Quand tu trouves un prince sur le bord de la route [Pv : Takumi]

le Sam 7 Avr - 11:44

Le ventre grondant, la faim ne cessait de la tenailler. C'est qu'il en devenait un peu trop bavard à son goût ! Bon sang, et elle était encore loin de chez elle, il lui faudrait encore une bonne heure ou deux de marche, c'était certain. Pourquoi c'était-elle autant éloignée ? Ah oui, elle avait entendu une affaire comme quoi un convois serait bon à être volé. L'information n'étant pas tombée dans l'oreille d'une sourde -vu la taille de ses oreilles ce serait en réalité un comble en fait-, la demoiselle c'était précipité. Y voyant là une opportunité pour apporter de son aide à ses pauvres parents qui avaient un peu de mal à boucler la fin de mois. Son père c'était fait virer de son boulot, encore une fois, et sa mère était de ce fait la seule à officiellement rapporter de l'argent pour les nourrir. Alors il était retourné à la chasse. Mais il faut l'avouer, un peu de confort, ce n'est pas du luxe. Surtout quand on vit dans un camp de voyageur à la base. Il en est loin le rêve de la jeune fille de devenir une princesse et d'être riche tiens. Pour l'instant, elle devait se contenter de dormir sur le bord des routes, ou alors dans sa maison faites de toiles. Certes, la pluies ne venait pas la mouiller une fois le soir venu, et la gardait de ce fait un minimum au sac et au chaud, mais bon, c'est pas vraiment l'idée qu'on se fait d'une princesse, surtout quand on en a la vision des histoires. Soupirant, la demoiselle accéléra le pas. En plus, elle n'avait pas récupérer grand chose. En réalité, le sac qu'elle avait trouvé d'objets ne lui avait pas rapporté tant qu'elle aurait souhaité. Pourquoi monde cruel ? Bon, une bourse pleine de pièce d'or, je suppose que ce n'est pas rien, mais zut ! Il lui en faudrait bien plus ! C'est cher payé les heures de marches. Mais c'est une renarde, et de ce fait, elle n'avait pas à se plaindre, elle était faite pour courir dans la campagne après tout. D'un pas léger et gracieux, elle progressait alors sur le bord des routes, espérant voir le plus rapidement possible les formes de la ville qui signalerait alors qu'elle serait presque arrivée.

Son ventre gronda encore.

« Raaaah. La dalle. »

Snif snif. Mais quelle est cette odeur ? Redressant les oreilles, à la recherche du moindre bruit, et les narines retroussées. La demoiselle suivit cette douce odeur de viande qui était en train de rôtir jusqu'au camp de fortune d'un groupe de voyageur. Ils étaient en train de se préparer pour manger, bien tranquillement. Mais elle n'avait d'yeux que pour ce repas. Elle pourrait aller les voir et les payer pour avoir un morceau -au risque de se faire arnaquer avec ses airs un peu candides-, mais autant dire qu'elle n'avait guère envie de dépenser son argent fraîchement gagné alors qu'elle était à peine sur le chemin du retour... Y a pas le choix. Quand faut y aller, faut y aller.

Profitant d'un instant où ils avaient le regard détourné. La demoiselle usa de son agilité et rapidité naturelle pour courir à toute vitesse, et attraper alors le lapin encore fumant au dessus du feu. Une jolie brochette qu'elle se ferait un plaisir de déguster. En plus, la viande était presque cuite comme il le fait, c'était parfait. Du moins, pas autant que d'avoir des hommes furieux à ses trousses avec des épées à la main. Ils étaient trois. L'un armée d'une lame, l'autre d'un gourdin et... d'un arc ? Merde ! Elle ne l'avait pas vu. Vite ! Courage ! … Fuyons !

Les herbes se pliant à son passage à toute vitesse, la demoiselle espérait alors les semer, user de sa rapidité et de sa bonne résistance à la course pour s'en sortir, les voir se fatiguer. Mais c'est qu'ils sont endurant les bougres. Et elle n'avait guère envie de laisser son morceau de viande se perdre, ce serait du gâchis et de toute façon, même si elle leur rendait pas sûr qu'ils la laisse partir comme si de rien était. Vite Astéria, réfléchis. Un plan. Allez un plan. Allez. T'es plus maligne que ça. Un homme !

