"Seul et en silence." [PV : Altherion]

le 16/8/2018, 22:38

« GRAOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOAR ! »

Ce cri fut entendu par beaucoup d’animaux, et sans doute aussi par des Laguzs des monts. Nous n’étions pas si loin de la capitale, si on peut l’appeler ainsi, de Terra, Geonnath. Mais nous étions plus proches des Montagnes, il faut bien le dire. Le cri du Dragon fut entendus, et beaucoup d’animaux fuirent, tandis que d’honnête Laguz, travaillant la terre parfois, voyageant dans d’autres cas, ou tranquillement chez eux, levèrent la tête, devinant que cela était un dragon, qui hurlait ainsi. Alors, attention, quand on parlait de « dragon » il fallait donc comprendre un « Laguz Dragon » ou un « Manakete », cela faisait bien longtemps que les dragons, les vrais, n’étaient pas forcément trouvables en ces terres… Mais le cri était bel et bien un cri de l’une de ces majestueuses créatures qu’étaient les dragons, et apparentés.

Pourtant, ce cri, bien qu’issu d’une créature fascinante, n’était pas forcément bon signe. Tous savaient qu’un Manakete trop vieux pouvait devenir fou, et là, il fallait absolument l’abattre avant que cela fasse des dégâts monstrueux. Heureusement, cela était rare. Très rare. Mais les dégâts pouvaient être tels, que des légendes pouvaient raconter cela encore et encore, pendant des tas et des tas d’années. Un peu comme un grand-père qui raconte que son grand-père aurait abattu un dragon. Les petits-enfants écoutant la légende en baillant, désespérant que le grand-père, considéré comme sénile bien que parfaitement dans les faits conscients des choses qui l’entourent… Bref, un dragon, cela effrayant autant que les gens trouvaient cela admirable. Une chance qui peut devenir un malheur si facilement…

Pourtant, rien ne semblait troubler le ciel. Non, l’ensemble était un ciel bleu uni, magnifique qui ne semblait troubler par aucun nuage. Nul pluie, neige, orage ou grêle ne semblait sur le point d’éclater sur les montagnes de Terra, le calme était bien présent, là pour montrer un ensemble beau et uni… Bref, une journée nickel, une journée où les gens n’avaient qu’une envie, abandonner leur intérieurs, pour pouvoir se prélasser au soleil. Sans doute que sur de belles dalles de schiste bleu, devait paresser des laguzs chats, profitant de cela. Bah oui ! Les Laguzs chats n’avaient pas de PC dans ce monde pour s’allonger dessus -comme fait n’importe quel chat- ! Donc, vous comprenez bien l’importance de ces pierres chauffer au soleil. Ainsi, rien ne troublait ce beau ciel bleu, d’une pureté parfaite.

Oh… Si ça. Un dragon ! En effet, un dragon bleu, avec une légère buée l’entourant, volait dans le ciel. Un manakete. Cela se voyait à sa couleur. Les Laguzs Dragons étaient blanc, noir ou rouge. Contrairement aux manaketes qui pouvaient être de très nombreuses couleurs. Ce n’était pas l’un de ces puissants manaketes divins par contre, il fallait bien le dire. Cela se voyait au fait qu’il ne brillait pas complètement, et il n’était pas vert. Le fait qu’il soit bleu montrait dans quel catégorie de manakete il appartenait : les Manaketes de glace. Ce n’était pas les plus fréquent des manaketes, il fallait bien le dire, et beaucoup se cachaient dans les plus hautes montagnes, que cela soit Trithéréon ou bien Pallas… Mais là, il survolait les vertes contrées de Terra… Et survolait de plus en plus mal, disons le clairement…

Car en effet, toute personne qui avait un peu l’oeil pouvait dire que le dragon ici présent semblait avoir de plus en plus de mal à voler… Blessure ? Non, du moins, pas visible. S’il y avait blessure, c’était des blessures internes. Donc, invisible évidemment de l’extérieur. C’est le principe d’une blessure interne. Mais que je vous rassure. Ce dragon n’avait aucune blessure interne. C’était juste qui volait depuis des jours, et des jours, à la recherche de quelqu’un… Et finalement, il n’arriva plus à maintenir son vol. Il se crasha alors littéralement, le crash fut assez violent. C’était un crash, un vrai, ce n’était pas genre un atterissage violent. On sentait que le jeune dragon avait eu du mal… D’ailleurs, il reprit forme humaine, celui d’un jeune garçon en short -ça tient ses genoux au frais-, et vêtu d’un chaperon… Un jeune manakete innocent bredouillant :


