Il n'est pas rare de trouver ce que l'on ne cherchait pas ici [PV Repphisa]

le 13/3/2018, 23:27

Il était bon de tenir un plumeau entre ses doigts, pensa la nohrienne en balançant vigoureusement les plumes sur le comptoir de la boutique. Il y avait maintenant plusieurs semaines que Flora avait fait la traversée vers ce nouveau monde qui lui était totalement inconnu, où elle n’avait aucun repère, aucun visage familier, aucune référence sur lesquels se baser pour subsister. La jeune femme fut chanceuse de croiser la route de ce marchand qui lui avait offert du pain à manger en échange de son travail : Leofpaul était un artisan et un marchand qui faisait souvent le voyage entre Thalarius et Volaris pour aller chercher des ressources nécessaire à son artisanat  et pour faire du commerce entre les deux capitales. Après l’avoir servi pendant quelque temps dans le royaume de Pallas dans son échoppe temporaire dans le centre des artisans, le vieil homme invita Flora à le suivre dans son périple de retour vers Oghma, s’agissant probablement de son dernier voyage, vu sa santé chancelante. Il allait rejoindre ses fils à la boutique familiale à Volaris, et avoir quelqu’un avec lui le rassurerait énormément et lui offrirait une oreille pour écouter ses histoires. Cette opportunité permettrait à Flora de voir un peu plus de ce monde qu’était Gaïa, et la domestique d’un autre monde accepta de lui accorder cette requête et, après un long voyage qui s’étira sur plus d’une semaine, la voilà qui s’occupait de l’entretien du magasin à temps partiel, le temps que l’un de ses fils reprenne la voie de son père et retourne avec la jeune femme à Pallas en compagnie de nouvelles marchandises pour les vendre dans l’échoppe.

L’homme se trouvait dans l’arrière-boutique, à tailler les pierres qui servaient à incruster divers bijoux qui étaient majestueusement mis à l’avant sur les présentoirs du magasin. Flora s’attelait à nettoyer et dépoussiérer les lieux grâce à un vieux plumeau qu’elle passait sur les étagères remplis non seulement de bijoux, mais de livres, d’encres, d’huiles et d’autres babioles en tout genre que Leofpaul avait amassé tout au long de ses voyages. Les clients qui entraient dans le magasin pouvaient trouver une panoplie d’articles distincts, même si aucun acheteur n’avait passé la porte aujourd’hui pour voir la jeune femme vêtue d’une petite robe en coton verdâtre avec un tablier de service qui passait maintenant un chiffon sur une énorme sphère en verre aux couleurs éphémères. Même si la journée était calme en achalandage, l’un des fils l’avait assuré que les bijoux et pierres précieuses attiraient de nombreux acheteurs dans le commerce familial.

Il n’était pas dur à croire que c’était ces joyaux ornés qui faisaient la renommée de la boutique : En faisant attention à ne rien faire renverser en se déplaçant à travers les diverses tables qui servaient de présentoirs, Flora constata que l’établissement avait une certaine allure de capharnaüm avec les meubles qui étaient paquetés de bibelots et de babioles et les bibliothèques débordantes d’objets et de bouquins. Seuls les présentoirs de bijoux et de pierres étaient ordonnés et mettaient en valeur la marchandise. Les lieux étaient tout de même accueillants avec son ambiance chaleureuse qui laissait l’impression que n’importe quel trésor pouvait se trouver derrière, par exemple, ce vase de terre cuite qui agrippait les plumes du plumeau par sa surface poreuse alors que la nouvelle vendeuse se questionnait sur les rites et traditions inconnus qui étaient illustrés sur sa surface.

D’un pas léger, Flora allait porter son plumeau et son chiffon derrière le comptoir lorsque ce qui semblait être un client pénétra dans la boutique. Bien décidée à réussir sa première vente sur le plancher du magasin, elle se retourna en dissimulant ses instruments de ménage derrière son dos et afficha un sourire franc au nouvel arrivant en exclamant pour ne pas se faire couvrir par le son des outils qui s’entrechoquaient dans l’arrière-boutique :

« Bonjour! Comment puis-je vous aider? »
Flora
Age : 25
Métier : Domestique
Messages : 70
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 2/4/2018, 14:58

Cette semaine, Repphisa était libre. Apparemment, c'était les vacances, ou quelque chose comme ça... Du coup, la jeune rousse avait décidé de se rendre à Volaris. Sauf que déjà, un problème s'était posé... C'était loin. Très loin. A plus d'une centaine de kilomètres, voire deux... Et même si Repphisa était quelqu'un de plutôt courageux, elle n'avait pas la foi de marcher autant, surtout qu'elle n'était pas vraiment faite pour ce genre d'efforts physiques. Et, c'est par un heureux hasard qu'elle tomba à l'entrée de la ville sur un convoi de marchands, qui accepta de l'emmener là bas, car c'est là ou ils allaient, en échange d'un peu d'argent. La jeune mage trouvait ça plutôt sympathique comme offre, et ne tenta pas de négocier un prix un peu plus bas, car c'était pas cher et que c'était déjà bien assez chic de leur part de vouloir s'encombrer d'un passager supplémentaire, même si elle voulait un peu économiser pour acheter quelques bricoles là-bas.