… Quoi c'est un plan ? Non. Enfin, si. Enfin je ne sais pas peut-être. Elle couru dans sa direction. Un jeune homme à la chevelure argenté, en réalité, il avait l'air un peu perdu, mais ça elle ne l'avait guère remarqué sur le coup. Juste le fait qu'il soit là. Une flèche se planta alors non loin d'elle derrière. C'est qu'il visait bien le bougre... Allez, il était armée, il pourrait l'aider non ?

« S'il te plais ! Aide moi..! »

C'est qu'elle avait vraiment la dalle. Et avoir de la nourriture et ne pas pouvoir la manger était frustrant en plus d'être terriblement... Éreintant. Elle se retrouva alors en boule repliée sur elle même derrière lui, le souffle coupé. Espérant que cela les ferait repartir, que cela les dissuaderait. C'était vraiment une histoire de fierté, parce qu'ils avaient largement de quoi manger à leur campement ces idiots. Allez Astéria respire.
Astéria
Métier : Voleuse
Messages : 25
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Mer 25 Avr - 15:56




image
quand tu trouves un prince sur le bord de la route

En route pour l'aventure !


Asteria

Takumi
1
er

C’est sûr, c’était pas le bon plan là tout de suite. Se dire que tu aurais pu réfléchir, faire un pas en arrière, voir même refuser totalement. En vrai, tu commences à te dire que la situation est pas vraiment ce que tu aurais imaginé en prenant ce portail. Te voilà totalement perdu dans une contrée que tu ne connais pas du tout, pour dire tu croies presque tourner en rond totalement, tu as déjà vu cet arbre, non ? Soupirant longuement, tu avances, non tu erres en vrai, cherchant un peu d’hospitalité, cherchant même une ville, quelque chose qui t’explique la situation. Bref, un truc qui fait que tu ne te retrouves pas à avancer les yeux fermés, ce que tu détestes fortement faire, cela est beaucoup trop irresponsable et dangereux. Tu te dis que tu pourrais très bien mal finir, et que personne du royaume d’Hoshido ne serait au courant, c’est tellement rassurant de se dire cela !

Par chance, ton malheure ne dure pas non plus, tu arrives devant une maison, habité au vu de la fumée qui sort de la cheminé, avançant d’un pas à la fois engageant et méfiant, tu frappas à la porte doucement, cherchant une sorte de point d’accroche, et savoir où tu te trouves, après tout ce n’est pas un mal de savoir où tu vas et comment on y va. Attendant curieux, tu regardes un peu partout, remarquant alors un regard sur ta personne, haussant légèrement un sourcil, tu vois une ombre sur le côté, vu la taille, cela semble être un enfant caché derrière le mur. Tu fais semblant de ne pas l’avoir vu, bien que c’est assez dur, vu que cet enfant vient d’éternuer, c’est presque drôle. Frappant une deuxième fois à le porte, tu soupir un peu, la politesse n’est pas le fort des habitant ici ? Tu ne vas tout de même pas faire irruption dans une maison comme certain pourrait le faire ? Alors tu uses un peu de ta patience.

Patience qui connait bien vite sa limite, regardant une porte qui ne daigne ne pas bouger. C’est alors que tu décides d’aller voir l’ombre bien maigre, te penchant vers l’enfant qui se découvre être une petite fille qui est surprise de que sa cachette si parfaite soit découverte. Partant en courant à l’arrière de la maison, tu découvres alors une famille en train de couper du bois, tu allais toquer bien longtemps à une porte. Approchant doucement, tu t’inclines doucement de cette famille, ne voulant pas brusquer ou même faire peur, après tout tu es armé, donc tu peux vite intimider les gens.

Je suis un voyageur perdu, pouvez vous m’aider ?

Tu n’y vas pas par quatre chemin, tu es assez franc de nature, alors pourquoi changer immédiatement car tu as changé de monde ? La personne se trouve un peu déboussolé sur ta question un peu brusque. Bien qu’un rire se fait entendre d’une femme qui travaille sur du tissus.

Vous n’êtes pas le premier perdu dans ses contrés, elles sont tellement vaste !

Elle se lève doucement pour ouvrir la porte de sa maison, bien petite pour accueillir sûrement toute la famille que tu viens de voir. Entrant en voyant le signe de main de la femme, tu vois alors une carte s’afficher sous tes yeux, enfin un repère dans ce monde. La mère de cette famille t’explique à peu près où tu te trouves en ce moment même, essayant de mémoriser le chemin que celle-ci t’indique pour atteindre la capital, tu vois bien une longue marche pour l’atteindre, mais cela ne te fait pas peur, après tout pendant la guerre tu as longuement marcher pour sauver ton pays, alors cela ne te fait pas frissonner ou même reculer. Bien que si tu suis bien la route indiqué, des panneaux te tomberont sous le nez, cela est plus simple que tu ne le pensais, tant mieux.