« Dame piano… Dame piano… Où… Être… Vous... »

Le jeune garçon, qui était comme dit précédemment redevenu garçon était tout tremblant. On sentait toute la fatigue dans le garçon. Il avait volé en même temps des jours et des jours. Complètement perdu à son réveil, il n’avait trouvé qu’un piano vide, sans sa dame au piano qui jouait quand il se réveillait. Il avait été seul avec sa dracopierre. Il avait attendu pourtant. Il avait longuement attendu, pensant qu’elle était juste en retard. En plus, vu le soleil, il s’était réveillé très tôt ! Hors, quand c’est tôt, et bien sa dame au piano… Elle fait dodo ! Elle était dûre à reveiller le matin ! C’était ça ! Il fallait juste qu’il attende qu’elle se réveille… Ahlala, c’était bon ! Elle dormait juste paisiblement, et elle allait bientôt arriver ! Il avait eu drôlement peur… Drôlement… Peur…

Mais malheureusement, ce n’était pas une grasse mat un peu longue… La dame au piano n’était pas réapparu. Et là, Malo avait commencé VRAIMENT à paniquer. Où était-elle ?! Où était-elle ?!!! Il fallait qu’il la retrouve. Alors, il avait cherché, il avait d’abord courru sous forme humaine, puis avait bravé un interdit qu’on lui avait donné : il s’était transformé en dragon, et avait survolé ses bois… Mais toujours rien… Ainsi, il se retrouvait, perdu, au nord, pour tenter de la retrouver. Il devait la retrouver, absolument, c’était trop important pour lui… Mais là, il était trop fatigué. Il n’avait pas dormi. Il avait à peine mangé depuis son réveil… Quelques habitations étaient peut-être pas loin ? Avec un peu de chance… Quelques personnes, quelques bon samaritains, peut-être, allait-il sortir de chez eux pour voir ce qui s’était passé, et retrouver le jeune garçon ? Qui sait ce qui pouvait arriver maintenant.
Malo
Métier : Vagabond
Messages : 15
Malo


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 20/8/2018, 00:30

Branle bas de combat. Avec hâte, mais sans précipitation, je revêt mon armure. Le contact froid mais rassurant des plaques e métal calment un peu mon cœur qui commence à s'emballer. Il faut avouer que même si j'adore jouer le rôle du Sombre Chevalier, on a rarement besoin de lui quand tout va bien dans le meilleur des mondes possibles. Il est une mesure de dernière chance, plus ou moins.

En finissant de me préparer, je me rejoue dans la tête les informations que l'on m'a confiées. Il y a moins d'une heure maintenant, un étrange cri avait été entendu dans la forêt. Un cri puissant et terrifiant. Terrifiant surtout parce qu'il ne correspond à aucune des bêtes que l'on ne connaît dans le coin. Et l'inconnu, ça fait peur. Assez pour appeler la garde. Assez pour appeler le Sombre Chevalier. Alors que je range ma lame dans son fourreau, je prie Terra. Je prie pour que ce ne soit rien. Je prie pour la créature, quelle qu'elle soit, soit maintenant loin d'ici. Qu'elle ait trouvé ce qu'elle voulait chez nous. Ou pas, si ce n'est pas bon pour nous. Peu importe.

Doucement, je baisse mon casque sur ma tête, alors que mon esprit se vide doucement. Exit Alterion, hello Dark Knight.

Il ne fallut au petit groupe qu'une petite dizaine de minutes pour rejoindre l'endroit que leur avait indiqué les paysans. Quelques un des villageois les plus courageux avaient commencé une battue et trouvé un étrange jeune homme dans la neige. Impossible de savoir si il y avait un lien entre le cri et l'homme, mais pas question de prendre de risques. Au mieux, l'enfant sera mis à l'abri. Au pire, c'est un changeforme, voir pire.

