Le cerf blanc. [PV : Kaito]

le 15/8/2018, 21:22

« AH MONSIEUR KAITO ! VENEZ ! »

Erland était un homme… Excentrique. Il n’y avait rien d’autres à dire. Sa coupe afro du plus bel effet, une magnifique tenue moulante, avec un énorme manteau de fourrure par dessus… C’était difficile de le rater, pour ne pas dire, impossible. C’était un homme qui était flamboyant, et qui n’hésitait pas à exagérer lui-même ses goûts. Car oui, bien entendu, il fallait bien comprendre… Ce genre de comportement était à moitié du à son propre goût personnel… Et l’autre moitié était un moyen de baisser la garde de ces adversaires, rivaux, ennemis de tout poil… Bref, un moyen de montrer qu’il était faible, sans défense, qu’il était une petite créature fragile, et donc, qu’il ne fallait pas le déranger...

Bien sur, c’était ENTIEREMENT faux. Il venait de Pallas, et tout les gens de Pallas le savaient parfaitement… Il était loin d’être un néophyte. Il avait combattu, et il savait parfaitement manier la lance. Il faisait tomber aisément ses ennemis, et il montrait qu’il était tout sauf un débutant. Non, au contraire, c’était un guerrier efficace, un combattant redoutable, et son excentricité n’était qu’une part de sa personnalité, mais nullement l’unique face de sa personne. Il était tout autant Pallasite que n’importe qui ici, et il savait parfaitement se battre. Ce n’était pas car on a un style, différent, unique, qu’on devient donc forcément mauvais, n’est-ce pas ? Bref, quoiqu’il en soit, Erland n’était donc pas n’importe qui, loin de là.

Mais où sommes-nous ? Car nous parlons, nous parlons, mais nous ignorons notre lieu ! Voici, les seules et uniques Montagnes Noires. Lieu de mort et désolation pour ceux qui ne connaissaient rien en ce monde unique des monts. Après tout, ce n’est pas un lieu où personne vit, c’est aussi un lieux où chasseurs, alpinistes, et autres voyageurs se trouvaient… On trouvait de nombreux animaux ! Bref, comme les déserts, leur exactes opposés (enfin non, l’exact opposé serait les abymes de l’océan, mais passons), c’était des éléments certes inhospitaliers en apparence, mais en vrai, la vie trouvait toujours un moyen de passer, de s’installer. Mais arrêtons nous là pour la description, concentrons-nous alors sur le fameux Erland, qui guidait Kaito vers un rouquin, un rouquin qui préparait une Wyverne…


« Je vous présente Michalis ! Ce mercenaire est un guerrier EX-CEP-TIO-NEL ! J’l’adore ! »

Michalis regarda l’homme, et tira une tête de trois kilomètre de long. Michalis faisait parti de ses nombreuses personnes qui avait sous-estimé Erland… Et il s’était fait TABASSER… Bon, on va pas exagérer, Michalis n’avait pas perdu à plat de couture, mais il avait quand même bien perdu. Franchement, cela ne faisait aucun doute, il n’avait pas réussi à vaincre son adversaire. Le fameux Erland l’avait vaincu, et ainsi… Ce dernier avait adoré le style de combat du Médonien ! Bref, donc, il voulait ABSOLUMENT que ce dernier devienne une de ces connaissances. Michalis, blessé dans son orgeuil, n’avait rien pu faire devant l’enthousiasme de l’homme, et très vite, le fier roi de Médon avait été réduit à tout dire au fameux Erland, et c’est ainsi que deux semaines après ce combat… Le Roi de Médon avait reçu une lettre...

« Pas autant que vous bien sûr. »

Erland confirma. Après tout, le fameux Kaito avait reçu sa fameuse lettre, exactement comme le Roi de Médon, confirmant qu’il faisait parti du V.I.P. ! Cette lettre avait été un mystérieux rendez-vous, qu’il ne fallait pas esquiver… SOUS AUCUN PRETEXTE ! Bref, un ultimatum, sans aucun moyen de vérifier que celui-ci s’applique… Mais beaucoup visiblement avaient été piqué par la curiosité de cette invitation. Pourquoi quelqu’un comme Erland voulait les voir ? Seule indication donnée par le courrier… Une chasse. Une mystérieuse chasse, dont l’organisateur ne voulait pas dire pour le moment plus… Bref, ce fameux organisateur fit un sourire aux deux interlocuteurs, Michalis savait pas où regarder. Le Roi de Médon n’avait pas du tout l’habitude de ce genre de personne… Et ainsi, il leur déclara :

« N’hésitez pas à chanter et jouer autant que vous voulez ! Je vous laisse, la chasse commence bientôt !!! »

La chasse qui allait commencer allait être unique. Ce n’était pas une simple chasse, il fallait bien croire… Après tout, on n’invite pas une personne comme Kaito pour une simple chasse… Oh non, elle avait d’autres raisons, mais pour le moment Erland n’avait pas voulu dire. De plus, Michalis et Kaito n’étaient pas les seuls. Il y avait une dizaine d’autres soldats, hommes et femmes, qui étaient à pied, d’autres à Wyvernes… Bref, Michalis et Kaito n’étaient pas les seuls avec Erland. La chasse qui s’annonçait alors avait deux possibilités. Soit elle serait extrêmement dangereuse, ce qui arrivait, soit alors, elle allait être face à un animal particulière rare, ou particulièrement précieux, donc, forcément, elle devait réussir. Ou bien les deux. En tout cas, elle avait piqué la curiosité de toutes les personnes ici présente...

Mais c’était la gène. L’énorme gène. Pourquoi cela ? Et bien, Kaito et Michalis avaient été à peine présentés, et voilà que les deux se retrouvaient côte à côte. Cela serait facile de s’ignorer, me diriez-vous ? Mais non, car la rencontre avait été amorcée. Bref, les deux savaient qu’ils connaissaient le fameux Erland, et que les deux étaient là pour combattre, pour chasser… Chacun pouvait croire que l’un avait des connaissances plus poussé sur l’événement, alors que dans les faits, non, ni l’un ni l’autre ne savait ce qui allait se passer. Michalis et Kaito, bref, étaient tout deux à croire que chacun en savait plus, mais tout cela n’était qu’une énorme mise en scène. Et visiblement, le metteur en scène de l’ensemble, un personnage plus qu’original… Etait plus que content de son petit travail. Bref, cela faisait que de nombreuses questions se bousculaient dans la tête du fameux roi de Médon, qui finalement déclara :


« … Bonjour. »

Michalis ne savait pas s’il devait partir le plus vite possible ou rester…
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 16/8/2018, 13:49

« AH MONSIEUR KAITO ! VENEZ ! »

L’appel était particulier, mais facilement reconnaissable. L’homme, un individu particulièrement excentrique, le genre qui ne passe pas inaperçu, même s’il s’était trouvé à Trithereon. Depuis longtemps maintenant, le jeune homme avait arrêté de juger les gens sur leur apparence, il considérait qu’il s’insulterait lui-même en faisant cela. S’il ne connaissait pas encore les capacités de l’homme, il n’en attendait pas moins qu’il soit un très bon combattant. Après tout, nous étions à Pallas, le royaume des guerriers ; s’ils avaient été à Istus, il aurait certainement pris ça pour les frasques d’un noble, voulant se rendre intéressant. Même si, en effet, il n’avait pas encore mis les pieds à Istus et doutait de les mettre un jour, sinon pour voir le festival musical.

S’il ne connaissait pas l’homme plus que ça, il se souvenait tout de même de lui, mais comme dit plus haut, impossible de le rater. La première fois qu’il l’avait rencontré, Kaito était simplement en train de raconter une histoire. Comme toujours, sa lance était proche de lui, prêt à frapper en cas de besoin, mais il n’avait surement pas fait une formidable impression à l’homme. Il devait surement ressembler à un simple conteur, ayant juste la particularité de faire danser des figurines de glace, pour faire rire les enfants.

Cette fois encore, devant l’attroupement de guerrier, il ne devait pas paraître vraiment dangereux. Sa lance en main, son shamisen dans son dos et des vêtements extrêmement léger en guise de tenue, sans oublier ses geta, clairement pas adaptés pour la montagne. Enfin, il était habillé de façon aussi étrange que leur hôte, même si les écailles pouvaient en révéler plus sur sa nature. Mais tout de même, ils étaient dans les montagnes noires, un lieu si froid et sauvage, que même les habitués pouvaient y mourir. Pourtant, les pas du conteur étaient assurés, ne glissant sur aucune surface, même là où on pouvait s’y attendre. Ce que les autres ne savaient pas, c’était qu’il avait passé plusieurs années dans ces montagnes, elles étaient son territoire, son terrain de jeu. La température des lieux était parfaite pour lui, revigorante et bien meilleur que la chaleur des feux en ville.

« Je vous présente Michalis ! Ce mercenaire est un guerrier EX-CEP-TIO-NEL ! J’l’adore ! »

Comme venait de l’annoncer Erland, Michalis était exceptionnel. Et en effet, le jeune homme avait déjà entendu parler de ses exploits. Il aimerait bien discuter un peu plus avec le mercenaire, surement plus tard, afin de pouvoir ajouter son histoire à ses contes. Surtout qu’il n’avait pas encore de wyverne à sa collection de figurine. Il aurait pu en modeler, bien sûr, mais quel en serait l’intérêt, s’il n’avait rien à lui faire faire. Il salua le guerrier d’un léger signe de tête, avant d’écouter la suite des propos de l’homme.

« Pas autant que vous bien sûr. »

La remarque ne se perdit pas, Kaito l’avait bien enregistré et pu confirmer qu’il n’était pas seul lors de sa dernière mission. En plus des contes, Kaito était un mercenaire, du genre à ne pas s’enrichir, aidant les pauvres et ne prenant que ce qu’il avait besoin en gain. Il avait dû chasser une petite meute de loup, afin d’aider un fermier des environs. Ne tuant pas pour le plaisir, seulement parce qu’il le devait, le jeune homme avait seulement trouvé un moyen d’éloigner les canidés et permettre à l’éleveur de continuer son travail en paix. Il se souvenait avoir senti une présence et d’avoir vu une tenue assez étrange, au moment de se retourner. Il n’avait eu aucune preuve, aucune trace n’avait été laissée sur le sol, mais il était pourtant sûr qu’on l’avait suivi.

Ce fut en recevant la lettre, qu’il avait compris et naturellement, comme toute personne intriguée, il avait décidé de se rendre à cette chasse et voir les capacités de l’homme en question. Il était évident, maintenant qu’il voyait la troupe de chasseur, que l’homme était influent, pas un simple seigneur local voulant faire mumuse dans les montagnes, mais bien un homme pouvant s’entourer des meilleurs, quand il le voulait.

« N’hésitez pas à chanter et jouer autant que vous voulez ! Je vous laisse, la chasse commence bientôt !!! »

L’invitation était étrange, mais suscita davantage la curiosité du jeune homme. Pourquoi pouvait-il jouer, si la chasse allait commencer ? Certainement pas pour ses talents de conteur, à moins que la créature était suffisamment importante et rare, pour qu’il puisse écrire une histoire sur cette chasse juste après. Leur hôte les laissa ensuite, allant parlé avec ses autres convives. La situation était étrange, surtout après avoir mis les deux jeunes hommes en conflits, simplement on prétextant que l’un des deux étant plus « exceptionnel »que l’autre. Chose qui d’ailleurs, ne marchait pas vraiment avec Kaito, puisqu’il connaissait ses capacités et n’était pas du genre à fanfaronner ou à savoir qui était le meilleur. Finalement, Michalis brisa la glace, si nous pouvons le dire, ce qui laissa la parole au conteur.

- Bonjour, en effet. J’ai entendu beaucoup de rumeurs sur vous et j’espère qu’elles sont vraies. J’aimerai beaucoup pouvoir conter votre histoire.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 16/8/2018, 21:55

Finalement, après une reflexion qui ne dura pas si longtemps, le fameux roi de Médon avait donc prit sa décision. Il allait au moins rester jusqu’à ce que le fameux Erland explique un petit peu ce qu’il voulait. Une fois qu’il en saurait plus donc sur cette mystérieuse chasse, et bien… Il pourrait décider une bonne fois pour toute s’il quittait ou non l’endroit. Après tout, il y avait peut-être un intérêt à rester ici, qui sait ? La chasse serait peut-être intéressante ? Bref, quoiqu’il en soit, le fameux rouquin avait donc décidé de rester. Iote, en attendant, était sage, pour une fois, et ne faisait pas n’importe quoi. L’imposante Wyverne regardait plutôt vers le ciel, voyant quelques uns de ces congénères volant… Elle aimerait bien les rejoindre, mais étant une wyverne dressée, elle attendait tout mot de son maître.

- Bonjour, en effet. J’ai entendu beaucoup de rumeurs sur vous et j’espère qu’elles sont vraies. J’aimerai beaucoup pouvoir conter votre histoire.

Donc, il connaissait le roi de Médon ? Des rumeurs circulaient sur lui. De nombreuses rumeurs, mais beaucoup avaient un fond de vérité… Surtout celle qui disait qu’il appartenait à une royauté. Laquelle ? Et bien là, les légendes devenaient ridicules, car toutes tentaient de trouver des liens avec leur royautés, mais aucune ne pouvait être vraies, et mêmes les faiseurs de légendes savaient que… Bah leur légendes n’étaient pas cohérentes. Impossible vu son âge de le coller comme bâtard d’une famille royale. Mais beaucoup circulaient quand même, à cause du comportement de l’homme. Il avait une prestance et un comportement de Roi. Et si dans un premier temps, cela avait été moqué, sa puissance, sa terrible Wyverne, et donc, ses capacités faisaient que de plus en plus de personnes arrêtaient de se moquer, et se questionnaient à la place…

« Vous m’intriguez. »

Ouah ! C’était… Une sorte de compliment ? Pour Michalis un peu… Mais en tout cas, il sortait ça comme ça, on pouvait presque croire qu’il était énervé ! Non, il était concentré, et voulait visiblement en savoir plus sur son interlocuteur. Michalis était du genre bavard, mais pas du genre à parler pour ne rien dire. Bavard dans le sens que son caractère le poussait souvent à beaucoup discuter, pour avoir plus de renseignements. N’oubliez jamais que le Roi de Médon était avant tout un politique, un ancien roi qui avait énormément manigancé. S’il discutait, c’est qu’il voulait en savoir plus. Et s’il voulait en savoir plus sur quelqu’un, en général c’est car il voulait avoir des renseignements pour mieux maîtriser une situation… Et ouais ! Le savoir était le pouvoir, il l’avait bien compris.

« Mais je crois maintenant mieux comprendre. Vous êtes un barde, et vous venez pour voir si cette chasse sera intéressante. »

Là, sans doute que Michalis avait plus ou moins vrai. Plus ou moins, car il connaissait mal l’univers des bardes. En effet, Médon était un pays jeune et assez… Brute de décoffrage comme on dit. Donc, vous devinez que la musique là bas… Oh bien sûr il y avait des chants traditionnels, des chansons payardes, que Michalis connaissait, bien qu’il ne les chantait pas, étant donné qu’il n’était pas spécialement un gai-luron. Mais aux yeux d’une contrée noble et importante comme Archanea, par exemple, la culture Médonienne était non seulement jeune, mais aussi quasi inexistante, donc… Des bardes en Médon, il y en avait pas des masses, et le Roi de Médon ne cotoyait guère ses artistes, les invitant donc peu à sa table. De plus, n’ayant jamais été Roi en temps de paix, cela n’aidait pas. Quoiqu’il en soit, il précisa...

« Mais vous n’êtes pas un simple barde. Si vous n’étiez qu’un laquais, Erland ne vous aurait pas décrit ainsi. »

Toujours aussi sec et peu agréable. Il comprenait guère un personnage comme Erland, en même temps, peu sans doute pourrait comprendre un tel homme, mais il avait compris que ce n’était pas le genre d’homme à faire quelques choses sans bien réfléchir, tout était mûrement réfléchis en son être, et son excentricité, bien que Michalis trouvait cela étrange, peu adaptée, et franchement même un brin honteux pour un guerrier, et bien… Elle était réfléchie. Donc, si le fameux Kaito -bien que Michalis ne connaissait pas encore son nom- n’avait été qu’un barde là pour raconter l’histoire de cette chasse, et bien, il serait sans doute ailleurs, ou bien au contraire, accompagnerait son maître. Mais là, tout montrait qu’il n’était pas un servile barde qui jouait pour son maître, comme un fidèle toutou l’accompagnerait, mais bel et bien un homme qui visiblement, avait de l’intérêt pour intéresser suffisamment l’organisateur de la chasse. Il n’était pas un employé pour la chasse, mais bel et bien un invité.

« Qui êtes vous ? »

Le Roi de Médon regarda le barde dans les yeux. Qu’allait-il dire ? On avait presque l’impression que l’ordre était royal, et qu’il fallait obéir. Le Roi de Médon jouait de sa carrure, sa prestance, grandement lié à sa taille. Cela marchait un peu moins bien sur Kaito, étant donné que ce dernier était lui-même grand, mais passons. Bref, on allait voir si le barde, qui avait plutôt l’habitude de conter légende d’autrui, allait avoir envie de chanter ses propres faits d’armes. Allait-il raconter légendes sur sa personne ou bien vérité ? Tout cela était intéressant, et on sentait le roi de Médon inriguer. Kaito était le seul ici présent à ne pas sembler être seulement pour sa puissance guerrière, mais être plus que cela. Michalis était plus, lui aussi, étant Roi. Mais ça, ce n’était pas connu… Ou du moins cela ne restait que des rumeurs !
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 17/8/2018, 18:10

Depuis longtemps maintenant, le jeune homme savait qu’il piquait la curiosité des gens qu’il croisait. Et pourtant, il était à Pallas, le royaume le plus enclin à l’accepter. Mais jamais encore, il n’avait entendu quelqu’un lui dire clairement qu’il l’intriguait. Il avait plutôt l’habitude des messes basses, quand il avait le dos tourné, ou encore des questions des enfants, qui pour lui paraissaient plutôt mignonnes. Il n’en fut pas choqué pour autant, après tout, il savait qu’on le regardait depuis qu’il était arrivé ici, les regards fuyant quand il se tournait vers tel ou tel guerrier, les discussions qui s’arrêtaient pile quand on passait à côté d’eux. Certains signes ne trompaient pas, mais ces mots étaient bien différents.