Tu t’inclines vivement par respect et pour remercier la femme qui vient de grandement t’aider, bien qu’un bruit peu responsable de ta part se fait entendre. Tu es un homme Takumi, il est normal d’avoir faim, une petite trace de rougeur mélanger à la gêne se présente sur ton visage. Un rire de la femme, bien que peut être un peu moqueur car tu faisais le fier d’avoir tout compris de ses explications. Pourtant, avec peut être gentillesse et que tu n’es pas un méchant garçon d’apparence. Elle te prépare un baluchon, plutôt maigre, mais suffisant pour ta personne, composé d’un peu de viande séchée et de fruit, cela te tiendra en forme au moins, tu y vois même un peu de pain, cela te change beaucoup de tes repas de chez toi.  Tu trouves ne pas l’avoir assez remercier comme il fallait, c’est si gentil de sa part. Tu reprends la route avec un sourire et une plus grande confiance, cette famille t’a un peu apporté du baume au coeur.

On peut dire que le paysage n’a rien de bien… Changeant, de la verdure partout, des arbres de temps en temps, mais pas beaucoup de personne sur les routes, cela en est presque stressant, peut être qu’il y a une raison ? Peut être qu’il y a un danger insoupçonné dans les parage ? Peut être que c’est ton passif de guerrier qui parle, mais tu es toujours sur la méfiance, toujours à penser au pire situation, comme une embuscade par exemple, mais vu la vaste vu que tu as pour le moment, sauf de la contré ou tu vois beaucoup d’arbre, donc tu n’as pas de grande crainte à te faire.... Continuant ta route en croquant dans une pomme, tu continue d’avancer en suivant bien le chemin indiqué, sans détour, tu es bien responsable Takumi.

Pourtant, dans ta route pleine de droiture, tu entends un bruit venant bien de cette forêt, tournant la tête, tu vois une scène qui ne sort que peu de l’ordinaire dans ce temps, voyant une femme fuir une meute d’homme enrager, c’est presque grotesque de voir une pareille scène ici même.

" S'il te plais ! Aide moi..! "

Tu n’en reste pas moins un héro Takumi, sauver les demoiselles en détresse doit faire partie de tes qualités. Tu vois alors que la fille en détresse se cache derrière toi, faut dire que tu es la seule personne à ne pas lui courir après, dommage pour toi, tu viens d’être mis dans une situation plutôt délicate. Surtout que les poursuiveurs ne semble pas du tout ralentir en te voyant… Tu vois alors une personne prête à dégainer son arc et te tirer une flèche plutôt fatal. Ce n’est que du menue fretin pour toi, ta fierté va prendre un coup, mais bon, sauver les pauvre victime c’est ton truc Takumi. Saisissant ton arc, tu  le tends sans flèche avant de faire apparaître l’une d’elle et la tirer aussi vite qu’elle est apparue. Ce qui a le don d'impressionner, toujours. Ce qui a fait son petit effet, vu que les gens viennent de se stopper et commencer à reculer, faut dire que tu es le genre à ne pas montrer de pitié sur ton visage. Armant une autre flèche prête à être tiré, tu vois bien qu’ils reculent doucement, pour enfin disparaître de ton champs de vision. C’était trop facile, c’est ce que tu as pensée tout de suite.

C’est bon.

C’est assez sec comme mot qui rassure, tu te retourne un peu pour voir la jeune femme, qui est une renarde semble-t-il vu son accoutrement d’oreille poilu et sa queue. Haussant le sourcil, tu remarques alors une odeur plutôt distinctif, une odeur de viande juste cuite et fumante, un lapin entre ses mains… Il semblerait que tu te sois trompé de camp?

Je présume qu’il ne te poursuivait pas pour rien?

Alala, les premiers pas dans ce nouveau monde, et tu as déjà un mauvais camps, faudrait mieux observer la prochaine fois Takumi.

@Shaynee sur Epicode

hrp // Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.