Une fois l'enfant en visuel, le Sombre Chevalier fait signe aux autres de rester en arrière, sauf son fidèle écuyer, le plus jeune frère d'Altherion. La neige craque sous le poids des deux hommes en armure. L'écuyer s'aide de la hampe de sa lance pour traverser la neige, tandit que le Sombre Chevalier avance presque sans soucis, la main sur le pommeau de son épée, au cas où. Il n'a même pas besoin de se retourner pour savoir que quelques un des gardes sont en train de bander des flèches dans leur arc, au cas où. La voix de l'écuyer retentit.

« Gamin ? Tu nous entends ? »

Bien sur, ce n'est pas le Sombre Chevalier qui parle. Le Sombre Chevalier ne parle, d'une manière générale. Une espèce de mystique a conserver. Imaginez que la voix du Sombre Chevalier se brise pendant qu'il parle ? Ce serait ridicule, non ?

« Gamin ? Il ne faut pas avoir peur, on est là pour t'aider. »

Pas avoir peur. Si il ne fallait pas faire peur à qui que ce soit, peut être que la présence du Chevalier Sombre n'était pas la meilleure des idées. Après tout, il n'est là quasiment que pour ça. Et parce qu'il est le meilleur combattant du village, même si ce n'est pas forcément un exploit. Bien caché derrière son casque, personne ne peut voir que son regard vacille entre l'écuyer et le gamin.

« Je m'appelle Nerill, et toi ? »

Il tente de forger un lien entre lui et l'inconnu. Plus facile de gagner la confiance après ça. Le Sombre Chevalier se contente, encore et toujours, de regarder la situation en silence. Cependant, il recule doucement sa main de son arme. Le gamin n'a pas l'air d'être violent, et si les vrais adversaires sont hors de portée de regard, avoir sa main sur son épée ou pas ne changera rien. Le Sombre Chevalier se relaxe alors un peu. Après tout, ses amis a lui sont là, si besoin.

Nerill, l’écuyer, sort de sa sacoche un petit paquet emmitouflé dans un torchon.

« Tu as faim peut être ? J'ai un morceau de pain a l'oignon pour toi, si tu veux bien venir avec nous. Tu sais, il y a des loups parfois, dans le coin. C'est dangereux pour une personne seule et fatiguée ? »

Il lui adresse son traditionnel sourire un peu triste. Nerill aurait pu faire un malheur chez les femmes si il ne donnait pas toujours l'impression que les pires soucis lui pèsent. Et encore, il semblerait que certaines aiment ça.

Doucement, le Sombre Chevalier recule. Il n'était là que pour montrer aux gens qu'il est là. Rassurer les villageois pour qui une bête n'est jamais un bon signe, et potentiellement effrayer les bandits en leur montrant ce qui les attends si ils tentent quelque chose. Tout ce qui est négociation et sauvetage de gamins perdus, ce n'est pas vraiment son truc.

Cependant, il reste quand même aux aguets. Toujours être prêt, voilà la devise du Chevalier Sombre, même si c'est pour ramener un gamin a l'auberge. La voix de Nerill résonne encore un fois.

« Il y a de la viande et un lit chaud à l'auberge, rien que pour toi. Tu viens ? »

Nerill lui adresse un signe de main encourageant. Il n'est pas question de se défaire du traditionnel accueil chaleureux des montagnards.
Altherion
Messages : 5
Altherion


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 20/8/2018, 22:34

« Gamin Gamin nous entends avoir peur, on est Nerill, et faim peut être ? J'ai un morceau de pain a l'oignon pour toi, si tu veux bien venir avec nous. Tu sais, il y a des loups parfois ... »

Ouh la ! Non mais attendez une seconde ! Le fameux Nerill n’avait ABSOLUMENT pas dis ça ?! Il avait dit quelques choses de beaucoup plus compréhensible, j’en suis sur. D’ailleurs, il n’avait dit pas qu’une seule et unique phrase, il fallait bien se rappeler… Mais plusieurs phrases ! Alors pourquoi ce remix de phrases, qui ressemble à du SilvaGunner ? Alors, enfaite, c’était pour une raison relativement simple… Le jeune garçon était confus, et ne comprenait pas bien tout ce qui était dit ! Alors, attention, ce n’était pas car il ne comprenait pas la Langue Commune du continent, non pas du tout. Il la comprenait parfaitement, même si à l’inverse, il ne la maîtrisait pas vraiment, on va bien l’avouer. Mais il comprenait d’habitude parfaitement ce qu’on lui disait… Donc comment expliquer ce globiboulga ?