- J’ai du mal à vous comprendre.

Comme toujours, les paroles du conteur étaient calmes, sa respiration lente et ses mouvements ne montraient aucune nervosité ou colère. Il se souvenait de son ancienne époque, une époque où il aurait surement sauté à la gorge de Michalis, juste pour avoir prononcé ces mots. Parfois encore, il revoyait des images de son lointain passé, un passé tellement puérile et innocent. S’il assumait ses choix, il les regrettait tout de même, car s’il était resté avec son frère, rien de tout souci ne serait arrivé et il coulerait une vie tranquille, en simple mercenaire. D’un autre côté, il savait aussi qu’il pensait cela maintenant, mais qu’il ne serait surement jamais arrivé à une telle conclusion en étant resté l’ancien lui.

Les paroles suivantes le sortirent de ses pensées. Le guerrier le prenait pour un simple barde, ce qui l’amusa un peu. A une époque, peut-être aurait-il aimé être un simple barde, voyagé avec les marchands pour divertir les foules et conter les histoires des royaumes voisins. Il savait que les bardes étaient respectés, ils étaient une incarnation de la sagesse du monde. Des hommes si sages, que même les rois et autres seigneurs les écoutaient, essayant de tirer un peu de sagesse de leurs histoires. Mais non, il n’était pas un barde, tout comme il n’était pas un véritable conteur. S’il n’était que ça, il ne serait pas ici à se joindre aux guerriers. Non, il serait plutôt à l’arrière, à regarder les combattants de loin.

Le demi-dragon allait répondre, quand le guerrier repris de plus bel. Revenant sur ses propres paroles, afin d’y ajouter ses propres conclusions. Même si, au final, elles ne le menaient nulle part, puisqu’il n’avait aucune réponse. En revanche, Kaito avait eu une réponse lui, il savait maintenant que leur hôte s’appelait Erland. Ce nom lui serait surement utile, surtout si l’homme voulait qu’on narre son histoire un jour, mais pour le moment, il n’était pas question d’Erland, mais bien de Kaito. Finalement, toujours avec sa délicatesse, Michalis lui demanda qui il était.

- En effet, je ne me suis pas présenté, je pensai que notre hôte m’avait devancé.

D’un mouvement souple et rapide, il fit tourner sa lance, afin de la tenir perpendiculaire à son corps et il baissa la tête, plus basse que la première fois.

- Je suis Kaito. Un contrat pour certain, une menace pour d’autre. Je suis à la fois conteur et musicien, mais seulement comme passe-temps. Comme vous et les autres ici présent, je suis un guerrier, un mercenaire pour être plus précis.

Il releva ensuite la tête, laissant Seiryu reprendre sa place dans sa main droite.

- Tout comme vous, surement, j’ai reçu une lettre me demandant de venir ici. Pour quelle raison ? Je l’ignore, mais la curiosité m’a fait venir jusqu’ici, même si pour le moment, elle est plus tournée vers notre hôte.

Il leva ensuite les yeux vers le ciel, non pas pour y voir les wyvernes tournant au-dessus d’eux, mais pour y voir des signes de changement dans la météo. Ne voyant rien d’inquiétant, il reposa son regard sur Michalis. Pourquoi serait-il le seul à répondre aux questions après tout.

- Et vous alors ? Êtes-vous bien plus qu’un simple mercenaire, comme les rumeurs le disent ? J’ai même entendu que vous pourriez être un roi.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 18/8/2018, 20:38

- J’ai du mal à vous comprendre.

On va pas le cacher, le fameux roi de Médon n’avait pas été spécialement clair. Faut dire, c’était pas son trip, il n’était pas du genre à chercher à être particulièrement clair. C’était au contraire plutôt du genre à être en mode « démerde toi, je vais pas t’aider ne serait-ce qu’une seconde. » C’était un peu con, dans un sens ! Après tout, le Roi de Médon ne déclarait cela que pour en savoir plus. Mais il se mettait lui-même des batons dans les roues, en n’étant pas clair. Sans doute qu’il ne se rendait pas compte lui-même qu’il était un peu stupide dans ce qu’il faisait. Et ouais ! Mais bon, on allait bien voir ce qui allait se passer, quand le fameux roi de Médon allait commencer à parler… Peut-être que Michalis serait être plus clair ?

Alors, quand on regardait Kaito, visiblement, certains des propos de Michalis semblait l’amuser. Est-ce que le roi de Médon le remarquait ? Non, il n’était pas un grand expert de la lecture des expressions de ses interlocuteurs. Il n’avait cherché à l’apprendre. C’était bête, car pour un politicien, en effet, il fallait bien le dire, savoir comprendre quelqu’un en lisant les émotions sur sur son visage, c’était quelques choses d’extrêmement important, dont le fameux Michalis ne semblait pas remarquer l’importance. Peut-être plus tard ? Le contact avec quelqu’un avec un peu plus de culture que les Médoniens ne feraient sans doute pas de mal au rouquin. Quoiqu’il en soit, quand ce dernier demanda alors le nom de son interlocuteur, celui-ci lui déclara alors :

- En effet, je ne me suis pas présenté, je pensai que notre hôte m’avait devancé.

Non. Erland et Michalis n’avaient pas non plus une relation si intime… Est-ce que l’excentrique avait véritablement des relations proches ? Beaucoup le pensaient, tous se mordaient les doigts, ou s’enfonçaient les doigts dans l’oeil jusqu’à l’omoplate. Je vous laisse le choix de votre expression préférée. Bref, ainsi, le fameux Erland semblait avoir fait exprès de mettre les deux l’un à côté de l’autre, comme pour les forcer à se découvrir, leur titiller la curiosité, en disant juste assez pour qu’ils s’intéressent et comprennent que l’un et l’autre n’était pas n’importe qui… Mais tout juste pas assez pour que cela soit suffisant, et qu’ils se disent que cela passait, ils n’avaient pas besoin d’en apprendre plus… Quoiqu’il en soit, satisfaisant la requête du Roi de Médon, son interlocuteur allait donc révéler qu’il était.

- Je suis Kaito. Un contrat pour certain, une menace pour d’autre. Je suis à la fois conteur et musicien, mais seulement comme passe-temps. Comme vous et les autres ici présent, je suis un guerrier, un mercenaire pour être plus précis.

Donc, ils étaient entre mercenaire. Kaito, Michalis trouvait en tout cas, ne ressemblait nullement à un mercenaire. MAIS il faut bien dire qu’il s’était méchamment trompé sur Erland. Rien ne prouvait que Kaito cachait aussi bien son jeu que leur mystérieux invité. Donc, voilà, il faut bien le dire, c’était sans doute une de leur plus grande force. Le fait que leur adversaire ne se méfiait pas d’eux, ne comprenant pas que la force n’était pas forcément apparente. Après tout, Michalis lui-même n’était pas un barbare musclée et huilé à la Conan ! Il était grand et plutôt fin, mais ça ne l’empêchait pas d’être un redoutable adversaire. Après il avait l’avantage -ou l’inconvénient, si le but était d’être discret- d’avoir une Wyverne de guerre. Donc, évidemment, niveau discrétion, c’est bof quoi. Bref, quoiqu’il en soit…

- Tout comme vous, surement, j’ai reçu une lettre me demandant de venir ici. Pour quelle raison ? Je l’ignore, mais la curiosité m’a fait venir jusqu’ici, même si pour le moment, elle est plus tournée vers notre hôte.

Donc, il ne savait pas non plus ? Quelqu’un savait-il les raisons, les tenants et aboutissants de cette fameuse chasse ? Sans doute pas, pensait le rouquin. Sans doute qu’il continuait de saluer tout ses invités, et qu’à un moment, sans doute quand on s’y attendrait le moins, quand les différents participants commenceraient à s’impatienter, il irait faire ses déclarations. Joli technique pour tenir en halaine toute les personnes. Après ce n’était qu’une théorie, mais Michalis se disait que sans aucun doute, c’était comme cela que cela allait marcher. Maintenant, il pouvait se tromper… Mais Michalis était un politique. Il avait appris de son père à comment faire attendre une foule, comment annoncer des nouvelles, aussi bien mauvaises que bonnes. Bref, son éducation avait été celle d’un roi politique, et là, il n’aurait jamais pensé, mais cela entrait justement en situation, avec ce qui était déclaré justement par le fameux Erland. Mais bref, suffit de parler du mercenaire aux cheveux bleu, parlons de celui aux cheveux rouges.

- Et vous alors ? Êtes-vous bien plus qu’un simple mercenaire, comme les rumeurs le disent ? J’ai même entendu que vous pourriez être un roi.

« Je suis donc point le seul à être plus qu’un simple mercenaire. »


Encore une fois, Michalis était cryptique. Il n’approuvait pas, mais ne désapprouvait pas non plus. Ni infirmation, ni confirmation de ce qui était dit. Un peu comme si le rouquin faisait exprès de dire suffisamment pour intéresser, mais trop peu pour confirmer tout ce que les gens pensaient de lui. Ce genre de comportement étaient franchement… Souvent assez insupportable, et sans doute que plus d’une personne aurait pété les plombs à cause des petits jeux du fameux rouquin. Mais heureusement, Kaito semblait quelqu’un de plutôt calme… Et surtout, heureusement, le roi de Médon ne se contentait pas de dire uniquement ce genre de déclaration ! Non, il en disait plus. Et heureusement, comme dit précédemment.

« Je m’appelle Michalis de Médon. Inutile d’en savoir plus sur mon nom, c’est comme ça que je m’appelle, et c’est tout. »

Ce n’était ni le lieu ni le moment de parler de Médon. Non que Michalis en avait honte. Il avait parlé de sa Terre à des locaux sans la moindre honte. C’était juste que s’il commençait à en parler ici… Et bien, beaucoup d’oreilles indiscrètes risquaient d’en profiter. Il n’avait pas envie de parler de tout ça devant un auditoire. Sauf si éventuellement il faisait un truc extraordinaire, là, éventuellement, il pourrait revendiquer qu’il le faisait pour Médon. Ouais, là, d’accord dans ce cas ça marche. En effet. Mais là, dans la situation, voilà, il n’allait pas le dire. Mais quand même… Cela ne voulait pas dire qu’il n’allait pas révéler son nom. Il était « Michalis de Médon ». Maintenant, son interlocuteur qui semblait connaître les rumeurs déjà, pouvait faire les interprétations qu’il voulait… De toute façon, le roi de Médon reprit justement la parole, et commença à déclarer :

« Sinon, je suis un guerrier. Un homme qui a affronté hommes et dragons. C’est tout. Loin devant ces guerriers de pacotilles, qui n’ont jamais connus champ de bataille, armée. Rien que petite escarmouche. »

Outch… Michalis avait remarqué ça depuis qu’il était à Pallas. Tous parlaient de combat, de guerres… Mais il n’avait pas l’impression qu’aucun n’avait connus de VRAIS guerres. Car lui, il avait connu ça. Il avait connu les champs de batailles. Il avait connu les morts, la guerre, le sang et les tripes. Cela, rien ne pouvait préparer un homme à la puissance du déchainement des armes. Les hommes n’étaient pas la même durant la guerre que durant la paix. Parfois bien plus féroce, parfois bien plus perdus et incapables. Bref, le fameux roi de Médon pensait ouvertement que beaucoup de guerriers là feraient d’excellents combattants dans une guerre, peut-être même trop, tandis que d’autres se feraient dessus, et seraient les premiers à mourir dans une véritable bataille… Mais attention, n’oubliez pas que l’égo du mercenaire jouait beaucoup dans ce qu’il pensait, et ce qu’il disait….

« Ils ont tous à apprendre. Une chasse n’est pas un loisir, comme ils pensent, mais une traque. »

Enfaite, une chasse peut-être les deux, tu sais ? Bref, le fameux roi de Médon pensait ouvertement qu’une chasse, et bien, ce n’était pas du genre à se faire en deux coups de cuillère à pot. Non, il fallait traquer l’animal, le coincer, et l’abattre. Des chasses, Médon en avaient souvent faire. Des chasses parfois sanguinaires, ou parfois contre des herbivores. Il avait combattu même des Manaketes du royaume de Doluna qui se croyaient encore maître du territoire pourtant conquis par son illustre grand-père, Iote ! Bref, il avait véritablement peu de considération pour ses camarades de la chasse. Hors, cela, c’était plutôt une mauvaise chose, car une chasse, c’était quand même quelques choses qui en général, ne se fait pas seul. Au contraire, une chose qui se fait en équipe. Le Médonien était-il capable de faire un travail d’équipe ? Peu probable.
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 21/8/2018, 17:37

Les mots du mercenaire ne confirmèrent pas les rumeurs, mais amusèrent beaucoup le conteur. En regardant autour d’eux, ils pouvaient largement voir qu’il n’y avait aucun « simple » mercenaire ici. Il était évident que pour l’évènement, Erland avait fait venir la fine fleur des mercenaires, ceux qu’il avait surement jugés digne d’un tel honneur.

- A moins de vouloir en finir avec la vie, il vaut mieux être plus qu’un simple mercenaire, vous ne trouvez pas ?

Le mercenaire se présenta ensuite. Ou plutôt, ajouta un lieu de naissance, en plus de son prénom, lança ça comme s’il ne voulait pas s’étendre sur le sujet. Or, Michalis était bien chanceux de pouvoir ajouter un lieu, en guise de nom, là où les plus modestes, comme Kaito, n’avait rien à ajouter. Sa tribu n’avait jamais eu de nom, alors même ça il ne pouvait pas l’ajouter. En était-il triste pour autant ? Pas vraiment, un nom de famille n’aurait rien changé à sa vie, surtout quand on n’en n’avait plus.

- Un lieu en guise de nom. Même s’il ne me dit rien, votre façon de le dire montre une certaine noblesse.

Michalis se décrivit ensuite comme un guerrier, mais supérieur aux autres. La guerre entre Istus et Pallas était fini depuis déjà un certain temps, même si les conflits couraient encore la frontière. Pourtant, l’homme parlait comme s’il la connaissait, comme s’il avait lui-même guerroyé. Cette remarque renfrogna légèrement le conteur, même s’il ne le montra toujours pas. En revanche, il n’acceptait l’insulte ainsi fait, même s’il ne connaissait pas les autres mercenaires.

- Êtes-vous en train de reprocher aux gens de vivre en paix ? Je n’ai pas non plus connu la guerre, pourtant je sais qu’elle n’est qu’un carnage inutile, déchirant des voisins pour une chose ridicule. La guerre ne fait pas que détruire des royaumes, elle détruit des familles, des frères s’entre-tuant pour une cause les dépassants. Les seuls à avoir un véritable intérêt dans une guerre, sont les rois, même s’ils devraient d’abord penser à leurs peuples, avant de déchirer leurs pays.

Malgré ses paroles, Kaito était un guerrier aussi. S’il ne prenait pas les armes pour un roi, il les prendrait pour défendre les faibles, ceux ayant vraiment besoin d’être protéger. Les propos n’allaient surement pas plaire à Michalis, surtout s’il avait vraiment connu la guerre et s’il était véritablement celui que les rumeurs charriaient. Finalement, le mercenaire revint sur la chasse amusant de nouveau le conteur.

- Bien possible qu’ils ne s’y attendent pas. Mais ne vous réjouissez pas trop vite, quelque chose me dit que ça ne sera pas une simple traque non plus. Il se pourrait même que les chasseurs deviennent les proies… on ne sait jamais…

Kaito s’installa sur un rocher, posant sa lance sur ses genoux. Il scruta les différents participants, avec plus d’attention qu’au part avant. Ses yeux bleus passèrent d’un mercenaire à un autre, trainant parfois un peu plus longtemps, avant de finalement retomber sur leur hôte.

- Je ne vais pas vous mentir, je me méfie de deux personnes ici. Erland, car si nous devons avoir un prédateur, il serait le premier à l’être. Et vous, car vous semblez être beaucoup moins stressé que les autres. Vous êtes donc le second prédateur de cette chasse. Espérons que je serai à la hauteur, quand le départ sera donné.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 23/8/2018, 10:19

Eh oui mon coco ! C’est ça de jouer les cryptiques, les mecs qui sont en mode « ouais zyva je parle pas clairement ». On interprête parfois mal tes propos ! La parole est un langage, on pourrait croire à du Jean-Luc Godard mais c’était un fait. Donc, évidemment, quand consciemment, on décide de ne pas faire le même langage qu’autrui, et bien en toute logique, on prend le risque que ses déclarations peuvent ne plus être interprêté de la façon qu’on veut. C’est… Logique enfaite ! Il y a rien à dire, c’est logique de chez logique. Mais passons, car de toute façon, nous allons voir l’illustration littérale de ce que je suis entrain de dire, en écoutant ce que Kaito allait dire. Car ce dernier n’avait pas en effet bien compris ce que le fameux Roi de Médon avait déclaré cryptiquement.

- Êtes-vous en train de reprocher aux gens de vivre en paix ? Je n’ai pas non plus connu la guerre, pourtant je sais qu’elle n’est qu’un carnage inutile, déchirant des voisins pour une chose ridicule. La guerre ne fait pas que détruire des royaumes, elle détruit des familles, des frères s’entre-tuant pour une cause les dépassants. Les seuls à avoir un véritable intérêt dans une guerre, sont les rois, même s’ils devraient d’abord penser à leurs peuples, avant de déchirer leurs pays.