C'est après un assez long voyage qui dura un certain temps que tout ce joli monde arriva à leur destination commune. Après les avoir remerciés, Repphi descendit de la caravane ou elle était et... Elle fut émerveillée par la taille de cette ville qui était assez conséquente. La rousse n'avait pas vraiment l'habitude de sortir, et encore moins dans une ville aussi grande, et était à la fois émerveillée, intéressée par une visite de cet endroit, mais aussi un peu apeurée du fait qu'elle pouvait facilement s'y perdre, et ainsi finir par vivre dans la rue pendant un certain temps. Du moins, c'est comme ça qu'elle se l'imaginait. Car la vérité avait été tout autre... Elle trouva bien assez vite les quartiers marchands. Car même si la capitale d'Oghma était gigantesque, l'endroit était bien organisé. Et puis, suivre les groupes de gens, ça aide un peu aussi. Et des gens, c'est pas ça qui manquait... Car autant elle était habituée à la populace qu'il y avait dans l'académie, mais là... Ça n'avait rien à voir. Heureusement que la jeune élève dissidente n'était pas agoraphobe, sinon elle aurait fait une syncope depuis longtemps et serait en état de "oh mon dieu je veux rentrer chez moi au secours aaaaaah". Ce qui serait peu glorieux.

Heureusement, ce n'était pas le cas, et Repphisa, bien qu'un peu mal à l'aise, avança et regarda à droite et à gauche, les étalages, pour voir si il y avait des objets qui lui plaisaient, ou bien des livres, des pierres, ou je ne sais quoi. Puis, après plusieurs longues minutes sans rien trouver d'intéressant... Un magasin attira bien vite la curiosité de la jeune rousse. Elle avait eu comme une intuition qu'un quelconque objet intéressant l'y attendait... Enfin, elle n'osait pas avouer qu'elle trouvait l'enseigne très jolie et que ça lui donnait fortement envie de rentrer, surtout. C'est d'un pas assez peu assuré qu'elle entra dans le magasin, attendant quelques secondes que quelqu'un vienne. Quelques secondes dont elle profita pour jeter un coup d'oeil à ce qui pouvait être potentiellement intéressant à droite et à gauche... Quand une voix vint l'interrompre dans son activité la faisant légèrement sursauter, surprise.

- Ah ! Euh... Bonjour ! Je cherche euh... Euh... Je... Je sais pas, haha...

La pauvre, elle avait perdu tout ses moyens. Elle avait un peu oublié ce pour quoi elle était ici, à vrai dire... Elle essaya de reprendre un peu d'assurance, inspirant et expirant lentement, avant de formuler une demande un peu plus... Mieux, dirons nous.

- Excusez moi, c'est la première fois que je vois un endroit aussi grand et je ne suis pas très a l'aise, j'en perds tous mes moyens... Mais du coup, j'aimerais savoir... Qu'est-ce que vous avez d'intéressant à vendre, par ici ?

Repphisa
Messages : 9
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 5/4/2018, 22:55

La jeune femme qui venait d’entrer dans la boutique donnait l’impression de s’être trompée d’endroit. Son regard alla se perdre un peu partout sur les étagères remplies de l’établissement et sursauta lorsque Flora lui adressa la parole.

« Ah ! Euh... Bonjour ! Je cherche euh... Euh... Je... Je sais pas, haha... »

Le sourire de la bonne commença à s’effacer, venant se mêler à une expression perplexe devant cette réponse qui la laissa confuse. Le sourcil relevé, elle ouvra la bouche cherchant quelque chose à répondre à cette "demande", mais ne put que laisser échapper un léger « euh » d’hésitation. La cliente sembla tenter de se reprendre après quelques inspirations profondes, puis réussit à formuler une phrase un peu plus sensée :

« Excusez-moi, c'est la première fois que je vois un endroit aussi grand et je ne suis pas très à l'aise, j'en perds tous mes moyens... Mais du coup, j'aimerais savoir... Qu'est-ce que vous avez d'intéressant à vendre, par ici ? »

Flora releva ses sourcils et resta légèrement muette devant cette question. Elle jeta des regards autour d’elle, comme l’avait fait la cliente en entrant dans le magasin, tentant de trouver un lien commun entre tous les éléments du bazar qui l’entourait. Les lèvres légèrement entrouvertes, un second « euh » se fit entendre, qu’elle interrompu en fermant la bouche et humectant ses lèvres. La nouvelle employée reposa son regard sur l’autre jeune femme et tenta de fournir une réponse :

« Eh bien... Nous avons des… des…, réussit-elle à dire avec la même hésitation que sa cliente lors de son arrivée. »

Gênée, elle ne put s’empêcher de ponctuer sa phrase avec un rire sensible. Flora leva le bras et se gratta derrière la tête avec la paume de sa main qui tenait le plumeau qu’elle dissimulait auparavant dans son dos, l’autre main toujours derrière elle avec son chiffon. D’un sourire sincère, Flora s’excuse à la jeune femme :

« Je suis désolée, c’est ma première journée ici. Je sais que nous avons de magnifiques bijoux travaillés sur place mais, comme tu peux voir, on a aussi un peu de tout sur les étagères. Des bibelots, des livres magiques, des sculptures, … Si vous cherchez quelque chose, on a peut-être ce qu’il vous faut!, affirma l’employée en joignant ses mains devant elle et en les déposants contre son tablier. »
Flora
Age : 25
Métier : Domestique
Messages : 70
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-