Et bien, car le jeune dragon, enfin, le jeune Manakete était à demi dans les vapes… Il fallait bien imaginer que le long voyage qu’avait fait le jeune Manakete, en forme draconique, alors qu’il était à peine remis de sa longue sieste, et bien, cela avait évidemment eu des effets sur sa fatigue. Vous pourriez croire que c’était pas logique : après tout, après avoir dormis si longtemps, pourquoi était-il fatigué ? Et bien car pour un manakete, il fallait énormément de force pour réussir à se réveiller après un tel sommeil. Ils avaient besoin d’énergie pour réussir à reprendre conscience après des sommeils qui pouvaient parfois durer des centaines d’années. Quoiqu’il en soit, c’était ainsi cette fatigue qui empêchait le jeune dragon de parfaitement comprendre ce qu’on voulait lui dire… Est-ce que cela allait durer encore longtemps ? Et bien non… En effet...

Mais finalement, après un moment, la conscience du jeune manakete revint entièrement à lui, enfin, disons qu’il arriva à se concentrer suffisamment pour pouvoir mieux comprendre ce qui était dit. Cela se voyait, d’ailleurs, vu que plus le temps passait plus les phrases devenaient clairs dans sa tête, et il comprenait même qu’on parlait à lui. Bref, on parlait à lui… En même temps logique, il ne venait pas de la région. Il savait même pas où il était… Heureusement, il n’avait pas froid. En même temps, c’était relativement logique. N’était-il pas un dragon de glace ? Cela serait un comble qu’il ait froid, juste car nous étions dans un endroit plutôt frais de Terra ! Totalement, vous avez parfaitement compris… Bref, il avait visiblement prit assez de conscience pour pouvoir mieux entendre et comprendre ce qui fut déclaré en suite, étant donné qu’il n’eut pas de phrase non compréhensible qui vint :

« Il y a de la viande et un lit chaud à l'auberge, rien que pour toi. Tu viens ? »

« Moi… Malo... »


Oui, enfin, comme dit précédemment, la fatigue lié à un tel vol, et le fait qu’il s’était réveillé de son TRES long sommeil que depuis peu, faisait qu’il était pas non plus en pleine forme. Cela se voyait. Cela se voyait très bien chez le jeune garçon, qu’il était très fatigué, et que concrètement, il était même trop fatigué pour être véritablement capable de parler normalement. Mais il avait réussi à faire quelques choses d’extrêmement important : dire son prénom. C’était très important, car le plus important, c’est toujours de pouvoir « nommer ». Après tout, c’était l’une des forces de l’homme, contrairement à énormément d’autres animaux : ils pouvaient nommer. Et en nommant, il avait une force non négligeable, car il pouvait distinguer. D’ailleurs, ce principe de nomination prouvait bien que Laguz et autres métamorphes étaient bien autant possesseur de conscience que leur collègue Beorcs.

« Moi, Malo… Chercher dame piano… »

Il répéta son nom. Mais une chose importante, il leva lentement le poing, tenant bien sa dracopierre dans la main. Pourquoi cela ? Lui-même ne savait pas vraiment pourquoi. Celle-ci était froide comme la glace, montrant que le jeune manakete était réveillé. Contrairement aux Manakete traditionnel dont la dracopierre pouvait ardente comme du feu, pour les Manaketes de feu, et d’une douceur chaleureuse pour les manaketes divins… Bref, de toute façon, après avoir fait cela, le jeune garçon tenta de se lever, et y arriva. C’est là que tous purent voir que c’était vraiment un enfant, pas très grand, juste doté d’un short, d’une chemise, et par dessus, son chaperon, qui concrètement, on va bien le dire, était son signe le plus distinctif. C’était celui-ci qui permettait de ne pas voir qu’il avait des oreilles pointues, des oreilles de Manaketes ! Quoiqu’il en soit, il tituba un peu et déclara :

« Voler… Jusqu’à Montagne… Trouver dame piano, si haut… Pouvoir voir dame piano si haut... »