« Au contraire. Je reproche à ces gens d’aduler la guerre, alors qu’ils n’en savent rien. Je sais bien que ce n’est qu’un carnage bien souvent. Mais il faut savoir parfois comprendre qu’un Roi se doit d’amener son peuple vers la Grandeur. »


Et comment qu’il le savait. Quand on le regardait de plus près, on devinait aisément que le rouquin avait connu des batailles assez… Importantes, disons. Les connaisseurs de magies pouvaient bien voir que certaines cicatrices, quasi invisibles quand on y prenait pas attention, zébraient le bas de son visage. Et maintenant, si l’homme se déshabillaient… Et bien les marques de la guerre, là, serait totalement visible. Vous comprenez un peu la situation ? Bref, quoiqu’il en soit, le rouquin était donc pas spécialement pour la guerre, mais il ne fallait pas croire qu’il était contre. Il savait que c’était bien souvent un carnage. Mais en temps que Roi, il avait du faire la guerre. D’ailleurs, ses déclarations ne faisaient que renforcer les rumeurs… Mais passons, car Kaito reprit la parole, logiquement :

- Bien possible qu’ils ne s’y attendent pas. Mais ne vous réjouissez pas trop vite, quelque chose me dit que ça ne sera pas une simple traque non plus. Il se pourrait même que les chasseurs deviennent les proies… on ne sait jamais…

Une bête dangereuse ? C’était tout à fait possible. Un prédateur, une wyverne particulièrement dangereuse… Tous connaissaient ici l’histoire du Sanglier de Calydon. Quoi ? Vous ne le connaissez pas ? Mais c’est le Avengers de la mythologie grec ! Non mais je vous assure ! Le sanglier de Calydon est l’une de ces affreuses bestioles envoyée par une déesse. Pour l’anecdote, c’est pas Hera pour une fois. Mais quoiqu’il en soit, cette chasse avait amenée de très grands héros à y participer. On y retrouvait Atalante, Castor, Ioalas, Mélagre, Pélée, Polux, Thésée… bref, je vous dis, la roll-royce des héros grecs mythologiques ! Là, l’idée pouvait pour le moment sembler relativement… Proche ? De nombreux guerriers, maniant toute sorte d’arme, qui visiblement, montrait que la chasse allait être épique…

- Je ne vais pas vous mentir, je me méfie de deux personnes ici. Erland, car si nous devons avoir un prédateur, il serait le premier à l’être. Et vous, car vous semblez être beaucoup moins stressé que les autres. Vous êtes donc le second prédateur de cette chasse. Espérons que je serai à la hauteur, quand le départ sera donné.

« Amusant. »


Se méfier d’Erland ? Ouais, Kaito avait totalement raison, le fameux rouquin était persuadé qu’en effet, ce dernier cachait quelques choses, et que derrière sa coupe afro et son côté ouvertement déjanté qu’il revendiquait, qu’il embrassait, et même qu’il faisait très certainement exprès d’exagéré, et bien… Il avait sans doute des objectifs bien profond. Bref, Erland cachait quelques choses, et il fallait être aveugle pour ne pas le voir. Mais… Michalis ? Eheh. Il était invité lui aussi. Et s’il n’était pas stressé, c’était bien car justement, ce n’était qu’une chasse. Il était mort deux fois, et il avait affronté de terribles proie. Après tout, il avait chassé longuement Gharnef, pour retrouver Maria. Cela avait été l’une des plus violentes et sanguinaires chasses qu’il n’avait jamais vu, et c’était lui le prédateur, Gharnef la proie. Pourtant, la proie avait manqué de tuer le prédateur, montant bien qu’en effet, il fallait distinguer simple chasse, d’une vraie chasse aux yeux du rouquin… Bref, il commença à déclarer, avant de se faire brusquement interrompre.

« Nous allons bien…
-MESSIEURS-DAMES ! »


Erland. Erland était sur une pierre, en hauteur, et dominant son auditoire. Il regardait toutes les personnes ici présentes, tout ceux qu’il avait invité. On sentait qu’il jubilait de cette position. De ce stress, et de cette peur même qui étaient né chez certains, se demandant : « Mais que va-t-il bien se passer ? » Michalis lui aussi s’était tourné vers l’hôte de ces lieux, pour voir ce qui se passait… Il comprit vite. Ça y est, la chasse avait commencé. On ne connaissait pas encore la proie, mais maintenant qu’Erland commençait à parler, cela montrait bien que ce n’était plus le moment à se dire qu’il n’y avait rien à faire… Donc, il fallait écouter le mystérieux homme, qui profitait de sa hauteur et du fait qu’il était intouchable pour jouer avec son auditoire.

« Merci d’être venu tous ici pour cette magnifique chasse. Vous devez sans doute vous demander pourquoi j’ai amené autant de personnes ici, dans ses monts enneigés... »

Il fit les déclarations d’usages, et en profitait pour faire saliver encore plus les hommes, qui semblaient presque en colère, mécontent que cela n’arrivait toujours pas !!! Michalis pourrait faire croire que ce n’est pas son cas, et qu’il était parfaitement calme, lui, qu’il s’en fichait… Mais on remarquait qu’il avait fait revenir Iote, et qu’il était entrain de monter dessus. Et oui, il était cavalier wyverne, et si la chasse allait commencer, et bien mieux vallait qu’il soit sur sa monture. A terre, il n’était pas un excellent combattant. Il se débrouillait plutôt bien, mais disons que ce n’était pas exceptionnel. De toute façon, il était sur sa Wyverne… Et écoutait donc ce qu’Erland déclarait, donc, qui reprit après sa courte pause.

« Fut aperçu il y a peu un magnifique cerf blanc. Entièrement blanc. Le Roi de la Montagne. Je l’ai vu et je le connais… C’est un cerf unique, sans doute qu’il n’en n’existe d’autres en tout Gaïa… C’est du moins ce que je pense... »

Des murmures de suite se levèrent. Un… Cerf blanc ? Entièrement blanc ? Mais… Mais cela existait vraiment ? Les cerfs étaient plutôt brun ou roux… Le blanc était une couleur qu’on associait souvent à la neige et la pureté, deux éléments qui étaient souvent proche. On trouvait la neige d’une pureté incroyable, étant donné qu’elle recouvrait d’un blanc manteau son territoire. Mais alors, un cerf blanc, c’était extrêmement rare… Oui, en effet c’était un cerf unique ! Et là, de suite, naissait les germes d’envie dans le coeur des hommes. Un… Cerf unique ? Cela voulait déjà tout dire. Un cerf unique, c’était extrêmement important pour eux. Imaginez ce que cela voulait dire ? Erland, de plus en plus satisfait, continua alors de déclarer, tranquillement :

« Oh, oui, certains d’entre vous, vont sûrement dire que ce serait un crime de tuer une si belle bête, si rare… Mais d’autres rêveraient de ramener la dépouille mortelle du cerf… Ne serait-ce pas l’un des plus beau trophée au monde ? »

D’un côté, on avait des fils et des filles de la montagne, qui avaient des étoiles dans les yeux, en imaginant ce roi des bois. Comment imaginer vouloir tuer une si belle créature ? Ce n’était pas possible. De suite, ils seraient prêt à protéger cette créature, qui était pour eux une créature qui méritait vie. De l’autre, beaucoup avaient envie de ramener la dépouille de l’animal, et d’en faire l’un des plus beau trophée de leur demeure, une preuve de leur puissance. Une telle créature, comment imaginez qu’on pourrait vouloir la sauver ? Elle avait plus de valeur morte que vivante, et puis de toute façon, elle finirait bien par mourir, c’est la vie ! Ainsi, chasseur et protecteur commençaient déjà à se reconnaître dans cette foule, faisant naître des tensions quasi sensible, audible, et…

« Je vais vous donner deux heures. Deux heures pour retrouver la créature. Vous déciderez si vous voulez la sauver ou la tuer. Bon courage. »

Une grande tempête de neige alors entoura Erland… Et il disparu. L’homme durant toute la discussion, toute la présentation, semblait avoir jouir de ce qui avait été dit, mais là, sur la fin, il avait été d’une gravité, bien plus dur. Bien plus frappante. Presque inhabituel d’un tel loufoque comme lui. Comme s’il y avait quelques choses de sérieux dans ce qui se passait… Mais n’était-ce pas justement le cas ? N’y avait-il pas quelques chose de sérieux ? Oh que oui ! On sentait que cette histoire avait beaucoup de choses sous-jacente, des choses cachées qu’on ne voulait pas dire… Et vous savez ce que cela veut dire ? Et bien, des tas et des tas de questions se posaient. Et Erland avait fait exprès de disparaître, pour ne pas répondre justement à ces fameuses questions qui étaient plus que légitime.

« Qu’est-ce que ?!
-Il a disparu ?
-C’est un fou ?
-Impossible de le croire…
-Je sais pas, il a l’air vraiment concret… Et il n’aurait pas invité autant d’hommes et de femmes pour si peu... »


Le doute. L’hésitation. Beaucoup n’y croyaient pas… Mais le doute s’était installé… Et si c’était vrai ? Et si c’était une vraie quête… Bref, beaucoup avaient des hésitations… Mais une chose à remarquer ? Tous étaient entrain de se préparer. Ainsi, même si on doutait, tous étaient prêt à se lancer. Après tout, deux heures, c’était court, beaucoup trop court. Il fallait absolument commencer à chercher ! Mais où pourrait être cette maudite bête ?! Bref, tous étaient déjà entrain de préparer leur recherches. Des équipes se formaient déjà pour s’aider. D’autres personnes préféraient travailler seuls, et enfin… Certains commençaient déjà à montrer qu’ils étaient dans un camp ou dans un autre. Bref, les tensions commençaient déjà… Et le roi de Médon dans tout cela ? Quel allait être sa position ? Et bien écoutons, vu qu’il commença à parler !

« Tss. Mise en scène pathétique. Mais j’avoue que disparaître ainsi dans la neige, pique la curiosité. Qu’en pensez-vous ? »

Il disait ça, mais une chose était visible. On sentait la flamme dans ses yeux. Erland avait bien réussi son coup, et si Michalis ne pouvait pas s’empêcher d’être méprisant… Il ne pouvait guère cacher le fait qu’il avait été vraiment intéresser par tout ça. Il avait eu sa curiosité piqué, et il avait envie de voir ce qui se cachait là dedans. Chasser le cerf ? Le tuer ? Franchement, il s’en fichait du sort de cette créature. Qu’elle meurt ou vive, cela n’avait franchement aucune importance aux yeux du roi de Médon, qui était plutôt intéressé par voir ce qui allait se passer. La chasse s’annonçait, mais pour le moment, cela allait sans doute être très intéressant… Et dans ces lieux, quelques part, était le cerf. Le majestueux cerf, qui savait que la chasse avait commencé. C’était parfait… Après tout, n’attendait-il que cela ? On allait bien voir…
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 24/8/2018, 15:04

Michalis voulait encore donner son avis sur la guerre, mais elle était différente de ce qu’en voyait le conteur. Pour lui, la guerre était inutile, elle ne servait pas les peuples, seulement les rois. Les peuples ne demandent pas à être élevé vers la grandeur, seulement vivre. Quant à ceux qui était ici, comment leur reprocher d’aduler la guerre ? La guerre était leur dieu, la plus part était né ici, avec pour seul désir de combattre. Pour eux, mourir en combattant était un honneur, une chose que même ça, Kaito avait dû mal à comprendre. Il était de Trithereon, il était né sous le symbole de la liberté, même si ses choix lui avaient retiré cette liberté.

Le mercenaire ne l’interrompit pas davantage, écoutant les propos du lancier. Son commentaire fut assez court. S’amusait-il de la situation ou de l’analyse de Kaito ? Le conteur ne pouvait pas encore le savoir et au moment d’avoir la réponse, Michalis fut interrompu par leur hôte. L’homme s’était placé bien en hauteur, afin que tous puissent le voir et l’entendre, et surtout, en faisant attention que personne ne puisse l’atteindre.

Les explications étaient étranges, du moins c’est ainsi que le voyait le conteur. L’existence d’un cerf blanc, la légende des montagnes. Bien sûr qu’il en avait entendu parler, mais jamais encore il n’avait pu le voir. Mais si Erland le voulait vraiment, il aurait pu l’abattre lui-même, Kaito en était sûr. Alors pourquoi se donner la peine d’en faire une chasse, même… une compétition. Ce n’était clairement plus une chasse, ni même une traque et Kaito le savait bien. Pour la première fois, depuis un bon moment maintenant, la colère monta en lui, le froid autour de lui devenant plus glacial. Il leva rapidement sa lance, prêt à l’envoyer sur l’homme, quand celui-ci disparu.

- Tss, comment ose-t-il…

Il était largement évident que le jeune homme était furieux maintenant. En simplement quelques phrases, leur hôte avait réussi à briser son calme, simplement en appuyant au bon endroit. Michalis était déjà sur sa wyverne, prêt à partir à la chasse. Simplement deux heures, deux heures de traque ou deux heures de batailles entre participants ?

- Ce que j’en pense ? La réponse ne vous plairez pas… mais personne ne touchera cet animal, pas pour l’amusement d’un seul homme…

Kaito fit alors tourner sa lance, afin de faire décoller la neige qui l’entourait et essayer de gêner le plus possible les autres mercenaires. Avant que la neige ne puisse retomber, il était déjà parti en courant, cherchant mentalement les meilleurs endroits pour trouver l’animal. Mais il le savait, son action n’allait pas les retarder très longtemps, peut-être même que Michalis était déjà derrière lui. Pourtant, il s’en fichait, plus il serait nombreux derrière lui et mieux ce serait, car pendant qu’il le suivrait, il ne chasserait pas le roi de la montagne.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 24/8/2018, 21:20

La mise en scène était grandiose, on va bien le dire, et Erland avait visiblement réussi son coup. Il était encore difficile de savoir ce qu’il avait exactement dans sa tête, mais on devinait qu’il avait des raisons. Tant de questions, que personne ne se posaient à cause de la mise en scène… Mais quand on grattait un peu, cette chasse était étrange… Pourquoi inviter consciemment des gens qui seraient contre la chasse ? Pourquoi ne pas y participer directement ? Pourquoi mettre cette barrière des deux heures ? Le cerf n’allait pas disparaître… En théorie ? Tant de questions… Mais beaucoup étaient trop touchés par ce qui se passait pour se poser les questions. On pourrait penser qu’ainsi, Kaito réfléchirait et Michalis foncerait dans le tas… Mais aussi étrange que ça puisse paraître, ce fut l’inverse ! En effet…

- Ce que j’en pense ? La réponse ne vous plairez pas… mais personne ne touchera cet animal, pas pour l’amusement d’un seul homme…

En effet, visiblement, le guerrier aux cheveux bleu ne semblait guère approuver l’idée de cette chasse envers le fameux Roi des Montagnes. Il fit alors user de sa lance, et là, surprise de taille pour le Roi de Médon… Il semblait maîtriser la neige ? Attendez quoi ? Le fameux rouquin du se tenir bien à sa wyverne, car il manqua de se faire désarçonner, et de tomber par terre. Heureusement qu’il avait prit des habitudes à toujours bien se maintenir sur sa monture, car franchement… Il s’était attendu à tout, sauf à ça… Comme quoi, il y avait vraiment des gens très intéressant, des gens passionnant qui allait participer à cette fameuse chasse, qui se transformaient peu à peu en Battle Royal, mais passons. Quoiqu’il en soit Kaito partait donc dans une direction…

Beaucoup décidèrent de le poursuivre. Il y avait bien une dizaine de chasseurs qui partaient dans sa direction… A l’inverse, d’autres s’inspirèrent de Kaito, et pour protéger le cerf, commençait à forcer les chasseurs à les chasser eux. Tous ne tombaient pas dans le piège, mais il fallait bien voir que les rares équipes qui s’étaient formés, éclatèrent, car peu à peu, le « chacun pour soi », devint la formule générale ! Bref, ce qui avait tenté de ce former, une sorte de régularité, de précision, de rigueur… Et bien tout cela vola littéralement en éclat, étant donné que chacun partirent, parfois le plus rapidement possible ! Il fallait qu’ils trouvent ce cerf ! Le plus vite possible ! Et surtout avant d’autres, dont l’objectif était parfois à l’opposé du leur.


« Tss… Prenons de la hauteur Iote... »

Et Michalis fit un troisième choix. Il prit de la hauteur. Il n’était pas tant intéressé par l’idée de tuer la bête, bien que sa mort ne le gênerai point. C’était une autre proie, lui, qui l’intéressait : Erland. C’était le fameux Erland qui intéressait vraiment le rouquin. Il voulait savoir ce qu’il avait derrière la tête, il voulait absolument savoir ce qui se passait… Et s’il arrivait à trouver la fameuse proie, ce fameux Cerf Blanc, peut-être qu’il commencerait à chasser… Ou bien qu’il arrêterait un chasseur. Il ne savait pas encore, son avis était relativement neutre, ce qui était un peu l’exception dans cette chasse… Ce qui lui donnait, il s’en rendait bien compte, une force non négligeable dans la fameuse situation… Mais cela ne lui assurait rien du tout…

En volant, il pouvait mieux voir la situation. Bien sûr, la neige rendait parfois le tout difficile à comprendre, vu que tout paraissait uni dans ce blanc manteau recouvrant les traces, mais voilà, cela pouvait être utile… Le fameux rouquin vola pendant bien une vingtaine de minute, où il n’arriva pas à trouver des traces d’Erland… Ce dernier semblait s’être volatilisé une fois qu’il était parti donc de son promontoire rocheux où il avait fait la déclaration… Qu’est-ce que ce vieux lascar préparait lui et sa coupe afro ? Je tiens à préciser que la coupe afro n’avait absolument rien fait, et qu’elle n’était en rien responsable de ce qui se passait actuellement. Toute coupe afro n’est pas responsable, donc, il faut bien comprendre… #NotAllCoupeAfro. C’est important. Très très important.


« IL… IL ETAIT LA ! »

Bref, après cette interlude sans queue ni tête, le fameux roi de Médon pu entendre quelqu’un hurler. De suite, il se dirigea vers le lieu d’où provenaient les cris. Sans doute que donc, le cerf avait été trouvée, ou du moins, entrapperçu… Ainsi, Michalis sauta de sa Wyverne, et vit l’homme, piégé… Dans un filet ! Et non, je vous assure, ce n’était pas Setsuna hein ! On pourrait croire que la célèbre vassale de notre chevalière pégase princesse préférée… D’Hoshido, je précise, étant donné que des princesse chevalière pégase, vous en avez treize mille dans Fire Emblem, et bien, avait réussi à se faire capturer… Mais non, là, c’était plutôt carrure… Disons ours, armé d’une belle grosse hâche, et dont la barbe montrait une virilité, ou du moins une tentative de mettre en avant une véritable virilité !

