stupidement ce jour-là : elle sous-entendait du potentiel et je l’avais bien compris. Enfin c’est l’impression que j’en tire désormais. Elle a commencé par m’apprendre le fer.

« Qui n’a jamais tué de ses mains ne devrait jamais tuer de son esprit, Elsrath. Tout le monde n’est pas fait pour les armes, mais il faut tuer une fois soi-même, au moins une, sans quoi cela n’a pas de sens. »

Et sans aucune autre forme de procès, elle a jeté une cage à mes pieds. Une cage contenant un lièvre. Nous ne mangerions pas tant qu’il ne serait pas mort. J’ai attendu un jour, sans dormir, à le regarder dans les yeux. Quand mon corps a commencé à trop me supplier, j’ai suis passé à l’acte. Elle m’a d’abord félicité, puis j’ai dû le préparer. C’était ignoble, trop cuit à l’extérieur, trop peu dedans. Le sang de la première bouchée avait un goût de cendre. Je m’en souviens bien de ce goût. Elle a beaucoup rit face à mon air dégouté, puis elle a pris de pièces de viandes séchée dans un placard pour que nous mangions vraiment. Mon entraînement fut long. Ca n’est qu’au bout de trois ans, et après avoir abandonné l’idée de me faire manier l’épée, qu’elle m’a introduit dans l’univers de la magie. J’ai beaucoup aimé cela. Avez-vous déjà ressenti le plaisir grisant de voir quelque chose naître dans la réalité parce que vous l’avez voulu ? Ca n’était que des éléments bruts au départ : un peu de glace, un bref arc électrique, une petite flammèche ; mais j’ai vite appris à les manipuler avec dextérité. Elle disait de mes incantations qu’elles étaient ciselées. La magie est, à la base, la science du langage, autant que l’écriture. Choisir le bon mot, c’est maîtriser le flot d’énergie qui se déverse, préciser son intention, son but. C’était intuitif pour moi.

Un soir, alors que j’avais dix-huit ans, et que nous avions beaucoup trop bu, elle m’a parlé de la relique du fond de la crypte, une magnifique pierre rouge scellée dans un coffret. Une fois par an, elle ouvrait le contenant et pleurait devant le contenu. Je ne savais pas encore pourquoi. Je vais résumer cette histoire par respect, cela ne vous dérange pas ? Elle est celle de deux baladins expérimentés fouillant de vieilles ruines. Au fond se trouve une carcasse, une pierre et un mot. Le mot dit que qui touchera la pierre sera possédé par un être très ancien. L’un des baladins dit qu’il faut faire attention, l’autre dit de prendre un risque. Ils se disputent et s’endorment en choisissant d’attendre le lendemain. La nuit passe. Au réveil, celui qui voulait prendre la pierre arrive à convaincre sa partenaire. Il prend la pierre et se retrouve avec la pierre dans le poitrail. Il dit que tout va bien. Le temps passe et, un jour, il finit par céder sous les assauts du parasite dont il n’osait pas parlé. Dix ans de traque et de lutte commencent. Le possédé finit par mourir et mon Maître scella la pierre dans un coffret sans jamais la toucher directement. Fin de l’histoire. « Et personne ne peut toucher la pierre sans être emporté par la corruption, compris ? ». Ma bouche a dit oui, mon esprit peut-être, mon cœur non. Un an et demi a passé avant que je ne commette l’irréparable.  Vous le savez déjà de toute façon : j’ai dérobé la clef, je suis allé dans la crypte et j’ai pris la pierre. Je me souviens avoir fermé les yeux lorsqu’il a résonné en moi pour la première fois.

«  As-tu peur ? »

Je me souviens n’avoir pas répondu, incapable de faire quoi que ce soit. Cette voix avait des accents d’éternité, elle me semble encore être un écho du temps, comme une illusion. Alors Il a repris.