La « Dame piano ». Une mystérieuse dame sans doute pour tout les interlocuteurs de Malo, qui devaient avoir STRICTEMENT aucune idée de… Bah qui était cette dame Piano ? Surtout que dans les faits, Malo ne savait pas, mais la Dame Piano était morte depuis trente ans. Trente ans qu’elle avait succombé à Bertrand le jeune, Bertrand le jeune qui lui était encore en vie, et qui de ces cinquante ans maintenant, terrorisait régulièrement certains peuples de Terra, avec son armée de brigands, bien loin des brigands au grand coeur qu’avait autrefois dirigé son père. Mais chut, ce n’est pas son histoire qu’on raconte, mais celui de Malo, Malo le jeune Manakete qui était là devant tout un tas de personne, dont le plus remarquable, pensait le jeune garçon, était bien celui entièrement noir, avec son armure…

Mais Malo n’eut pas le temps de parler plus… il avança, titubant… Et s’écrasa face contre terre juste devant Nerill. Il avait tenté, mais n’avait pas réussi à attraper la main de ce fameux Nerill. Le jeune manakete s’était évanoui de fatigue et d’inanition, n’ayant rien mangé depuis un bon moment… bref, le garçon était dans les pommes (et la neige)… Et son capuchon s’était relevé, découvrant juste ses deux oreilles pointus. Mon dieu ! On avait affaire à un Manakete ! Certains, sur des personnes âgés, chuchottaient que c’étaient extrêmement rare, mais que c’était bien un Manakete, vu qu’il avait dans sa main une Dracopierre, et des oreilles pointus. Bref, évidemment, les questions se posaient. Qui était cette dame piano ? Pourquoi un manakete était là… ? Et surtout… Que faire de lui ? Tout les regards se posaient sur Altherion : on avait affaire là à de l’inconnu, et il était presque une sorte d’inconnu lui même… Il saurait surement quoi faire ? En tout cas, si lui ne savait pas quoi faire, personne ne saurait.
Malo
Métier : Vagabond
Messages : 15
Malo


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 26/8/2018, 16:33

Les yeux du Sombre Chevalier se ferment un peu. Et bien. Il réponds, où il réponds pas ? Nerill se tourne vers le Sombre Chevalier et hausse les épaules. Dans un craquement de plaques d'armure, le Chevalier ne réponds pas. Ce qui, en soit, est une réponse. Si il avait décidé que le gamin était une cause perdue, il aurait rebroussé chemin. Il faut donc attendre. Du moins, un peu. Pendant ce temps, tout le monde semble se relâcher un peu. Ce n'est pas une bonne chose, mais c'est ce qui se passe.

Ah. Il réponds. Parfait. Le gamin donne son nom. Malo ? Nerill sourit. Ce n'est pas une réponse à sa question, mais c'est une information importante. Le gamin n'est pas totalement à coté de la plaque. Il se souvient, même un minimum, de qui il est. Bien. Le garde lance un sourire encourageant au gamin alors que le Sombre chevalier fait un pas vers eux. C'est purement utilitaire. Le gamin ne parle pas fort, et le Chevalier n'entends pas très bien. Il semblerait que le gamin reprenne la parole.

Il semble chercher une dame. Une dame au piano ? Ou bien c'est son nom ? Piano. En tout cas, ça ne dit rien au Sombre Chevalier. Ni a Nerill. Les rares musiciens qui passent par le village, ce sont souvent des hommes. Des ménestrels avec des instruments à corde qui chantent des chansons paillardes à l'auberge contre quelques pièces. Les aveux suivants font que tout le monde se raidit un peu. Voler ? Nerill tourne la tête vers le Chevalier. Ainsi, le gamin peut voler. C'est sûrement une de ces créatures étranges qui peuvent se métamorphoser en bête. Ou en dragon. Une vision encore plus rare que des dames au piano dans ces contrées reculées. Nerill semble hésiter un peu, mais le gamin tombe en avant, et le garde se rue a son chevet. Avant d'être une créature, il reste un gamin, et Terra pourrait tomber avant que Nerill ne laisse un enfant dans le besoin, c'est sur et certain. Le garde se tourne vers le Chevalier, comme pour lui demander son avis. Cependant, l'homme en armure noire connaît bien ce regard. Même si il avait dit non, aucune chance pour que Nerill ne laisse le gamin dans un tel péril.