« Il était là… mais… C’est…. Il m’a consciemment amené dans ce piège… !
-Je… C’était le piège que j’avais conçus ! »


Quoi ?! Plusieurs chasseurs se regardèrent. Alors, des animaux intelligents, ils en avaient déjà croisés… Mais à ce point… La dame ayant déclarée cela, grimpa à l’arbre, et confirma. C’était bien un piège qu’elle avait installée, pour tenter de piéger le fameux cerf… Et là, ce fut la consternation pour tous… Le… Le cerf avait vraiment CONSCIEMMENT fait tomber dans le piège le fameux chasseur ? C’est ce que le chasseur affirmait, tandis que la chasseuse elle, libérait l’homme qui continuait de hurler que cette créature n’était pas normale ! Et effectivement… Un cerf normal serait tombé dans ce piège. Mais lui avait délibérément évité le piège, après l’avoir repéré… Et avait piégé un de ces poursuivants avec…

« Bien fait pour vous ! Ce cerf est plus intelligent que vous… Il vous aura ! »

Une autre femme, armée d’une lance, déclara cela… Et para au dernier moment un coup d’épée lancé par un chasseur exaspéré par ces maudits écolos hippies qui refusaient que la chasse se fasse dans les règles de l’art ! Beaucoup s’accusaient, certains disaient que les pièges étaient là pour chasser, d’autres que c’étaient les anti-chasses qui les mettaient… Beaucoup niaient la possibilité que le cerf ait été assez intelligent pour piéger quelqu’un… Non, sans doute que ce crétin était tombé dans le piège tout seul ! Certains tentaient de se rassurer ainsi… Mais ce n’était pas le cas de Michalis ! Oh non, il était curieux le fameux rouquin… Et il était intrigué par cette déclaration… On sentait que cette chasse devenait de plus en plus curieuse…

« Ma foi, c’est fort étonnant, n’est-ce pas Iote… ? »

Michalis reprit son envol avec Iote… Finalement ce mec n’avait servi à rien, si ce n’est prouver que le cerf était donc bien méritant de son titre de « Roi de la forêt » et qu’il était intelligent. Très… Bref, il continuait de guetter pour tenter de trouver le fameux cerf blanc. Et Kaito pendant ce temps là ? Certains chasseurs avaient de suite foncé pour le suivre, estimant qu’il était potentiellement celui qui pouvait trouver l’animal… Bref, donc, il avait sans doute lui aussi des expériences à témoigner… Et peut-être que lui aussi voyait le même scénario : des chasseurs se faisant piéger par le cerf lui-même… Bref, seul Kaito pouvait témoigner de ce qui se passait de son côté, et sans doute que cela était très intéressant. Donc Wait’n see, comme on dit quand on est un djeunz ! N’est-ce pas ?










Seul dans la neige, il attendait. Le Roi de la Montagne.

« Tu ne seras pas déçu, vieil ami. J’ai ramené les meilleurs. »
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 26/8/2018, 17:46

- Venez par ici mes petits, on va bien rigoler…

Les paroles n’avaient été audibles que par lui-même, mais pour la première depuis six ans, le conteur avait une folle envie de combattre. En jetant un regard derrière lui, le jeune homme voyait qu’il était suivi. S’il y avait bien une wyverne, il ne s’agissait pas de Michalis pour autant. Après tout, sous la colère, Kaito s’était peut-être trompé sur les intentions du guerrier. S’il connaissait bien la montagne, le jeune homme n’allait pas s’embêter à tendre des pièges, en revanche il pouvait utiliser la nature pour piéger à sa place. Sans prévenir, il tourna sur la droite, après un immense arbre. Le lancier continua sa course, accélérant légèrement, avant de s’arrêter face à un rocher. Il se tourna alors, le chevalier wyverne au-dessus de lui et le groupe de trois mercenaires s’arrêtant juste à la sortie des arbres. Il n’y avait que cinq mètres qui séparaient les mercenaires du conteur. Cinq mètres de neige blanche, brillant sous la lumière du soleil.

- Qui d’entre vous veut chasser le cerf ?

Les paroles avaient été dites avec calme, afin de ne pas dévoiler sa colère. Le chevalier wyverne ne prononça aucune parole, alors que les autres avaient acquiescé avec des rires graves. Le conteur leur fit signe de venir jusqu’à lui, ce qu’ils firent sans hésiter. Ils parlaient tellement fort, qu’ils n’entendirent pas le craquement de la glace sous leurs pieds. Les trois hommes se retrouvèrent dans l’eau glacé, hurlant qu’on leur vienne en aide.

- Si tu veux protéger le cerf, dépêche-toi de le chercher, je vais ralentir les chasseurs.

Le chevalier wyverne acquiesça d’un signe de tête, avant de s’éloigner. Le jeune homme se dit que les chevaliers wyvernes seraient peut-être tous comme lui, les nids n’étant pas loin, ils avaient dû s’entraîner ici, afin d’avoir leur monture. Une fois seul avec les trois autres mercenaires, il sauta par-dessus eux, avant de donner un violent coup de lance dans l’un des arbres. Si la frappe n’était pas suffisamment importante pour l’abattre, le guerrier pu tout de même se servir de l’entaille, pour y faire grandir un pique de glace, qui vint finir le travail et faire tomber le tronc. Ainsi, les trois mercenaires pourraient remonter au sec, mais le froid les obligerait à faire demi-tour, sauf s’ils ne tenaient pas à la vie.

Sans attendre qu’ils sortent, le lancier s’était déjà remis en route, cherchant d’autres chasseurs à ralentir. Il entendit un appel, qu’il rejoignit rapidement, sans trop s’en approcher. Il eut le temps de voir un homme se faire décrocher d’un piège, affirmant que le cerf l’avait attiré dans le piège. Une idée germa alors dans l’esprit du jeune homme, qui se concentra davantage pour créer une figurine plus grande que d’habitude. Il puisa dans le peu de puissance magique qu’il avait, profitant du froid qui l’entourait pour l’aider. D’abord, elle avait pris la forme d’un équidé, sur lequel il fit pousser de long bois, le tout fait de glace. Il plaça de la neige dessus, pour le rendre le plus blanc possible, avant de le mettre en marche, essayant d’oublier la fatigue de l’effort. Quand il fut assez loin du groupe, il laissa la création sur place, tout en préparant un piège dans la neige. Une fois fini, il s’installa dans un arbre et hurla :

- Il est par ici, venez vite.

Il espérait ainsi, pouvoir piéger le plus de chasseurs possible.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 26/8/2018, 23:39

Donc le cerf piégeait les gens lui-même ? Soit l’homme tentait de se dédouaner d’un échec personnel… Soit il était paranoïaque, alcoolique, myope, ou les trois à la fois… Soit il avait raison… Dans ce dernier cas, la chasse devenait tout d’un coup extrêmement palpitante… Est-ce que sa proie avait su cela ? Comment cela sa proie ? Et bien, vous savez bien… Erland ! C’était pas tant le cerf que Michalis chassait, mais l’homme à la coupe afro. Il voulait des réponses, sur pourquoi ce jeu… Et d’où venait ce fameux cerf. Pourquoi cette chasse ? Pourquoi autant de personnes qui étaient visiblement contre celle-ci avaient été invités ? Avait-il fait exprès de laisser la possibilité que sa chasse se fasse littéralement court-circuité… ? Bref, énormément de questions, qui évidemment, en trouverait des réponses que quand le fameux Erland sera retrouvé…

Mais concentrons-nous sur la chasse. Après tout, nous sommes là pour cela, non ? Bref comment ça se passait ? Et bien, partout, je dis bien, partout les chasseurs commençaient à douiller méchamment. On sent que beaucoup avaient pensés, et cela n’était guère étonnant, que la chasse serait une chasse normale. Et comment les en blamer ? Rien, mais alors vraiment rien ne pouvait permettre de savoir que nous étions dans un véritable cas où les gens avaient été conviés à une chasse, sans aucune autre indication. Dans un pays guerrier comme Pallas, beaucoup chassaient allègrement… Donc, tous paraissait normal. Mais alors, avoir un cerf aussi intelligent, qui poussait les chasseurs dans des pièges… Là, c’était de la première fois…

Il ne fallait pas croire que seuls les pro-chasses douillaient… Des anti-chasses aussi furent pas mal castagnée par des pro-chasses. Ils souffraient déjà du fait qu’ils étaient en minorité. Beaucoup « d’anti-chasse » avaient décidé de ne pas participer, mais n’avaient pas décidé pour autant de défendre la bête. Donc, enfaite, contrairement au début où Erland semblait avoir fait en sorte qu’il y avait une belle égalité entre des personnes qui penchaient plutôt du côté de la défense de la bête, et bien, finalement, dans les faits, le déséquilibre était bel et bien présent ! Bref, donc, dans les deux camps, plus le temps passaient, plus il y avait des abandons. Et Michalis, lui, survolait toujours la situation, au sens propre, évidemment, car il était concentré sur le tout… Il ne cherchait pas à perdre d’une miette la vision du terrain…

Malheureusement, il rata un joli exploit de Kaito. On va en parler ici, car c’est du très joli, mais on va le dire, Michalis n’a PAS vu ce qui s’était passé. En effet, il était d’un autre côté de la montagne, loin de l’ère où était le fameux barde et mercenaire. Donc, parlons un peu de ce qui s’était passé. Ayant crée un clone en neige particulièrement réussi du Roi de la Montagne… Plusieurs chasseurs arrivèrent à le voir, et foncèrent alors… Le piège failli tomber à l’eau, quand un archer tira une flèche dans la tête du faux cerf, et que celui-ci ne broncha même pas. Heureusement l’archer eut à peine le temps de dire « STOP » que les trois lascars dont le QI devait à eux trois atteindre celui d’une personne d’intelligence moyenne, tombèrent dans le piège crée par Kaito… Qu’allait-il se passer ensuite ? Bonne question, Michalis ne le saura jamais, comme il était pas là…

Le temps passait… Presque une heure et demi était passé… Et ils ne restaient plus beaucoup de monde. Impossible de savoir s’il y avait eu des morts… Mais des pièges dans la montagne, il fallait bien se dire que s’il y avait des morts, cela ne serait guère étonnant. Mais cela, Michalis s’en fichait. De toute façon, toutes les personnes ici étaient là de leur plein gré, et la montagne avait toujours été une cimetière géant. Après tout, combien de personnes reposaient dans les Montagnes ? N’était-ce pas un classique que ses lieux dangereux soient des lieux de morts ? Les habitants des Montagnes avaient même parfois pour tradition de tenter d’offrir sépulture et derniers rites aux personnes qui avaient perdus la vue dans ces milieux hostiles… Bref, le rouquin finit par retrouver, sorte de miraculé parmi les personnes d’origines, le fameux Kaito. Approchant sa Wyverne, il déclara d’une voix forte et clair…

« Te revoilà chanteur. Beaucoup abandonnent, il ne reste plus beaucoup de chasseurs. Alors, que penses-tu de cette chasses ? »

Michalis ne sauta pas de sa wyverne. Il savait très bien que peut-être un piège était pas loin, pour le prendre lui. Sauf qu’il n’était pas de la dernière pluie comme on dit. Bref, en tout cas, il était content de voir que l’un des « chasseurs » qu’il avait considéré comme intéressant, était encore dans la course… Il ne savait pas ce qu’avait fait Kaito pour le moment, mais il devinait que comme beaucoup, ils ne devaient pas avoir trouver le cerf… Enfin, si peut-être l’avait-il entrapperçu, mais depuis tout à l’heure, énormément racontait qu’ils avaient vu le cerf, avant de se faire capturer, vaincu, bref… Le cerf était pour le moment le plus fort, et de très loin… Après, Michalis n’allait pas fanfaronner. Après tout, lui non plus n’avait pas encore réussi à faire ce qu’il voulait faire… Echec d’ailleurs qu’il reconnu, étant donné qu’il déclara assez frustré…

« Je ne retrouve pas ma proie. Erland est invisible. Peut-être fanfaronne-t-il déjà avec la tête de l’animal ? Je ne sais pas... »

De suite, cela devait rassurer Kaito. Le roi de Médon était bien un chasseur, mais sa proie n’était pas la même que celle des autres… Après, ses déclarations n’étaient pas tant rassurante sur un point… Et si Erland avait fait tout ça effectivement juste pour tuer de son côté le Roi de la Montagne, et qu’il avait déjà réussi son coup ? Et si sa disparition avait justement été faite exprès, pour prendre de l’avance dans la chasse ? Bref, tant de question possible. Mais encore une fois Michalis n’était pas du tout dans cette optique là. Il était trop… Exaltée ! Un peu comme un droguée qui n’avait pas eu de dose depuis longtemps, et qui en recevait une depuis un bon bout de temps… Et ce genre de comportement, et bien, vous pûmes l’admirer dans ce qui arriva, c’est à dire les déclarations du fameux roi de Médon, qui déclara alors :

« Je me revois dans les montagnes de Médon, à chasser l’Archanéen, lors de cette guerre. Fascinant. Excitant même. »

Et là, la situation déliait la langue du fameux Michalis. On sentait toute l’excitation du rouquin dans cette situation. Celui d’un homme qui avait connu la guerre, qui en était ressorti, et qui depuis, dans les moments de calmes, trouvaient cette guerre inutile et stupide… Et dans des moments ainsi, et bien, au contraire, il trouvait la guerre excitante, plaisante, comme un passe temps. Bref, on voyait non plus seulement le Roi sur sa wyverne… Mais un Roi guerrier, un brin de folie dans ses yeux, ses cheveux rouges qui étaient emportés par le vent de la montagne, sa grande cape noir qui claquait dans le vent, la lance en argent dans la main… Bref, un vrai guerrier, un vrai monarque… Mais un potentiel fou qui pourrait amener la plus prestigieuse des nations à la perte ou à la grandeur si on le suivait… Et un charisme qui pousserait à le suivre en effet...










« Les deux heures approchent. Tu penses vraiment gagner ton pari ? »

Le Roi de la Montagne marchait majestueusement dans la neige. Des chasseurs approchaient peut-être. Mais il s’en fichait.
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 28/8/2018, 12:28

Le piège avait plutôt bien fonctionné, même s’il avait failli rater complètement. Quand le groupe avança vers le cerf de glace, le guerrier retint son souffle. Il n’avait pas vraiment le choix de toute façon, la fatigue le rattrapant assez rapidement. Il regarda un archer tirer une flèche, plutôt facile en plus, et la figer en pleine tête de la statue. Il savait viser, ça s’était sûr, mais en même temps, l’animal ne risquait pas de s’enfuir, même en ayant l’odeur des chasseurs vers lui. Il n’était pas si bête que ça cet archer, enfin si, un peu quand même, mais il avait reconnu un cerf qui n’était pas en scénarium. En même temps, ça n’existe pas les cerfs en scénarium, seulement les Erland, sinon ça en fait trop pour un seul rp et… revenons sur Kaito tiens. Le jeune homme regardait les chasseurs continuer d’avancer et lamentablement tomber dans son piège. Il pouvait remercier la neige pour ça, car il n’était vraiment pas doué pour les pièges normalement. Le souci, c’est qu’il restait encore l’archer et qu’il allait surement chercher celui qui avait posé le piège.

- Trop facile…

Ce fut les quelques mots que prononça le conteur, avant de tomber de son arbre. La dose de magie avait été trop grande et forcément, puisqu’il n’était pas magicien, ni un manakete, il ne pouvait pas défier les lois de la magie ainsi. Par chance, du moins pour lui, il tomba pile sur l’archer, assommant l’homme sur le coup. Et, encore avec beaucoup de chance, le chevalier wyverne qu’il avait croisé plus tôt, vint jusque-là, surement pour vouloir défendre le cerf. Il posa sa monture, comprenant rapidement que l’animal n’était pas vrai et vint ensuite en aide au conteur, qu’il fit grimper sur sa wyverne. Avec le poids de deux hommes, l’animal volait beaucoup plus bas, mais Kaito pu se reposer suffisamment longtemps, pour pouvoir en descendre et reprendre les recherches de son côté.

Le temps défila, les participants se réduisaient lentement et la force du guerrier remontait doucement. S’il ne pourrait pas utiliser la magie contre ses adversaires, il pourrait toujours utiliser sa lance, sauf s’il n’avait pas besoin de combattre. Un souffle d’air attira l’attention du jeune homme, qui se tourna pour voir Michalis. Le chevalier était toujours de la partie et le conteur se demandait toujours s’il était chasseur ou protecteur. L’homme ne l’attaqua pas, ce qui était plutôt bon signe, mais lui parla.

- Ce n’est pas une chasse… juste une bataille ridicule entre les chasseurs et la nature. Autant l’avouer, je n’approuve toujours pas l’évènement.

Kaito ne compris pas les paroles suivantes du chevalier. Il parlait d’Archanéen et de chasse. Etait-ce un animal, une tribu humaine et autre chose ? Toujours est-il qu’il n’aimait pas vraiment la façon dont Michalis le disait. Soufflant doucement, pour garder son calme, le conteur pointa une direction avec sa lance.

- Si tu veux éviter que je ne t’attaque, tu devrais partir de ce côté-là et rejoindre ceux qui abandonnent. Mais si tu veux te joindre à moi, pour arrêter ce carnage inutile, ça sera de ce côté-ci.

Il pointa alors une autre direction, les obligeant à grimper un peu plus vers les hauteurs.