« Tu n’as pas à avoir peur de moi. Les précédents avaient peur, c’est pour cela qu’ils ont été dévorés, qu’ils se sont dissous en moi. Ta peur, dirige-la vers la traque qui va commencer, cela t’aidera à survivre. Sache simplement que je ne veux pas ta mort. Elle signifie mon sommeil. Et, avant que tu ne le demandes… Vous le demandez tous… Je ne te dirais pas mon nom. Vois cela comme un défi : si tu le découvres, je ne chercherais plus à prendre le contrôle. »

Je me suis réveillé couvert de sang, cerné de cendres. J’avais mal. Je vous épargne les hurlements inhérents à la découverte de la destruction de mon village. Destruction dont Il est la cause. Je suppose qu’il a voulu fêter son retour parmi les vivants en envoyant quelques personnes de l’autre côté. Mon maître a dû chercher à intervenir puisque son corps calciné couvrait le mien. C’est le problème lorsqu’il prend le contrôle : je ne me souviens plus de rien et je n’ai que les conséquences de ses actes à assumer. Je n’ai pas osé rentrer chez mon père. J’avais trop peur qu’Il le massacre, même s’il ne l’a jamais sous-entendu. Je suppose que vous imaginez ma surprise en découvrant la pierre sur ma poitrine. Rassurez-vous, elle ne me fait pas mal, elle ne fait que palpiter lentement. Elle n’est là que pour me rappeler qu’il l’est également. Il m’a conseillé de fouiller la maison de mon Maître, du moins ce qu’il en restait : la moitié de la bâtisse était carbonisée, purement et simplement. Après une heure et demi de recherche, j’ai découvert une petite trappe. A l’intérieur ne se trouvait pas un sanctuaire somptueux ou une stèle pourvue d’inscriptions à mon égard. Juste un gros bordel, et pas celui où vont les hommes le soir. J’y ai trouvé mon équipement. Elle l’avait probablement gardé en souvenir de l’autre baladin, le seul être qu’elle avait aimé. Dites-vous jutes qu’à ce moment-là, cela ne ressemblait qu’à un petit bout de tissus, une boule dorée et un genre de rubis.

« Touche-les. »

J’ai obéis. J’ai beaucoup obéis au départ, je suppose que c’est pour cela qu’il m’a mis dans de sales situations au départ, pour que je commence à un être défi pour lui. Il aime autant les défis que moi, malgré son âge. Les petites choses avaient été enchantés pour réagir à son esprit. Elles se sont donc déployées pour s’adapter à ma taille. Ca a été un moment gênant : j’ai été retourné dans tous sens pendant que du métal allait et venait sur ma peau pour trouver un aspect convenant à cette énergumène. Au final, lorsqu’il fut enfin satisfait, le ballet de tissus cessa. Je suis donc parti en quête de rien en particulier. Pour une raison que j’ignore encore, des gens ont su qu’Il était revenu : comme il a toujours été un être plein de chaos, il a amené des personnes à se liguer contre lui, à se léguer le secret de son existence. Les premiers me sont tombés dessus une semaine plus tard, nous en avons réchappé de peu. A force de fuite, j’ai fini en Trithereon. Je ne sais pas si le dieu lui-même, l’incarnation de la liberté, en est la cause, mais les attaques se sont raréfiées depuis. Une par mois tout au plus, ce qui est un véritable plaisir, vraiment ! Ca avait été vraiment épuisant de gérer la période où elles étaient hebdomadaires.

Je ne suis devenu mercenaire que pour deux raisons : gagner de quoi vivre et être forcé à me balader un peu partout pour en apprendre plus sur lui. Je n’ai eu que deux informations intéressantes sur lui : son âge, 526 ans, et qu’il avait été marié. Ces informations, c’est lui qui me les as donné au cours de nos de plus en plus longues conversations. Vous savez ce que j’ai retenu ? Le nom des mariés est inscrit dans une alliance. Et vu comme il a aimé cette femme, il est probable que cette alliance soit cachée quelque part dans le monde. Bon, cela fait un grand terrain de recherche, je suis d’accord, mais, sans que je sache vraiment pourquoi, je pense que c’est en Trirthereon que je trouverais une piste. J’ai parfois l’impression qu’une voix perdue dans le vent me le souffle le soir.