Pour la première fois depuis qu'il a revêtu son armure, le Sombre Chevalier laisse échapper un son. Presque une parole. Un léger grognement, qui est presque recouvert par le crissement de l'armure alors qu'il hausse les épaules. Dans cet état, Manakete ou Laguz ou peu importe ce que le gamin est, un garde compétant aura bien vite fait de le mettre hors d'état de nuire, non ? C'est un risque que de l'emporter au village, mais un risque calculé. Neril les penche pour porter le gamin alors que les autres rangent leurs armes. Il est temps de retourner au village. Il est temps pour le Sombre Chevalier de se retirer.

Bon. Alors comme ça, mon frère a rapporté un gamin au village. J'ai hâte de pouvoir discuter avec lui. A peine l'armure rangée, je me dirige vers l'auberge. C'est sur, Nerill l'aura amené ici. Et effectivement. Je salue de la tête les gardes alors que je rentre dans la chambre qui a été accordée au gamin. Nerill me salue de la tête alors que j'approche du lit.

« Alors, c'est toi Malo, c'est ça ? »

Bien sur que je sais quel est son nom, mais il est parfois des apparences qu'il faut conserver. Dans mon uniforme de garde, personne ne pourrait croire que je portais une armure il y a peu, si ce n'est grâce au léger fumet de sueur que je peux avoir. C'est lourd et chaud une armure, ne me blâmez pas. Je m'asseois à coté du lit.

« De la nourriture arrive bientôt. Jackeaut est en train de te réchauffer un bon bol de soupe. »

Ca devrait lui réchauffer le cœur. Nerill ajoute.

« De la soupe avec du lard. Jackeaut fait la meilleure de toute la région. Tu va te régaler. »

C'est vrai. Elle est super bonne cette soupe. J'espère, même si je doute, que Jackeaut pensera a nous mettre un petit bol de coté, au cas où on a un petit creux. On ne sait jamais, qu'avons nous a part l'espoir. Mais avant tout ça, on a des questions. Nerill me regarde d'un air insistant. Visiblement, c'est moi qui vais devoir faire l'interrogatoire. Je m'éclaircis la gorge.

« Tu as dit que tu cherchais une dame au piano, c'est ça ? Tu sais quand est-ce qu'elle aurait pu passer par ici ? »

On a eu des visiteuses, c'est un fait. Pas avec un piano, mais elle ne se balade sûrement pas tout le temps avec son instrument, je présume.

« Tu saurais nous dire à quoi elle ressemble ? »

On ne garde pas un registre, mais les gens ont plutôt une bonne mémoire par ici. On ne sait jamais.

« Elle est de ta famille ? »

Je ne sais pas comment ça se passe, chez les changeformes. Est-ce qu'ils peuvent se reproduire avec nous ? Si non, et qu'elle est de sa famille, l'affaire est réglée. Ça doit être la première fois qu'un changeforme passe la porte du village depuis un long moment. Après, elle aurait pu être cachée, mais … Je ne sais pas.

« Et toi, sinon, d'où tu viens. Ta famille te cherche peut être, non ? »

C'est peut être le plus important pour nous. On a pas envie de se prendre un groupe de dragons ou je sais pas quoi sur le coin du village. Surtout si ils pensent qu'on a enlevé un de leurs gamins. Oh non non.
Altherion
Messages : 5
Altherion


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le 26/8/2018, 23:35

« Alors, c'est toi Malo, c'est ça ? »

Le jeune garçon sursauta violemment en entendant cela… Il n’était plus dans la neige, mais dans un lit. Enfin, dans quelques choses de tout douillet, qu’il ne connaissait pas. Autour de lui, il y avait des personnes. Dont au moins une personne que Malo avait déjà vu, et dont il s’en souvenait. Ce qui était déjà bien ! Après tout, il avait eu une perte de connaissance, il aurait pu aisément ne pas reconnaître son interlocuteur, et donc, de ne se souvenir qu’il l’avait vu. Mais si ! Il se souvenait très bien de l’un d’autre eux. Celui qui lui avait parlé… Par contre, l’autre, malheureusement, c’était du genre inconnu au bataillon. Si ce dernier avait porté son armure, sans doute que le jeune dragon l’aurait reconnu. Mais là, ce n’était pas le cas, donc, il fallait faire avec ! Et l’on n’y peut rien !