- J’ai repéré les traces du cerf et il se dirigeait dans cette direction. Par contre… je crois qu’il n’était pas seul et le fait de trouver ces traces me font bien plus peur. Soit notre hôte est déjà derrière le cerf, peut-être même l’a-t-il tué, soit il est avec lui pour le protéger. Après tout, son évènement complet va de le sens d’une tuerie.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 29/8/2018, 22:42

Michalis était un roi guerrier. Son court règne n’avait été qu’une longue guerre, et son existence toute entière depuis qu’il était roi était tourné autour de deux choses… La traque et la guerre. Evidemment, une chasse aussi particulière que celle-ci ne pouvaient que réveiller son passé, et excité son caractère déjà sanguin de base. Bref, on sentit que l’homme était dans un milieu qu’il approuvait entièrement, ce milieu, c’était sa vie. Sa vie, la seule et l’unique, celle qu’il appréciait par dessus tout. Donc bien entendu, comme c’était sa, sa vie, et bien, il était bien moins vigilent. Visiblement cependant, ce n’était pas du tout le cas de son interlocuteur, qui devait venir d’un milieu bien différent le fameux Kaito.

- Ce n’est pas une chasse… juste une bataille ridicule entre les chasseurs et la nature. Autant l’avouer, je n’approuve toujours pas l’évènement.

« N’est-ce pas le principe de toute chasse, chanteur ? »

Pas faux. On pouvait ne pas aimer la chasse, mais si on venait à une chasse, et bien, il fallait accepter que cela existe. Sinon, on ne participait pas. Ou alors, on tentait d’empêcher… Ce que faisait Kaito, je vous l’accorde. Mais bref, quoiqu’il en soit, Michalis trouvait bien ironique le fameux Kaito. N’est-il pas un Pallassite ? Il avait toujours cru que les Pallassites étaient des guerriers. Vivant dans les montagnes, il était donc primordial pour eux de conquérir ses territoires ! Ils devaient les conquérir, et donc, la Nature était elle-même un adversaire tout aussi coriace, redoutable, et à dompter que les pays voisins. C’était même le premier ennemi. Si le fameux Kaito refusait de se battre contre la Nature, la Nature elle n’hésiterait pas. Bref, quoiqu’il en soit, il écouta la suite des déclarations de son interlocuteur...

- Si tu veux éviter que je ne t’attaque, tu devrais partir de ce côté-là et rejoindre ceux qui abandonnent. Mais si tu veux te joindre à moi, pour arrêter ce carnage inutile, ça sera de ce côté-ci.

« Tu crois pouvoir vaincre le roi de Médon, chanteur ? Ose m’affronter ! Ne te vante pas trop, tu es arrivé jusqu’ici, mais moi et mes dragons dirigent toujours les cieux ! »

Ouaaah ! Michalis était lancé, et donc, il parlait beaucoup trop ! Et ouais, après tout, visiblement, le fameux Kaito voulait se battre contre lui ! Cette phrase, Michalis l’avait sorti à l’armée de Marth, quand ce dernier était entré dans les terres de Médon. Là, il la sortait maintenant dans un tout autre contexte. Autrefois, il l’avait dit en Roi de ces terres à des étrangers. Cette fois, il était lui-même l’étranger, et le Roi de ces terres n’était pas là. Mais ce qui était intéressant, c’est qu’il fallait comprendre que dans les deux cas, la cible à abbattre avait toujours été le Roi de ces Terres. Là, Michalis ne cherchait absolument pas le Roi de la Montagne, mais Erland. Maintenant qu’allait-il se passer ? Kaito et Michalis allaient-ils faire frapper leur lances respectives… ? Non, car en effet, Kaito expliqua alors

- J’ai repéré les traces du cerf et il se dirigeait dans cette direction. Par contre… je crois qu’il n’était pas seul et le fait de trouver ces traces me font bien plus peur. Soit notre hôte est déjà derrière le cerf, peut-être même l’a-t-il tué, soit il est avec lui pour le protéger. Après tout, son évènement complet va de le sens d’une tuerie.

« Je ne laisserai pas ce plaisantin avoir ce qu’il veut ! »

Sans même se concentrer sur Kaito, le roi de Médon fit braquer sa wyverne, qui s’envola… Et passa au dessus de Kaito. Et ouais, Michalis avait l’avantage… De voler. Et vous pouvez dire ce que vous voulez, mais ça vous donne dans ce genre de situation un sacré avantage, un avantage non négligeable… Bref, le Roi de Médon n’avait pas plus de temps à donner à son interlocuteur. Il aurait bien voulu lui faire goutter une bien belle défaite à la Médonienne, mais bon, que voulez-vous, il était avant tout concentré sur ce qu’il devait faire : Retrouver Erland. C’était ça, à son sens, la vraie chasse : empêcher le fameux Erland d’avoir ce qu’il voulait. Soit en tuant soit-même le cerf, soit en l’affrontant. Bref, Michalis se faisait complètement des idées, mais le soucis était toujours le même avec lui… Quand il était lancé dans quelques choses, impossible de l’arrêter.

Quand soudain il le vit. Le fameux Roi de la Montagne, le fameux Cerf Blanc. Il faut dire, il était très difficile de le rater… Car c’était un cerf entièrement blanc. Il le voyait pour la première fois… Mais ce n’était pas le cerf qui l’intéressait… Mais quelqu’un d’autres. Ainsi, le Roi de Médon ignora son confrère monarque, bien que rien d’officiel était dans la Monarchie des Montagnes, on va bien le dire, et cherchait donc Erland. Il était forcément quelques part. Il avait peut-être préparer des pièges ? Avait-il été vaincu par le fameux Roi de la Montagne ? Cela serait tout à fait possible. On avait déjà compris que le cerf avait piégé quelques personnes… Donc, si ça se trouvait, il ne restait rien du fameux guerrier à la coupe afro… Mais...

Sauf qu’avant qu’il puisse ne serait-ce que le repérer… Il fut frappé violemment. Ce fut violent, car le fameux interlocuteur fut littéralement projeté de sa wyverne. Un beau coup dans le dos, étant donné qu’il fut projeté de sa wyverne, et tomba dans la neige. La méga-honte ! Il n’avait absolument rien remarqué, et s’était fait désarçonner comme le premier des débutants. Il tomba dans la neige non loin du roi de la Montagne, et eut l’air très con. D’ailleurs, le fameux roi de la Montagne ne sembla pas particulièrement intéressé par ce qui s’était passé… Bref, qui avait fait ça ? Ce n’était pas Kaito qui avait fait cela… Mais bel et bien Erland, le guerrier à la coupe afro, le troisième guerrier à la lance de la situation, étant donné qu’ainsi, il ne restait plus que des lanciers. On pouvait dire que Michalis n’avait pas fait long feu… D’ailleurs, demandons son avis, à ce fameux Médonien...

« ARZJGFEJKGEGJ.
-Trop lent, Médon… Iste ? Médonien ? Fait gaffe, les mots vont loin dans la mon… OOH PUTAIN ! »


La phrase de Michalis, à moitié couverte par la neige, n’était pas très compréhensible. Donc, on comprendra bien mieux le fameux Erland, qui regardait avec amusement Michalis dans la neige. Il avait gagné donc ! Et il était très content d’avoir appris le fameux mot de « Médon ». Celui-ci avait sans doute de l’importance… Mais comme vous avez remarqué, il ne put guère terminer sa phrase… Car en faite, il y eut une « personne » qui le surpris, et le fit tomber… C’était Iote ! La fameuse Wyverne qui était toujours là ! Et ouais, et elle était guère contente de ce qui se passait… La wyverne attrapa dans sa gueule l’arme d’Erland, et la projeta, on put voir la fameuse lance disparaître dans les brumes du brouillard. Ainsi, si Michalis avait été désarçonné, et bien, Erland lui avait été désarmé.

« Ahahaha… Match nul médoniste ! Oh… KAITO !!! On est là, tout les trois ! »

Toujours allongé dans la neige, il fit de grands, très grands coucous à Kaito qui s’approchait à son tour. Michalis, pendant ce temps là, eut le temps de se relever, et eppouseta sa fameuse grande tenue noir couverte de neige. On sentait qu’il était légèrement vexé… Bref, ainsi, il y avait ici plusieurs personnes… Il y avait Michalis, le roi de Médon… Il y avait Erland, l’initiateur de cet étrange chasse… Approchait Kaito, celui qui avait lutté contre la dite chasse, et enfin… Le Roi de la Montagne, qui ne cherchait ni à partir, ni à fuir, ni à faire quoique ce soit. Non, il état tranquillement là, et il regardait la scène, il regardait la situation, comme s’il n’était qu’un spectateur de l’ensemble. Bref, tout cela était bien mystérieux, et celui qui avait sans doute les clefs de la fameuse situation était allongée dans la neige, faisant des grands gestes à Kaito pour montrer où ils étaient… !
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 31/8/2018, 19:05

Kaito n’était pas d’accord avec Michalis, il avait participé à des chasses dans sa jeunesse, mais jamais la nature se trouvait contre eux, il n’y avait que les chasseurs et la proie. Là, la proie était bien différente des autres, elle était la nature même, elle était capable de piéger les chasseurs trop confiants. Le conteur avait un profond respect pour le roi de la montagne, bien plus qu’il n’en avait pour le guerrier devant lui, ou pour Erland.

Le roi de Medon fit doucement sourire le jeune homme. Non, dans son état actuel, le lancier ne serait pas au maximum de sa puissance. En revanche, celui qui se vantait, était Michalis et non lui. Se rendait-il compte que sa tête enflait ? S’il continuait sur cette voie, sa wyverne ne pourrait plus le soulever, tant son ego serait surdimensionné. Après, Kaito pouvait faire avec, lui aussi avait été ainsi avant, maintenant il était différent, surtout depuis qu’il avait son petit souci d’écailles.

Finalement, le chevalier wyverne ne chercha pas davantage la querelle, préférant réserver ses coups à leur hôte. Chacun ses motivations après tout et celle de Michalis était une proie bien plus intéressante qu’un cerf, du moins qu’un cerf normal. Sans prendre le temps de le saluer, le chevalier parti dans la direction que lui avait indiqué le conteur. S’il l’avait su, il lui aurait surement indiqué la direction opposée, histoire d’être sûr qu’il ne ferait rien au cerf blanc, mais il n’avait pas vraiment le temps de tout prévoir.

Le jeune homme se mit donc en route, ses longues enjambées lui permettant de parcourir de grandes distances, mais certainement pas de rattraper le chevalier. Quand il arriva sur place, une magnifique injure attira son attention. En tournant la tête, il voyait les deux hommes dans la neige, la wyverne non loin d’eux. Erland lui faisait déjà de grands signes, tout en l’appelant. Il trouvait toujours l’homme étrange, surtout pour l’avoir senti venir aussi facilement. Il commença à s’avancer lentement vers les deux hommes, avant de s’arrêter pour admirer le cerf. Il n’en avait jamais vu de semblable, ses bois prouvant un âge bien plus qu’avancé. Il s’inclina alors devant l’animal, ne s’occupant pas du regard des autres.

- Bonjour majesté. Vous ne craignez rien avec moi.

Il se redressa ensuite, pour reprendre son chemin, s’arrêtant entre les deux combattants. Il planta sa lance dans la neige, celle-ci ne pouvant la gêner s’il devait attaquer rapidement, et se tint droit, gardant son attention sur les deux guerriers allongés.

- Maintenant que nous sommes réuni, Erland, vous allez pouvoir nous expliquer ce que vous voulez vraiment de nous.

Le jeune homme fit seulement quelques secondes de pause, avant d’ajouter d’un ton moins sérieux.

- Et je crois que c’est Médonien. Mais notre ami serait moins audible, s’il ne parlait pas aussi fort. Nous avons de la chance qu’il n’est pas déclenché d’avalanche.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 31/8/2018, 20:34

Et voilà. Les trois « survivants », entre guillemet vu que s’il y eut peut-être des morts, la plupart des autres chasseurs avaient tout simplement abandonnés, étaient maintenant réuni. Kaito mit plus de temps… Ce qui était logique. Lui n’était pas le « Mastermind » qui avait tout organisé depuis le début, mais n’était pas non plus comme Michalis qui avait, on va pas le cacher, l’avantage non négligeable d’être sur une monture volante, qui avait permis donc d’arriver bien plus rapidement jusqu’à l’endroit où le boss final se trouvait… Boss final qui n’en n’était pas un finalement, car tout les intervenants ne semblaient pas motivés pour la chasse. Ni Michalis, ni Kaïto, ni Erland n’avait visiblement envie de chasser la bête… Ou alors, ils se retenaient tous, étant donné que personne ne faisait quoique ce soit… Ce fut Kaito qui déclara alors :

- Maintenant que nous sommes réuni, Erland, vous allez pouvoir nous expliquer ce que vous voulez vraiment de nous.

« Moi ?! Mais rien ! »


Il fit son innocent. Pourtant, il avait forcément une idée derrière la tête… Je veux dire, il ne pouvait pas avoir tout fait… Pour rien ! Ce n’était pas possible, il y avait forcément des organisations, ce bordel avait forcément des raisons… Il y avait forcément des raisons ! Des raisons ! IL FAUT DES RAISONS ! Et oui, je suis un critique youtube de cinéma, je veux forcément des raisons pour tout… Quoi ? C’est un clash qui n’a rien à voir avec ce qui se passe ici ? Je l’admet ! Bref, quoiqu’il en soit, Erland se relevait bien, remit bien sa coupe afro, et regarda la Wyverne qui l’avait eu. Il fit le signe de « V » entre ses yeux, et les yeux de la Wyverne, mais celle-ci ne semblait en avoir guère à faire. Elle flairait et visiblement cherchait surtout à manger là… Mais passons sur ce point. Quoiqu’il en soit, Kaito reprit alors la parole, un tout petit peu plus tard, pour déclarer, avec un peu plus de gaité, au détriment de celui concerné…

- Et je crois que c’est Médonien. Mais notre ami serait moins audible, s’il ne parlait pas aussi fort. Nous avons de la chance qu’il n’est pas déclenché d’avalanche.

« Tss. Je sais vivre en montagne, misérable.
-Oh… Soit pas furieux ! Même si tu t’en es foutu comme de l’an quarante, t’as gagné la Chasse ! Tu pourrais sourire »

Michalis était sans aucun doute furieux. Il avait été ridiculisé, mais en plus, l’autre enfonçait le couteau dans la plaie… Et Erland venait en rajouter à son tour. Bref, Michalis n’avait PAS DU TOUT envie de sourire, il faisait même plutôt la gueule, et avec un peu de rouge aux joues (et non aux lèvres), il tournait la tête, comme pour faire en sorte que personne ne voit que bordel, il était assez mécontent… Pour ne pas dire totalement furieux. Erland s’était relevé à son tour, comme dit précédemment, et s’approcha du fameux Roi de la Montagne. Ce dernier semblait toujours écouter et observer la situation, comme si de rien n’était, comme s’il ne se rendait pas compte que c’était lui qui était au centre de toutes les pensées. Ou alors, était-il vraiment si peu concentrée ? Car en effet, finalement, Erland se tourna vers le cerf, et déclara :

« Je crois qu’il est temps de faire finir la supercherie, n’est-ce pas ?
-Oui. »

Alors arriva la surprise, le cerf prit progressivement forme humaine. Ce cerf n’était donc pas qu’un simple cerf, mais n’était pas non plus une incarnation de la nature. C’était un Laguz, un vrai laguz qui avait prit la forme d’un cerf. On supposait qu’il était donc un laguz cerf… Cela serait relativement logique. Bah oui, un laguz qui devient un cerf et… Quoi ? Je m’enfonce dans une idée pourtant simple ? Bref, voilà, tout le monde avait tord… Mais cela rendait cette chasse encore plus étrange… D’abord, cela avait été donc une vraie chasse à l’homme… Mais en plus, cela voulait dire qu’Erland avait visiblement proposé la chasse d’un… Ami ? Mais cela n’avait aucun sens… Il fallait des explications, à ce stade, car ce qui aurait du donner justement ses fameux renseignements, n’avaient fait que soulever encore plus de questions !

« Dire que dans le temps, je pouvais tenir bien plus de temps que deux heures. Mais je suis vieux... »

L’homme déclara cela… MAIS CA NE REPONDAIT A RIEN BON SANG ! Rah, ce gros troll. Bref, regardons un peu à qui nous avions à faire… Après tout, cela pouvait être très utile, et surtout nécessaire dans la situation donnée, n’est-ce pas ? Bref, donc, il semblait être un homme âgé, en effet, mais encore robuste. Ses cheveux et sa barbe était blanche, et il n’avait pas une longue barbe de mage, mais une barbe bien détaillé, formant un collier, avec une moustache bien fournie. Ses yeux, un peu enfoncé, était du même bleu profond qu’on avait pu voir un peu plus tôt chez le cerf. Enfin, il portait un beau smocking, montrant qu’il semblait être quelqu’un de cultivé et distingué… Et qui dissimulait bien une musculature certes fatigué par le temps, mais encore robuste, montrant un ancien guerrier, militaire… Ou déménageur ! Après tout, on peut être musclé, mais ne pas se battre… Quoiqu’il en soit, en direction du fameux laguz, Michalis déclara, vraiment étonné, et cela se voyait…

« Alors, ça, je n’avais jamais vu. Des gens qui se transforment en dragon, d’accord, mais des gens qui se transforment en cerf… Tu me le payeras Erland.
-J’aiiii peuuuuur du méchant Médoniste... »

Michalis lança un regard sanguin à Erland, qui frisonna vraiment. En effet, Michalis n’avait jamais vu de Laguz dans sa vie. Des métamorphes, il n’en connaissait pas vraiment. Il savait l’existence bien entendu des Manakete, une plaie de son monde, à ses yeux (et faut bien avouer, c’est vrai que les Médoniens avaient bien dégustés à cause de ces fameux manaketes) et il connaissait Xane, ce Manakete un peu spécial qui pouvait prendre l’apparence et les aptitudes d’un peu n’importe qui, tant qu’il le souhaitait. Mais le cas de Xane était très mystérieux, très peu connu… Bref, de toute façon, le rouquin, pour le moment, était de nouveau concentré sur le laguz cerf, qui n’avait toujours pas donné de nom. Il croisait les bras dans son dos, avait le torse bombé, et regardait lui-même Kaito, Michalis, mais pas Erland. Il regardait surtout donc les deux « chasseurs » qui avaient réussi…
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 2/9/2018, 14:45

Kaito resta ainsi immobile, attendant la réponse à sa question, ainsi qu’à toutes celles qui se bousculaient dans sa tête. Mais les paroles de leur hôte étaient bien différentes de ce qu’il attendait. Pourquoi les hommes s’amusaient-ils à cacher la vérité, même quand il était pris la main dans le sac ? Quant à Michalis, il était apparemment grognon, surement parce qu’il était allongé dans la neige, qu’il quitta rapidement, tout comme Erland. Ce dernier fini tout de même par admettre qu’il y avait bel et bien un piège et se tourna vers le cerf.