Takumi
Messages : 6
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 7 Mai - 16:48

Bien sûr que tu n'es qu'une petit voleuse Astéria, est-ce un problème ? Peut-être. Elle n'a pas mauvais fond la bougre, mais cela n'enlève en rien qu'elle a tendance malgré elle à provoquer des ennuies de cette façon. Et vu qu'elle n'a pas vraiment de gêne, elle vient alors vers les autres pour essayer de se protéger. Donc, quand Astéria croise un homme random sur le bord de la route qui  l'air armé -il faut pas déconner non plus-, elle se cache derrière. Et faut avouer que même si elle lui sortait sur le coup la comédie du renard battue pour essayer de l'amadouer et qu'il ne la laisse pas en plan, elle eut un moment de doute en fixant l'arme qu'il dégaina d'un air nonchalant. Attend, c'est quoi ça ? Un bâton tordu ? De loin, elle avait cru qu'il s'agissait d'un arc, mais il n'y avait pas de corde, que... Mais que faisait-il ? Il. Ooooooh.

Oui, c'est tout ce qu'elle trouva le moyen de se dire en le voyant faire, quand l'arc s'illumina d'une lueur bleuté presque irréelle. Laissant apparaître alors une corde à l'endroit prévu à cet effet, avant de finalement voir une magnifique flèche de la même couleur se former également, avant de fondre avec précision vers les gens qui lui courrait après. C'est vrai que sur le coup, elle les avait totalement oublié, totalement soufflé par ce qui se déroulait devant elle. Un arc magique ? C'est ce qu'elle pensait, elle ne voyait pas d'autre explication. Déjà qu'elle n'est pas très familière avec les formes de magiques plus classique, il faut avouer que jamais de sa vie elle n'a entendu parler de ce genre de chose. Et pourtant, les Dieux savent à quel point il s'agit là du genre d'histoire qu'elle raffole particulièrement. Mais là, ce n'était pas une histoire, c'était pour de vrai ! Cet homme sortait une arme magique et chassait sans même verser la moindre goutte de sang les hommes qui la poursuivrait. Mais... Il est merveilleux !

Tellement merveilleux que son regard plein d'étoile était rivé sur lui et son arc qui venait de s'éteindre pour son plus grand malheurs. Mais cela ne l'empêchait pas de garder son air admiratif en réalité. La renarde en entendit à peine la question en réalité, elle mit en fait plusieurs secondes à réalisé qu'il était en train de la fixer d'un regard un poil accusateur, à attendre une réponse. Heu quoi ? Heu. Elle était poursuivit ? C'est heu... Astéria baissa les yeux vers le lapin qu'elle tenait entre les mains.

«  Ah... Heu... C'est qu'il fait faim sur les bords de route et heu.. Bon tu m'as aidé on le partage si tu veux ! »

Fit-elle alors en tirant sur la cuisse encore fumante du lapin pour le lui tendre avec une certaine finesse tout de même. Ben quoi ? Les Kinder Bueno n'existent pas encore, alors on partage les cuisses de lapin volé maintenant. Et oui, il fait faim ça se dit maintenant, Astéria l'a décidé. Mais on est pas là pour lui donner des cours sur comment il faut parler, elle était en réalité soudainement très intéressé par la personne face à elle. Et son regard le démontrait tellement, que pas la moindre once de honte n'était visible face à cette accusation de vol qu'elle avait en réalité totalement assumé.

« Je rentrais chez moi, et le lapin sentait bon. Ils avaient plein d'autres truc à manger alors bon... Mais, c'est pas important tu vas où comme ça ? Je peux t'aider en retour hein dis dis ? »

Plus petite que lui peut-être, cela ne l'empêcha pas de se planter devant lui avec une certaine détermination, et le fixer maintenant droit dans les yeux. A y regarder de plus près, il faisait carrément plus classe que les gens qu'elle croisait régulièrement dans son quotidien. Plus propre, mieux habillé, un petit air classe. Un quelque chose qui en jette grave pour une rêveuse dans son genre. Alors elle lui sourit timidement.

« Je m'appelle Astéria, j'allais à la Capitale... C'est la première fois que je rencontre une arme pareil, elle est super, comment ça marche, c'est quoi ? »

Qu'est-ce qu'elle pouvait poser comme question la renarde. Curieuse comme un poux, ça ne change pas. Elle se gratta tout de même la joue, et baissa ses oreilles. Réalisant qu'elle était peut-être carrément envahissante alors qu'elle le connaissait à peine. Déjà qu'elle lui avait demandé de l'aide, tu exagères un peu Astéria.

«  Désolée, je pose trop de question peut-être... On m'a toujours dit que je suis trop curieuse. »

Le genre de femme à toujours vouloir en apprendre d'avantage, à regarder et observer les autres avec des étoiles dans les autres, et avec une joie de vivre qui semble en réalité permanente peu importe la situation.
Astéria
Métier : Voleuse
Messages : 25
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-