Sauf que dans un premier temps, il ne parla pas. Mais pas genre, il restait dans un mutisme gêné ou imposé par quelques choses… Non, comme un animal, il reniflait partout, et bougeait dans son lit, genre, regardant derrière lui, autour de lui… Bref, on sentait que les deux gardes devaient se dire « est-ce qu’on vient de capturer un petit animal, au lieu d’un jeune garçon ? »… Et bien, la réponse, il fallait bien se dire que c’était… Les deux mon capitaine ! Malo était à la fois un jeune animal, et un jeune garçon… C’était ça qui rendait parfois difficile la communication. Là, par exemple, il était sous la couverture, et semblait presque s’être perdue sous cette fameuse couverture, tentant de trouver un moyen de s’en sortir… Bref, c’était assez comique à voir et rassurant. Il avait retrouvé la forme.

« De la nourriture arrive bientôt. Jackeaut est en train de te réchauffer un bon bol de soupe. De la soupe avec du lard. Jackeaut fait la meilleure de toute la région. Tu va te régaler. »

Il sortit de suite la tête de la couverture, montrant que visiblement, ça, il avait compris. Malo était un peu… Non, autant le dire, il était clairement un estomac sur patte. Il aimait manger, et il mangeait beaucoup. Heureusement, les Manaketes étaient très rarement gros, car ils dépensaient énormément d’énergie. Déjà, contrairement à ce qu’on pourrait croire, les Manaketes dépensaient un peu d’énergie lors de leurs très longs sommeils. Voilà pourquoi quand ils se levaient ils mourraient de faim. Et Malo n’avait toujours pas mangé. Donc, ouais, on va bien le dire, le jeune garçon avait extrêmement faim. Et donc, le fait qu’il avait entendu la possibilité de manger, tout de suite, cela l’intéressait énormément.

« Tu as dit que tu cherchais une dame au piano, c'est ça ? Tu sais quand est-ce qu'elle aurait pu passer par ici ? »

« Dame piano passer ici ?! »

Il déclara cela de suite, comme si son interlocuteur avait expliqué qu’elle était passée ici. Sauf que non, ce n’était qu’une hypothèse… Mais au-delà de manger, le jeune Malo voulait avant tout enfaite retrouver « Dame piano ». Donc, évidemment, le jeune garçon était dans l’espoir qu’il trouverait des renseignements. Et il interprétait tout comme si c’était quelques choses qui prouvait ce qu’il cherchait. Un adage des chercheurs est de dire « quand on cherche, on trouve », un moyen de rappeler la prudence dans la recherche, et le fait de se persuader qu’on allait trouver quelques choses, faisait qu’on pensait qu’on allait de suite trouver. Autre adage, peut-être encore plus parlant… « Quand tout ce que l’on possède est un marteau, alors tout à forme de clou. » Peut-être encore plus parlant.

« Tu saurais nous dire à quoi elle ressemble ? »

« Dame Piano grande, cheveux vert. Puis cheveux blanc. Très gentille. »

Ouhla… Ce n’était pas le genre de description qui va être super pratique, on va bien l’avouer. Cheveux vert, puis cheveux blanc ? Etrange comme description. Surtout que le jeune âge du dragon, aussi bien dans sa forme que dans sa manière de parler, faisait que si les interlocuteurs du dragon ne savait pas comment marchait les Manaketes, qu’ils vieillissaient très lentement, et bien… Et bien, impossible d’emettre l’hypothèse juste que la dame piano avait vieilli, et qu’elle était très certainement à l’heure qu’il est… Morte. Chose que bien entendu, le fameux jeune Manakete aurait énormément de mal à accepter. Mais quoiqu’il en soit, pour le moment, il était toujours disponible pour répondre aux questions, étant donné qu’il entendit alors les déclarations suivantes, qui demandèrent…

« Elle est de ta famille ? Et toi, sinon, d'où tu viens. Ta famille te cherche peut être, non ? »

« Non. Dame piano occuper Malo depuis mort mère. »