Alors, sans qu’il ne puisse s’y attendre, le cerf parla et pris forme humaine. Le jeune homme avait vu différent laguzs dans sa jeunesse, même s’il était rarement passé à Terra. Mais jamais il n’en avait vu un se changer en cerf. La déclaration du vieil homme était même étrange, les laguzs seraient capables de tenir plus de deux heures. Pourtant, cette interrogation s’éclipsa rapidement, pour laisser place à autre chose. Le jeune homme dû alors se contenir, avant d’avancer vers Erland. Il leva lentement sa lance vers lui, non pour être menaçant, seulement pour lui montrer qu’il était prêt à l’affronter.

- Vous êtes quelqu’un d’intelligent Erland, vous connaissez surement le passé de chacun de vos invités. Alors pourquoi moi ?

Le regard cristallin du lancier transperça celui de l’homme.

- Si Michalis ou moi-même avions étés sérieux pour cette chasse, votre ami serait peut-être mort. Même avec vous pour le défendre, vous n’auriez pas pu le protéger contre deux combattants. Un laguz cerf n’est surement pas aussi puissant qu’un tigre ou un lion, nous pourrions facilement l’abattre. Alors pourquoi ?

Des images vinrent hanter l’esprit du jeune homme, qui dû fermer les yeux un instant. Quand il les rouvrit, il n’en dégageait que de la tristesse.

- J’ai déjà le sang de ma tribu sur les mains… vous pensez vraiment que je veux celui d’un nouvel innocent ? La vie n’est donc qu’un jeu pour vous ?

Le conteur baissa son arme, attendant les vraies réponses et non une multitude d’énigme en plus. Il ne savait pas ce que pouvait bien faire Michalis, puisqu’il était dans son dos. De ce qu’il en avait vu, il serait bien capable de se moquer de lui et de le traiter de faible, mais le jeune homme s’en fichait complètement. A une époque, il l’aurait mal pris, maintenant, il le prendrait comme un compliment. Car seuls les faibles traitent les autres de faible.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 2/9/2018, 19:20

Un laguz cerf… Michalis ne connaissait même pas le terme de Laguz. Il regardait l’homme. Où était sa pierre… ? Attendez, Xane il avait une pierre ? Bon sang, il ne s’était jamais renseigné sur les questions. Il était sûr que s’il avait Gotoh sous la main, ce dernier aurait pu expliquer sans aucun problème cela… Mais là, il n’en savait rien. Pourtant, il existait des peuples de polymorphes autres que dragons dans les terres d’Archanea ! Le soucis, c’est que c’était des peuples qui ne vivaient pas sur les terres de Médon. Donc, Michalis ne s’était jamais renseigné. Il fallait bien le rappeler… Sans être inculte, Michalis n’était pas non plus un savant… Bref, donc, pour lui, le plus surprenant, ce n’était pas que cette chasse enfaite avait été la chasse d’un cerf… Mais la chasse d’un homme, un être humain et conscient.

- Vous quelqu’un d’intelligent Erland, vous connaissez surement le passé de chacun de vos invités. Alors pourquoi moi ?

Erland regardait son interlocuteur. Il semblait mal à l’aise, mais vraiment mal à l’aise… Ce qui était étonnant. Peut-être que le fameux Erland avait fait une remarque tout à fait aisé ? En effet, sans aucun doute que Kaito avait raison sur le coup. Sans aucun doute qu’Erland avait bien fait attention à tout les invités, et que donc tous avaient des raisons d’être ici… Mais pourquoi avait-il fait ça ? Kaito demandait « Pourquoi lui », mais cela aurait pu être Michalis qui demande ça. Ou n’importe qui ? Pourquoi avait-il sélectionné ces personnes là ? Car oui, c’est aussi ce qu’il faut se rappeler… Il avait sélectionné les personnes ici présentes. Ce n’était pas un hasard, ce n’était pas eux qui avaient décidé de s’inviter. Leur seul choix fut de venir, finalement… Ainsi, Kaito reprit la parole, et accusa :

- Si Michalis ou moi-même avions étés sérieux pour cette chasse, votre ami serait peut-être mort. Même avec vous pour le défendre, vous n’auriez pas pu le protéger contre deux combattants. Un laguz cerf n’est surement pas aussi puissant qu’un tigre ou un lion, nous pourrions facilement l’abattre. Alors pourquoi ?J’ai déjà le sang de ma tribu sur les mains… vous pensez vraiment que je veux celui d’un nouvel innocent ? La vie n’est donc qu’un jeu pour vous ?

« -Je…
-SILENCE INSOLENT. »


Erland avait perdu ses moyens, certes, mais ce n’était pas le cas de tous. En effet, alors qu’il balbutiait plus qu’il ne disait ses mots, il fut coupé par le laguz cerf, qui avait plongé ses yeux bleus, d’un bleu si profond, sur Kaito. Il le regardait, durement, comme s’il était extrêmement mécontent de ce qu’il avait entendus. Comme si… Il ne l’acceptait pas… Son ton était en tout cas autoritaire, on sentait un guerrier. Peut-être avait-il été dans l’armée ? Non, il serait connu alors. Il fallait plus voir un chef d’une milice locale, qui avait lutté de son côté contre des brigands, des guerriers… Bref, en tout cas, il semblait toujours profondément mécontent. Mais ce n’était pas en gardant le silence qu’il allait pouvoir expliquer pourquoi il exigeait que Kaito lui le garde… Ainsi, il déclara :

« C’est moi. C’est moi qui a préparé cette chasse, insolent. Arrêtez de croire que vous être moralement au dessus de tous. »

Le Laguz Cerf était sévère, et on sentait un côté solennel dans sa voix. Le genre de voix qui vous donne presque envie de vous excuser et d’obéir. Bref, le fameux cerf avait donc… Bon sang, c’est le moment où réalise ce qui venait de se passer… C’était lui qui avait tout manigeancé… ? Et ouais, Erland n’était finalement que l’homme de main, homme de paille même pourrait-on dire, de cette immense farce… Farce qui pourtant était sérieuse, je veux dire, il y aurait pu avoir des morts ! Mais des vrais morts ! Genre, comme quand Shiro, dans Fate, il rappelle que « les gens meurent quand ils sont tués » ! Ouais, vous voyez le niveau… Il manquait forcément des morceaux de l’explication, cela ne pouvait pas juste être une chasse faite pour le plaisir alors, pas quand le protagoniste risquait de mourir ! Alors quoi ?! Quoi ?! Il commença alors à expliquer ses raisons…

« Je me fais vieux, gamin. Gamins au pluriel même. Je savais très bien que j’allais mourir dans cette chasse. »

Quand il déclara « gamins au pluriel », il regarda aussi bien Michalis, Erland que Kaito. L’usage du temps était même très intéressant. Il n’avait pas utilisé de conditionnel, mais un « allais ». Cela voulait tout dire. Il était presque surpris de survivre à son jeu macabre. Donc, cela n’était pas en mode « j’ai fais ça pour vous tester », ou « j’ai fais ça pour montrer que j’étais le plus fort. » Ce qui aurait pu. En effet, il aurait pu faire ça pour prouver sa puissance viril, et il aurait bien réussi, étant donné qu’il avait gagné, il fallait bien rappeler qu’il avait gagné la chasse. Donc finalement, la question se posait… S’il n’avait pas fait ça pour cela… Alors pourquoi avait-il fait cela ? Encore une fois, malgré ses explications, il restait autant de question en suspend, si ce n’est plus. Heureusement, il reprit son explication...

« J’ai préparée cette scène. Je voulais autant de pro-chasse que d’anti-chasse. Je voulais des gens qui avaient du sang sur les mains. Des gens qui avaient sauvés des vies. Voir si dans la fureur de la chasse, des gens étaient prêt à oublier qu’il avait fait vœu de sauver des vies. Voir que des gens ayant tuer voudrait me protéger. »

Cela devenait un peu plus clair. Pas énormément mais un peu. Bref, Erland avait fait que suivre les ordres de son amis. Enfaite, il fallait expliquer -et on fait ça ici, car il était peu probable que cela arrive en RP, on est pas dans Naruto ou DBZ, on va pas faire des flashback- qu’enfaite, au départ, Erland avait vraiment refusé cette chasse. Il ne voulait pas menacer la vie de son ami. Qui voudrait faire ça ? C’était le Laguz Cerf qui avait tout organisé. D’ailleurs, il était assez impoli, on va quand même le mentionner, car il n’avait toujours pas dis son nom. Et ouais, il avait très certainement un nom, d’ailleurs, je vais vous le dire, il s’appelle Rex. Mais chut, tant qu’il ne l’a pas dit officiellement, à Kaito, ou à Michalis, et bien, personne ne pouvait le savoir. Enfin, si, Erland, lui, le savait, mais passons sur ce point. Ne regardant ni Michalis, ni Kaito, ni Erland, mais le sol, il déclara alors :

« Mon but était de voir si sauver ou tuer allait gagner. Erland était sûr que ceux préférant la vie gagnerait. Je pensais que ceux qui voulait la mort l’emporterait. »

Erland était un peu rouge. Les déclarations de Kaito avaient pris d’un seul coup un côté vraiment injuste, accusant Erland de beaucoup de choses dont finalement il se révélait parfaitement innocent… Ainsi, Erland avait fait parti de ceux qui pensait vraiment que les « gentils »… Non pas les gentils. Ce n’était pas une question d’être gentil ou méchant. Bref, il pensait vraiment que ceux qui allaient vouloir la chasse allaient. Mais non, Erland avait raison, finalement, ce fut bel et bien ce qui ne voulaient pas que la bête meurt qui avait gagné. Vu qu’il ne restait qu’un seul et unique vrai participant : Kaito. Kaito qui représentait ceux qui ne voulaient pas que la bête meurt. Michalis, lui, était plutôt un neutre dans l’histoire, s’intéressant plus à Erland qu’autre chose… D’ailleurs, en parlant de Michalis, que faisait-il ?

Michalis, lui, restait sans voix. Ironie, voilà que l’un des deux protagonistes de ce RP semblait être devenu un figurant. Il se rendait compte de ce qu’avait dit Medeus… Il avait encore cette fureur, cette rage, cette étincelle de vie… C’était elle qui par deux fois l’avait poussé à bravé la faucheuse, et revenir. Mais c’était elle qui l’empêchait de revenir proche de Minerva et Maria. C’était elle qui l’empêchait d’avoir le droit de retrouver sa précieuse petite sœur. Il avala sa salive avec difficulté, tandis que le fameux cerf le regarda. Ce ne fut qu’un rapide regard, mais pour l’une des rares fois de sa vie, Michalis se sentit honteux devant ce regard, comme s’il était nu devant ce laguz qui semblait toujours aussi mystérieux. Il avait sans doute encore de nombreuses choses à dire, mais Michalis restait encore muet pour le moment. Ne sachant pas, littéralement quoi dire, à part repenser aux déclarations du Roi-Dragon Médeus. Ce qui, vous allez en convenir, n’était pas des plus agréables, loin de là.
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 4/9/2018, 17:27

Le vieil homme coupa Erland, avant même que celui-ci ne puisse dire deux mots. Il prétendait que Kaito était un insolent, alors qu’il n’avait fait qu’énoncer la vérité pour le moment. Qu’importe la force qu’avait eu le laguz dans sa jeunesse, c’était une époque révolue. Et le conteur avait suffisamment parcouru les champs de batailles, pour savoir qu’un laguz, même sous sa forme animale, avait beaucoup de faiblesses. La première étant justement qu’ils étaient tellement sûrs de leur force, qu’il en oubliait la protection. De plus, si celui-ci n’était pas connu en tant que laguz, c’était surement pour de bonne raison, comme peut-être le fait qu’il était le dernier de ses semblables. Donc, finalement, pour la sagesse, on repassera.

L’homme expliqua qu’il était l’investigateur de cette chasse, lançant une nouvelle pique au lancier. Même si celui-ci ne s’était pas placé moralement au-dessus de tous. Il ne voulait pas le sang d’un innocent de plus sur les mains, était-ce mal ? Si lui voulait tuer des innocents, Kaito ne le retenait pas. Enfin si, du coup il ne serait plus innocent et le conteur aurait moins de scrupule à le tuer, mais telle n’était pas la question.

L’homme en révéla ensuite plus, donnant les raisons de cette chasse. Il s’agissait plus d’un suicide au final. Si lui-même y avait pensé à un moment, il avait rapidement écarté cette éventualité. Le suicide était un moyen de fuir, un moyen définitif, mais ce n’était pas une solution en soi. Il expliqua ensuite l’implication qu’avait eue Erland dans cette histoire. Le regard du conteur passa de l’homme au laguz, avant de revenir sur l’homme.

- Je vous prie d’accepter mes excuses Erland. Vous êtes finalement quelqu’un de bien et vous avez tout mon respect pour ça.

Son regard retourna ensuite sur le vieil homme. Un regard empli de tristesse, mais en même temps d’une certaine colère.

- Mes mots vous étaient donc adressés. Votre pari, simplement pour mettre fin à vos jours, a surement coûté la vie à des guerriers prometteur. Simplement parce qu’ils voulaient être reconnu en vous abattant ou simplement en voulant vous protéger. Pallas est la nation de la guerre, tôt ou tard, elle éclatera de nouveau, mais sa force de frappe pourrait être moindre, simplement pour un jeu.

Kaito inspira profondément, cherchant à ne pas perdre son calme, ayant toujours peur de se transformer en dragon. (Je rappelle qu’il ne le peut pas, mais il ne le sait pas tant qu’on ne lui a pas dit ^^)

- Visiblement, la vie a gagné aujourd’hui. Alors, à moins que vous ne provoquiez Michalis en duel à mort ou que vous vous jetiez dans une crevasse, vous ne mourrez pas aujourd’hui. Vous devriez même utiliser ces derniers instants pour planter les graines de votre sagesse. Je suis sûr que nous avons beaucoup de chose à apprendre de votre part.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 4/9/2018, 20:18

Michalis pensait donc à une chose, et une chose importante… Médeus. Médeus qui avait rappelé sa terrible prophétie en mourrant. « Tant qu’il y aura de l’obscurité dans le coeur des hommes, je reviendrais »… Est-ce que ce genre de chasse n’illustrait pas exactement ce qu’avait dit le Roi-Dragon… ? Il repensait de la même façon aux terribles événements de la fameuse Tour Istusienne. Cela avait pour lui était le signe du terrible sorcier Gharnef… Bref, il se demandait si tout ne collait pas trop bien d’ailleurs… Il devait absolument continuer ses enquêtes. Il avait déjà fait des recherches similaires à l’époque où il recherchait Maria… Donc, il était prêt à recommencer. Après tout, il était là pour récupérer de la puissance, mais aussi plus généralement sauver Médon. C’était son objectif.

- Je vous prie d’accepter mes excuses Erland. Vous êtes finalement quelqu’un de bien et vous avez tout mon respect pour ça.

« Pas de soucis Kaito, voyons ! »


Erland avait retrouvé son côté FABULOUS d’habitude. Car en gros, pour remercier notre Kaito, et accepter ses excuses, il fit presque une pose à la Jojo’. Ouais, je pense que vous avez remarquer depuis le temps, mais Erland est clairement inspiré des persos à la Jojo’s Bizarre Adventure. D’ailleurs, si vous connaissez pas, tenter le film de Takeshi Miike. Il est pas mal du tout, et surtout, accessible pour des néophytes complet à l’univers. Donc, c’est vraiment cool. En plus, il est tout récent. Bref, quoiqu’il en soit, le fameux Erland avait donc accepter les excuses. Faut dire, il n’était pas du genre à être rancunier. Genre par exemple, il avait parfaitement pardonné à Iote de l’avoir vaincu, comme ça. Franchement, il y avait pas de quoi faire tout un fromage comment faisait le fameux Michalis.

- Mes mots vous étaient donc adressés. Votre pari, simplement pour mettre fin à vos jours, a surement coûté la vie à des guerriers prometteur. Simplement parce qu’ils voulaient être reconnu en vous abattant ou simplement en voulant vous protéger. Pallas est la nation de la guerre, tôt ou tard, elle éclatera de nouveau, mais sa force de frappe pourrait être moindre, simplement pour un jeu.

Il fallait relativiser hein. La plupart des participants étaient des habitants des montagnes. Ils connaissaient les dangers. Impossible de savoir s’il y avait eu des morts… Et il était très probable qu’il y en ait eu, mais comme dit précédemment, il devait pas y en avoir tant que ça. Bref, Pallas était la nation de la guerre, donc… Justement, est-ce que la mort de quelques hommes allaient faire vraiment la différence ? Et bien… Oui, c’était possible. Peut-être que dans les morts, il y aurait eu des soldats qui auraient pu renverser le cours d’une bataille ? Nous entrons dans le domaine de l’histoire hypothétique, donc, impossible de savoir véritablement… Bref, Kaito reprit alors la parole, le laguz cerf attendant qu’il ait finit avant de répondre à ce qu’il disait.

- Visiblement, la vie a gagné aujourd’hui. Alors, à moins que vous ne provoquiez Michalis en duel à mort ou que vous vous jetiez dans une crevasse, vous ne mourrez pas aujourd’hui. Vous devriez même utiliser ces derniers instants pour planter les graines de votre sagesse. Je suis sûr que nous avons beaucoup de chose à apprendre de votre part.