à propos de vous

Appelez moi Makeo, m'enfin Elsrath c'est bien aussi. Petit nouveau sur Montpel', j'y ai emménagé avec des amis et suis en M1 de Lettres (oui, je n'ai pas d'avenir là dedans, je le sais, blablabla)... Mais vu qu'mon rêve est de devenir écrivain, bah c'est la seule voie où je n'ai pas l'impression de crever quand je me lève le matin. En gros. J'sors d'une grosse pause dans le rp forum (bon, j'ai continué le rp papier avec mes colocs mais c'pas vraiment pareil vu qu'j'suis MJ et qu'on arrête pas de crier comme des zouaves !). J'suis un gros gros fan de Fire Emblem depuis une dizaine d'années, j'ai jamais eu l'occasion de trouver un forum un peu sympa sur le thème (j'avoue que l'idée de garder les classes dans un multivers resserré, c'est SWAAAAAAAAAAAAAAAAAG) donc, quand j'vous ai vus j'me suis dit "Bon, mon p'tit Makeo, allons-nous céder et faire une rechute ?". Vous avez déjà la réponse nan ?

Juste un petit mot pour le titre : "Zenith". Il faut partir du principe que ça n'est pas encore le titre d'Elsrath. Ca viendra plus tard et, vu que je sais à peu près pourquoi et comment, j'ai préféré le mettre. Voilà voilà !


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le 28/2/2018, 15:22

Bienvenue Elsrath !
Hâte de voir ton Baladin dans les contrées de Gaïa !!! J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous
Lucrèce
Métier : Chef de Police
Messages : 57
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 1/3/2018, 09:44

Un Karnaaaaa.
Bienvenue parmi nous et bon courage pour la suite de ta fiche ! N'hésites surtout pas si tu as des questions ! ♥️

______

scattered broken
memories.

Music Themes :

Astraea vous fuit en #F08080.
Astraea
Métier : Décoration d'intérieur
Messages : 107
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 3/3/2018, 21:38

Mille merci à vous deux ! Et à l'accueil général du forum (notamment la cb !!).
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le 3/3/2018, 22:30

Bienvenue sur le forum Elsrath ! La famille Fate s'agrandit.

Globalement, nous avons aimé ton personnage qui est plutôt original et tu as une très jolie plume — mais du coup, nous aimerions bien en savoir un peu plus sur l'évolution que tu comptes donner à celui-ci, notamment par rapport à la pierre de sang et son nouveau colocataire. Pour vérifier par exemple qu'Il n'est pas lié à la corruption (l'élément scénaristique de l'intrigue du forum, et pas sa définition communément admise) car cela risquerait de rentrer en conflit avec le scénario du forum. Nous ne t'obligeons pas à préciser tout cela dans ta fiche, un message privé sur le compte de Gaïa ou d'une des administratrices nous suffirait amplement !

Voilà à part ça c'est tout bon pour nous, on attend tes petits renseignements avant de passer te valider.
Gaïa
Compte administrateur
Métier : Dieu à plein temps
Messages : 480
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 3/3/2018, 22:49

Bonsoir ! A vrai dire, Il n'a absolument aucun rapport avec la corruption ! Il s'agit juste d'un esprit pour complexifier l'écriture mais, à l'instar d'Elsrath, il s'opposera à la corruption pour rester libre. Et puis Il me permettra d'ajouter du piment à mes rps !

Il est simplement possible qu'Il prenne le contrôle du corps (et de la narration) à un moment (mais ça n'est pas encore certain, ça dépendra des rps). En gros, Il connaît Gaia mais ne sait rien de l'intrigue relative au forum. J'espère que cela répond à vos questions !

Et, surtout, merci pour les compliments :D
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le 8/3/2018, 12:52

Trithereon te souhaite la bienvenue !

Bienvenue tous les deux !

Félicitations Elsrath, tu es validé !
Merci beaucoup pour ton message privé qui a su répondre à nos dernières interrogations : tout est parfait de notre côté. Nous sommes très intéressées par tes idées et l'évolution possible de ton personnage sur le forum, et suivrons attentivement tes aventures   !



Un nouveau monde s'ouvre à toi ! Tu peux dès à présent commencer votre aventure dans les zones rp ou gérer ton personnage (fiche de liens, journal et demandes de rp, etc.) ici. N'oublie pas de recenser ton avatar ici ! Si tu t'es montré timide pour le moment, c'est avec plaisir que nous t'invitons à nous rejoindre sur la chatbox ou dans le flood. Dans tous les cas, amuse-toi le plus possible en notre compagnie !


Gaïa
Compte administrateur
Métier : Dieu à plein temps
Messages : 480
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-