En effet ! Donc, pas d’inquiétude messires, vous n’aurez pas une horde de dragon qui va déferler sur votre village en mode « RENDEZ NOUS NOTRE MARMOT ! »… Et heureusement. Qu’on soit clair, personne n’avait envie d’avoir ce genre d’épisode. C’était en même temps guère sympathique. Genre t’es chez toi, t’es tranquille… QUAND SOUDAIN GROS TSUNAMI DE DRAGON AAAAAAH ! Et imaginez s’ils n’ont pas fait leur besoin ! C’est encore pire ! Oui, je fais une blague de ce niveau dans un RP, je devrais avoir honte, mais c’est pas ma faute, puis, c’est ma sœur qui me l’a soufflé alors que j’écrivais dans le salon. Ouais, donc, c’est elle la responsable, et c’est trop pas moi d’abord. Je suis innocent ! Je suis comme Dreyfus, dans la fameuse affaire Dryfus qui… Quoi ? Je me tais et je dois reprendre le RP ? Ok ok, d’accord. Pas besoin de vous énerver.

« Mère grand dragon glace ! »

Donc, voilà, finalement, la confirmation. Le fameux jeune garçon n’était donc pas un jeune garçon ordinaire, mais bel et bien un enfant de dragon. Cela avait son importance, mais cela ne voulait pas tout dire. Cela répondait au fait qu’en effet, le garçon était un type de Laguz, ou changeforme particulier. Mais attention, cela ne voulait pas tout dire. Il pouvait être un enfant adoptif déjà… Ce qui reposerait exactement le problème d’avant… Ou bien, il pouvait maintenant être un Laguz ou un Manakete. Il y avait de grandes différences entre les deux, et des différences de tailles. Déjà, les Laguzs dragons étaient quand même beaucoup plus fréquent que les Manakete. Et seuls Les Manaketes entre les deux avaient besoin d’une pierre pour se transformer. Cet élément eut son importance, car en effet…

« Malo dragon glace ! Pierre pour prouver ! »

Ah bah, voilà finalement, la réponse de la question un tout petit peu plus haut, était à son tour répondu. Malo était un Manakete, vu qu’il avait la pierre très froide avec lui. Cela prouvait que sa transformation ne se faisait non pas par sa nature de Laguz, mais par cette fameuse pierre. Bref, en tout cas, vu là où était le jeune Malo, mieux valait qu’il évite de chercher à le prouver. Non pas car ça serait dangereux, genre il serait tuer par des anti-manakete… Mais tout simplement, si là, maintenant, il devenait un dragon… Bah il risquerait de faire pêter la salle, étant donné que sous sa forme draguinaire (oui, je sais beaucoup préfèrent le terme draconique, mais que voulez-vous, Fire Emblem a tranché en utilisant les « Veines Draguinaires ». Donc, je respecte le canon, et puis tant pis!) il était quand même bien plus grand. Quoiqu’il en soit, il commença alors à déclarer, de manière assez rapide :

« Où être Malo ? Pas voir bois et forêt. Maison Malo, bois forêt. Agréable, avec Piano pour Malo. Avoir piano ici ? Mais pas avoir Piano mais avoir Faim. Soupe Malo pas manger, mais Malo manger insecte, Malo manger mieux quand Dame Piano faire manger Malo, mais Malo souvent faim, et dame piano pas souvent nourriture donc Malo manger parfois seul. »

Ouh la ! Là, on voyait à quel point le langage de Malo était complexe à comprendre. Il parlait assez vite, et donc c’était difficile à comprendre. Mais en plus, ces phrases n’étaient donc pas grammaticalement correct. Cela, ça aide pas non plus. Enfin dernièrement, il parlait de choses différentes. Donc, ces trois points rendaient ses déclarations extrêmement confuses, et difficile à suivre. Dans ce genre de cas, fallait pas hésiter à demander à Malo de préciser, ou de répéter certaines choses. Après comme beaucoup de choses, les enfants n’aimaient guère cela, étant donné que pour le jeune manakete… Et bien, ce qu’il disait était extrêmement clair. Et comme c’était extrêmement clair, il comprenait pas qu’il y ait besoin de répéter. Sauf que désolé Malo ! Mais t’es pas clair ! Pas clair du tout !
Malo
Métier : Vagabond
Messages : 15
Malo


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
-