« Vous avez tord sur un point jeune homme. »


Décidément, ce laguz cerf, Rex -il a toujours pas dis son nom, mais personne lui a demandé en même temps-, avait vraiment envie que le pauvre Kaito est toujours tord ! C’est limite méchant, je veux dire, il vous a rien fait Kaito ! Non, faut protéger le pauvre Kaito des maltraitances ! En mode « oui, le pauvre, il a toujours tord… » non ! Lançons un hashtag, genre #ProtectourKaito. Allez, je veux voir vos Twitter, et vous lancez tous #ProtectourKaito ! Et vous avez intérêt de le faire, je vérifierai, hein. Si ce n’est pas fais, c’est fessé cul nu ! Bref, retrouvons un peu notre sérieux, visiblement Rex était globalement d’accord avec son interlocuteur, mais… Mais il y avait quelques chose qui clochait. Quoi donc ? Après un léger suspence, il arriva finalement à déclarer, d’une voix toujours clair et intelligible.

« Je ne voulais pas mourir. Je pensais mourir. La nuance est importante. »


Et ouais. Là était toute la nuance. Dans les faits, on pouvait croire que cela ne changeait rien. Dans les deux cas, quand on « veut » et on « pense » mourir, on a de grandes chances de finir mort. Donc, on peux penser que ce n’est pas différent… Sauf que vous avez bien compris la vraie différence entre les deux. Dans un cas, la volonté est de notre part, dans le cas autre, il n’y a pas de volonté de notre part, celle-ci est uniquement du côté extérieur. Donc, en gros, le fameux cerf n’avait pas du tout eu d’envie suicidaire. Il n’avait pas voulu mourir. Mais alors pourquoi ? Pourquoi organiser tout cela ? Il y avait forcément des raisons plus profondes, et heureusement, encore une fois, il n’allait pas laisser dans le mystère ces interlocuteurs…

« Je n’en n’ai plus pour longtemps, je l’ai dis. Donc avec mon ami Erland, on a organisé cette chasse pour nous questionner sur cette question existenciel. Mon but était de savoir qui était le plus fort. La vie ou la mort. L’envie de tuer ou de protéger. Je ne vous provoquerai pas en duel, j’ai eu la réponse à ma question. Votre présence ici prouve que finalement, la vie a gagné, vous avez raison. »

Le pari était donc un peu plus sophistiqué que juste « eh tu vas crever ou pas lol ? ». Non, c’était vraiment une question philosophique. Mais cela faisait poser d’autres questions… Genre qui est le plus taré entre le fameux Erland et Rex ! Car oui, on va être clair, si l’homme ne voulait pas spécialement mourir, il avait accepté cette chasse en toute conscience qu’il y avait de bonnes chances qu’il succombe à cela ! Hors, même s’il est vieux, il va pas caner dans les secondes qui suit ! Surtout que de sa prestance, sa position, tout portait à croire qu’il était encore relativement bien portant, qu’il était encore loin de passer déjà l’arme à gauche. Bref, cette question, ce combat éternel entre protéger et détruire devait vraiment l’obséder, pour qu’il en arrive à de telles situation, c’est moi qui vous le dis ! Et ainsi, il expliqua un peu plus les raisons de ces actes…

« Pallas est une nation guerrière. Mais pourquoi sommes-nous une nation guerrière ? Personne ne se pose la question. Pourquoi nous battons-nous ? Si des guerriers ont perdus la vie ici, c’était car il en était prêt. Cela serait-il pareil, si demain, une guerre éclatait entre Istus et Pallas ? »

Des questions profondes. Surtout celle entre Istus et Pallas. Après tout, cela faisait bien longtemps, très longtemps que les tensions entre Pallas et Istus existait. Donc, les questions étaient non seulement profondes, mais en plus, elles étaient légitimes. Après tout, c’était le genre de moment où, oui, effectivement, Pallas était une nation guerrière… Mais pourquoi ? Forcément pour s’agrandir. Michalis savait cela. Après tout, Médon avait été une nation guerrière, sous son règne, et cela voulait forcément dire faire la guerre. On peut pas être une nation guerriere, et finalement, ne pas tenter d’agrandir ses frontières. Il y a forcément à un moment où la bulle éclate, et en général, c’est là que cela fait très mal. En connaissance de cela, Michalis alors déclara, d’une voix calme et royale :

« -La guerre est la guerre. Un monarque se doit de faire la guerre quand celle-ci est nécessaire pour son pays. Les soldats n’ont rien à dire.
-Et toi, soldat, tu te battrais donc sans savoir pourquoi ? »


Michalis haussa les épaules, et continua à faire comme s’il boudait. Encore une fois, il ne boudait pas, mais il réfléchissait. Evidemment, pensait-il. Ni Kaito ni Rex, ni Erland ne savaient qu’ils avaient un roi en face d’eux. Et surtout, l’unique personne ici qui avait participé à une guerre. Une vraie, une guerre totale… Donc, il s’y connaissait, mais il ne pouvait pas en parler. Il passerait uniquement pour un fou dans ce genre de cas. Mais bref, le fameux roi de Médon avait dit ce qu’il avait voulu dire. Rex, lui, ainsi, était concentré sur ces pensées, et sur ce que cette petite chasse avait eu pour but. En effet, elle n’avait pas été là pour seulement distraire. Finalement, elle avait même très peu distrait les gens présents. Mais au moins, en rentrant les mains vides, les différents chasseurs allaient peut-être se poser des questions… N’ont-ils pas foncé dans une invitation sans réfléchir ? Le fameux laguz cerf illustra cela par ses mots :

« Bref, les jeunes ici qui ont survécu, car la plupart ont survécus, réfléchirons. Pourquoi ont-ils fais ça ? Vous mêmes, Pallasiens, questionnez-vous maintenant sur votre vie ? »

Eh beh. Dans un gouvernement militaire comme Pallas, l’homme pourrait presque être exécuté pour sédition. Et ouais, ce qu’il faisait, c’était ouvertement quelques choses qui ressemblait à de l’appel à la sédition. Ce qui n’est pas très bien. Pas très bien vu surtout. Un soldat devait-il réfléchir ? Ah… Cela dépendait vraiment des généraux. Certains pensaient que les soldats devaient garder une marge d’action, pour être plus efficace, mais tous n’étaient pas d’accord… Loin de là. Très. Loin. De. Là. Beaucoup pensaient que les soldats devaient obéir aveuglement aux ordres. Visiblement, Rex ne faisait pas parti de ces hommes. Il semblait considérer que les soldats se devaient de réfléchir aux bien fondés des ordres… Mais n’était-ce pas cela qui risquait d’amener des séditions ? Des révoltes ? Des déserteurs ?

« Je me suis déjà questionner sur cette question. »

Michalis regarda Iote, la Wyverne qui se contenta de se rouler sur le sol. Lui avait été partisan des soldats bêtes et obéissant ? Qu’est-ce que cela avait donné ? Une défaite contre l’armée d’Altea, composées d’hommes et femmes tous plus uniques les uns des autres… Qu’est-ce que cela avait donné ? La chute de son armée dans la corruption et l’oisiveté après sa « mort ». Qu’est-ce que cela avait donné ? Rucke et tout ces parasites… Bref, finalement, peut-être que Marth était celui qui avait eu raison… Le fameux rouquin en tout cas, avait eu l’impression qu’Erland avait organisé un beau cheptel… Et que ouais, ils avaient tous obéis… Mais que les deux restants n’avaient pas obéis. C’était ceux qui avait décidé de faire ce que leur coeur leur disait de faire. Kaito ? Protéger le Roi de la Montagne. Lui ? Chasser Erland. Et non le Roi de la Montagne…
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 6/9/2018, 13:00

D’après le laguz, Kaito avait de nouveau tort. Heureusement pour lui, le tort ne tuait pas, enfin si, seulement le demi-frère de Loki, mais on ne va pas divaguer jusque-là. Il annonça qu’il ne voulait pas mourir, seulement qu’il le pensait. Le vieil homme était donc si pessimiste, qu’il pensait que tout le monde voudrait une belle peau de cerf blanc, à mettre devant sa cheminée ?

Il expliqua, plus en détails, son petit jeu macabre. S’il ne s’était arrêté qu’au début, Kaito aurait surement ri de lui, puisqu’il était évident que la mort était toujours gagnante sur la vie. Si on peut passer de vie à mort, en un claquement de doigts, on ne pouvait pas faire l’inverse. A de s’appeler Loki justement… ou Michalis… ou avoir les dragon balls… ou encore, jouer en mode phoenix, mais chacun son plaisir. Finalement, il déclara enfin que le conteur avait raison. Il était temps qu’on lui accorde un point, sinon ce n’était plus du tennis. Ah… on me dit que ce n’est justement pas du tennis… tant pis.

Avant d’arrêter de parler, laissant les convives réfléchir, le laguz interpella Michalis, essayant visiblement de lui faire passer un message. Le message était simple et Kaito le comprenait, surtout avec ce que le chevalier wyverne avait dit juste avant.

- Si le peuple ne veut pas se battre sans comprendre, il est dans son droit. Seuls les tyrans ordonnent la guerre, sans écouter son peuple. Quand à Pallas, il s’agit bien d’un royaume de guerrier, prêt à faire la guerre à tout moment. Ont-ils besoin de s’agrandir, alors qu’ils ont le plus grand territoire des cinq nations ? Je ne pense pas, en revanche, ils sont gouvernés par le dieu de la guerre. Ce simple élément en dit long, vous ne trouvez pas ?

Le jeune homme chancela alors, devant se maintenir debout grâce à sa lance. Il n’avait pas complètement récupéré et se promis de ne plus utiliser autant de magie. Il se sentait un peu bête, si l’un deux avait voulu l’attaquer, il n’aurait pas tenu longtemps. Il fit tout de même de son mieux pour tenir encore un peu.

- Je ne suis qu’un simple mercenaire, offrant mes services à ceux en ayant le plus besoin. Pour le reste, je me laisse porter par la mélodie, allant là où les sons me demandent de venir. Et… même si cet évènement a mal commencé, sa conclusion devrait me permettre d’écrire une histoire, ayant une bonne morale.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 6/9/2018, 13:35

Evidemment que la mort gagnait toujours. Nous ne sommes condamnés qu’à vivre une infime fraction de temps, et finalement, notre heure finit toujours par sonner. Dans ce genre de cas, c’est la fin. Mais il y a « mort » et « mort ». Enfaite, dans les faits, il y avait une infinité de mort différentes. Si on pouvait penser que la mort gagnait toujours, c’était néanmoins une erreur, dans le sens où de nombreux métiers avaient pour principe de vaincre la mort. Alors, oui au final, elle réclamait toujours son dû, et il était impossible d’en échapper véritablement… Même les Manaketes, les êtres qui vivaient dans ce monde le plus longtemps finissaient eux aussi par bouffer les pissenlits par la racine… Et c’était tant mieux… Après tout, « who want to live forever », comme chantait la plus grande et la meilleure des chansons d’un des plus grands groupes ayant jamais existé ? Bref, quoiqu’il en soit, Kaito répondit alors...

- Si le peuple ne veut pas se battre sans comprendre, il est dans son droit. Seuls les tyrans ordonnent la guerre, sans écouter son peuple. Quand à Pallas, il s’agit bien d’un royaume de guerrier, prêt à faire la guerre à tout moment. Ont-ils besoin de s’agrandir, alors qu’ils ont le plus grand territoire des cinq nations ? Je ne pense pas, en revanche, ils sont gouvernés par le dieu de la guerre. Ce simple élément en dit long, vous ne trouvez pas ?

« Pff. Les dieux. »


Il cracha alors sur le sol. Alors, là, les enfants, vous venez de voir ce qu’on appelle un « blasphème ». Retenez le bien, car il faut faire très attention quand vous en faites. Déjà, premier conseil, ne le fait pas devant des personnes qui croient au dit dieu que vous blasphémer. Mais, peut-être devrions nous déjà être un peu plus clair sur ce qu’est un blasphème… N’est-ce pas ? Un blasphème est une parole ou un acte, ici cela était un acte, fait pour offenser les dieux. Alors, très important : Un athée ne peut PAS blasphémer. C’est un fait. Il faut croire en un Dieu pour pouvoir blasphémer. Ainsi, le fameux Rex n’était pas quelqu’un qui ne croyait pas en Pallas. Il savait que ce dernier existait et visiblement, avait de nombreux griefs contre ce dernier… Quoiqu’il en soit, cela n’empêcha pas Kaito de continuer à parler, étant donné qu’il déclara :

- Je ne suis qu’un simple mercenaire, offrant mes services à ceux en ayant le plus besoin. Pour le reste, je me laisse porter par la mélodie, allant là où les sons me demandent de venir. Et… même si cet évènement a mal commencé, sa conclusion devrait me permettre d’écrire une histoire, ayant une bonne morale.

« Chanter autant que vous voulez, éduquez notre peuple, ne le laisser pas être berné par des légendes et des ordres ! »

Et ouais, pour les objectifs du fameux Rex… Kaito était quelqu’un d’essentiel. Les bardes et les conteurs étaient primordiaux dans la culture et l’éducation à une époque où ni téléphone, ni ordinateur, ni internet, (faut dire ce dernier est pas très utile sans son précédent), et enfin, quand les journaux sont peu développés. En effet, ce sont eux qui apportent des renseignements, des nouvelles, des façons de vivre… Ils sont essentiels dans l’éducation des jeunes enfants. Surtout qu’ils forment un contrepoint au processus d’éducation habituel : la religion. En effet, la religion avait aussi un rôle primordial dans l’éducation des enfants, et ils étaient arrivés plusieurs fois dans l’humanité que ses deux éducations entre en contradiction… Et Rex espérait que cela sera les bardes qui gagneront dans ce conflit. D’ailleurs, pour les aider...

« Chevalier Wyverne ?
-Oui ? »


Il se tourna vers Michalis. Rex avait bien perçu que le fameux chevalier wyverne n’était pas quelqu’un de « traditionnel », ce n’est pas le fameux mercenaire qu’on pouvait voir à la pelle dans Pallas. Car encore une fois, je persiste, des mercenaires, on pouvait en voir énormément à Pallas. Mais il y avait quelques choses avec celui-là… Quelques choses qui clochait. Il ne pouvait pas savoir, il ne pouvait même pas deviner, mais visiblement le fameux roi de Médon intriguait. Quoiqu’il en soit, ce dernier avait été relativement discret pendant toutes ces discussions. Un peu comme s’il se rendait compte qu’il n’avait rien à dire. Il n’avait parlé que très rarement, et c’était assez intéressant… Bref, quoiqu’il en soit, les deux rois se regardaient maintenant, et se faisaient face… Et finalement, le fameux Rex déclara de façon clair et précise...

« Descendez le chanteur.
-Ai-je l’air d’un serviteur ? Qu’il se débrouille si... »

Ouais, d’habitude, Michalis n’était ps du genre à dire « Ok ma poule, je m’en occupe de suite ! Non, c’était pas son trip… Il était même comme on peut dire, plutôt enclin à dire « tu peux toujours crever »… Mais déjà, pour le fameux Rex déclarait cela ? Et bien, car il avait beau être vieux, et que sur beaucoup de chose, il devinait qu’il devait être moins bon qu’à ses vingt ans (de l’autre côté, sur beaucoup d’autres il devait être meilleur, l’expérience à du bon aussi), et bien, il avait encore des yeux. Et il fallait être aveugle pour ne pas remarquer que le fameux Kaito semblait… épuiser ? À bout de souffle ? Sans énergie ? Un mélange des trois ? Je viens de dire trois synonyme pour rallonger mon paragraphe ? Je viens de le faire remarquer pour rallonger mon paragraphe ? J’accumule les questions pour le ralonger encore plus ? Et ouais mon coco ! Bref, Michalis avait commencé une phrase… Mais finalement termina en contradiction avec ce qu’il avait dit...

« Mmphf. Bien. Je le descendrais. »

D’extérieur, on pourrait faire deux théories. Vous devinez qu’elles seront toutes deux fausses. Enfin, une plus que l’autre. La première théorie serait de penser que le fameux Rex avait impressionné le Roi de Médon, et avait fait fermé son claque merde, comme on dit quand on est assez malpoli (car ouais, c’est pas très poli de dire ça, on va quand même l’avouer.) La seconde théorie, elle, serait qu’il aurait finalement été touché par une grace, une gentillesse, et qu’il se serait dit « Ouais, c’est pas très Charlie quand on y pense » (Quand on pense que Charlie sur ce forum est la plus gros raciste, cette phrase prend une tournure ironique ». Mais enfaite, les deux théories étaient fausses. La seconde se rapprochait néanmoins de la réalité, étant donné qu’enfaite, Michalis avait pensé à ce que Maria penserait. Et Maria désapprouverait. Maria sauverait de suite l’homme. Faut dire, Maria aurait totalement suivie Kaito dans cette route de protection… Quoiqu’il en soit, les deux organisateurs de la chasse...

« -N’oubliez pas, réfléchissez à pourquoi vous faîtes ce que vous faîtes ! Ne soyez pas passif. Jamais.
-Au revoir mes choux. Nous nous reverrons ! »


Ils disparurent alors tout deux dans les neiges des montagnes, partant progressivement. On pouvait supposer qu’ils n’allaient pas disparaître… Enfin, vous allez me dire, si c’est probable qu’ils disparaissent, étant donné que bah, quand on fait un RP, et qu’on met des PNJ, ils disparaissent. Sauf Greg le Surfeur, qui lui est immortel, et qui apparaîtra toujours dans les RP ! Là, je pense que personne va comprendre. Quoiqu’il en soit, la chasse était maintenant officiellement terminée. Michalis appela alors sa wyverne… Celle-ci se prépara. Michalis alors proposa d’aider Kaito à monter, histoire de savoir si ce dernier était capable de monter. Après tout, il fallait l’aider s’il n’arrivait pas, il avait peut-être jamais monté sur une wyverne de sa vie… Bref, la fin de ce RP approchait n’est-ce pas ? C’était sans compter…

« … ME VOILA ! PREPAREZ VOUS !!! Oh. C’est vous. J’arrive pas à trouver le cerf. »

Un mec arriva. Il avait une hache, et il l’a faisait tournoyer autour de sa tête. Il était… Tout seul. Ouais, tout seul. C’était… Triste à voir. Mais cela voulait dire qu’un chasseur était encore en route ! Enfaite, dans les faits, peut-être qu’ils y en avaient plus d’un, personne n’avait vérifié l’heure. Les deux heures pourtant étaient bien passé, mais l’homme était ni assez riche pour réussir à acheter une montre, un luxe à l’époque, ni assez doué pour lire l’heure dans le déplacement du soleil (pourtant aisé dans les hautes montagnes de Pallas). Bref, Michalis tira une tête de trois kilomètre de long, qui pouvait aisément être traduite par « bordel de dieu à couille, c’est qui ce con. » Ce qui serait assez drôle à écrire, mais voilà, vous avez bien compris, maintenant que la chasse était terminée, et bien, il y avait toujours des retardataires. En tout cas, Michalis l’ignorait complètement maintenant, ce qui n’était pas bon. On va bien l’avouer.
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 9/9/2018, 14:26

Le conteur écouta, n’aimant pas vraiment la façon de parler du vieil homme. Après, il était plutôt mal placé pour se plaindre. Il était venu à Pallas et était donc sous sa protection, alors qu’il priait encore Trithereon. Son propre dieu, celui de la liberté, était parfois considéré comme inexistant aux yeux des autres nations, simplement parce qu’il ne se manifestait pas. Etait-ce un crime de ne pas se montrer, alors qu’on incarnait justement la liberté ?

- Ne vous inquiétez pas. Je me sers des légendes, afin de donner une morale à mes histoires, justement pour éviter que les générations futures ne deviennent que des moutons.

Puisqu’il en avait fini avec Kaito, le laguz s’adressa ensuite à Michalis. Les quelques mots qu’il lança, firent frissonner le lancier, qui ne put montrer que surprise et méfiance sur son visage. Finalement, son visage se détendit, ayant mal compris les paroles de l’homme. En effet, en tant que mercenaire, il avait plutôt l’habitude d’entendre « descendre », comme étant l’ordre de tuer et non de faire descendre quelqu’un d’une montagne. Puisque la chasse était terminée et qu’il n’y avait plus rien à dire, le laguz décida de partir. Avec lui, Erland, toujours aussi mystérieux.

- Je suis sûr que notre route se croisera de nouveau.

Après la disparition, dans un magnifique tourbillon de neige, des deux organisateurs de l’évènement, Kaito décida de s’approcher de Michalis, déjà sur sa monture. Il n’allait pas refuser une balade gratuite et la chance de pouvoir dormir dans un village. S’il n’était pas aussi fatigué, il aurait décliné l’offre et aurait trouvé un endroit tranquille pour dormir, mais il préférait éviter le danger pour la soirée.

Le jeune homme venait te tendre le bras, afin de grimper derrière le chevalier, quand un homme sorti des bois, hurlant à moitié. Il se pensait surement perdu et le lancier le trouvait plutôt stupide d’être arrivé ici par hasard. En regardant autour d’eux, il pourrait pourtant se douter qu’une lutte avait eu lieu et surtout, que le cerf avait été ici.

- Vous arrivez trop tard, nous avons déjà gagné.

Kaito se dépêcha de monter, laissant Michalis s’occuper du reste. Il espérait que le chevalier voudrait faire comme lui, laisser le chasseur ici, la tête pleine de question, sans qu’il ne puisse en obtenir les réponses.
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 11/9/2018, 20:21

Michalis regardait le nouvel arrivant avec mépris. Mais alors, le mépris qu’on pouvait imaginer chez le fameux roi de Médon. Un peu comme quand il avait failli laisser le pauvre Kaito dans la neige sans lui permettre de redescendre un peu plus aisément, et bien… Maria aurait sans doute fait un commentaire, pour tenter d’empêcher son frère d’être trop… Michalis ! Sans aucun doute. Mais là, il n’écoutait pas la voix intérieur de Maria qui pourrait passer dans son esprit. Il trouvait que le cloporte, car oui, il considérait son interlocuteur comme un cloporte, ferait mieux de fermer son grand claque merde comme on dit… Quand on est malpoli, on va quand même préciser. Car ouais, c’est pas très poli de décrire la bouche de son interlocuteur comme un, je cite, « claque-merde ». N’est-ce pas ? Bref, heureusement pour Michalis -et son interlocuteur-, ce ne fut pas le roi de Médon qui répondit, mais bel et bien Kaito, qui se contenta d’un concis :

- Vous arrivez trop tard, nous avons déjà gagné.

« QUE QUOI ?! »

Le mercenaire ne semblait guère content. En même temps, il était un « potentiel » gagnant… Enfaite non pas du tout, vu qu’il y avait eu la fameuse contrainte des deux heures. Donc, non, il avait perdu au même titre que tout les autres. Mais bon, il s’en fichait. Il voulait avoir plus de renseignements, car visiblement mauvais joueurs, il n’appréciait guère que cette équipe de mercenaire, parmi les mercenaires les plus « mystérieux » de la chasse, avaient réussi à gagner. Bref, il s’accrocha alors à la longue cape noir de Michalis. C’était le truc le plus aisé à s’accroche, étant donné que c’était quelques choses de long et tendre (désolé, ça sera pour une autre fois la blague classique) et donc, aisé à attraper et s’agripper. Entre fureur et apitoiement (il fallait reconnaître qu’il faisait un sacré effort pour mêler les deux), il déclara alors :

« NON MAIS ATTENDEZ, ELLE EST OU LA CARCASSE ? DITES ! DI…
-SILENCE ! »

Il repoussa le mercenaire d’un coup de botte dans la gueule. Outch ! Surtout que Michalis avait une botte armurié (et non armorié, grande différence!) Bref… Cela devait faire mal ! En tout cas, cela montrait bien que Michalis ne semblait guère apprécier qu’on touche à sa cape comme ça. Faut dire, et cela se voyait plutôt bien, le fameux roi de Médon prenait un grand soin de son apparence, et faisait en sorte de toujours garder une certaine majesté aussi bien dans ses actions, que dans ses déclarations, dans son apparence. Bref, on avait affaire à un Roi. Mais loin d’être un Roi bienveillant, bien qu’il s’était quand même grandement amélioré depuis la Guerre des Ombres, il était un roi puissant, un brin égocentrique, et surtout… C’était ça le plus important… il était un roi terrifiant.

« Le Roi de la Montagne n’est plus là. Il se vengera des êtres qui l’ont chassés, et sache que la montagne ne pardonne jamais. Éloigne toi de mon chemin, si tu ne veux pas ma fureur… Ver ! »

OHOH ! Non, c’est pas Hector, -comprenne qui pourra-, mais Michalis avait finalement, à la toute fin de la chasse, prit son camp. Il avait été dans le camp de ceux qui protégeaient l’animal. Peut-être aurait-il été plus malin de dire que le roi de la Montagne était mort ? Et bien non, car cela aurait été problématique pour deux raisons. Premièrement, peut-être que Rex aurait envie de réapparaître plus tard. Donc, dire qu’il était mort, c’était pas très sympa. Et deuxièmement… Michalis s’en fichait de Kaito, mais il n’avait pas envie de répandre la rumeur qu’il avait tué le cerf. Il aurait des emmerdes, des gens qui le feraient chier. Encore une fois, on sentait que son orgueil s’était quelques peu calmé depuis l’époque où il avait été roi régnant sur Médon. À l’époque, il aurait pas hésité à dire qu’il aurait tué le cerf, quitte à mentir… Ce qui n’est pas très cool, quand même, on va bien l’avouer, hein ?

Quoiqu’il en soit, cela eu l’effet attendu. Le mercenaire laissa tomber l’idée de rester plus longuement, surtout que maintenant, le seul mec qui restait bah, il restait plus là, vu qu’il était parti. Donc si on prend la définition de « rester » dans ce genre de cas, bah, il n’était pas resté, vu qu’il était parti et… BON SANG DE BONSOIR COMMENT JE PEUX ME PERDRE DANS UNE IDEE AUSSI SIMPLE ! Bref, il espérait pour lui que Kaito était bien accroché, car il lança le signal à sa wyverne de décoller. Celle-ci obéit alors sans aucune hésitation, et ainsi, les trois prirent leur envol, deux des trois étaient quand même vachement aidé par le troisième. Car oui, les gens en vrai, bah, ils volent pas. C’est triste à dire, je suis sincèrement désolé de le dire. Bref, quoiqu’il en soit, une fois en vol, le fameux rouquin se laissa aller à quelques déclarations, étant donné qu’il commença à déclarer :

« Ahahah. Trop facile. Cet homme était sans doute un lâche de A à Z. »

Michalis montrait toujours son côté quelques peu cruel… Comment allait réagir Kaito ? Il pouvait voir que son compagnon de vol n’était pas du genre le plus normal possible. Il avait affaire à quelqu’un d’étrange, de spécifique, et avec une majesté qui maintenant ne faisait quasiment, si vous voulez mon avis, aucun doute. Mais qui montrait une cruauté assez frappante. Mais qui avait quand même décidé finalement, après de nombreuses tergiversions à se mettre du côté de la vie. Donc, bon sang de bonsoir, il avait tellement de facette, et un si gros melon à la place de la tête, qu’il pourrait être une boule à facette… Et non, si vous vous demandez, je n’ai absolument pas honte de cette blague. Au contraire, j’en suis très fier. Ce qui montre bien que je suis un ouf. Je n’ai aucune limite je suis encore plus ouf, que le ouf man ! Cela veut rien dire. Bref, on va rendre le micro, et comme on dit dans ce genre de cas… à vous les studios !
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 14/9/2018, 12:10

Le comportement du chasseur amusa un peu Kaito. Il le voyait comme un enfant, à qui l’on refusait d’acheter un jouer, voulant connaître la raison, sans la comprendre. Si Michalis avait d’abord gardé le silence, il n’aimait visiblement pas qu’on attrape ses affaires ainsi. Il repoussa violemment l’homme, l’insultant copieusement. Il fit ensuite décoller sa wyverne, laissant le conteur appréhender le vol.

Pour le lancier, il s’agissait d’un baptême de l’air. Il n’avait encore jamais eu la chance de monter sur une wyverne, ni sur un pégase, alors qu’il avait pourtant vécu non loin à une époque. Même maintenant, quand il passait son temps en montagne, il s’était approché des nids, mais jamais il n’avait pensé monter l’une de ces créatures. Chaque battement d’ailes, chaque bourrasque, obligeaient l’animal à utiliser ses puissants muscles, qu’il pouvait sentir sous lui. Une fois l’appréhension partie, le conteur profita largement du voyage.

- Excusez-moi, mais vous parlez de qui ? Le laguz, Erland ou du chasseur ?

Même s’il se doutait qu’il ne s’agissait pas d’Erland, il se posait tout de même la question. Le cerf pouvait très bien être considéré comme un lâche, selon la définition que s’en faisait les personnes. Pour Kaito, il n’était juste qu’un vieil homme, n’ayant retenu que les mauvaises choses que pouvait donner la vie. Sinon, pourquoi aurait-il parié sur sa mort, alors qu’il n’avait aucune envie de mourir ? Pour le chasseur… le conteur n’avait pas la réponse. Il avait vu beaucoup d’hommes comme lui, hurlant plus qu’ils n’agissaient. Mais étaient-ils des lâches pour autant, ou simplement des gens préférant rester en vie et vider des bouteilles, que de mourir bêtement ?

- Maintenant que la chasse est terminée, nous savons ce que je prévois de faire. Mais vous, avez-vous une idée de ce que vous allez bien pouvoir faire ?

(hrp : Je sais, c’est super court. Mais je ne sais pas quoi dire pour le moment ^^ D’ailleurs, on relances un débat ou on finit le rp une fois que Iote aura déposé Kaito ?)
Kaito
Age : 30
Métier : Mercenaire
Messages : 87
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 14/9/2018, 13:33

Voler ! L’un des plus grands rêves de l’homme. Seul il ne pouvait pas le réaliser, ce rêve. Mais ainsi, très tôt, des animaux volant furent éduquer, pour permettre à l’homme d’accomplir ce précieux rêve. Une fois que tu as pris le vol, c’est ainsi que tu décides de ta destinée. Du haut de cet envol, tu peux faire des choix autrefois impossible. Les wyvernes et pégases dominaient les cieux, de là où ils étaient… En Archanea, l’élevage des pégases avaient toujours été une tradition… Mais les Wyvernes, là, c’est une autre paires de manches ! C’était globalement beaucoup plus récent que les hommes commencent à faire leur envol sur ces gracieux lézards, et Iote avait été l’un des premiers pionniers en la matière. En temps que petit-fils de Iote, Michalis avait toujours portée cet attachement à l’élément aérien, où il se sentait emplis de gloire et de volonté. C’était une fois qu’il avait prit son envol qu’il se sentait maître de sa destinée.

- Excusez-moi, mais vous parlez de qui ? Le laguz, Erland ou du chasseur ?

« Le chasseur bien sur. »


Alors, on va commencer par le commencement. Cela ne pouvait être QUE le chasseur dans l’histoire. Pourquoi cela ? Et bien, je vous vous l’expliquer. En effet, cela ne pouvait pas être Erland, car ce dernier, en deux combats, avait toujours montré qu’il était plus fort que le roi de Médon. Celui-ci, orgueuilleux, vous commencez à le comprendre, n’était pas du genre à se dire « Ouais, c’est un lâche », car cela voudrait dire que lui-même est un lache. En effet, il a perducontre ce dernier ! C’est donc la preuve. Vous allez me dire « mais ça n’a aucun sens, les deux ne sont pas liés ! » Et… Vous auriez raison. Mais on parle de Michalis, je vous rappelle. Enfin, cela ne pouvait pas être le laguz, car Michalis ne savait même pas de qui parlait le fameux Kaito… Il ne connaît pas le terme de Laguz ! Bref, ainsi…

- Maintenant que la chasse est terminée, nous savons ce que je prévois de faire. Mais vous, avez-vous une idée de ce que vous allez bien pouvoir faire ?

« Devenir plus puissant. Je suis en ce pays pour cela. »


Ainsi, s’il n’avait pas confirmé qu’il était le roi d’une autre contrée, il confirmait bien quelques choses pour autant… Le fait qu’il était donc ici en étranger, qu’il était un apatride dans ce monde. Enfin, cela fallait allait plus loin pour l’interprêter ainsi, car il pourrait venir d’un autre pays… Oui mais où ? Les wyvernes ne vivaient qu’en Pallas. Il était donc quasi impossible d’imaginer que le fameux Michalis viendrait d’une des quatre autres nations, autre que Pallas… Hors, il venait bien de quelques parts ! Bref, le fameux rouquin n’en disait pas plus, mais cela ne voulait pas dire qu’il avait fini de parler pour autant. Après tout, ils n’étaient pas encore arrivés, et ils avaient encore unb bout de chemin à faire. Iote n’allait pas forcément vite, pour ne pas s’épuiser, synonyme de décès en montagne.

« C’est pour cela que ce chasseur est un lâche. Il veut quelques choses ? Qu’il lutte pour l’avoir au lieu de chouiner et demander des explications. »

Mmh… C’était débatable ce que disait Michalis. Mais on sentait l’homme d’action, et surtout, certains de ses regrets. Après tout, il avait cherché à comploter et trop réfléchir contre Médeus, autrefois. Il aurait du immédiatement se lancer dans le combat, comme il avait fait dans la seconde guerre, où… Où il avait manqué de se tuer, en ne réfléchissant pas assez, mais dans la volonté de sauver Maria des griffes de Gharnef, le terrible mage noir. Bref, quoiqu’il en soit… Michalis réfléchissait. Il avait avec lui un barde, quelqu’un qui voyage, et qui entends des choses… Tient, il pouvait donc un peu plus lui parler qu’il aurait pensé nécessaire de faire. En effet, il pourrait peut-être répondre à certaines de ces interrogations… Et avoir la réponse à ses fameux interrogations pourraient être pour lui très intéressant. Bref, le rouquin déclara :

« Loin d’ici, en Istus je crois, il y a une grande tour, d’où nous avons combattus des créatures surnaturelles, j’enquête là dessus, en partie. »

Ah, là, nous sommes sur quelques choses de très intéressant. Michalis ne savait absolument pas si les événements avaient été décrits aux locaux ou non, si l’ensemble avait été camouflés. Et franchement, il s’en foutait. Encore une fois, la politique de cette endroit, il se battait les noix. Il avait fait suffisamment de politique en son pays pour avoir besoin d’en faire ailleurs… Mais suivant les réponses, cela pourrait être intéressant. Quand il avait combattu, il avait vu de près au moins trois compagnons d’armes. Deux femmes qu’il ne connaissait pas, et Camus, le chevalier noir de Grust… Et ça, cela avait son importance. Car le fait qu’il avait vu Camus lui avait fait poser la question : peut-être que tout les gens appeler par les Dieux pour combattre là bas, avaient été des hommes et femmes d’autre mondes que Gaïa ? Archanea en premier ? Ce qui confirmerait sa théorie...

« J’y vois les agissements d’un sorcier de mon pays. »

Gharnef, déjà cité plus haut, et sans doute l’un des pires ennemis que Michalis avait confronté. Faut dire, on va pas le cacher… Être immortel à un certain nombre d’avantage dans ce genre de situation. Le premier étant… Bah d’être immortel. Donc, tu ne crains pas spécialement cette chose un peu enquiquinante qui est de… Mourir. Ce qu’on, on va pas se cacher, est un avantage non négligeable quand ton adversaire, ici Michalis, a pour objectif de te faire découvrir le goût des pissenlits par un intermédiaire un peu moins conventionnel que la salade de pissenlit. (d’ailleurs, mangez en, c’est très très bon.) Bref, quoiqu’il en soit, dans la création de ces monstres, le fameux roi de Médon y voyait la patte du fameux Gharnef… Avait-il raison ou tord ? Pour le rouquin, impossible de savoir véritablement… Mais peut-être que Kaito aurait plus de renseignements sur cela ? Peut-être aurait-il entendu des rumeurs ? Qui sait ? Bah euh… Kaito. C’est une fin très maladroite j’ai l’impression.
Michalis
Age : 23
Métier : Mercenaire
Messages : 130
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-